Tony Estanguet : "Les Jeux olympiques doivent laisser une trace dans la société"

 |   |  901  mots
 Outre la dimension sportive et festive de ce type d'événements, les Jeux doivent laisser une trace dans la société, un héritage. Le sport doit permettre de renforcer la cohésion sociale, de créer une société meilleure par le sport. Nous y sommes très attachés. La notion d'héritage - tangible et sociétal, est au centre de notre projet , explique Tony Estanguet à La Tribune.
" Outre la dimension sportive et festive de ce type d'événements, les Jeux doivent laisser une trace dans la société, un héritage. Le sport doit permettre de renforcer la cohésion sociale, de créer une société meilleure par le sport. Nous y sommes très attachés. La notion d'héritage - tangible et sociétal, est au centre de notre projet ", explique Tony Estanguet à La Tribune. (Crédits : DR)
Depuis février, Paris est officiellement candidate l'organisation des Jeux olympiques en 2024. Tony Estanguet, triple médaillé d'or olympique, aujourd'hui co-président avec Bernard Lapasset de Paris 2024, fait un premier bilan et fait un point sur les prochaines échéances.

LA TRIBUNE - En février 2016, le comité de candidature de Paris 2024 pour l'organisation des Jeux olympiques et paralympiques d'été présentait son projet à la Philharmonie de Paris. Depuis cette date, quel est l'état d'avancement du projet ?

TONY ESTANGUET - Cette année fut réellement décisive, depuis cette présentation au grand public, qui fut en effet un moment très important pour nous, très fort, jusqu'au premier oral face aux Comités nationaux olympiques rassemblés mi-novembre à Doha. Au cours de cette année, nous avons réussi à réunir toutes les garanties techniques, financières, juridiques et politiques, à fédérer les forces, les énergies et à créer un consensus pour que ce projet soit couronné de succès. Nous nous sommes donné les moyens et nous sommes là où nous voulions être avant d'entamer le dernier tour de piste.

Le monde politique est derrière Paris 2024 ?

Le chef de l'État, Valérie Pécresse et Anne Hidalgo nous soutiennent très fortement, les parlementaires de l'Assemblée nationale et du Sénat également, qu'ils soient de droite ou de gauche. Ceci étant dit, à la différence des précédentes candidatures parisiennes, je rappelle que ce projet est initié et porté par le mouvement sportif. Le monde politique vient seulement en appui.

Quels sont les points forts de la candidature de Paris ?

Dans notre projet, 95% des sites sportifs existent déjà, tous ou presque à Paris ou à proximité. Pour les athlètes et les spectateurs, toutes les conditions sont réunies pour les Jeux à Paris soient une belle célébration du sport, une belle fête.

Que reste-t-il à construire ?

Le centre aquatique et le village olympique qui seront situés en Seine Saint-Denis. Ces investissements ne sont pas superflus. La France attend ce centre aquatique depuis des années. Quant au village, il sera reconverti en 4.500 logements après les Jeux.

Il n'y a donc pas de risque que la facture explose ? Ce fut le cas à Athènes, Pékin Sotchi, Londres... Une partie des Français, qui sont également des contribuables, sont inquiets, même s'ils soutiennent en masse ce projet.

Le risque est éminemment faible. Le CIO est vigilant sur ce point. Dans l'histoire récente, c'est la construction d'infrastructures lourdes et notamment de transports qui ont provoqué l'envolée de la facture. A Paris, ces infrastructures existent déjà. C'est donc un moment idéal pour accueillir les Jeux.

Ce n'est pas la première fois que le CIO met en garde sur la viabilité financière des Jeux. Pourtant, les dérives n'ont pas cessé. Le « business » l'a souvent emporté...

C'est exact. Mais la crédibilité du CIO est en jeu. S'il veut que les Jeux continuent à faire rêver, que des villes postulent pour les organiser, il faut absolument que les conditions financières ne soient pas un obstacle. De notre côté, nous n'avons pas le droit de mentir. C'est la raison pour laquelle notre projet est totalement transparent. Le budget d'investissement de 3 milliards d'euros avec 50% de financement public est au niveau de ce nous avions évoqué il y a deux ans. Nous devons absolument créer une relation de confiance avec les citoyens.

Deux semaines après le premier oral passé à Doha, quels enseignements tirez-vous ?

Notre projet tient bien la route. Le CIO a, semble-t-il, apprécié que Paris 2024 soit piloté par le mouvement sportif. Nous ne sommes pas en avance par rapport à Los Angeles ou Budapest, nos concurrents, mais nous sommes très bien positionnés. Il ne faut pas avoir de complexe. Il ne faut pas non plus être trop confiant, car le chemin est encore long jusqu'au 13 septembre 2017, date de la désignation de la ville-hôte à Lima, au Pérou.

D'ici cette date, quelles sont les échéances pour le comité ?

Le 3 février, nous remettrons notre dossier final et c'est alors que la campagne internationale débutera. Nous allons prendre nos bâtons de pèlerin pour convaincre la famille olympique aux quatre coins du globe.

Cette campagne de séduction avait déjà commencé, non ?

Lors des Jeux olympiques et paralympiques de Rio organisé l'été dernier, nous étions en effet sur place pour évoquer la candidature et affiner notre projet

Quelles sont les valeurs que porte Paris 2024 ?

Le CIO est très strict sur ce point. Outre la dimension sportive et festive de ce type d'événements, les Jeux doivent laisser une trace dans la société, un héritage. Le sport doit permettre de renforcer la cohésion sociale, de créer une société meilleure par le sport. Nous y sommes très attachés. La notion d'héritage - tangible et sociétal, est au centre de notre projet

Vous parlez d'héritage. Certains équipements construits pour les Jeux olympiques de 1900 et 1924 sont encore utilisés par les sportifs. C'est par exemple le cas du stade Pershing et du Vélodrome de la Cipale dans le bois de Vincennes ou du Pré Catelan dans le bois de Boulogne. Ces lieux mythiques seront-ils mis à l'honneur ?

Bien entendu et nous avons d'ailleurs prévu d'organiser le hockey sur gazon au Stade olympique Yves du Manoir à Colombes. En amont des Jeux, des olympiades festives et culturelles seront organisées dans ces lieux iconiques pour célébrer l'olympisme et contribuer à développer la pratique sportive en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/12/2016 à 16:07 :
Des traces? Bien sur, au mieux le manque a gagner , au pire le deficit abyssale.
a écrit le 12/12/2016 à 8:11 :
Les J.O modernes ne laissent que des ruines coûteuses, de superbes factures et des impôts locaux plus chers dû aux déficits chroniques et aux frais d'entretiens d'infrastructures peu utilisés. C'est aux fédérations de prendre en charge la construction et l'entretien de celles-ci sans l'aide de l'argent public.
a écrit le 12/12/2016 à 7:46 :
Non aux JO à Paris, source de dépenses non maîtrisées, donc d'augmentations de taxes et d'impôts, de pollution supplémentaire, de thrombose accentuée dans les transports déjà insuffisants et en piteux état. Imaginez ds JO dans le contexte de la semaine dernière: pollution, limitation de circulation, RER et métro en panne répétée, ...
a écrit le 12/12/2016 à 5:16 :
Ce triste sire a raison. Les jeux olympiques laissent quelque chose. Des dettes.
a écrit le 11/12/2016 à 20:56 :
la seule trace est une dette colossale pour le contribuable , souhaitons que la candidature de paris ne soit pas retenue ; un pays qui n'a plus d'argent pour la santé et les retraites se passe de ces couteux évènements
a écrit le 11/12/2016 à 19:49 :
Pour des Traces y a pas de pb, quand on voit que la circulation alternée est actuellement utilisée à Paris, y a aucun doute que si les JO sont organisés à Paris, la pollution devrait disparaitre ! Jo a Paris est la plus absurde chose écologique que mme Hidalgo veut organiser. Pourtant elle est forte dans l'absurdité.
a écrit le 11/12/2016 à 12:42 :
Des traces ? Comme du dopage dans toutes les délégations sportives, pour tous les sports et tous les "athlètes" ? Comme de la corruption massive permettant aux "petits copains" de se faire un max' de thune ? Comme des dépenses toujours sous-estimées et un gaspillage scandaleux de l'argent public ? Belles traces que voilà pour une simagrée où les pseudo-performances ne sont jamais dues qu'à un dopage massif et donc sans valeur ni intérêt. Sauf pour ceux qui se remplissent les poches au passage...
a écrit le 11/12/2016 à 12:02 :
N'en déplaise à M Estanguet, les JO n'ont guère laissé de traces dans les imaginaires collectifs. Ce sont des parenthèses dans la vie des pays qui les accueillent, mais pas plus que les coupes du monde de football.
Une grande partie du monde aura oublié dans 5 ans qu'il y a eut des jeux à Rio et si l'on parle encore des jeux de Sotchi, c'est à cause du scandale du dopage d'état russe.
Ce sera pareil pour Paris.On en parlera beaucoup avant et pendant et plus après.

Le seul avantage de Paris c'est qu'il risque peu d'y avoir des "éléphants blancs" puisqu'on a déjà une bonne partie des équipements, mais pour la cohésion sociale, la société meilleure par le sport et autres billevesées, n'y croiront que ceux qui y ont intérêt. Et je n'en suis pas.
a écrit le 11/12/2016 à 9:20 :
Dettes publiques colossales, impôts , taxes, amendes, etc...qu'il se rassure des traces il y en aura comme à chaque fois
Réponse de le 11/12/2016 à 19:52 :
N'oublions pas la principale trace que sera le surplus de pollution dû à la préparation, accueil.... La maire s'en plein tout le temps et de toutes saisons, et lç elle veux organiser un gouffre écologique? Où est la cohérence? La pollution ce sont les citoyens qui doivent faire un effort pour que les plus riches puisse profiter de JO?
a écrit le 10/12/2016 à 23:39 :
Pour laisser une trace, les Jeux vont laisser une trace amère, à savoir les taxes et impôts à payer pour renflouer cette aventure :-)
a écrit le 10/12/2016 à 22:19 :
Que ce monsieur se rassure les JO laisserons une trace dans la societe car il faudra bien les payer: aufmentation d impot baisse des services utiles aux citoyens comme au bresil ou en grece qui ont eut la chance d accueillir les JO recemment.
Quant a penser que le cout des JO ne va pas exploser ... a mourir de rire . Je suis pret a parier que l enveloppe initiale ne sera pas tenue et que le contribuable devra payer. Qu on laisse les JO a des tyrons voulant redorer leurs blasons (y en a un en syrie qui serait interesé)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :