Logement : vive polémique sur la baisse de 5 euros des APL à la rentrée

 |   |  1034  mots
(Crédits : Jacky Naegelen)
Le précédent gouvernement assure n'avoir « jamais » envisagé une baisse des aides personnalisées au logement, a affirmé l'ancien ministre chargé du Budget Christian Eckert, dans un entretien au Parisien, contredisant les affirmations de l'actuel ministre de la Cohésion des Territoires. Un avant-goût des difficiles arbitrages budgétaires de la rentrée.

C'est une mesure symbolique certes mais qui en dit long sur la réalité de l'impasse budgétaire et des ennuis qui attendent le gouvernement à la rentrée, alors que Emmanuel Macron a promis de tenir la barre des 3% du PIB de déficit public, mais veut "en même temps" baisser les impôts et les dépenses publiques. L'annonce, samedi à l'AFP, par une responsable du ministère de la Cohésion des Territoires, chargé notamment du Logement, que toutes les aides au logement allaient baisser de 5 euros par mois et par foyer à partir d'octobre n'en finit pas de créer la polémique. Selon le ministère de la Cohésion des Territoires, il s'agit de "l'application d'une réforme d'économie budgétaire décidée sous le quinquennat précédent".

Que nenni ! a rétorqué dimanche dans le JDD Christian Eckert, l'ancien ministre du Budget : "nous ne l'avons jamais envisagée. Jamais. Je suis formel. Elle ne nous semblait pas juste". Le ministre de la Cohésion des territoires, Jacques Mézard, a pour sa part déclaré au Parisien que "c'est une mesure qui découle du fait que le projet de loi de finances (PLF) 2017 avait été sous-doté car le précédent gouvernement avait prévu, sans l'annoncer, une baisse du montant de ces aides de 140 millions d'euros dans le budget". "Sauf qu'ils nous ont laissés la faire", a poursuivi Jacques Mézard, en ajoutant que le gouvernement n'avait "pas d'autre solution que de la mettre en oeuvre pour combler ce trou". Selon Christian Eckert, "à chaque changement de ministre, il se passe le même scénario : la direction du Budget présente une liste de mesures que l'on appelle « le musée des horreurs », des mesures généralement refusées par les prédécesseurs et qu'elle essaye de replacer". Il a par ailleurs estimé qu'il était trop tôt pour parler de « trou budgétaire ». « L'année n'est pas terminée. Comment peuvent-ils savoir en juin qu'il va manquer 140 millions à la fin de l'année sur un budget de 18 milliards d'euros », s'est-il interrogé.

De son côté, l'ancienne ministre du logement Emmanuelle Cosse a accusé le gouvernement « de dire n'importe quoi ». « Monsieur Darmanin, n'assumant pas cette mesure de rigueur très dure et qui va faire très mal dans les publics défavorisés, explique que c'est l'application d'une réforme que nous aurions mis en place, ce qui est faux », a-t-elle dénoncé sur France Info. Même dénégation de sa devancière à ce poste, la radicale de gauche Sylvia Pinel. « Cette mesure d'économie revient régulièrement et je m'y suis toujours opposée lorsque j'étais en charge de ce dossier et elle avait d'ailleurs été systématiquement écartée par le précédent gouvernement. Je demande donc au Premier ministre et à son gouvernement de revenir sur cette décision dangereuse et injuste pour les ménages modestes », a-t-elle déclaré sur page Facebook.

Les aides au logement bénéficient à 6,5 millions de ménages français pour un montant moyen de 225 euros par mois. Versées par la Caisse d'allocation familiale (CAF), elles se décomposent en trois catégories : l'aide personnalisée au logement (APL) qui profite notamment à environ 800.000 étudiants, l'allocation de logement familial (ALF), et l'allocation de logement social (ALS). Une baisse de ces aides de 5 euros par mois et par ménage représenterait ainsi une économie mensuelle de 32,5 millions d'euros, soit 97,5 millions sur les trois derniers mois de l'année en cours.

La Fondation Abbé Pierre demande à être reçue

Le délégué général de la Fondation Abbé Pierre, Christophe Robert, a demandé dimanche à être reçu par le gouvernement après l'annonce de la baisse des aides au logement, dont les APL, un choix qu'il dit ne pas comprendre car il pénalise "les plus pauvres". "On voudrait pouvoir discuter des raisons de ce choix qui nous parait assez étrange. On a déjà rencontré le gouvernement à plusieurs reprises mais voir annoncer une baisse des aides au logement qui ciblent vraiment les ménages les plus modestes, les plus pauvres, nous semble être un signe assez préoccupant", a déclaré à l'AFP le responsable de l'association caritative.

"D'autant que cette baisse intervient après d'autres baisses qui ont conduit depuis quinze ans les aides à décrocher par rapport au coût du logement", fait-il valoir, précisant que ces dernières ont évolué sur cette période "deux fois moins vite que les loyers et trois fois moins vite que les charges". "Pourtant, dit-il, avec les minimas sociaux, l'aide au logement est celle qui lutte le plus contre l'exclusion et la pauvreté dans notre pays".

"Pour bien se rendre compte, il faut savoir qu'un ménage qui a plus d'un smic net ne touche plus les APL et qu'un couple avec deux enfants qui a plus de deux smics net non plus. Donc, il s'agit déjà d'une aide ciblée vers les plus fragiles, ceux qui ont le plus de mal à joindre les deux bouts", souligne Christophe Robert.

"On a conscience des enjeux budgétaire mais faire des économies, c'est aussi faire des choix: Quand on va exonérer 80% de la population de la taxe d'habitation, on va toucher les classes moyennes et les classes moyennes supérieures et cela va se traduire par 8,5 milliards de moins de rentrées dans le budget de l'État", estime-t-il.

"De l'autre côté, baisser, même un petit peu les ressources de la protection sociale pour le logement (l'économie attendue est de 400 millions d'euros par an, ndlr), c'est porter atteinte aux plus fragiles", insiste le délégué général de la Fondation Abbé Pierre. "Pour nous, explique-t-il, c'est un très mauvais signe fait par des technocrates qui ne mesurent pas ce que c'est que de vivre avec de petites ressources, à quel point cela a de l'impact sur les dépenses de santé, d'alimentation. Le coût du logement a flambé en quinze ans et pénalise durement les ménages les plus fragiles. Tout cela nous semble assez incohérent".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/07/2017 à 10:56 :
Quel psychodrame !!! Si on ne peut pas attendre €5 de solidarité, même des plus démunis, et ceci non pas de paiement, mais de moindre contribution, c'est à désespérer !!! Pour ma part, je suis prêt à contribuer, et pour moi ce sera bien plus, ceci pour l'avenir de notre pays et de nos enfants. L'exploitation politicienne qui en est faite est également écœurante. Ces politiciens n'ont pas compris que la demago nous avait tellement fatigué !!!
a écrit le 25/07/2017 à 9:17 :
Pour moi, le plus simple serait de refonder TOTALEMENT les aides au logement, qui sont aussi une incitation à l'inflation dans les loyers...
Le lpus simple serait que l'état, via les HLM par exemple, se porte locataire de logements privés, pour les sous-louer ensuite aux bénéficiaires, à loyer aidé.
Le propriétaire louerait à l'organisme HLM pour par exemple 15% en dessous du prix du marché, et ne demanderait aucune garantie au locataire, ni ne choisirait ce dernier (donc pas de discrimination). En compensation, l'organisme HLM endosserait la responsabilité du paiement du loyer au propriétaire, ainsi que l'éventualité de frais de remise en état.
Petit propriétaire privé, je signe tout de suite !!!
a écrit le 24/07/2017 à 22:41 :
Faire un tel chahut pour 5 € alors que des travailleurs pauvres payés au smic, produisant les richesses de notre pays n'y ont pas droit, c'est parfaitement stupide.
Ou alors la norme en France c'est que pour avoir des droits il faut vivre aux crochets de la société.
Soit le monde à l'envers.
a écrit le 24/07/2017 à 21:16 :
Pfff. Autant je suis favorable à toutes les mesures pour inciter à travailler, autant le punitif à 5 euros c'est petit. Des gens rament vraiment alors qu'ils n'ont rien mérité pour. Là, on attaque la roche. Il me semble que ce n'est pas dans cet esprit que les Français ont voté Macron, ou je me trompe.
a écrit le 24/07/2017 à 17:50 :
Je m'étonne que notre gouvernement fasse des économies de bouts de chandelles sur le dos des plus pauvres (pour qui les bouts sont fort utiles pour finir le mois) et ne parvient pas à récupérer ne serait-ce qu'un milliard d'euros sur les 80 milliards que représentent l'évasion fiscale...
Réponse de le 24/07/2017 à 20:25 :
Pourquoi êtes vous étonné? Qui a financé le parti de Macron? Les riches et que les riches, les français l'ont élu sans même se poser cette question et aujourd'hui il rend à ceux qui l'ont financé l'appareil et nous on va pleurer ! Comment croyez vous qu'un parti qui a moins d'un an avec si peu d’adhérent à pu financer une campagne de plusieurs millions?
Réponse de le 25/07/2017 à 6:41 :
Si c'etait si facile de recuperer l'estimation de 80 Milliards cela se serait.
Pour votre information, Il est plus facile de controller les depenses plutot que le manque a gagner (baisse de revenu). On ne peux pas mettre des controleurs partout, ce qui accroiraient les depenses avec un resultat tres mediocre. Toutes les etudes le prouvent. C'est de la demagogie MADE IN MELANCHON
a écrit le 24/07/2017 à 17:04 :
C'était prévisible que ce gouvernement élu avec un électorat aisé allait s'attaquer au plus pauvres et aux salariés rapidement avec des délais courts pour mettre en place ces réformes.En plus ils s'en foutent des réactions ce ne sont pas leurs électeurs (pour ceux qui votent bien sur).Je lis que ce sont les APL qui font monter les loyers ,je croyais que c'était plutôt les propriétaires* qui profitaient des APL pour augmenter les loyers,non ?
Par contre, si les APL baissent je doute que le propriétaire fasse de même avec le loyer .

* De particulier à particulier (PAP) auprès des personnes qui passent des annonces pour trouver un locataire dresse le portrait de cette France des «propriétaires-bailleurs». Ils possèdent 6,3 millions de logements locatifs, selon le rapport de la Commission des comptes du logement. Ce qui fait d’eux des acteurs incontournables des politiques menées en la matière : plus d’un cinquième de la population (22,7% des ménages, soit 14,4 millions d’habitants) loge dans leur parc immobilier.En croisant une multitude de données, les chiffres officiels estiment à 2,8 millions le nombre de particuliers bailleurs privés. Selon l’enquête de PAP, la moitié d’entre eux sont de «petits propriétaires» : 30% ne possèdent qu’un seul bien, et 25% en ont deux. Les autres (45%) sont à la tête d’un patrimoine immobilier locatif qui commence à être significatif : 29% des personnes ayant répondu à l’enquête déclarent posséder entre trois et cinq logements, 10,5% disent en détenir entre cinq et dix, et 5,5% affirment avoir plus de dix appartements ou maisons. Cette France des bailleurs privés offre un visage très contrasté : contrairement aux dires des agents immobiliers, elle n’est pas constituée majoritairement de retraités ou de petits salariés pour lesquels le loyer est un revenu d’appoint.L’enquête de PAP montre que ce patrimoine de 6,3 millions de logements locatifs privés est détenu très majoritairement par les catégories socioprofessionnelles les plus favorisées. Parmi les bailleurs, 32,7% sont des cadres du privé, 12,06% des cadres du public, 9,01% exercent une profession libérale, et 5,94% sont des chefs d’entreprise. Les cadres sont surreprésentés : l’Insee évalue à 17,6% leur proportion dans la population, mais ils sont presque 45% parmi les propriétaires, selon l’étude. A l’inverse, on ne compte que 13,4% de bailleurs parmi les ouvriers et les employés, alors que ces deux catégories représentent près de la moitié (49,5%) de la population.
a écrit le 24/07/2017 à 14:38 :
Et voilà, on continue dans la démagogie. 97 millions d'économies sur les pauvres, après 850 millions économisés sur le dos de l'armée, et deux milliards sur les collectivités territoriales. Où sont les efforts de Hulot et de ses bien-pensants, je me le demande encore. Fermer une centrale nucléaire ça coûte des milliards, et il veut en fermer des tas, soit-disant pour honorer une promesse des socialistes (c'est bien connu, c'est toujours la faute des autres, et de plus si la promesse est idiote il n'est pas obligé de la reprendre) !

La dette est un poison, et quoi que puisse dire l'union européenne, de toute façon limiter le déficit est la seule chose intelligente à faire. Mais vouloir réduire le déficit, si indispensable que ce soit, tout en supprimant l'ISF des amis de Macron, et en achetant des voix pour Macron contre la promesse de supprimer la taxe d'habitation, c'est de la démagogie pure et simple.

Même une chèvre aurait été élue face à Le Pen, tellement son projet est suicidaire. Que les sbires de l'empereur Néron remballent donc les promesses puériles d'un égocentrique assumé, elles mènent la France dans le mur. Pas aussi vite que le Pen, certes, mais la voie est la même.
a écrit le 24/07/2017 à 14:22 :
En 2013, Lordon expliquait dans une courte vidéo pourquoi Hollande avait été élu. Puis, chose "amusante", donnait le résultat pour les élections de Tromp et Macran. Pour ceux qui seraient joueurs (c'est tout ce qui reste en distraction car le pain se fait rare...), chiche que vous nous trouviez UN "dirigeant" d'UN pays sur terre qui ne soit pas élu par défaut ou magouille...?? Allez, un effort, le gagnant bénéficiera d'une crise économique démarrée en 2008.
a écrit le 24/07/2017 à 14:07 :
60 e de baisse par an pour un allocataire et augmentation chaque année de son loyer lié à l'indice, cette année augmentation de 0,51% en plus par mois soit presque 4 e de plus pour un loyer de 750 e merci à Mr Macron...
Réponse de le 25/07/2017 à 9:10 :
c'est où, votre niveau d'inflation ? Parce que ici (Vienne, sous pref de l'isère, à 30km de Lyon), on est sur une déflation depuis 10 ans !!!
a écrit le 24/07/2017 à 13:41 :
Incroyables français ,ils s'imaginaient s'en sortir sans rien de cinq années de gestion socialiste! Ils se sont fait ponctionné pendant cinq ans parfois en catimini (confer factures d'électricité et TVA associée).Et en plus ce n'est pas fini...
a écrit le 24/07/2017 à 13:26 :
Le déficit annuel de la France est de 60 milliards . Alors 5 euros c'est du folklore immoral.
Macron on t'attend dans le dur
baisse de 20% de la masse salariale de la fonction publique et ses retraites . La CGT participera à la répartition de la mesure de façon équitable entre les nantis !
retraite à 65 ans avec exception 60 ans pour toutes les mères de famille .
Blocage des loyers pendant 3 ans et augmentation administrée sur coût de la vie ensuite
allègement de l'imposition des entreprises qui réinvestissent .
suppression des OPEX .
Arrêt de l'accueil et de tout soutien aux populations indésirables y compris des Doms envahis par des faunes de profiteurs.
Les journalistes comploteurs en stage turc .
a écrit le 24/07/2017 à 12:50 :
Quand on vous dit que "le programme" c'est fait ailleurs et que le GOPE de Bruxelles en est la ligne directrice, vous doutez toujours?
a écrit le 24/07/2017 à 11:56 :
moralité / probité maintenant mensonge .. encore de la baisse en vue dans les sondages
a écrit le 24/07/2017 à 11:25 :
Grosse erreur politique que cette baisse de 5 € sur les aides au logement qui ne rapporte rien par rapport aux véritables enjeux qui se montent en milliards d'euros. Cette baisse ne toucherait que les plus faibles de notre société, c'est injuste. Il y a beaucoup d'autres niches fiscales à explorer.
a écrit le 24/07/2017 à 11:20 :
Ce que nous donne à voir le gouvernement Edouard Philippe, ce sont des décisions approximatives, du désordre, et l'incapacité à régler les problèmes mineurs de l'industrie à l'échelle d'un grand pays, bref un cumul crétin de gesticulations ;

Ayrault a utilisé un qualificatif qui va comme un costume DE LUXE sur mesure à ce gouvernement Edouard Philippe : MINABLE
a écrit le 24/07/2017 à 11:16 :
Quand le smic, le rsa ou les apl augmentent de 5 euros par mois, les même qui écrivent des commentaires ici crient au ridicule de l'augmentation.....
Réponse de le 24/07/2017 à 11:26 :
5 euros par mois quand on en gagne 5000 c'est rien, quand on en gagne 400 c'est beaucoup plus. Donc quand ça augmente à 405 euros c'est pas grand chose au final mais quand ça baisse à 395 euros ça fait une chute sévère oui question de logique mais pour ça encore fait il toujours être en possession de sa capacité ) penser hein.

Yen a marre des inquisiteurs néolibéraux qui viennent prêcher la fin de l'humanité pour que leurs dieux puissent gagner toujours plus de blé, mais bon sang un peu d'amour propre !
Réponse de le 24/07/2017 à 11:47 :
Vous avez raison mais ces 5 euros s'inscrivent dans un contexte: flat taxe et suppression de l'isf d'une part augmentation de la Csg des carburants des clopes de l'autre.
C'est pas la fin du monde mais la marque assumée d'une idéologie .
Le candidat Macron n'avait pas fait mystère de ses intentions mais il semble bien qu'une partie des français ne l'avait pas compris ainsi.
a écrit le 24/07/2017 à 11:03 :
Faire les poches des plus pauvres et des étudiants pour 5 € par mois.....les ambitions de M. Macron et de Philippe....triste gvt....
a écrit le 24/07/2017 à 10:59 :
Il s'agit de faire des VRAIES économies. Baisser les prestations ou supprimer des services utiles c'est équivalent à augmenter les prélèvements obligatoires ; ce n'est pas une économie. Une vraie économie c'est une baisse du nombre d'agents publics ou du montant d'achats externes en garantissant les mêmes services et en gardant constante la différence entre ce qui est pris aux français (prélèvements obligatoires) et ce qui leur est donné (retraites, allocations...).
Réponse de le 24/07/2017 à 13:04 :
vous faites comment pour baisser le nombre d agents ou les achats en gardant une qualite constante ? c est loin d etre evident ! Surtout si vous vous mettez a dos les dit agent en affichant la volonte d en virer

Ce qu il faut c est commencer par supprimer ce qui coute cher et qui a un service rendu faible: APL, PTZ et Pinel en font parti car ils concourent a la hausse des prix de l immobilier en le subventionnant.

La ou Macron fait une erreur c est sur le aupoudrage des economies. Il aurait mieux valu qu il annonce clairement la culeur: L APL fait monter les loyer , on va la supprimer progressivement. Par ex il est delirant de pouvoir toucher l APL et etre proprietaire ailleurs ou que les etudiants touchent l APL quelque soit les revenus des parents
a écrit le 24/07/2017 à 10:59 :
Dommage sur le fond il est claire que les APL posent un problème.
Un premier plafonnement aurait été plus judicieux et aller vers une suppression pure et simple des APL et autres aides au logement.

Les loyers sont trop chers pour des raisons structurelles... Mais là taper dans les poches des plus faibles c'est idiot, enfin vu que ces personnes ne votent pas...
a écrit le 24/07/2017 à 10:33 :
Grosse erreur politique que cette baisse de 5 € sur les aides au logement qui ne rapporte rien par rapport aux véritables enjeux qui se montent en milliards d'euros. Cette baisse ne toucherait que les plus faibles de notre société, c'est injuste. Il y a beaucoup d'autres niches fiscales à explorer.
a écrit le 24/07/2017 à 10:03 :
On vient de leur supprimer la taxe foncière et ils se plaignent de la baisse de 5 euros des APL.
Réponse de le 24/07/2017 à 18:24 :
a priori, ceux qui touchent les APL sont locataires et pas propriétaires?!
Sont ils en ce sens concernés par la taxe foncière?
a écrit le 24/07/2017 à 9:18 :
Peut-être le coup de rabot est-il trop simpliste (-5€ uniforme) mais il est néanmoins indispensable. Il faut sans doute supprimer totalement l'APL des étudiants s'ils émargent sur la déclaration de revenus de leurs parents (et leur permettent donc de réduire considérablement leur impôt sur le revenu).
a écrit le 24/07/2017 à 8:54 :
Une preuve surtout d'un énième mensonge d’État de la part des politiciens professionnels d'en marche.

C'est bien ça on a une république exemplaire de toutes les magouilles qui ont déjà été dévoilées durant la 5ème république.

Élections piège à gonds.
a écrit le 24/07/2017 à 8:42 :
Mettre les manques sur le dos des prédécesseurs est habituel !
.....Et les méthodes restent les mèmes : mensonges , hypocritie et dénis ...... le grand changement quoi .......
a écrit le 24/07/2017 à 8:08 :
Ce qui apparait de plus en plus clairement, c est que ces gens qui nous gouvernent ne savent absolument pas ou il vont, ni ou il veulent aller....,
La pensée complexe de macron est plutôt de la pensée brouillonne....tres inquiétant......pour un type qui a été deux ans secrétaire adjoint de l,Elysée, et deux ans ministre de l économie......
On est entrain de sortir de l illusion des mots, pour entrer dans l,enfer du réel.....dieu s est tromper d etage...,
Réponse de le 24/07/2017 à 8:58 :
Si il sait très bien où il veut aller : réduire les aides, flexibiliser le marché du travail. En résumé, faire une politique de droite...
a écrit le 24/07/2017 à 7:36 :
Il faut remplir les caisses de l’état , vidées par les promesses de flenbi , et c’est pas la virée du gouvernement ( + de 500 personnes ) à Nancy avec la réquisition de l'hôtel qui a dû virer les occupants ou l'invitation à Trump à la Tour Effel réquisitionnée aussi ! qui va arranger les comptes ! Tans pis pour les étudiants !!
a écrit le 24/07/2017 à 7:12 :
car il a assommé les Français d'impôts supplémentaires avec son complice François Hollande et ils devraient rendre des comptes sur l'état dans lequel ils ont laissé la France. Je ne suis pas macronien mais il faudra bien réduire la dépense publique dans ce pays sinon on ne s'en sortira jamais.
Réponse de le 24/07/2017 à 11:36 :
...a priori il n'y a aucun rapport entre niveau de dépenses publiques et santé économique d'un pays.
Certains pays aux fortes dépenses vont très bien alors que d'autre aux dépenses faibles agonisent.
a écrit le 24/07/2017 à 5:39 :
Il y a eu le rapport de la Cour des Comptes qui a montré un budget de l'ancien gouvernement insincère. Une fois cela fait aujourd'hui le nouveau gouvernement rajoute une couche nous voilà une nouvelle fois dans: ce n'est pas moi c'est l'autre. Cette baisse ne résout aucun problème et le gouvernement ne s'attaque toujours pas aux vrais sujets comme par exemple la mise en place d'une académie par région et non presque le double aujourd'hui, il ne s'attaque pas aux dépenses des agences d'état un gouffre financier, ni aux exonérations fiscales exotiques pas plus qu'il met en place un audit de fond sur un autre gouffre aux résultats contestables comme l'éducation nationale environ 2/3 d'enseignants pour 1/3 de statiques dont de hautes machins à foison. Ce gouvernement parle beaucoup d'Economie mais les actions réelles et pérennes sont toujours en attente.
Réponse de le 24/07/2017 à 8:45 :
" ... l'éducation nationale environ 2/3 d'enseignants pour 1/3 de statiques dont de hautes machins à foison ... " ?!?
Vous avez dû quitter le système assez tôt !
a écrit le 23/07/2017 à 22:42 :
Nous aurait-on menti? Depuis quarante ans, nos gouvernements et nos parlementaires présentent et votent des budgets en déficit dont l'exécution se traduit par une dette devenue délirante car la production et le commerce extérieur sont insuffisants; bien entendu, la situation financière des Présidents, ministres et parlementaires n'en souffre pas, contrairement à celle des "sherpas" que sont les travailleurs actifs et inactifs involontaires. Notre gouvernement actuel, comme les précédents, en est réduit à gérer des "fins de mois" difficiles, et, comme les précédents, sera non comptable de la situation "délicate" qu'il laissera à ses successeurs... à moins qu'il ne réussisse à renverser la vapeur, ce que je lui souhaite pour notre bien à tous... même et surtout aux capitalistes qui sont la solution de notre problème.
a écrit le 23/07/2017 à 21:59 :
Encore une erreur du précédent gouvernement !
a écrit le 23/07/2017 à 21:23 :
les apl sont responsables en partie des hausses de loyers en solvabilisant artificiellement les locataires. donc il faut les supprimer (ainsi que les Pinel et autre PTZ) car ca coute cher et pousse les prix vers le haut (et donc plombe la competitivite francaise). Par contre il faut dans le meme temps avec une partie de l argent economisé intensifier la construction de logements.
Quant on voit qu on pouvaut toucher les APL et etre proprietaire ailleurs, c est completement delirant ! Pour ceux qui en ont vraiment besoin, on peut prevoir une solution transitoire, par ex en recuperant l APL au moment des successions
Réponse de le 24/07/2017 à 0:27 :
@cd: c'est la totalité du système qui doit être remis en ordre. Certains accusent les "riches", ecnore faudrait-il savoir ce qu'est un riche puisque pour les socialos, on est riche à partir de 1200 euros mensuels. Tous les profiteurs et assistés permanents ont d'autant plus leur part de responsabilité que ce sont ceux qui triment qui paient leurs aides diverses et variées. Aider les gens dans une détresse passagère, tout à fait, mais subventionner la corruption, jamais :-)
Réponse de le 24/07/2017 à 17:42 :
Si l'on baisse les aides au logement, il faudrait imposer aux propriétaires de baisser leurs loyers d'autant afin que l'effort ne repose pas sur les plus pauvres qui n'ont guère le choix de leur logement...et qui sont déjà confrontés à des augmentations diverses...
a écrit le 23/07/2017 à 20:18 :
5 euros par mois , soit 60 e par an, ça , c'est pour l'APL , pour les retraités , c'est 1,7 %
soit pour une retraite à partir de 1200 par mois un montant de 244,80 e par an.
Le gouvernement parle de compenser cette CSG par la suppression de la TH. Les élus ne veulent pas en entendre parler , et on parle déjà de la supprimer sur plusieurs années. De toute façon , les 20 % qui continueront à la payer vont subir une hausse de cette CSG. Pour les gogos qui pensent ne plus rien payer, il auront une hausse de la taxe foncière et une révision à terme des bases locatives. Macron en revanche, va exonérer d'ISF 2 % de la population , les actionnaires du CAC 40. Un quinquennat qui commence fort.
a écrit le 23/07/2017 à 19:46 :
Il faut continuer, à 5 eur par mois pendant 4OMois : ils et elles " hébergent " toutes et tous, concubin (e) permanent(e) à la charge de la C.A.F : C.S.G-C.R.D.S à 9.7% et 17.2% !!
a écrit le 23/07/2017 à 18:52 :
on pensait que les menteurs patentes avaient degages depuis mai 2017.......
a écrit le 23/07/2017 à 18:50 :
darmanin comme delevoye, philippe et NATURELLEMENT le lemaire JUDAS ET MENTEUR. En 40 je m'eus méfier de ces gens là.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :