Loi travail : la CFDT met le gouvernement en garde

Dans un entretien au JDD, Laurent Berger rappelle les lignes jaunes tracées par le syndicat réformiste.
Laurent Berger met en garde l'exécutif sur la réforme du Code du travail
Laurent Berger met en garde l'exécutif sur la réforme du Code du travail (Crédits : Philippe Wojazer)

Au matin d'un deuxième tour d'élections législatives qui devraient aboutir à une Assemblée nationale très majoritairement acquise à l'exécutif,  et alors que le gouvernement entend réformer le Code du travail par ordonnances d'ici à la fin de l'été, le secrétaire général du syndicat rappelle dans un entretien au Journal du dimanche de ce 18 juin ses points d'opposition au projet et met en garde sur la méthode.

La CFDT s'opposera au  "référendum d'entreprise à l'usage de l'employeur en cas d'absence d'accord avec les organisations syndicales" et au "plafonnement des dommages et intérêts versés aux prud'hommes", un point, sur lequel le syndicat affiche son " désaccord par principe car il est normal de toucher une réparation intégrale après un licenciement abusif".

Dans cet entretien, Laurent Berger précise également qu'il souhaite "augmenter les indemnités légales de licenciement", "développer la place et les moyens des syndicats" et "renforcer" le rôle de la branche "en matière de qualité de l'emploi".

Au-delà du fond, c'est sur la méthode que le secrétaire général  met en garde le président de la République à la veille d'une Assemblée générale largement acquise à l'exécutif.

Partager le pouvoir sous peine de manifestations et de violence

Affirmant "Un pays qui fonctionne bien est un pays qui articule démocratie politique et démocratie sociale", il a incité Emmanuel Macron à "partager le pouvoir". "Le concentrer ne serait pas sans risques et sans difficultés tant les fractures sociales et territoriales sont réelles", a-t-il ajouté.  "Les risques de manifestations et de violence sont importants tant la société vit sous tension".

"S'il y a des désaccords profonds, nous le dirons car nous sommes libres et engagés", prévient M. Berger. "Le gouvernement ne doit pas nous squeezer. S'il le fait, nous nous mobiliserons."

L'exécutif est `selon lui face à "deux options" : "une simplification bête et méchante des relations sociales" ou "l'élaboration d'un nouveau pacte social qui articule un droit du travail supplétif élevé avec un rôle renforcé des branches et un espace de discussion dans les entreprises".

M. Berger se montre néanmoins optimiste, affirmant: "contrairement à ce que disent certains, ce n'est pas plié", "Ne sifflons pas la fin du match avant qu'il ne soit joué !"

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 26
à écrit le 19/06/2017 à 11:19
Signaler
Les syndicats ne représentent qu'une infime minorité des salariés mais avec un pouvoir de nuisance maximum. On se plaint d'une élection législative peu représentative des citoyens à cause de l'abstention très élevée. Il faut aussi se poser la quest...

le 19/06/2017 à 13:44
Signaler
commentaire sans intérêt puisque de parti pris.

le 19/06/2017 à 15:22
Signaler
"Les syndicats ne représentent qu'une infime minorité des salariés mais avec un pouvoir de nuisance maximum". Dans certains pays, les avancées obtenues par les syndicats ne profitent en effet qu'à leurs seuls encartés. D'où l'utilité d'être synd...

à écrit le 19/06/2017 à 11:13
Signaler
Mise en garde ! me fait bien rigoler celui là avec le résultat de toutes ces élections ! Les français ont donné le feu vert au gouvernement !

à écrit le 19/06/2017 à 8:42
Signaler
Il serait temps de reposer les pieds sur terre: le gouvernement n'a rien à faire dans la négociation du contrat de travail; par définition, c'est un organe dépensier qui dépense depuis longtemps 125 quand il reçoit 100. Le contrat de travail doit êtr...

à écrit le 19/06/2017 à 7:26
Signaler
Tous pour la rėforme sauf pour moi , voilà le nouveau slogan des français, personne ne veut payer l'addition que nous avons accumulé depuis plus de 30 ans

à écrit le 18/06/2017 à 23:02
Signaler
toute societe civile a bessoin contre un pouvoir un contre pouvoir sinon seul la violence en seras la consecance,?CRITIQUE ET AUTOCRITIQUE SONT DES CHOSSES QUI FONT AVANCE LES BONNES IDES C EST CE QUE VEUT DIRE LA CFDT. SI LE GOUVERNEMENT MACRON NE D...

à écrit le 18/06/2017 à 16:18
Signaler
Je resume, on a voté un president de facon democratique, on a vote in parlement de facon democratique mais les syndicats se la ramenent. A quand les "dégagisme" dans les syndicats? Leurs pouvoirs de nuisance est trop fort.

le 18/06/2017 à 19:46
Signaler
Personne n'a voté pour une réforme du code du travail pour la simple raison que nous ne la connaissons pas encore

le 18/06/2017 à 20:05
Signaler
Il faut aussi supprimer les associations de consommateurs qui nuisent à l'entreprise, il faut supprimer les juges qui ne sont pas assez favorables à l'entreprise, il faut supprimer le ministère des finances et privatiser ses fonctions . IL faut enfin...

le 18/06/2017 à 20:46
Signaler
Vous oubliez le principal... Macron ministre les Français étaient en masse dans la rue contre sa loi... Quand aux électins vous osez dire que les citoyens ont eut un choix démocratique? Si c'est le cas vivement que cette démocratie finisse !

le 19/06/2017 à 13:51
Signaler
commentaire de parti pris

à écrit le 18/06/2017 à 13:35
Signaler
Étonnant, cette déclaration de Berger le jour du second tour, comme aujourd'hui les syndicats sont politisés, on est à la limite de l'infraction du code électoral.

le 19/06/2017 à 14:41
Signaler
Exact! Témoin de toutes ces années de dérive et de basse politique, je ne supporte plus le syndicalisme Français qui n'est en aucun cas constructif et nuit gravement à la Nation

à écrit le 18/06/2017 à 13:12
Signaler
Tiens la CFDT se met aussi au chantage à la violence, c'est dire l'état de faiblesse dans lequel se trouve ces syndicats, prêts au pire pour continuer à exister.

à écrit le 18/06/2017 à 12:30
Signaler
On les entend pour la dernière fois qu'ils en profitent. Si un employé accepte n'importe quoi de son patron et attend les prudhommes pour avoir un dédommagement c'est bien que c'est abusif. Quand ça ne va pas on peut démissionner et aller chercher du...

le 18/06/2017 à 13:56
Signaler
Bien sur, c'est toujours la faute du salarié et jamais de l'employeur...

le 18/06/2017 à 19:50
Signaler
Quand ça va pas on peut démissionner ? Quand l'employeur te demande de faire 46h ou plus en étant payé 35? On démissionne? Si le salarié accepte une "situation" comme vous dîtes c'est qu'il a un crédit sur le bout du nez et qu'il n'a pas le choix! Le...

le 19/06/2017 à 13:57
Signaler
les chefs d'entreprise se déchaînent! n'écoutons que le medef pas les salariés, pour une société plus juste. Ben voyons!

à écrit le 18/06/2017 à 11:53
Signaler
pas question de plafonner les indemnités pour licenciement abusif je pense plus à sanctionner sévèrement les patrons voyous, une minorité, qui s'engagent sur ce type de licenciement. Le MEDEF est incapable de sanctionner ce type de patrons pire il l'...

le 18/06/2017 à 13:19
Signaler
Y en a marre des salariés voyous qui après être embauché ne foutent rien et empêchent leurs collègues de travailler . J'espère que demain je pourrais les virer!

le 18/06/2017 à 20:52
Signaler
Pas besoin d'attendre une nouvelle loi, si vos employés ne bossent pas vous avez déjà le droit de les virer... Ca fait seulement plus de trente ans que j'entends parler de chômage technique ou de salariés viré pour faute grave. Par contre un patron v...

à écrit le 18/06/2017 à 11:35
Signaler
Le confédérations syndicales incarneraient-elles la représentation nationale? Compte-tenu de leur faible représentativité en France et de la compétition démagogique auxquelles elles se livrent en multipliant surenchères verbales et mépris des 3 milli...

le 18/06/2017 à 12:17
Signaler
Effectivement : Mr Berger se sent-il au dessus du suffrage universel ? Les Français se sont exprimés au 1e tour des présidentiels, puis au 2e tour ! Ils s'expriment à nouveau au 1er tour puis aujourd'hui au 2e tour des législatives ! La Loi Travail ...

le 18/06/2017 à 13:04
Signaler
Les syndicats sont la pour vous défendre,ouvrez les yeux!Exemple :UBER.Des salaires d'esclaves,une société en forte perte a force de tirer les prix vers le bas.Tous ceux qui sont la pour réformer le code du travail soutiennent l'Ubérisation.Merci a H...

le 19/06/2017 à 14:49
Signaler
Reponse @retraité CGT Allons ça fait + de 50 ans que les syndicats ne défendent que leur clocher. Les travailleurs ils n' en n'ont rien à faire! La meilleure preuve en est leur dégrée de politisation à l'instar de leurs homologues Allemands ou Japon...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.