Loi Macron : la libéralisation du transport par autocar peut-elle créer des emplois ?

 |   |  403  mots
Selon les calculs de Flixbus France, ses partenaires, c'est-à-dire les sociétés d'autocars françaises qui accepteraient de repeindre un autocar de leur flotte aux couleurs vertes de Flixbus - en échange de 80% des revenus générés - pourraient embaucher aux environs de 3.000 personnes. La libéralisation du transport par autocar dépend du vote du Parlement.
Selon les calculs de Flixbus France, ses partenaires, c'est-à-dire les sociétés d'autocars françaises qui accepteraient de repeindre un autocar de leur flotte aux couleurs vertes de Flixbus - en échange de 80% des revenus générés - pourraient embaucher aux environs de 3.000 personnes. La libéralisation du transport par autocar dépend du vote du Parlement. (Crédits : Flixbus)
Selon les estimations de France Stratégie, le volet autocar de la loi pour la croissance, l’activité et l’égalité des chances économiques pourrait créer 22.000 emplois en France. Est-ce si certain ?

Il est vert, il est confortable, il est ultra propre et il offre le wifi à ses passagers. Lui, c'est le bus flambant neuf de la société allemande Flixbus dont la filiale française s'apprête à débarquer en France. S'engouffrant dans la brèche offerte par le volet autocar de la loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, dite Loi Macron.

Déjà, la compagnie propose de rallier une dizaine de capitales européennes à des tarifs débutant à partir de 5 euros. Elle attend désormais le vote définitif du texte par le Parlement pour se lancer sur le marché français et ses lignes intérieures. Au total, une trentaine de villes pourraient être desservies d'ici à 2016. Pourrait ?

Tout va dépendre de la mouture définitive du texte. Contre l'avis du ministre de l'Economie, qui était favorable à ce que la distance en-dessous de laquelle les liaisons par autocar soient interdites ou limitées par l'autorité organisatrice de transports (AOT) soit fixée à 200 kilomètres, le Sénat a fixé cette limite à 100 kilomètres. Le texte sera examiné en commission mixte paritaire (CMP) à partir du 3 juin.

Le Parlement a la main

Si cette limite reste fixée à 100 kilomètres, Flixbus n'entend certes pas remettre en cause son déploiement en France. Mais, celui-ci pourrait être moins rapide que prévu. Ses projets d'embauches devraient être alors moins élevés. Pour l'instant, Pierre Gourdain, le directeur général France de Flixbus compte embaucher 500 personnes d'ici à deux ans.

Selon ses calculs, ses partenaires, c'est-à-dire les sociétés d'autocars françaises qui accepteraient de repeindre un autocar de leur flotte aux couleurs vertes de Flixbus - en échange de 80% des revenus générés - embaucheraient aux environs de 3.000 personnes sur la période.

L'enjeu est donc crucial. " Si la limite fixée par le Sénat devait demeurer inchangée, certaines lignes ne pourraient être ouvertes ", explique Pierre Gourdain, ce qui mettrait à mal la rentabilité globale du projet de Flixbus.

Selon France Stratégie, la libéralisation du transport par autocar permettrait la création de 22.000 emplois à terme. En Allemagne, ce sont près de 5 millions de personnes qui se sont déplacées en autocar en 2014, contre 110.000 en France. Outre-Rhin, depuis l'ouverture de transport interurbain autorisée en 2013, le transport par autocar est en pleine expansion, mais dispose encore d'une part de marché limitée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/05/2015 à 15:36 :
Que ceux qui veulent continuer à payer une blinde pour voyager en train continuent à le faire et laissent les autres faire ce qu'ils veulent! C'est dingue dans ce pays le nombre de moralisateurs du dimanche qui s'octroient le droit de dire aux autres ce qui est bon ou pas bon pour eux.
a écrit le 20/05/2015 à 1:13 :
En Grèce la libéralisation des citoyens c'est le baratin public sur la colline... ne fait-on pas dans le monopole de la parole en emploi fonctionnaire?
a écrit le 19/05/2015 à 21:50 :
Après les autocars qui polluent il faudrait que tu lances les chars à bœufs et pourquoi pas la brouette pour l'emploi pas de problème, un conducteur de brouette pour un passager. Ah ces banquiers ont des idées pour se faire du fric,
Réponse de le 20/05/2015 à 5:50 :
Sauf qu'un autocar rempli avec 70personnes à bord pollue moins qu'une rame de ter propulsée au diesel qui roule quasiment vide....
a écrit le 19/05/2015 à 21:36 :
Ces autobus vont utiliser les routes (utiliser = détériorer inévitablement)...
Encore une charge non pris en compte dans le coût de ces transports qui se prétendent plus compétitif que le train...
ce n'est pas grave les contribuables paieront... grâce à l'action de nos fabuleux bonnets rouges sur l'Eco taxe qui aurait du être appliquée à ces transports.
Réponse de le 20/05/2015 à 0:08 :
Et vous croyez que c'est qui, qui paie pour le transport de passagers par train ??
Réponse de le 20/05/2015 à 15:15 :
le train c'est gratuit, c'est l'état qui paie.
alors que les bus ne paient pas de taxes, à part celles sur le mazout , la TVA sur les billets , les taxes sur les entreprises diverses et variés , CVAE .. )
a écrit le 19/05/2015 à 19:38 :
Si c'est pour embaucher des routiers polonais et acheter des bus allemands, quel va être l’intérêt de la France ?
a écrit le 19/05/2015 à 19:11 :
Quelle idée absurde !
Alors que le réseau routier est surchargé, et le réseau ferré sous-utilisé (sauf Paris et quelques noeuds comme Lyon, Lille, etc. -ou c'est carrément l'inverse-), on va mettre des autocars polluants (l'étiquette Euro6 ne résoudra pas les problèmes de particules...) pour doubler des trajets ferroviaires très fréquentés (un TGV Duplex transporte l'équivalent de 22 autocars...beaucoup plus confortablement ! Même un Ouigo -presque 25 autocars- est plus confortable !), et servira juste à tuer le train sur des relations qui n'étaient pas très bien à cause d'une mauvaise politique de la SNCF (pas assez de fréquences, exploitation archaïque, etc.), typiquement Rouen-Lille ou Bordeaux-Limoges. Et on engorgera encore plus les autoroutes et les rocades/périphériques aux abords des grandes villes...
Et ceux qui croient que c'est le "gentil" secteur privé qui va gifler le "méchant" (et "qui-coûte-trop-cher"... qui a dit République une et indivisible ?) service public, ils seront surpris ! Quand les régions (qui devraient récupérer les routes départementales) leur factureront sous forme d'impôts le surplus d'entretien nécessaire, ils seront tout des suite moins enthousiaste...surtout que la RATP et la SNCF seront là pour récupérer le marché...
Si on veut de l'efficacité économique (éviter les coûteux doublons) et écologique (le moins de pollution possible), il faut tout coordonner, et laisser les autocaristes les seules liaisons où ils sont utiles : là où il n'y a pas de train. La concurrence sur le marché ferroviaire (mise en concurrence de la SNCF pour les TER, etc.) est une bien meilleure solution, le tout couplé à des investissements massifs en faveur du ferroviaire (création de véritables réseaux RER autour des métropoles françaises, etc.), qui ne coûte pas si cher qu'on veut bien le dire une fois que l'on ajoute le VRAI coût des infrastructures routières et des "externalités" (conséquence sur la santé publique de la pollution, etc.).
Réponse de le 20/05/2015 à 0:12 :
Non ! Tout le réseau routier n'est pas surchargé. Celui qui l'est, c'est celui des métropoles (Paris, Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse...) qui bénéficient de modes de transports multiples. En revanche, sur un certain nombre de tronçons, il n'y a rien. Plus de trains, car on ferme les lignes non concurrentielles. Dans ces cas, l'autocar est une vraie solution. Si l'autocar a été interdit en France, c'est pour une unique raison : pour apporter le monopole à la SNCF. Et quand on voit ce qu'elle en a fait, il est vraiment temps de passer à autre chose.
Réponse de le 20/05/2015 à 9:06 :
Le réseau routier est tout aussi surchargé aux heures de pointe dans des villes moins importantes (Le Havre, Avignon, etc.)...
Ce que vous ne comprenez pas, ce sont deux choses : la médiocrité du car et l'effet réseau.
Le car est tellement peu confortable (impossibilité de travailler à bord, siège inconfortable, etc.) -contrairement à ce que clament les autocaristes !- que seuls ceux qui n'ont pas d'autres choix l'empruntent. Seul le train peut attirer les automobilistes.
Ensuite, si l'on ferme une ligne de train, alors d'autres perdront des passagers, donc on fermera celles-ci aussi, puis d'autres lignes aujourd'hui économiquement viables ne le seront plus (exemple des Intercités Paris-Limoges ou Paris-Clermont), et seront également fermées...et à la fin seules les grandes métropoles disposeront du train (TGV et TER périurbains + Transiliens), les autres seront condamnées à prendre le car ou à l'automobile.
Et viendra le jour où le pétrole retrouvera son vrai prix (pas celui actuel, qui dénote une baisse conjoncturelle de l'activité économique -et pas durable-), la majorité devra se déplacer à pied ou à vélo, ou migrer vers les grandes villes.
Réponse de le 20/05/2015 à 15:36 :
coût annuel des infrastructures routières ( tout compris ) : 17 milliards d'euros
rentrées fiscales automobiles + camions : 40 milliards d'euros
on pourrait même taxer moins :-)
Réponse de le 30/05/2015 à 7:24 :
T33b: entre les TER tjs en retard, avecdes courants d air et chers (ex Limoges St-Junien 8€ contre 2€ en car du conseil général) alors que les cars sont chauffés, avec de la musique et pas en grève tous les 4 matins : j ai fait mon choix.
a écrit le 19/05/2015 à 18:44 :
La question est "La loi Macron, la libéralisation du transport par autocar peut-elle créer des emplois ?"

L'évidence, c'est un projet puérile dans le registre de la bêtise ;

Le triste volet de ce projet, ce sont les morts sur les routes qui vont décuplés, et les pollutions viendront rajouter des victimes.

Pour les emplois quelques uns par ci par là, beaucoup détruits par ci par là,

in finé, le sole destruction sera la destruction d'emplois. Un projet purement stupide.
Réponse de le 19/05/2015 à 19:32 :
Votre analyse est biaisée :
S'ils ne prennent pas le bus, ces passagers utiliserons le covoiturage pour cause de prix exorbitant du train et de l'avion. Donc vos arguments sur le nombre de tués et la pollution sont complètement incohérents.
a écrit le 19/05/2015 à 17:34 :
Elle va peut-être créer des emplois , mais, attention pollution , des centaines de cars sur des routes nationales à trois voies ( dangereux par ailleurs) , Hollande va célébrer la messe écolo parisienne , faut pas chercher à comprendre.
Réponse de le 19/05/2015 à 19:35 :
Les bus seront modernes donc des moteurs au normes euro 5 voir 6. Ils pollueront toujours moins qu'une trentaine de voitures.
Réponse de le 20/05/2015 à 15:32 :
alors qu'une bonne vieille motrice diesel de la SNCF ça ne pollue pas du tout . On devrait même ressortir les machines à vapeur.
a écrit le 19/05/2015 à 16:59 :
Je jubile je vais pour voir aller au travail en car le dimanche , quel avancée sociale.le retour de l'esclavage est pour demain
a écrit le 19/05/2015 à 16:43 :
Bonjour,
Certes cela ne va pas massivement changer la donne en France mais cela ouvre la voie à un peu plus de consommation de voyage et une plus d'embauche et qui sait à terme peut-être que la SNCF en profitera pou supprimer des lignes ultra-déficitaire et les fera basculer vers son service de BUS inter-cités.
Personnellement j'y vois des opportunité d'investissement et d'emploi donc des créations d'entreprises.
C'est une goutte d'eau mais ça va dans le bon sens.
a écrit le 19/05/2015 à 16:08 :
Mais pourquoi ..? affubler des réformettes de mots en forme de slogans politiciens aussi pompeux que ridicules ...? " loi pour la croissance et l'égalité des chances économiques" disent 'ils...! ...cela sonne ,comme l'invention surréaliste 'il y a 3 ans déjà.. " du ministère du redressement productif" ! qui n'a jamais rien redressé ni produit ...! même que l'on voudrait savoir combien à couté à nos impôts ce bluff socialiste...
a écrit le 19/05/2015 à 16:02 :
Si c'est pour créer des emplois de chauffeur mal payés et conduisant bien trop d'heures pour ne pas devenir dangereux, non merci. L'insécurité c'est aussi pour les clients dans tous les transports actuellement ...
a écrit le 19/05/2015 à 15:58 :
Pourquoi ne pas laisser les autocars remplacer des lignes corails sncf ultra déficitaire? Et mettre en place dans les gares une offre multimodale regroupant train, parking, autocar, bus urbain, vélo ?
Et mettons en place le férroutage des camions qui nous abiment nos route bon sang !!!!
a écrit le 19/05/2015 à 15:43 :
Le chef gauloise à la médiocre croissance qui trône sur son tas de chômeurs, qui fait la croissance par décret administratif et le pib qu'on sort d'un chapeau comme par magie, le destruction monétaire c'est le vol par l'Etat des citoyens français, est-ce un modèle mondial?
Pourquoi ne pas faire un mouvement blabla sur la croissance en doublant le nombre de fonctionnaires. A quand un petit four à feignasses d'Etat?
Pourquoi l'Etat ne relance-t-il pas l'export alors qu'en Allemagne c'est positif et ça augmente avec l'euro faible?
a écrit le 19/05/2015 à 15:34 :
et la pollution dans tout ça? d'un coté en vous taxe parce que vous polluez,et de l'autre on encourage la pollution en favorisant et en aidant les transports en bus,plutôt que le train !
a écrit le 19/05/2015 à 15:34 :
Pour la croissance, ne devrait-on pas changer d’unités alors qu’on gèle les salaires, on fait dans le vampirisme social, à quand un peloton exécutif pour le sabotage industriel ou pour bulle spéculative ou logement cher alors qu’on parle libération du foncier ? Question aux lecteurs alors qu’on entend dire que la politique d’offre c’est du flan, y aura-t-il des indemnités aux chômeurs alors qu’on subventionne le parasitisme social et sommes-nous dirigés par un mongol et des ânelets ? On joue aux pieds nikelés assemblés, on n’est pas à l’assemblée des diplômés français !
Ne fait-on pas dans l'idiot de palais qui bave dans les micros à profiter dans l'administration sur le dos des salariés précaires?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :