Les défaillances d'entreprises progressent bien plus vite que les créations

 |   |  425  mots
Les défaillances d'entreprises d'un seul salarié explosent de 54% tandis que celles de deux salariés augmentent de 8%.
Les défaillances d'entreprises d'un seul salarié explosent de 54% tandis que celles de deux salariés augmentent de 8%. (Crédits : Reuters)
Alors que le nombre d'entreprises placées en procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire au premier trimestre atteint un niveau historique, les créations d'entreprises augmentent. Mais trop peu pour rééquilibrer la balance.

Bien que la reprise semble pointer le bout de son nez, en témoigne la relative solidité de la consommation des ménages, les défaillances d'entreprises continuent de progresser. A un rythme élevé. Elles ont bondi de 7,6% au premier trimestre sur un an. Plus grave, elles ne sont pas compensées par les créations d'entreprises, en hausse de seulement 0,7% sur la même période.

66.000 emplois menacés

Précisément, de janvier à mars 2015, quelque 18.134 entreprises ont ainsi été placées en procédure de sauvegarde, de redressement ou de liquidation judiciaire contre 16.858 un an plus tôt, révèle le cabinet Altares dans une étude publiée jeudi. Selon le document, le nombre d'emplois menacés dépasse 66.000, au plus haut depuis 2009. Cette année-là, les défaillances d'entreprises avaient augmenté de 11%, plus de 63.000 jugements d'ouverture de procédures étant été prononcés.

"La consommation des ménages reprend des couleurs, le climat des affaires s'améliore, les conditions de crédit s'assouplissent, les clignotants passent progressivement au vert... Pourtant l'économie réelle patine encore sévèrement", commente dans le communiqué Thierry Millon, directeur des études Altares.

Les PME de plus de 50 salariés "emboîtent prudemment le pas de la reprise", mais "les PME plus modestes ont encore une activité irrégulière et insuffisante. Conséquence, 800 PME de 10 à 19 salariés (+12%) et 350 de 20 à 49 salariés (+26%) ont déposé le bilan ce premier trimestre 2015", est-il rapporté.

Les défaillances d'entreprises d'un seul salarié explosent de 54% tandis que celles de deux salariés augmentent de 8%. "Le premier emploi est une charge financière que beaucoup d'entrepreneurs en panne d'activité semblent ne plus pouvoir assumer", avance Altares.

Les micro-entrepreneurs en tête des créations d'entreprises

Du côté des créations d'entreprises, l'Insee publie un chiffre en hausse de 0,7% sur l'année, (+3,5% hors entreprises individuelles). 49,9% des créations enregistrées sur les douze derniers mois étaient des demandes d'immatriculations de micro-entrepreneurs, précise l'institut.

Au mois de mars, le nombre de créations a augmenté de 1,8% en mars après une hausse de la même ampleur le mois précédent, pour s'élever à 44.557. En excluant les micro-entrepreneurs (ex-auto-entrepreneurs), elles affichent une hausse plus limitée, de 1,3% à 24.321 unités.

Mais sur les trois mois à fin mars, en données brutes, le nombre de créations a diminué de 4,6% (+0,4% hors entreprises individuelles) par rapport à la même période de 2014, la construction et le commerce étant à nouveau les secteurs qui ont le plus contribué à cette baisse.

(Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/04/2015 à 14:31 :
Ils sont beaux tous ces chiffres mais si je comprends bien 7% de défaillance en plus = 18134 et 0.7% de création = 24321??? le solde est positif.
Ou alors il manque le nombre de création sur le 1er trimestre?
Dans les défaillances, quel est la part des auto entrepreneurs?
a écrit le 16/04/2015 à 22:53 :
Selon un très récent rapport du FMI, les 3 facteurs qui créent de la croissance sont 1) les investissements en recherche et développement 2) les investissements en techniques de communication et d’information. 3) les infrastructures.
Ce même rapport prouve 1) que l'euro est depuis sa création un frein à la croissance et 2) que les mesures de flexibilisation du marché du travail ont une efficacité zéro et même, font baisser la croissance potentielle ! http://russeurope.hypotheses.org/3736#_ftn6
Pourtant, impossible dans notre pays de remettre en cause les dogmes qui conduisent aux lois Macron, aux " programmes de stabilisation" et autres absurdités imposées par l'Europe.
La France n'a que faire d'une monnaie unique. Elle n'a que faire des directives de Bruxelles. Ces gens là sont, au mieux, des incompétents. La France a besoin de retrouver sa souveraineté, une vraie démocratie et un état au service de l'intérêt général. C'est le but que se fixe l'Union Populaire Républicaine ( UPR ) depuis 2007.
a écrit le 16/04/2015 à 20:39 :
Les allemands l'ont bien compris en laissant leur démographie baisser. moins de travailleurs (en fait ajustée au nombre des postes de travail), certes, mais aussi moins de chômeurs et moins de retraités. En France, nous augmentons la démographie pour faire de plus en plus de chômeurs qui ne paient pas de cotisations retraite et qui sont de ce fait à la charge de la société, tout comme les emplois publics en général et depuis longtemps. En France les charges sociales sont des impôts pris sur le secteur privé, car elles servent à payer (retraites ou /et assurances maladie) de nombreuses catégories professionnelles qui n'ont pas payé. Exemple EDF qui a reçu des caisses du privé, plusieurs milliards, il y a quelques années et qui est encore en retard sur ses paiements de cotisation de retraite (Cour des Comptes) malgré toutes les ponctions qui figurent sur les factures EDF, SAUF, le UN % prélevé pour le CE d'EDF qui n'apparait pas et pour cause!
a écrit le 16/04/2015 à 18:34 :
il faut sortir de l'euro et de l'europe et surtout de l'otan jamais dans l'histoire une monnaie commune n'a résisté pour plusieurs pays.!!
l'union européenne va concurrencer l’Asie en pratiquant une baisse du niveau de vie, pour arriver à parité avec l'Asie.
il évident que le problème est la dette qui ne sera jamais remboursé, par personnes d'ailleurs les impôts ne peuvent qu'augmenter et la consommation que baisser, je parle pas de l'immigration de 200.000 entrées avec un chômage de masse enfin bon continuez à voter umps on sait que la France sera dans la situation grecque dans 2 ou 3ans avec une guerre civile en plus
a écrit le 16/04/2015 à 17:37 :
Une question : A qui profite le Q.E ? pourquoi les sommes du Q.E. ne sont pas versées DIRECTEMENT aux citoyens? ceux-ci dépenseraient et l'économie repartirait !
Je peux comprendre le système US quant au QE, car leur système de pension (retraite) est basé sur les actions, plus impression de monnaie. En faisant monter les actions donc les portefeuilles des retraités, cela maintient le financement! mais en C.E. ce QE ne peut s'appliquer (globalement) car les sommes versées par le privé ont été dilapidées par les Etats. et le risque à moyen terme est une inflation violente qui ne pourra pas être contenue.
a écrit le 16/04/2015 à 17:26 :
Une solution : augmenter les salaires et retraites des fonctionnaires, ils sont respectivement 5,6 millions et 2,5 millions. Cet apport dans l'économie se ferait sentir rapidement...au point où nous en sommes !!!
a écrit le 16/04/2015 à 17:20 :
Prenons l'exemple de la Suisse. Un cercle vertueux uni les entreprises et les banques, qui jouent le jeu du développement économique car c'est le cœur de leur métier, leur raison d'être. Les banques françaises n'ont quant à elles aucune utilité économique et préfèrent spéculer, à tel point que l'Etat, à travers la CDC et la banque publique d'investissement (donc nous contribuables) est obligé d'intervenir de façon à soutenir et développer l'investissement privé. C'est une situation insupportable et scandaleuse. Mais notre gouvernement n'a pas le courage d'attaquer de front la finance. C'est donc ainsi, avec ces reniements répétés, qu'à terme meurent les démocraties...
a écrit le 16/04/2015 à 16:42 :
Bien sur que les faillites explosent, il suffit de se promener dans la rue pour voir partout des milliers de commerces qui ferment avec leurs boutiques "à louer" .. et pourtant, il y a juste un mois et demi fin février, la Coface déclarait "baisse du nombre de défaillances d'entreprises observée en 2014 qui se poursuit en ce début d'année", et l'on voit une fois de plus que certains qui font des statistiques dans leur tour d'ivoire ... sont déconnectés du monde réel. Donc si l'on résume on a une reprise sans emplois et avec une envolée des faillites .... moi j'appelle soit-disant reprise du "pipeau".
a écrit le 16/04/2015 à 16:04 :
En réalité beaucoup d'entreprises pourraient survivre avec une gestion différente des faillites car le tribunal de commerce ne s'intéresse qu'aux créanciers mais quelle est la différence pour l'état d'aider une entreprise ou de payer primes de licenciements assedic ou rsa.
a écrit le 16/04/2015 à 15:45 :
Finalement l'état et son gouvernement ne protège pas beaucoup, surtout celui là, et se fiche du monde du privé, trop jungle trop libéral.
a écrit le 16/04/2015 à 15:22 :
C'est ça la reprise Française: + 7% de défaillances d'entreprises, contre + 0,7% de création !
Et pour un peu plus de chômage en dehors des défaillances il y a pas mal de plans sociaux à venir dont les derniers chez TOTAL, DIM et bientôt en plus grand nombre la SNCM quel que soit le repreneur.
Réponse de le 16/04/2015 à 16:09 :
1.000% en accord avec vous !! non sans dire des chaînes de distribution qui commencent à leur tour à supprimer des postes de travail.... mais pas de souci, tout va bien pour nos médias économiques, la reprise vient de commencer!!
a écrit le 16/04/2015 à 15:14 :
C'est l'effet Hollande conjugué par un autre facteur l'effet Sapin,cela était prévisible 10% de la population au chômage et 2000 milliards de dette sur la tête de vos enfants et pourtant ils trouvent de l'argent pour encore dépenser plus et ils ont tout le temps de l'espoir pour eux au moins jusqu'en 2017 et les autres qui veulent la place sont pareil . Allez voter pour changer quoi ! les rendre plus légitimes sans doute .
a écrit le 16/04/2015 à 13:41 :
C'est cela le libéralisme que prône la droite et l'extrême droite : les plus faibles disparaissent....Finalement une bonne nouvelle pour les lecteurs et la majorité des commentateurs de La Tribune.
Réponse de le 16/04/2015 à 15:20 :
deieu merci, avec bientot 60% de poids de l'etat dans l'economie, la france n'a rien de liberal, c'est plutot un vrai petit paradis communiste
parce que dans les pays liberaux, il y a des faillites, mais il y a bcp de creation derriere...
da svidania, tavarich !
Réponse de le 16/04/2015 à 15:26 :
Au cas où vous ne vous en seriez pas aperçu ce n'est ni la droite ni l'extrême droite actuellement au pouvoir central ! et pourtant quel tableau ! Suggérez-vous de passer en régime bolchevique totalitaire ou aux nationalisations faites par De Gaulle et supprimées par Mitterrand.
a écrit le 16/04/2015 à 13:11 :
Mais oui c'est la faute aux socialos alors votez Sarko et tout le monde sera riche !
a écrit le 16/04/2015 à 12:32 :
artisan du bâtiment depuis 22 ans nous sommes aujourd'hui confrontés à la disparition du secteur suite à l'émergence et la concurrence déloyale des auto-entrepreneurs, nous sommes compétents, assurés, avons formé des jeunes, payons taxes et impôts plus qu'il n'en faut et au lieu de nous aider en baissant les charges par exemple en établissant un small business act par ex on nous pose une concurrence dont la seule compétence est critère ô combien incontournable actuellement d'être moins chère ! l'état scie la branche sur laquelle il est assis, sans nous: moins de rentrées fiscale, absence
de formation d'apprenti, disparition de compétence...ca va aller vite et cette casse se paiera cher!
Réponse de le 16/04/2015 à 13:13 :
Je suis auto-entrepreneur dans l'informatique. Croyez-vous que seul, je puisse concurrencer une agence de 20 salariés ? Impossible ! Croyez-vous que 30 000 € par an de CA brut est un revenu suffisant pour faire vivre ma famille avec mes15 ans d'expérience dans mon métier ?
Arrêtez de vous plaindre et de tirer tout le monde vers le bas et réclamez quelque chose de juste comme la baisse des cotisations sociales pour TOUS les entrepreneurs.
Réponse de le 16/04/2015 à 13:51 :
Bien vu, Olivier. Et c'est encore plus FLAGRANT dans le batiment et d'une manière générale dans l'artisanat : les autoentrepreneurs ne sont pas une concurrence car ils n'ont pas la réputation ET la solidité des professionnels installés. Ils ne sont une concurrence QUE lorsque l'artisan demande TROP cher. Et se plaint de ne jamais gagner assez. Autre chose : les FAUX autoentrepreneurs avec UN seul client, il y en a BEAUCOUP...
a écrit le 16/04/2015 à 12:30 :
Ca, c'est encore un effet de la reprise. Vivement qu'on revienne en crise, ça ira mieux.
a écrit le 16/04/2015 à 12:19 :
"Les PME de plus de 50 salariés "emboîtent prudemment le pas de la reprise"

Effectivement, à titre d'exemple, pour GEODIS-Calberson (filiale SNCF), Heppner, DB-Schenker, ou encore Mazet, la disparition de Mory sur le marché du transport national et intenational va permettre "d'emboiter prudemment le pas de la reprise", au moins pendant quelques temps, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de concurrent "plantable" dont on peut récupérer les clients gratuitement.
Ou plus de clients...
L'économie française ne crée plus de richesses.
Au mieux, elle les redistribue.
Ce n'est pas un système pérenne.
a écrit le 16/04/2015 à 12:18 :
Le socialisme est au fond un système inhumain c'est pour ça qu'il détruit l'espoir. Devenir un pion d'une société collectiviste ou l'individu est nié dans son existence et ses aspirations est horrible. L'état n'est pas une personne, c'est un système qui écrase. Je ne crois plus en la France car elle est enfermée dans le socialisme.
Réponse de le 16/04/2015 à 13:46 :
Eeet donc, vous n'avez pas remarqué que la crise est mondiale... Faut sortir, un peu, de temps en temps.
a écrit le 16/04/2015 à 11:32 :
On ne met avant que les bons chiffres. Mais, la production industrielle stagne, la demande exterieure est au plus bas depuis 17 mois.... La situation est loin d'être aussi rose que les journalistes le decrivent.
a écrit le 16/04/2015 à 10:45 :
je ne vois que TROIS SOLUTIONS pour ameliorez la reprisse 1// augnentez le pouvoir d achat des francais en baissant le prix des loyers et des assurances et mutuelles 2// inventez des produits nouveaux a forte valeur ajoute,3// AIDEE LA REPRISSE DU BATIMENT ET TRAVEAUX PUBLIC???
Réponse de le 16/04/2015 à 12:10 :
En toute modestie au 21 siècle, , je n'en vois qu'une..de solution !. jeter aux poubelles de l'histoire économique , tous les responsables de cette nomenklatura incompétente et anxiogène...
a écrit le 16/04/2015 à 10:15 :
"La consommation des ménages reprend des couleurs, le climat des affaires s'améliore, les conditions de crédit s'assouplissent, les clignotants passent progressivement au vert... Pourtant l'économie réelle patine encore sévèrement"

Pour le cabinet Altares, la consommation des ménages ne fait donc pas partie de l'économie réelle...à moins que la "reprise de couleurs" de celle-ci ne soit due qu'à :

- la hausse du prix des balles de golf
- les hausses annuelles systématiques des dépenses "obligatoires" : assurances, énergie, transports publics, etc....bref, tout ce qu'on appelle "services" et qui sont les seuls dont les prix augmentent.

Pour Altares : au premier trimestre, il n'y a eu principalement que deux catégories d'entreprises. Celles qui ont "planté", et celles qui ont failli le faire avec des baisses de CA de l'ordre 15% à 30% sur N-1.
a écrit le 16/04/2015 à 10:04 :
Le socialisme c'est comme le tabac, ça tue.
a écrit le 16/04/2015 à 10:03 :
Les vrais moteurs de croissance sont quasiment à l'arrêt, sauf ceux de la croissance financière et ceux de la révolution numérique. Ces 2 derniers moteurs ont un point commun: bulle dangereuse pour le premier et JOBLESS RECOVERY pour le 2° car pas concerné par les dernières annonces pour favoriser l'investissement. ON POURRAIT RENVERSER LA TABLE ET FAIRE DES ETINCELLES SI ON VOULAIT FAIRE LES REFORMES QUE TOUT LE MONDE CONNAIT QUE NOS DIRIGEANTS REFUSENT !!
a écrit le 16/04/2015 à 9:59 :
Après 2ans 1/2 de matraquage fiscal tout azimut des socialistes improductifs validés de la nomenklatura ...mais prédateurs de l'argent des autres, pour imposer leurs utopie...! il fallait s'attendre a ce genre de désastre économique ....le plus anxiogène dans tout ca , est de savoir quelle ardoise couteuse , ils vont laissé au peuple ...plus que l a Grèce ou moins que l'Espagne ...?
a écrit le 16/04/2015 à 9:16 :
tres certainement la celebre ' inversion de la courbe'
sinon, vous aurez remarque que ca colle avec ce que je vous poste comme commentaires au quotidien ;-)))))))
la bonne nouvelle c'est que ca n'interesse de toute facon plus personne de se sortir les doigts ;-)))
Réponse de le 16/04/2015 à 10:05 :
Attention , le président normal pour français normalisés ,risque d' être choqué par votre perspicacité ... ...
a écrit le 16/04/2015 à 9:05 :
Vous avez du vous tromper : notre président nous a dit que tout allait bien, que la reprise était là. Les entreprises qui ont déposées le bilan ont du le faire exprès. Et les chomeurs aussi. En fait c'est la faute des entreprises, des chomeurs et de la presse indépendante aussi !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :