Les créations d'entreprises au sommet, boostées par les auto-entrepreneurs

 |  | 758 mots
Lecture 4 min.
Les immatriculations dans le transport et l'entreposage ont décollé de 22% en 2020 après 25% en 2019.
Les immatriculations dans le transport et l'entreposage ont décollé de 22% en 2020 après 25% en 2019. (Crédits : Neil Hall)
Plus de 848.000 entreprises ont été immatriculées en 2020 selon un récent bilan établi par l'Insee. Il s'agit d'un record pour la France qui n'a jamais autant enregistré de créations de microentreprises (+9%) alors que les entreprises classiques ont reculé (-13%).

La crise donne le vertige aux statistiques économiques. Selon la dernière livraison de l'Insee dévoilée ce mercredi 3 février, plus de 848.200 entreprises ont été créées en 2020, soit une augmentation de 4% par rapport à 2019. Cette hausse est un record alors que la crise a frappé de plein fouet l'économie française l'année dernière. Ce bond spectaculaire est principalement portée par la dynamique des micro-entreprises alors que les créations d'entreprises classiques ont diminué de 13% sur la même période. La part des micro-entreprises dans le total des créations atteint désormais 65% contre 62% en 2019.

La libéralisation du statut de créateur d'entreprise depuis l'ère Sarkozy et la montée en puissance de l'économie de plateforme ont grandement contribué à doper ces chiffres. Derrière ces statistiques mirobolantes, des réalités parfois plus alarmantes apparaissent. Plusieurs fédérations représentantes de micro-entrepreneurs ont sonné l'alerte sur la perte considérable de chiffre d'affaires subie depuis le début de la pandémie. Ces travailleurs qui se retrouvent parfois sans filet de sécurité peuvent sombrer dans une forte précarité. « La crise sanitaire et les mesures de restriction ont accéléré le mouvement d'ubérisation de l'économie par le recours accru des plateformes de e-commerce. Ces plateformes mettent en relation les clients et les prestataires dans tous les domaines désormais. Cette dynamique est à l'origine de la bonne santé des créations d'entreprises » expliquait l'économiste du cabinet Xerfi et auteur d'une étude très détaillée sur les créations et faillites d'entreprises, Laurent Freulat, lors d'un récent point presse.

L'envolée des transports et de l'entreposage

Les immatriculations dans le transport et l'entreposage ont décollé de 22% en 2020 après 25% en 2019. L'administration a recensé 101.000 créations supplémentaires dont 81.500 sous le statut de micro-entreprise. La pandémie a considérablement dopé les ventes à domicile et le secteur des livraisons.

Vient ensuite le commerce qui est le second contributeur à la hausse globale (+9,3%). Plus de 130.000 créations ont été déposées. Dans le détail, « l'augmentation est portée par les activités de vente à distance sur catalogue général (+ 6.600 créations, soit + 50%), essentiellement sous le régime du micro-entrepreneur (+ 6.200 créations), et les activités de vente à distance sur catalogue spécialisé (+ 5.200 créations, soit + 68%), principalement sous le régime du micro-entrepreneur (+ 4.300 créations) » signalent les statisticiens.

« Les activités liées de façon générale à l'ubérisation de l'économie ont été boostées et amplifiées par la crise sanitaire. Il s'agit de la vente à distance, les activités de livraison à domicile, comme Uber Eats, Deliveroo. A chaque fois ce sont des créations de micro-entreprises qui viennent alimenter cette dynamique. Les enseignes de distribution ont fait appel à des micro-entrepreneurs pour assurer leur livraison. C'est cette dynamique du e-commerce et des livraisons qui est à l'origine du boom des immatriculations en 2020 » ajoutait l'économiste du cabinet Xerfi.

En revanche, le tableau est plus sombre dans les activités spécialisées, scientifiques et techniques avec -4.200 créations, soit -3% après une hausse de 17% en 2019. Les replis sont particulièrement marqués dans les activités de conseil pour les affaires et autres conseils de gestion.

Des entrepreneurs de plus en plus jeunes

L'autre enseignement important du bilan de l'Insee est que le poids des jeunes dans l'entreprenariat est de plus en plus important. Les moins de 30 ans sont passés de 38% en 2019 et 2019 à 41% en 2020. L'année dernière, la moyenne d'âge était d'environ 36 ans mais il existe de fortes disparités selon les secteurs. « Tous types d'entreprises individuelles confondus, les créateurs sont les plus jeunes dans les transports et l'entreposage (30 ans en moyenne et 62% ont moins de 30 ans). Dans l'information et la communication, les créateurs sont également relativement jeunes (33 ans en moyenne). À l'inverse, ils sont généralement plus âgés dans l'industrie (40 ans en moyenne) et les activités de services administratifs et de soutien (39 ans en moyenne) » explique l'organisme public. Si ces chiffres peuvent témoigner d'un engouement des jeunes pour l'autonomie et la création d'entreprise, ils peuvent également illustrer de vraies difficultés pour cette population sur le marché du travail en plein marasme. En effet, beaucoup de jeunes ont connu des interruptions de contrats, de gel des embauches et leurs perspectives ne devraient pas s'améliorer tout de suite avec cette crise à rallonge.

> Lire aussi : Le chiffre d'affaires des auto-entrepreneurs en chute libre, la précarité menace

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2021 à 11:24 :
Dans la plupart des cas, un autoentrepreneur ne constitue pas rellement une entreprise: il n'y a aucun capital. Au lieux, il s'agit d'un exercice liberal. Il faudrait plutôt parler d'autoemployé. C'est la baisse du nombre d'entreprises dont il faut s'alarmer.
a écrit le 04/02/2021 à 11:15 :
C'est décidément du n'importe quoi. Pour moi une entreprise faire vivre des salariés ,des familles et booste sa région.Alors arrêtons de confondre micro entreprise et entreprise digne de ce nom.
a écrit le 04/02/2021 à 10:36 :
he oui
plus personne ne veut etre un patron negrier qui vole et exploite sur son dos des collaborateurs laborieux qui leur applatiront la tete avec le code du travail
chacun n'a qu'a s'autoentrprendre
et comme disait attali ' ca va pas etre facile pour tout le monde'
faut etre fou ou idiot pour creer une boite ou on embauche des gens, en france!
c'est l'inverse qui est en train de se produire, on le sait depuis 20 ans!
et avec les impots qui vont pleuvoir pour payer ' quoi qu'il en coute', ca sera encore moins interessant, donc il y aura encore moins de boites!
la boucle se boucle!
a écrit le 04/02/2021 à 9:38 :
Formidable la Startup Nation!
65% des 848.000 créations d'entreprises sont des micro-entreprises.
Donc (848.000/100) x 65 = 551.000 micro-entreprises ont été créé.
Soit presque autant de vélo-entrepreneurs et donc de vélos, de casques, de pompes, de sacoches, de sonnettes, etc. vendus. Formidable marché induit, sans compter les crevaisons (rustines et colle), les réparations et divers entretiens mécanique.

Cela compense largement la baisse (pardon le recule) de 13% des entreprises classiques.

A quand les "pico-entreprises" créées par les unijambistes à trottinette?
a écrit le 04/02/2021 à 7:20 :
"entreprise" avec un seul salarié.
a écrit le 03/02/2021 à 19:38 :
Auto entrepreneur=exploitation=misère.
Le statut d'auto-entrepreneur devrait n'être que provisoire pour "essayer" une activité et ensuite intégrer un statut plus conventionnel...Plus cher, mais aussi plus protecteur au niveau sécurité sociale et retraite.
Réponse de le 04/02/2021 à 10:44 :
exactement!
pourquoi on ne force pas les gens comme vous a creer des boites avec votre temps votre argent et vos competences pour donner de la stabilite a ces misereux?
hein, pourquoi?
bon, moi ca fait 20 ans que je dis a tous les francais que je connais de tout couler, ca reduit les inegalites dans l'argent et le travail, pour laisser les gens qui detiennent la morale reduire les inegalites en faisant eux memes le travail!!!!!!
evidemment si vous ne prenez pas votre part d'inegalites en vous sacrifiant vous meme, ca va mal finir...........
et sinon vu que vous etes champion en droit
je vous rappelle qu'avant le statut d'autoentrepreneur, a partir de votre insciption au regime ampi, vous aviez immediatement un appel de cotisation de 3000 euros
donc tout le monde faisait du noir
la balle est dans votre camp, c'est de votre responsabilite de vous sacrifier vous meme
bonne journee pleine d'espoir pour ces gens!
Réponse de le 04/02/2021 à 10:59 :
@ réponse de Churchill
Vous causez sans savoir. J'ai créé plusieurs entreprises en nom propre et en société. J'ai investi mon propre argent ET embauché des gens.
J'ai payé beaucoup de charges et d'impôts, respecté mes salariés. En avez vous fait autant ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :