Législatives : une nouvelle haie à franchir pour Macron

 |   |  1050  mots
Sans majorité absolue à l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron n'aura pas les mains libres et devra s’appuyer sur des majorités de circonstances. Il s'emploie donc à affaiblir ses adversaires politiques...
Sans majorité absolue à l'Assemblée nationale, Emmanuel Macron n'aura pas les mains libres et devra s’appuyer sur des majorités de circonstances. Il s'emploie donc à affaiblir ses adversaires politiques... (Crédits : Reuters)
A la différence de 2007 et 2012, le nouveau président ne semble pas assuré de disposer d'une majorité absolue à l'Assemblée nationale. Emmanuel Macron cherche donc à diviser ses adversaires... surtout à droite.

Cette séquence électorale du printemps 2017 ne ressemble décidément à aucune autre. On l'a vu pour la présidentielle avec la victoire inédite d'Emmanuel Macron, on devrait encore le constater lors des prochaines élections législatives des 11 et 18 juin. L'enjeu est fondamental pour le nouveau locataire de l'Elysée : s'il veut avoir les mains libres et appliquer son programme sans devoir sans arrêt trouver des majorités de circonstances, il doit absolument obtenir la majorité absolue à l'Assemblée Nationale, c'est-à-dire parvenir à ranger sous la bannière « La République en Marche » au moins 289 des 577 députés.

Et ce n'est pas gagné Le nouveau président va devoir faire face aux appétits de revanche, des trois autres blocs qui animent maintenant la vie politique française : les « Insoumis » de Jean-Luc Mélenchon, la droite et une partie du centre et, enfin, le Front National de Marine Le Pen... Quant aux socialistes, en pleine crise, ils tenteront surtout d'éviter la même grande déroute qu'en 1993, quand ils se retrouvèrent avec 57 députés...

Vers de nombreuses triangulaires et quadrangulaires?

Le combat s'annonce donc rude pour Emmanuel Macron. A la différence des élections législatives de 2007 et 2012 qui avaient confirmé les victoires de la présidentielle - respectivement de Nicolas Sarkozy et de François Hollande -, le cas de figure semble différent cette année. D'après un sondage Ipsos Sopra-Steria, 61% des Français ne souhaitent pas qu'Emmanuel Macron dispose d'une majorité absolue.

Les 577 candidats de « La République en Marche » seront connus le 11 mai. Durant la campagne, Emmanuel Macron s'était engagé à ce qu'au moins 50% d'entre eux soient de nouvelles têtes issues de la société civile. L'intention est certes louable, mais que vaudront ces impétrants dans une campagne de terrain face à de vieux routiers de la politique qui connaissent par cœur leur circonscription, surtout en cas de triangulaires, voire de quadrangulaires ? Car, les règles des législatives différent de celles de la présidentielle : tous les candidats qui ont obtenu 12,5% des inscrits au premier tour sont en droit de se maintenir. Or, avec l'éclatement du paysage politique, ce potentiel cas de figure pourrait ne pas constituer une exception.

Conscient de ce danger, les dirigeants du mouvement macroniste s'emploient à faire davantage encore imploser les camps d'en face. D'abord, il ont quelque peu adouci les règles afin d'attirer chez eux des députés sortants confirmés. Ils ne demandent plus à ces élus de quitter leur précédents partis mais seulement qu'ils se présentent sous l'étiquette « La République en Marche ». Le cas le plus emblématique devrait être celui de l'ancien premier ministre Manuel Valls.

Un premier ministre "Les Républicains" pour affaiblir le parti?

Ensuite, l'autre astuce d'Emmanuel Macron serait de nommer immédiatement après son investiture un premier ministre issu des rangs de la droite et plus particulièrement parmi les anciens soutiens d'Alain Juppé, les plus « Macron-compatibles ». On songe, par exemple au député-maire du Havre, Edouard Philippe. Un scénario qui aurait peut-être le mérite de faire sauter les derniers verrous et d'attirer dans les rangs du président quelques élus « Les Républicains » - par exemple Benoît Apparu, de Chalon-en-Champagne, ou même Bruno Lemaire dans l'Eure - ... ce qui affaiblirait le parti de la droite qui rêve d'imposer une cohabitation dès le début de son quinquennat à Emmanuel Macron

Mélenchon se veut seul à gauche

Du côté de la « France Insoumise », Jean-Luc Mélenchon joue un jeu dangereux. Fort de son score élevé au premier tour de la présidentielle (19,6%), le leader de « la France Insoumise » se montre intraitable. Un peu comme s'il considérait que, à gauche, entre son mouvement et celui d'Emmanuel Macron, il n'y avait plus rien. Pour lui, PS et écologistes sont dans les choux et le PCF est marginal. C'est pour cette raison qu'il n'a concédé aux communistes qu'un petit accord électoral de désistement réciproque portant sur une petite vingtaine de circonscriptions. Jean-Luc Mélenchon souhaite que toute la gauche anti-Macron vienne à lui. Une stratégie qui peut se révéler hasardeuse... En 2007, après sa troisième place à l'élection présidentielle, François Bayrou avait voulu jouer la carte de « l'autonomie » aux législatives. Résultat, le MoDem n'a eu que... deux députés.

Un PS totalement désorienté

Chez les socialistes, le rêve est d'effacer le score calamiteux (6,4%) de Benoit Hamon à la présidentielle et d'avoir un groupe parlementaire assez fort - il faut 15 députés pour constituer un groupe - afin de freiner éventuellement Emmanuel Macron dans ses réformes les moins sociales. Certes, mais encore faudrait-il que les socialistes adoptent stratégie commune. Or, les amis de Benoît Hamon veulent camper sur une opposition claire au président. Jean-Christophe Cambadélis, Premier secrétaire du PS - soutenu par les hollandistes -, défend, lui la ligne de « l'autonomie » qui consiste à ne pas s'opposer systématiquement aux réformes du nouveau président, sans lui donner de chèque en blanc. Enfin il y a les sociaux-libéraux assumés, comme Jean-Marie Le Guen ou Manuel Valls - qui veulent intégrer la majorité présidentielle. On assiste vraiment à l'agonie du PS version Epinay.

Le Front National espère un groupe

Enfin, reste le Front National. Le parti de Marine Le Pen a actuellement deux représentants à l'Assemblée nationale, il peut potentiellement largement augmenter ce capital. De fait, Marine Le Pen est arrivée en tête de la présidentielle dans 45 circonscriptions et a dépassé les 45% dans 66 autres. Le Front National  s'il reste uni, peut donc tout à fait escompter avoir un groupe parlementaire, surtout si les triangulaires se multiplient, faute de « Front républicain » au second tour. Or, on voit mal un candidat de « la France Insoumise » se désister au profit d'un candidat « Les Républicains » ou macroniste... et vice et versa.

On le voit, à l'instar de l'élection présidentielle, ces législatives s'annoncent extrêmement ouvertes. Bien malin celui que sera capable de prédire si Emmanuel Macron va parvenir à réitérer son incroyable hold-up réalisé lors de la présidentielle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2017 à 19:04 :
Regardez sur youtube André FRANK Macron fabrication. Ça vaut le coup d'oeil.
a écrit le 10/05/2017 à 10:20 :
Et moi qui pensait qu'avec Brigitte Lahaie, il l'avait déjà franchie :-)
a écrit le 10/05/2017 à 8:28 :
les magouilleurs sont en piste, qui gagnera?ils veulent tellement avoir ou conserver leurs places, qu'ils vendent père et mère, la traîtrise ne leur fait pas honte, tous ceux de droiet qui se rallient à Macron sont des traîtres, des lâches, je préfère ne pas aller voter que d'être copmlice, par la force des choses
a écrit le 10/05/2017 à 7:53 :
osera t il rejeter son ancien rival rejeté des francais qui vient d annoncer la fin du PS. ?
a écrit le 10/05/2017 à 2:19 :
Pèpère sur le départ va avoir beaucoup plus de mal à sortir des "affaires" sur les 577 candidats de droite. Après ce vote manipulé, nous tenons notre revanche. Autre chose, je ne sais si vous avez vu à la télé les "collaborateurs ou les proches" de Macron mais mon impression est qu'ils font réellement amateurs, ils n'ont pas l'etoffe, la carrure. Votre avis sur ce sujet ?
Réponse de le 10/05/2017 à 5:15 :
Macron a rassemblé tous les jeunes politiques qui étaient barrés au sein du ps ou autre par les vieux caciques pour de nombreuses années.Ils ont de l'expérience et un fort esprit de revanche
a écrit le 09/05/2017 à 23:20 :
Les faillis RI seront décimés si ils font de l'obstruction . Il y en a assez de ces magouilles de partis qui ont conduit la France dans un trou . Ou bien vous coopérez ou bien vous allez chez Le Pen . La pantalonnade Fillon après le bling bling Sarkozy donne une image consternante qui appelle un brin d'humilité !
a écrit le 09/05/2017 à 22:25 :
L'équation du libéral est assez simple : en fonction de son premier ministre, voir Parisot, il va trouver en face de lui un peuple français qui aura compris. Soit, il vaudrait mieux qu'il le nomme le lendemain du premier tour législatif...
Réponse de le 10/05/2017 à 0:22 :
Quelqu'un n'a-t'il pas encore compris que cet homme va tuer : les salariés, les retraités et les malades..?? Il faut être us inside, car les us calanchent... Et ce n'est même pas de la haine, mais juste une servitude volontaire. Plus bas que l'esclave, en fait...
a écrit le 09/05/2017 à 21:38 :
La haie est bien haute pour le petit Macron aligné sur le papa américain et sur le papy Juncker européen. Une petite réflexion d' un connaisseur qui soit dit en passant a bien connu le sujet enfermement ...

Un ex-soviétique parle de l'UE:"J'ai vécu dans votre futur et ça n'a pas marché"

https://www.youtube.com/watch?v=-5bdhn0IKKU
a écrit le 09/05/2017 à 21:13 :
E.Macron doit s’élever au dessus de la mêlée, écoutez, pardonner et rassembler plus que diviser. Il appartient plutôt à ses lieutenants de mener la bataille des législatives, du moins au début et agir en fonction de l’évolution de l'opinion. Omniprésent depuis 2 mois il y a un risque d'embrayer 5 semaines de plus, car cela pourrait lasser, mais d'un autre coté il lui faut maintenir une dynamique. La tache sera ardue mais pas impossible, surtout si il accepte les nouveaux soutiens qui travailleront pour lui.
Réponse de le 09/05/2017 à 23:24 :
Bienvenu. Affidé... Tel un partisan n'ayant rien compris du FN, à priori. Mais néanmoins, toujours intéressé par le pouvoir, soit, la caisse...
Réponse de le 10/05/2017 à 5:36 :
Ni par le pouvoir, ni par la caisse. Mais pour donner au nouveau président de tous les français la possibilité de diriger la France dans la paix et la concorde, loin des querelles et des erreurs passées. E.Macron doit être le rassembleur de tous les français dans un pays aux multiples fractures.
a écrit le 09/05/2017 à 20:59 :
Chacun continu son petit business bien rémunéré malgré les indignations réciproques
a écrit le 09/05/2017 à 18:25 :
il faut faire barrage au parti populiste,a la droite revancharde et au chavisme
Réponse de le 09/05/2017 à 18:54 :
@élu ps: l'autre jour, tu étais anti Marx, aujourd'hui anti Chavez. Qu reste-t-il de ton idéologie socialiste ? Quant au populisme, ils sont tous populistes parce que tout simplement, on attrape pas les mouches avec du vinaigre. Vas-tu aussi changer ton pseudo parce que le PS, c'est fini; du moins le nom pas l'idéologie collectiviste :-)
a écrit le 09/05/2017 à 18:09 :
Quand on a l'oligarchie derrière soi c'est pas des politiciens professionnels qui vont s'opposer à quoi que ce soit, l'histoire l'a répété maintes fois.
a écrit le 09/05/2017 à 17:24 :
Chacun voulant conserver son poste de député, on peut s'attendre à de nombreuses défections en faveur de Macron. Ceux que j'appelle les nouveaux courtisans du monarque. Pour les socialistes, ce sera moins visible parce que Macron est le fils spirituel de Hollande. Le PS a donc vécu et péri sous sa forme des années 80 à 2017. En revanche, si trop de gens de LR rejoignent aussi Macron, ce sera aussi la fin de la droite. Ne resteront que Mélanchon et Le Pen comme opposition, mais comme il est pratiquement certain qu'ils auront une représentation minime, ils organiseront des manifs de rue. A suivre donc :-)
a écrit le 09/05/2017 à 17:09 :
La droite qui a été battu essentiellement en raison de l'affaire Fillon, dispose de 21 % d'électeurs qui ont voté pour elle au premier tour. Baroin devra présenter un programme plus consensuel en juin. Monsieur Le Maire et quelques autres , devraient se méfier , il est possible que les électeurs , plus qu'agacés par Fillon , ne donnent une majorité au RI.
Macron a réussi à faire éclater le PS , on va voir a qui En Marche va donner des investitures. Il semble qu'au lieu d'un renouvellement des têtes ,Macron, accepte dans ses rangs, des vieux briscards politiciens dont les français ne veulent plus.
Réponse de le 09/05/2017 à 18:07 :
IL faudrait un miracle pour que Baroin reussise a avoir une majorite a l AN. Surtout qu il vont avoir un petit probleme de programme. Soit le programme de Fillon etait bon et alors pourquoi le changer, soit il etait mauvais et dans ce cas pourquoi l avoir soutenu ?
Les electeurs en ont marre des politiciens qui promettent la lune et s assoient sur leurs promesses une fois elu. Pas bon signe pour l heritier Baroin.
Et qui souhaite une cohabitation et perdre encore 5 ans ?
A part les retraités (60 % pour fillon quand meme) qui veulent faire payer les jeunes et refusent une hausse de la CSG et les plus riches (qui revnet encore de plus payer d ISF ni de droits de succession) qui va voter LR ?
Réponse de le 10/05/2017 à 2:50 :
Oui, très possible hélas.
a écrit le 09/05/2017 à 17:02 :
Face à un libéral, chacun sait ce qu'il doit faire. Pour rappel, même aux us, la libéralisation montre ses limites et l'état intervient de plus en plus. Dernière obligation chez eux : voyez les prêts étudiants qui finissent par être remboursés par l'état...
Réponse de le 09/05/2017 à 18:03 :
Euh.., vous les sortez d’où vos infos? La libéralisation aux Etats-unis ne c'est jamais aussi bien porté et surtout avec un président comme Trump.
Quand aux prêts étudiants remboursés par l'état?? Ah bon? Déjà que le gouvernement retire la couverture médicale à des millions d'américains alors le remboursement des prêts étudiant il ne faut pas trop rêver.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :