Macron accélère le déconfinement et annoncera en juillet le plan de reconstruction

 |   |  622  mots
Face à la crise économique brutale qui s'annonce, il a exclu d'augmenter les impôts pour financer les dépenses liées à la crise, mais prévenu qu'il fallait travailler et produire davantage.
Face à la crise économique brutale qui s'annonce, il a exclu d'augmenter les impôts pour financer les dépenses liées à la crise, mais prévenu qu'il fallait "travailler et produire davantage". (Crédits : Reuters)
Le président de la République a annoncé le passage de tout le territoire français en zone verte à l'exception de Mayotte et de la Guyane de même qu'il a confirmé la tenue du second tour des élections municipales le 28 juin prochain. Le plan de reconstruction économique, écologique et solidaire sera, lui, connu en juillet.

Emmanuel Macron a achevé plus tôt que prévu le déconfinement en annonçant, dimanche, que toute la France, sauf la Guyane et Mayotte, passera au "vert" dès lundi ainsi que la réouverture très attendue des cafés et restaurants en Île-de-France.

"Heureux de cette première victoire contre le virus", M. Macron a également dit souhaiter tirer "toutes les leçons" de la crise sanitaire, assurant que "nos forces, nous les conforterons, nos faiblesses, nous les corrigerons vite et fort".

"Dès demain, tout le territoire, à l'exception de Mayotte et de la Guyane où le virus circule encore activement, (...) passera dans (...) la zone verte ce qui permettra notamment une reprise plus forte du travail et la réouverture des cafés et restaurants en Ile-de-France", a déclaré M. Macron lors de sa quatrième allocution solennelle prononcée à l'Elysée depuis le début de la crise du coronavirus.

Lire aussi : Discours de Macron: soulagés, les restaurateurs d'Ile-de-France s'inquiètent déjà: la clientèle reviendra-t-elle ?

Les écoles et les collèges, mais pas les lycées, accueilleront tous les élèves à partir du 22 juin, a ajouté le chef de l'Etat. "Dès demain en Hexagone comme en Outre-mer, les crèches, les écoles, les collèges se préparent à accueillir à partir du 22 juin tous les élèves de manière obligatoire et selon les règles de présence normales", a-t-il déclaré.

Visites en EHPAD autorisées dès lundi

Dans les maisons de retraite et les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les visites seront "autorisées" dès lundi.

Quant au deuxième tour des élections municipales, il pourra bien "se dérouler dans les communes concernées le 28 juin", a-t-il annoncé, ajoutant qu'il faudra cependant "éviter au maximum les rassemblements" qui resteront "très encadrés" car "ils sont la principale occasion de propagation du virus".

"Nous pouvons être fiers de ce qui a été fait et de notre pays. Bien sûr cette épreuve a aussi révélé des failles, des fragilités: notre dépendance à d'autres continents pour nous procurer certains produits, nos lourdeurs d'organisation, nos inégalités sociales et territoriales. Je veux que nous tirions toutes les leçons de ce que nous avons vécu", a déclaré le président de la République.

Macron s'adressera à nouveau aux Français "en juillet" pour préciser un "nouveau chemin" et "lancer les premières actions".

"Travailler et produire davantage"

Face à la crise économique brutale qui s'annonce, il a exclu d'augmenter les impôts pour financer les dépenses liées à la crise, mais prévenu qu'il fallait "travailler et produire davantage".

"La reconstruction économique, écologique et solidaire sera la clé de notre indépendance", a-t-il dit.

Lire aussi : "Travailler et produire plus": le "pacte productif" de Macron pour "éviter au maximum les licenciements"

Le chef de l'Etat a également annoncé un "investissement massif pour l'instruction, la formation et les emplois de la jeunesse", particulièrement menacée par la crise économique.

Au lendemain de manifestations contre les violences policières et le racisme à travers la France, il a promis "de nouvelles décisions fortes pour l'égalité des chances", en assurant que "nous serons intraitables face au racisme, à l'antisémitisme et aux discriminations".

Policiers et gendarmes "méritent le soutien de la puissance publique et la reconnaissance de la Nation", a-t-il insisté, car "sans ordre républicain, il n'y a ni sécurité, ni liberté".

La France "ne déboulonnera pas de statues. La République n'effacera aucun nom ou aucune trace de son histoire", a-t-il ajouté au sujet des monuments liés à l'histoire coloniale ou la traite esclavagiste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/06/2020 à 10:05 :
Ceux qui critiquent le déconfinement trop lent et tardif sont vraisemblablement à peu près les mêmes que ceux qui ont fait mettre le principe de précaution dans la Constitution il y a vingt ans.
Indécrottables franchouillards, fidèles lecteurs du Monde et d'Alternatives Economiques.
Réponse de le 17/06/2020 à 11:44 :
"ceux qui ont fait mettre le principe de précaution dans la Constitution il y a vingt ans"

Le principe de précaution n'existe pas c'est seulement un outil de justification de plus pour ses seuls intérêts de la classe dirigeante, les perturbateurs endocriniens et micros ondes que nous subissons à chaque instant sont là pour définitivement le prouver.
a écrit le 16/06/2020 à 10:39 :
Le pire, la galère, la pandémie de blas blas, c'est que les blasblas creux vides d'une banalité affligeante de Macron sont précédés et suivis de semaines entières des bavardages rabâchages incessants à la télévision des membres du gouvernement impotent, des godillots de la macronie et des médiocres journalleux de télévisions.
a écrit le 16/06/2020 à 4:25 :
Le cynisme de ce freluquet frise la folie.
30000 morts a minima, en perte et profits. Triste pays qui ne respecte plus ses anciens.
RIP France.
a écrit le 15/06/2020 à 17:22 :
Toujours du bla-bla
Rien de concret ....
a écrit le 15/06/2020 à 15:48 :
Beaucoup à dire sur tout, cela me regarde, mais il faudrait qu'il ressorte toujours d'un débat, d'une allocution, une avancée. Je ne suis pas pour le naufrage des commerces à Paris, et il serait temps d'interdire ou de réduire les manifestations dans ce contexte économique terrible pour certains. Les syndicats, les partis politiques agissent avec beaucoup de légèreté ainsi que tous les revendicateurs de tous poils. Ils devraient se montrer responsables dans ces jours meurtriers et s'abstenir de manifester et de reporter leurs desideratas. Ils existent d'autres moyens de revendications ! les commerçants n'ont pas à subir et à baisser leurs rideaux ! Dans cette période de chômage et de misères
a écrit le 15/06/2020 à 15:15 :
“Nous ne financerons pas ces dépenses en augmentant les impôts. Notre pays est déjà l'un de ceux où la fiscalité est la plus lourde, même si depuis trois ans, nous avons commencé à l'abaisser.” C’est ce qu’a déclaré Emmanuel Macron lors de son allocution aux Français dimanche 14 juin. Le président de la République a de nouveau martelé qu’il n’y aurait pas de hausse des impôts. Une affirmation balayée par Thomas Piketty. Invité sur France Inter, l’économiste a assuré que le président de la République avait “déjà augmenté les impôts”.

Il fait ici allusion à la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS). Créée en 1996, cette contribution équivaut à un prélèvement de 0,5% sur tous les revenus des Français (salaires, retraites, allocations familiales…). “Normalement, ça devait s’arrêter en 2023. Tout le monde aurait une augmentation de salaire ou de retraite de 0,5%”, explique Thomas Piketty. Mais la CRDS va être prolongée de dix ans, jusqu’en 2033. La Croix explique que le gouvernement veut financer le déficit de la Sécurité sociale avec cette prolongation de la CRDS. Ce projet de loi doit être discuté à l’Assemblée nationale ce 15 juin.Mais pour Thomas Piketty, Emmanuel Macron se serait donc arrangé avec la réalité en assurant que les impôts n’augmenteraient pas. “On sait très bien, il ne veut pas augmenter l’impôt sur la fortune. Mais quand il s’agit d’augmenter l’impôt pour tous les Français, ou même sur le patrimoine… Il y a des impôts qui augmentent”, a assuré l’économiste, citant l’exemple de la taxe foncière, “un impôt très lourd sur le patrimoine, extrêmement injuste, qui prélève 40 milliards d’euros tous les ans, et qui augmentent d’année en année". "Il y a un choix dans les non-dits et l'absence de contradiction est problématique”, selon Thomas Piketty, qui regrette qu'Emmanuel Macron ne se prête pas au jeu des questions-réponses avec les journalistes ou des spécialistes après ce genre de discours.
a écrit le 15/06/2020 à 14:15 :
Discours mièvre et vague présageant un avenir sans doute incertain avec une vision confuse...
Réponse de le 15/06/2020 à 15:14 :
Vous aviez oublié vos lunettes ?
a écrit le 15/06/2020 à 14:08 :
Ben non d'après mes antennes l'activité redémarre, pour l'automobile, le marché de l'occasion tourne pas mal le garage voisin a été presque dévalisé, dans l'imprimerie du fils les commandes ont doublé, la fille en intérim est repartie d'urgence, pour moi c'est un peu l'après août 1968.
Ceux qui n'ont pas joué le chômage partiel risquent de le regretter.
a écrit le 15/06/2020 à 14:07 :
Il est toujours rassurant d'entendre dire que la République ne renonce à rien de ce qui est son essence.
Elle est une, indivisible, démocratique. La séparation des pouvoirs est une condition sine qua non à son fonctionnement. Elle ne renie ni n'occulte son passé.
D'aucuns par communautarisme, calcul politique, cherchent à la déstabiliser, en réaffirmant ce qui fonde notre République, ils en seront pour leurs frais.
a écrit le 15/06/2020 à 13:46 :
Notre Président ne doit pas supprimer: les APL - Les indemnités chaumage - les chèques vacances - le chèque énergie - le chèque de Noël - le RSA -
Caisses d'allocations familiales (CAF) (gèrent une vingtaine de prestations françaises)
Allocations familiales (base)
Complément familial
Allocation de soutien familial (ASF)
Prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE)
Allocation de rentrée scolaire (ARS)
Allocation parentale d'éducation (APE)
Aide personnelle au logement (APL)
Allocation aux adultes handicapés (AAH)
Revenu de solidarité active (RSA) (remplace le RMI et l'API; géré par les conseils départementaux et versé par les CAF)
Prime d'activité
Caisses d'assurance maladie
Allocation supplémentaire d'invalidité (ASI)
Aide au retour à domicile après hospitalisation (ARDH)

Caisse nationale d'assurance vieillesse (CNAV)
Allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)
Assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF)

Conseils départementaux
Allocation personnalisée d'autonomie (APA)

Ceux qui désirent rester en bas de l'échelle sociale, ne veulent pas que l'on supprime:
Assurance chômage
Allocation solidarité spécifique (ASS)
Allocation d'insertion (AI)
Allocation équivalent retraite (AER)
Aide à la recherche du premier emploi

OFII
Allocation pour demandeur d'asile (ADA),
Réponse de le 15/06/2020 à 15:11 :
@ Ceux qui désirent rester en bas ...........:

... ont bien raison.

"Une vie libre est encore ouverte aux grandes âmes. En vérité, celui qui possède peu est d'autant moins possédé: louée soit la petite pauvreté."

Nietzsche

Et du même auteur: "«Seul devrait posséder celui qui a de l'esprit: autrement, la fortune est un danger public. Car celui qui possède, lorsqu'il ne s'entend pas à utiliser les loisirs que lui donne la fortune, continuera toujours à vouloir acquérir du bien: cette aspiration sera son amusement, sa ruse de guerre dans la lutte avec l'ennui. C'est ainsi que la modeste aisance, qui suffirait à l'homme intellectuel, se transforme en véritable richesse, résultat trompeur de dépendance et de pauvreté intellectuelles. Cependant, le riche apparaît tout autrement que pourrait le faire attendre son origine misérable, car il peut prendre le masque de la culture et de l'art: il peut acheter ce masque. Par là il éveille l'envie des plus pauvres et des illettrés - qui jalousent en somme toujours l"éducation et qui ne voient pas que celle-ci n'est qu'un masque - et il prépare ainsi peu à peu un bouleversement social : car la brutalité sous un vernis de luxe, la vantardise comédien, par quoi le riche fait étalage de ses "jouissance de civilisé" évoquent, chez le pauvre, l'idée que l'argent seul importe, - tandis qu'en réalité, si l'argent importe quelque peu, l'esprit importe bien davantage.»"

Échet et mat.
Réponse de le 17/06/2020 à 10:29 :
@ multipseudos: "Bravo de nous rappeler le vrai virus français, celui des allocations. "

Tu fais comme celui à qui tu parles tu affirmes sans argumenter, à mon avis tu es en train de te répondre à toi-même ni plus ni moins.

Enlève les allocations aux gens et ils viendront te prendre ce que tu as et tu voudras ensuite quoi que la police les exécute parce qu'on t'a volé ton écran géant 16k !?

Bref vous autres néolibéraux n'avez absolument aucune proposition crédible rien qu'à moyen terme.

Je t'ai signalé, les messes ne sont pas des analyses.
a écrit le 15/06/2020 à 13:22 :
Macron a déversé sa logorrhée, un bavardage creux avec un torrent de poncifs de la plus profonde vacuité ;

Ce que les Françaises et les Français constatent et regrettent amèrement,

ce sont les mensonges de la macronie au sujet du covid-19,

sa gestion piteusement mortifère, plus de 30 000 morts directs du covid-19, plus 60 000 morts indirects dans les chaumières et les ephads ...

le gestion macronienne du gouvernement philippe est un désastre suprême.
Réponse de le 15/06/2020 à 15:13 :
Le New-YorkTimes a fait sa couverture cette semaine sur la gestion de la crise en France. Il est écrit que la France a très bien gérée l'épidémie et qu'il n'y a que les français qui ne le savent pas !
Réponse de le 16/06/2020 à 9:23 :
Avons-nous lu le même article ?

https://www.courrierinternational.com/article/vu-des-etats-unis-chronique-de-la-pandemie-labsurde-centralisation-francaise

https://www.nytimes.com/2020/06/01/opinion/france-coronavirus.html
a écrit le 15/06/2020 à 11:22 :
La discrimination positive est aussi injuste que le travailleur détaché venant de notre continent, il faut essentiellement revoir l'administration européiste de notre nation!
a écrit le 15/06/2020 à 10:27 :
Parler pour ne rien dire .Des banalités du genre après la pluie, le beau temps, il vaut mieux être jeune et en bonne santé que vieux et moche etc....
a écrit le 15/06/2020 à 10:17 :
quasi 30 000 morts et des dettes à n'en plus finir , quel bilan !
Réponse de le 15/06/2020 à 11:36 :
Vous pensez qu'une pandemie est le fait de la politique du president?
a écrit le 15/06/2020 à 8:57 :
" ....Nous pouvons être fiers de ce qui a été fait " !?!....30 000 morts !
Tout est dit .........
a écrit le 15/06/2020 à 8:38 :
En temps que citoyen responsable, ayant été confiné pendant 2 moie et payé par l’état, je ne prendrai pas de congés en 2020 pour aider au sauvetage de mon entreprise qui a été impacté. C’est un geste de soutien et de solidarité pour passer au plus vite à un retour à la normale.
Que tous les camarades syndiqués prennent conscience de la réalité économique au lieu de penser aux congés pour ne pas tomber de haut en septembre
Réponse de le 15/06/2020 à 11:20 :
Si la crise a vidé les carnets de commande de votre entreprise, ça ne l'aidera pas que vous alliez y faire du présentéisme.

Au contraire, si c'est une avalanche de commande en retard qui pose problème, votre présence sera utile, mais ne prenez pas le job , même temporaire d'un autre en faisant des heures sup.
a écrit le 15/06/2020 à 8:28 :
Cette frénésie à creuser la dette pour déverser les milliards sur des multinationales qui font plus travailler les étrangers que les Français est angoissante.
Réponse de le 15/06/2020 à 8:49 :
Ah si nous possédions ces grosses boîtes! Mais j'oubliais, nous notre spécialité, c'est la chasse aux riches c.à.d. des capitaux. Je veux dire la chasse pour les faire fuir. On ne peut pas être champion en tout. Notre médaille d'or c'est en imposition et là on est champion du monde toute catégorie. Voilà de quoi être fier.
Réponse de le 15/06/2020 à 15:51 :
@ à tototiti Qui a vendu Alsthom à ge si ce n'est macron .
a écrit le 15/06/2020 à 8:01 :
Faiblesses :

1) manque de préparation en cas de crise sanitaire grave

2) pas d’industrie de survie en cas de crise ou guerre grave , pas assez d’indépendance par rapport aux autres pays , trop de dépendances aux transports mondiaux

3) pas assez d’importance ou de poids au sein de l’UE

4) trop d’allégeance aux banques , à l’Itech...

5) trop de climat de méfiance , destruction des classes sociales moyennes , trop de précarité , pas assez d’emploi , trop d’extrêmes

6) le télétravail peut être négatif aussi pour l’humain et son environnement

....
a écrit le 15/06/2020 à 0:35 :
120% de dette sur PIB se profile apparemment.
Et nous sommes qu’au mois de Juin.
Bref, plus l’archipel français est redressé, plus il se rapproche du régime grec.
Il n’y a pas un problème ou deux qqpart non ?
Réponse de le 15/06/2020 à 8:25 :
Les vrais fauteurs de désordre ne sont peut être pas les voleurs de poules, il faudrait sortir du bavardage et effectivement se pencher en particulier sur les causes structurelles de cette dette qui concerne pratiquement la majorité des pays au monde - Pourquoi et pour qui ? Mais respirons, l'UE disposerait dans ses coffres de 600 accords internationaux..
a écrit le 14/06/2020 à 21:55 :
Il s'agissait de secouer le cocotier, de remettre les français au travail en insistant sur l'urgence et la gravité de la situation. Des choses positives ont été dites sur la non-réécriture de l'histoire, et le soutien à nos forces de l'Ordre, mais la politique ne aurait se résumer à savoir communiquer avec les benêts. Notre Président n'a pas été bon, je crois, et reste à savoir s'il l'est..
Réponse de le 15/06/2020 à 5:58 :
@ BH.
Voila trois ans que cette girouette a ete plebiscite. Qu'a t-il realise concretement ? Reponse simple : Rien.
Continuer a lui donner du credit. c'est refuser de voir l'etat pitoyable de ce qu'est devenu le pays France.
Plus d'industrie digne de ce nom, des populations pour le moins incompatibles avec les valeurs que nous lui connaissons, une chute implacable des connaissances et j'en oublie.....
Bonne chance a tous. Les mois et annees qui vont suivre vont etre epiques.
a écrit le 14/06/2020 à 21:35 :
Du vide, du vent, des mots ....
a écrit le 14/06/2020 à 21:28 :
30 min qui amènent plus de questions que de solutions.

Ouvrir les cafés et restaurants à Paris, soit mais quid des obligations de distanciation?
Si les restaurant ne peuvent pas dépasser 50% de leur capacité, ils ne seront pas rentables. Ce que les restaurateurs veulent savoir c'est quand ils pourront travailler à 100% de leur capacité.

Si j'étais proviseur de collègue ou directeur d'école, je serais en pétard.

On ne peut pas remettre 25 élèves dans des salles qui viennent juste d'être reconfigurées à grand peine et grand frais.... pour n'en accueillir que 15 !

Ou alors il faut que le gouvernement assume ses décisions et annonce qu'il abandonne 90% des mesures barrières en milieu scolaire. Ce que Macron n'a pas fait.

Que sont donc supposés faire demain les responsables des établissements (maires, proviseurs, directeurs...) ?
Réponse de le 14/06/2020 à 22:29 :
Des millions d emplois vont etre perdus et un fonk vient se plaindre sur la tribune. Ca pique les yeux. Un chef d entreprise en fallite.
Réponse de le 14/06/2020 à 23:11 :
Les restaurants et les cafes peuvent augmenter les prix en double pour compenser des pertes crees par la diminution de leur capacite.
Réponse de le 15/06/2020 à 8:59 :
@lebulgare ...et diviser leur clientèle par 3 ? ......trés fin !
Réponse de le 15/06/2020 à 9:24 :
@bof:il existe quelque chose qui s'appelle l'esprit d'initiative.Les professeurs doivent réapprendre le pragmatisme et la valeur travail.Idem a la SNCF.Il faut arreter de pleurnicher a tout bout de champ.Pendant ce temps ,le monde va de l'avant.
Réponse de le 15/06/2020 à 10:50 :
Mais c'est bien sûr !

Déjà que la clientèle des bars et restaurants fait ses comptes pour savoir si elle peut se payer un resto. il est clair qu'en doublant les prix, la question ne se posera plus pour les deux tiers...

Ce sera resto maison, Cinéma maison, vacances chez papy-mamy et boites de conserves.

Tralala fait le malin mais c'est qui qui va payer la note. Il n'a pas encore compris que l'état est en train de remettre 150 milliards de dettes sur le dos de la sécu via la CADES alors qu'on venait juste d"épurer cette dette.
Le tout sera remboursé via la CSG et la CRDS.
Réponse de le 15/06/2020 à 14:16 :
Pour les mioches, peut être mi-temps école mi-temps télétravail, et tout va bien.
Le taf? vous les avez fait faut assurer, sinon il y a aussi des papi et mamies pas trop rouillés pour servir, tiens une petite alloc papis mamies aidants pourquoi pas! grappiller un petit 100€ !
Réponse de le 15/06/2020 à 19:51 :
Blanquer a dédoublé les effectifs des classes mais on ne peut pas couper les profs en deux.

S'ils sont en continu dans les salles de classe avec la moitié des élèves, ils ne peuvent pas être en même temps derrière les écrans dans les salles virtuelles.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :