Loi anti-inflation d'Emmanuel Macron : pourquoi ça bloque

Alors que l'inflation atteint 5% en France, Emmanuel Macron a promis d'aider les Français à faire face à cette hausse des prix qui pèse sur le pouvoir d'achat. Il planche sur une loi anti-inflation qui sera prise dès l'été, une fois les élections législatives passées. Comportant plusieurs mesures - sur le carburant, l'énergie, etc - cette loi n'est pas facile à élaborer. Voici pourquoi...

Il y a urgence. Préserver le pouvoir d'achat des Français alors que l'inflation s'installe, tel est le premier engagement qu'Emmanuel Macron a formulé pour son second mandat. Des promesses réunies dans une grande loi inflation que le Président souhaite dégainer très vite, avant l'été. Mais plusieurs obstacles se posent à lui.

1 - Le premier est le calendrier

D'abord, le gouvernement est bloqué par le calendrier électoral. Pour adopter sa grande "loi anti-inflation", il faut que l'Assemblée nationale soit constituée. Et pour ce faire, il doit attendre les scrutins législatifs des 10 et 19 juin prochains. Avec la nécessité d'obtenir une majorité électorale suffisamment large pour faire adopter le texte qu'il aura préparé.

En attendant, le risque est politique. Alors que les Français, chaque jour, constatent que les tarifs augmentent dans les rayons, ils ont le sentiment que rien n'est fait pour eux... Risqué en période de campagne électorale, face à une gauche qui se structure autour de Jean-Luc Mélenchon.

D'où cette idée avancée par Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, de faire une communication des mesures dès lors que le prochain gouvernement sera constitué... en attendant que l'Assemblée nationale ne siège.

2 - La technicité des mesures

Bercy a retenu la leçon des économistes : pour être efficaces, les mesures doivent être plus ciblées pour toucher les ménages qui en ont plus besoin. Sans quoi cela revient à aider aussi les hauts revenus. "Il faut éviter d'arroser le sable", résume ainsi Laurent Berger, le leader de la CFDT.

Pour le chèque alimentation, par exemple, que le chef de l'Etat veut mettre en place sans tarder, le chiffre de 8 millions de bénéficiaires a été évoqué par Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture, en charge du dossier. Reste à savoir comment toucher ces foyers. Bercy souhaiterait passer par le réseau des caisses d'assurances familiales. Mais l'Elysée tient aussi à atteindre les étudiants modestes, un public par définition, plus éclaté.

Par ailleurs, la technicité de la mesure vire au casse-tête. A l'origine, le chèque alimentation a été pensé pour aider les familles à lutter contre la hausse des prix mais aussi pour les inciter à mieux se nourrir, en orientant leurs achats sur des produits locaux, naturels... et donc favoriser aussi notre agriculture. Mais, les industriels de la grande distribution s'inquiètent. Ils ne savent pas comment faire le distinguo à la caisse entre une barquette de fraises produite en France et une autre venue d'Espagne...

Enfin, le montant de ce chèque n'est pas encore défini. Là aussi, Julien Denormandie a évoqué entre 50 et 60 euros par mois, mais rien n'a été tranché. A Bercy, les calculettes tournent à plein. "Le principe de ce chèque alimentation a été pris au moment de la convention climat, mais c'est typiquement une idée de bobos difficilement à mettre en oeuvre avec le réel ", s'agace un conseiller de Bercy.

3 - Réussir à satisfaire tout le monde

Comment faire en sorte que les dispositifs imaginés pour limiter les effets des hausses de prix ne créent pas des levées de bouclier ici et là ? C'est aussi le défi posé au gouvernement avec cette loi.

Exemple, les équipes d'Emmanuel Macron planchent sur la façon de compenser l'augmentation des loyers, en intervenant sur l'indice de référence des loyers dont la progression est estimée à 2,5% depuis le début de l'année - un niveau que l'on n'a pas connu depuis 2008.

Mais politiquement, le sujet est ultra-sensible. Déjà parce que plus de 60 % des Français sont propriétaires... "En majorité, le niveau de revenus des propriétaires est plus élevé que celui des locataires, mais il n'empêche, on sait que certains locataires sont plus aisés que des petits propriétaires...", pointe un conseiller ministériel. Et d'ajouter : "sans compter que les "petits" propriétaires, qui louent un bien voudront répercuter la hausse des loyers... on va les rembourser ? Vous imaginez l'usine à gaz". Les associations de propriétaires ne voient pas d'un très bon oeil ce genre de disposition. Surtout à un moment où ils ont le sentiment que le gouvernement ne les épargne pas, en leur demandant de mieux isoler les biens qu'ils mettent sur le marché.

4 - Eviter le dérapage budgétaire

Chèque alimentation, limitation ou blocage de la hausse des loyers, mais aussi revalorisation des pensions de retraites dès le mois de juillet, promise par le chef de l'Etat, ainsi que la revalorisation exceptionnelle de certains minima sociaux, comme le RSA... le texte ne veut oublier personne.

C'est sans compter aussi sur les automobilistes qui prennent de plein fouet la hausse des prix des carburants. Le gouvernement a déjà fait savoir qu'il prolongerait la ristourne de 18 centimes d'euros au-delà du 31 juillet. Probablement d'un mois, pour éviter aux "aoûtiens" d'être pénalisés vis-à-vis des "juilletistes". Ensuite, à la rentrée, il souhaite concentrer son soutien sur les "gros rouleurs", ces Français - modestes - contraints d'utiliser beaucoup leur voiture pour aller travailler.

Enfin, il y a aussi le bouclier tarifaire sur le gaz - prévu normalement jusqu'à fin juin - qui sera également prolongé jusqu'à la fin de l'année 2022.

Alerte rouge sur la dette

La liste des dispositifs est longue et la facture promet d'être salée pour les finances publiques. "Pour rappel, depuis l'automne, on a déjà dépensé plus de 26 milliards d'euros pour aider les ménages à faire face à l'inflation", s'alarme un membre de Bercy. Combien de milliards faudra-t-il encore débourser ?

Personne dans l'entourage du gouvernement ne s'aventure à donner une estimation, mais il y a de quoi s'inquiéter. Car alors que notre économie donne des signes de faiblesse - ralentissement de la consommation, croissance nulle, déficit extérieur qui explose ...- notre pays se tournera vers la dette. Or, avec la remontée attendue des taux de la banque centrale européenne, celle-ci promet d'être de plus en plus "chère".

François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la banque de France le rappelait pas plus tard que cette semaine : une remontée de 1% des taux représente 40 milliards d'euros de dépenses en plus pour le budget de l'Etat. Sachant que la dette publique de l'Hexagone dépasse les 113 % de notre PIB, il y a alerte rouge...

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 13/05/2022 à 9:34
Signaler
La quantité d'énergie disponible diminue. L'énergie consommée et le PIB sont corrélés. De facto le PIB par habitant va donc diminuer. C'est de la physique. Une loi humaine ne peut pas changer une loi physique. Essayez de faire une loi pour annuler la...

à écrit le 13/05/2022 à 7:55
Signaler
Comme un banquier? Aider les français, mais a quel prix? Quand il emprunte, il fait rembourser par ceux qui n'ont pas eu droit a décision!

à écrit le 12/05/2022 à 23:11
Signaler
Ca peut exister, une loi anti-inflation? Tout au plus peut-on prendre des mesures palliatives, et encore... Il est vrai que nos ministres ne sont pas experts en ce domaine, qu'ils consultent leurs parents ou leurs grand-parents de la Quatrième Républ...

à écrit le 12/05/2022 à 18:14
Signaler
On a deja préparer les éléments de langage pour ne pas faire ce que l'on a promis dans le but d'être élus avec une majorité à ce que je vois... Le en meme temps : je promet en grandiloquence et annonce en petits caractères dans la marge les conditio...

à écrit le 12/05/2022 à 17:01
Signaler
la Rennaissance ! sera elle l exemplarité dans l équipe. gouverner n est pas d infantiliser la population dans la culpabilité

le 13/05/2022 à 5:19
Signaler
"en même temps", la renaissance aurait pu s'appeler l'enterrement.

à écrit le 12/05/2022 à 16:54
Signaler
A quand une loi anti-pauvreté ? N'importe quoi ce gouvernement

à écrit le 12/05/2022 à 13:44
Signaler
Fut un temps où le livret A servait de "placement" liquide rempart contre l'inflation, avec un taux indexé sur cette dernière. Cette indexation a été supprimée par M. Macron, qui préférait créer des dispositifs supplémentaires encourageant le placem...

le 12/05/2022 à 15:42
Signaler
1) les classes moyennes n ont pas comme patrimoine le livret A (le gros c est leur residence principale) 2) sur le plan economique, il vaut mieux inciter les gens a investir dans des entreprises que dans des parpaings ou des bon du tresors (aka li...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.