Loi Travail : le FN face à ses contradictions économiques

 |   |  1168  mots
Les amendements des sénateurs FN à connotation très libérale révèlent de fortes contradictions idéologiques en interne du parti.
Les amendements des sénateurs FN à connotation très libérale révèlent de fortes contradictions idéologiques en interne du parti. (Crédits : © Benoit Tessier / Reuters)
La polémique autour des amendements des parlementaires FN « libéraux », retirés par l'Etat-major du parti sur une ligne économique plus « sociale », marque les contradictions au sein du parti d'extrême droite. Pourtant, celui-ci tente de donner une impression d'unité à son électorat.

Le Front national serait-il, enfin, rattrapé par ses contradictions idéologiques en matière d'économie ? Les débats parlementaires autour de la loi Travail auront en tout cas permis de faire éclater au grand jour les divisions internes au sein du parti d'extrême droite sur ce sujet. Le journal Marianne a récemment rapporté que des amendements à la loi Travail déposés par deux parlementaires frontistes, David Racheline et Stéphane Ravier, respectivement sénateurs du Var et des Bouches-du-Rhône, et maires de Fréjus et du 7ème arrondissement de Marseille, étaient mystérieusement passés à la trappe.

Ces amendements prônaient des mesures pour le moins libérales : le relèvement des seuils sociaux, l'encadrement de l'activité syndicale, la facilitation des accords d'entreprises ou la défiscalisation des heures supplémentaires... Or ces propositions s'inscrivent à contre-courant de la ligne politique développée ces dernières années par la présidente du parti Marine Le Pen, et son très influent vice-président Florian Philippot, qui a par ailleurs déclaré que la loi Travail était une « loi infâme », qui « précarise les travailleurs ». C'est pourquoi la direction du FN a fait supprimer ces amendements, ainsi que ceux de la députée du Vaucluse Marion-Maréchal Le Pen et du député du Gard Gilbert Collart, qui étaient similaires aux amendements de leurs collègues sénateurs.

Contradictions idéologiques

Certes, la direction du Front national pourra toujours avancer, du haut de sa posture de parti « hors système », qu'elle ne voulait pas participer à l'élaboration d'une loi gouvernementale et donc qu'elle a fait retirer les amendements. Mais il n'en reste pas moins que le contenu des amendements des parlementaires frontistes fait état d'une contradiction idéologique profonde à l'intérieure du parti. Avec d'un côté les tenants d'une ligne économique libérale plus « historique », et de l'autre les partisans d'une ligne plus « sociale » développée plus récemment, dans le cadre de la stratégie de "dédiabolisation" du parti entreprise par Marine Le Pen et l'ancien « chevènementiste » Florian Philippot.

Il est en fait assez rare que ces contradictions éclatent sur la place publique, car les élus qui représentent la frange la plus libérale du parti frontiste s'expriment peu sur l'Economie. Sur ces sujets sensibles, c'est bien la direction du parti qui à la mainmise. Il faut dire que le virage vers une politique économiquement plus sociale basée sur la « protection des travailleurs » a une importance majeure dans les « succès » récents du parti d'extrême droite dans les urnes. Cette opération séduction des électeurs déçus par les partis politiques de gauche a permis, en premier lieu, de récolter les voix de ceux qui ont subi les ravages de la désindustrialisation des années 1980-1990, notamment dans le grand quart Nord-est de la France.

Virage social

Ainsi le FN mise désormais sur un Etat stratège protecteur et dénonce la « politique économique ultralibérale » européenne qui laisse des « milliers de travailleurs sur le carreau ». Le parti fondé par Jean-Marie Le Pen s'est ainsi érigé en parti du peuple, s'opposant aux intérêts des grandes entreprises mondialisées. Ce « virage social » est même clairement assumé par Marine Le Pen. Elle déclarait ainsi dans un excellent reportage de France 3 datant de 2014* avoir changé d'opinion sur le rôle de l'Etat en France, dont elle dénonçait pourtant la gabegie dans les années 1980 et 1990.

Pour justifier l'importance de l'Etat, la présidente du FN citait dans ce reportage l'exemple de la grand-mère espagnole habitant en campagne qui ne pouvait plus recevoir son courrier après la privatisation de la Poste en Espagne. Des propos d'une portée hautement symbolique quand on sait que son père Jean-Marie Le Pen, tenant de la ligne économique libérale plus « historique » du parti, écrivait dans les années 1980 que « les monopoles comme les postes (...) devraient être transformés en société privées ». A l'époque, Margaret Thatcher et Ronald Reagan étaient les maîtres à penser du fondateur du parti frontiste.

Rhétorique de gauche

L'État serait donc devenu, selon Marine Le Pen, indispensable face aux dérives du capitalisme financier. Une rhétorique de gauche qui ne fait évidemment pas que des heureux en interne. Et au-delà de l'exclusion fracassante de Jean-Marie Le Pen du parti, on vient donc de constater dans le cadre des discussions sur la loi Travail que les parlementaires frontistes du Sud-Est restent très attachés au « moins d'Etat ».

Il faut dire que le bastion électoral historique du FN dans le Sud-est est constitué d'une part plus importante de CSP + et de retraités. Cette zone est en outre bien moins touchée par le chômage que l'autre bastion du FN, le grand quart Nord-est, où les ouvriers prennent une part prépondérante dans le vote frontiste. Économiquement, les besoins de ses populations sont donc bien différents. Ils s'opposent parfois. Et sur des questions comme la flexibilité de l'emploi, la taxation des hauts revenus, voire la sortie de l'euro, le Front national aura le plus grand mal à satisfaire globalement son électorat s'il arrivait au pouvoir.

Un parti hors système ?

Or ces sujets majeurs sont volontairement omis par la direction FN qui souhaite poursuivre sa stratégie de dédiabolisation, sans pour autant perdre un électorat historique. Elle marche donc sur des œufs. Mais jusqu'ici, le Front national y arrive notamment parce qu'il exerce des responsabilités limitées. Il est certes à la tête de dix mairies, mais ce sont au mieux des villes de taille moyenne. Le FN ne gouverne ni région, ni grande ville, là où les responsabilités impliquent des choix politiques forts en matière d'économie, et où l'on ne peut pas indéfiniment se réfugier derrière les décisions contraignantes de l'Etat. Dans sa stratégie de premier parti d'opposition du pouvoir établi, le Front national a donc jusqu'ici pu camoufler ses contradictions en matière d'Economie.

Comme les deux principaux partis français de gauche et de droite, le FN est donc perclus de divergences internes. Et ces divergences sont au moins aussi, si ce n'est plus, importantes qu'à l'intérieur du PS et des "Républicains". Comme eux pourtant, le FN tente savamment de masquer à son électorat ses divergences pour donner une impression d'unité. Il persiste à s'ériger en parti « hors système » qui refusera tout compris « pour le peuple ». Mais en tant que parti à dimension nationale, l'hétérogénéité de son électorat lui imposera d'en faire, notamment en matière d'Economie. Sur ce point, au regard des différents courants qui le compose, le FN est donc un parti comme les autres. Et lorsqu'il sera rattrapé par les responsabilités politiques, une frange importante de son électorat se trouvera fort déçue.

* Ravis pour Marine, de Frédéric Biamonti France 3

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/06/2016 à 13:52 :
TOUS LES PARTIS POLITIQUES SONT DES CHARLOTS???DES HOMMES COMME LE GRAND CHARLES OU POMPIDOU CETTE GENERATION EST TERMINEE??MON SOUCIS N'EST AUTRE QUE CELUI DE MES PETITOUS??PAS DE BOULOT??DES ETRANGERS QUI VONT GOUVERNER LA FRANCE???C'EST DEJA FAIT??MORALITE QUI EST CAPABLE DE RENDRE TRES PROPRE NOTRE FRANCE ???PERSO COMME ON DIT CHEZ NOUS DANS LE MIDI //IL N'Y A ///DEGUN///??TOUS DES CHARLOTS????
a écrit le 25/06/2016 à 6:45 :
Plutôt que "tirer des plans sur la comète FN au pouvoir" en matière économique, vous devriez commencer par nous expliquer pourquoi les "formidables gestionnaires et gouvernants" au pouvoir depuis des décennies nous valent plus de 2000 milliards d' euros de dette de l' Etat (presque 5 fois le budget annuel) et quelques millions de chômeurs ? Cadre supérieur de formation scientifique, je juge sur résultats et non sur des suppositions faites par les mêmes "experts" que ceux à qui nous devons ces "splendides résultats" que vous occultez ... C 'est au pied du mur que l' on juge le maçon, pas avant qu'il ait commencé à le construire ! Vos "experts" en économie me semblent plus "polémiques" que scientifiques; au fait, qui les paye ???
"résultats évoqués plus haut
haut" !
a écrit le 24/06/2016 à 11:42 :
Le FN ramasse tout ce qui traîne et ne sait pas où trouver le Nord. Son programme économique se résume à : Je donne, je donne, je sors et tout ira bien
a écrit le 24/06/2016 à 4:11 :
Le problème du FN est pour moi triple:
1) Économiquement ils sont proches de Mélanchon. Tout comme lui Ils sont contre le libéralisme, nationalistes, sociaux et n'ont jamais présenté un programme économique qui dépasse le stade des incantations.
2) Ils couvrent un spectre encore plus large que Le PC, allant de l'ancien ouvrier communiste, aux réactionnaires de la première heure, d'où l'impossibilité de consensus.
3) Des lors, l'autocrate à la tete du partie reuni ses troupes autour du plus petit dénominateur commun: le rejet de l'autre
Réponse de le 24/06/2016 à 8:59 :
1) Économiquement ils sont proches de Mélanchon

L'effet Philippot qui n'a pas fait l'ENA et HEC pour rien.Par contre, tu oublies le vote FN de droite des retraités aisés dans le sud est comme pour Marion
ML.On trouve de tout au FN.
a écrit le 24/06/2016 à 0:42 :
Il n'y a aucune contradiction, simplement des opinions et des façons de s'exprimer d'individus, c'est la preuve que le FN est bien démocratique. De plus je précise que le FN a un programme clair depuis des années et que Marine Le Pen a été élue démocratiquement au sein de son parti par les membres tous conscient de son programme et de ses idées. Allez donc voir du coté de l'UMPS la chienlit qui s'y trouve, ils ne sont d'accord sur rien aussi et meme pas sur un chez, ils ont besoin d'une primaire ridicule pur s'y retrouver et allez donc voir sur le site de l'UMP, ils n'ont aucun programme, ils en sont à demander aux internautes de leur souffler des brides de proposition pour leur futur programme. Incroyable ! si ça ça ne s'appelle pas un politique girouette qu'est-ce que c'est ? Quelles convictions politiques en effet !! Quant au PS je crois que l'état de faiblesse qui s'y trouve et les différentes scissions avec leurs frondeurs qui votent contre son propre camp à l'assemblée devrait suffire sans avoir besoin que j'en rajoute, c'est pitoyable. Alors ou se trouve donc réellement les divergences à votre avis ?
a écrit le 23/06/2016 à 21:15 :
Le FN est à l'image de la famille Lepen, une somme de clans qui se haïssent cordialement et dont le seul but individuel est d'amasser une fortune grâce à la politique.

Les jeunes générations sont pires que le patriarche, que l'on doit créditer et quoi qu'on en pense, d'une certaine constance dans sa pensée.

Les positions marinistes, totalement inspirées par Phillipot, sont incompatibles avec celles de la marionnette qui sont celle d'une extrême droite dure traditionnelle. Que ce soit Marinette ou Marionnette, aucune n'a de pensée politique propre et aucune n'a d'expérience ou même de culture économique, le parti vit sur des bases idéologiques du début du siècle dernier plus ou moins recyclées.

Si jamais le FN arrive au pouvoir, il y aura une nouvelle nuit des longs couteaux pour décider quelle faction dirigera.
Réponse de le 25/06/2016 à 7:01 :
La pétaudière, nous l' avons déjà!Je sais évaluer les résultats de ceux qui sont au pouvoir et j' attendrai qu e,éventuellemen, le FN fasse ses preuves au pouvoir ( ses municipalités ne furent pas si mal gérées lorsque l' on veut bien regarder leurs résultats REELS ). Les prédictions des "économistes" sont souvent assez peu crédibles (sinon comment expliquer les plus de 2000 milliards d' euros de dette de l' Etat que pourtant le FN n' a jamais géré ???) . Les prévisions de ceux qui ont ces résultats en compte, me semblent assez peu crédibles pour "prévoir ce que serait sa gestion" !
a écrit le 23/06/2016 à 21:08 :
Le FN est un parti comme les autres qui a ses casseroles liés à l'argent avec des mises en examen.il est comme les autres des dirigeants menteurs changeants au gré du vent et sa une ligne politique économique fiable. Le plus désolant certains de nos compatriotes pour bon nombre ceux qui souffrent le plus mal formés qui ne savent plus à quel menteur se lier les communistes ont montré eux aussi leur incapacité à faire face au monde, puis les sirènes du Front de Gauche et son équipe de personnes tellement éloignée des mois difficiles mais avide d'argent public bien au chaud dans cette caste politique profiteuse de la misère pour exister et des indemnités substantielles d'élus. Un beau!!!! monde FN, Front de Gauche mais aussi les fumeux frontistes dont certains ont la formation du chômage et de la dette l'ENA, voudraient nous faire croire que demain sera mieux, demain, pour certains de nos compatriotes aux fins de mois difficiles. Le défi de ces profiteurs est d'exister pour mieux vivre des impôts et taxes des citoyens. On peut considérer une certaine similitude entre le FN, le Front de Gauche, les communises pour la poignée qui reste les frontistes etc etc ,surfer sur la misère, plus démunis.
Réponse de le 24/06/2016 à 9:11 :
Vos propos concernent surement la politique de l'Union Européenne, non ?
a écrit le 23/06/2016 à 20:06 :
Il faut une primaire au FN !
Réponse de le 23/06/2016 à 23:42 :
C'est fait, la primaire préside...
Réponse de le 24/06/2016 à 0:16 :
et elle est même présidente...
a écrit le 23/06/2016 à 18:55 :
De toute façon en 2017 les sondages donnent 26% à M. lepen au premier. Donc hors de question d'espérer l'emporter au deuxième. Aux législatives de 2017, avec le scrutin majoritaire, le FN peut peut-être espérer 5 ou 6 députés au lieu de 2 actuellement, du fait que tous les partis du système se ligueront contre lui pour lui faire barrage. Les banques ne lui prêtent pas d'argent car elles ne peuvent pas prendre le risque, pour elles, de soutenir un projet de sortie de la zone euro. Donc les divergences internes au FN, s'il y en a, n'ont aucune importance dans le contexte d'un parti qui devrait, pour diverses raisons, continuer à être écarté du l'exercice du pouvoir pendant une période de temps considérable, à part dans quelques municipalités comme c'est le cas aujourd'hui. Sur du plus long terme la survenue d'une nouvelle crise grave, inévitable à mon avis, de la zone euro, pourrait être favorable aux partis anti-système. Le FN pourrait en profiter. A quel point? On verra quand on y sera.
Réponse de le 24/06/2016 à 0:33 :
Les convictions des grands hommes et femmes patriotes ne se basent pas sur des sondages mais sur des convictions, peu importe le sens du vent. C'est aussi cela l'apanage de ceux qui ont la vision de la France dans sa liberté et sa souveraineté qui est indissociables de nos libertés. Relisez donc l'histoire de France et des nations. des siècles d'histoires devraient suffire à vous enseigner ces faits. Non ?
a écrit le 23/06/2016 à 18:07 :
Des contradictions au sein d'un même parti et quelque soit le sujet sont monnaies courantes. Les contradictions et leurs chapelé d'incohérence au PS ou au LR sont beaucoup plus violentes me semble t-il et pourtant la Presse ne les relève pas aussi franchement. Cet article apparaît être en droite ligne de ce que le gouvernement attend de la Presse en général à savoir travailler à la (re) diabolisation du FN
Réponse de le 23/06/2016 à 22:18 :
En bref le FN n'apporte rien, c'est un bric à brac politicard de plus qui nous fait perdre du temps.
a écrit le 23/06/2016 à 17:24 :
Le FN de Jean-Marie Le Pen était franchement libéral et patriote. Il était aussi anti Bruxelles. Pour Marine, elle voudrait plus de social et un état fort. En revanche, elle est comme son père, allergique aux fonctionnaires bruxellois. Marion est franchement plus
à droite tendance catho. Philippo vient du chevènementisme, anti européen et social démocrate. Comme les autres partis , il y a de vraies ruptures. La gauche on connaît
mais les républicains sont eux aussi tiraillés entre les pro et anti européen et les pro état
et les libéraux. Il semble qu'une recomposition est indispensable pour clarifier les choses.
a écrit le 23/06/2016 à 15:34 :
Voir "des contradictions"... dans le temps, c'est dire que rien ne change, que tout est statique, que les circonstances sont immuables et qu'il n'y a pas d'évolution possible! C'est aussi dire que je dois penser comme mon voisin parce que j'habite le même quartier!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :