Mélenchon appelle le peuple à manifester contre le "coup d'Etat social" de Macron

 |   |  222  mots
La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon appelle à manifester le 23 septembre contre la réforme du droit du travail. La CGT, quant à elle, appelle à une journée d'action et de grève le 12 septembre.
La France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon appelle à manifester le 23 septembre contre la réforme du droit du travail. La CGT, quant à elle, appelle à une journée d'action et de grève le 12 septembre. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Jean-Luc Mélenchon, leader de La France insoumise (LFI), a appelé dimanche "le peuple" à "déferle[r] à Paris" le 23 septembre pour manifester "contre le coup d'Etat social et antidémocratique qui s'organise contre lui", en référence aux ordonnances réformant le droit du travail qui doivent être dévoilées cette semaine.

Pas de doute, la rentrée d'Emmanuel Macron sera agitée sur le plan social. Jean-Luc Mélenchon, leader de La France Insoumise (LFI), a profité de son discours de clôture des journées d'été de son mouvement pour promettre au gouvernement une contestation populaire d'ampleur pour combattre sa réforme du droit du travail.

"Qu'à mon appel, à celui des Insoumises et des Insoumis qui sont là, le 23 septembre prochain, il faut que le peuple déferle à Paris contre le coup d'Etat social, antidémocratique qui s'organise contre lui". "Pas de bla-bla, du combat!", a-t-il martelé.

LFI appelle à manifester le 23 septembre contre la réforme du droit du travail. La CGT, quant à elle, appelle à une journée d'action et de grève le 12 septembre.

Contre la politique du "chacun contre tous"

Pour Jean-Luc Mélenchon, "notre société est en train de basculer sous les coups du capital dans un ordre des choses et une organisation sociale qui tourne le dos à ce que le Conseil national de la Résistance et toutes les luttes de nos anciens ont forgées pour nous libérer".

Selon Mélenchon, Emmanuel Macron "s'est trompé". Le peuple francais, a-t-il ajouté "... ne veut plus de la politique libérale qui abandonne les gens à la sauvagerie de la compétition de chacun contre tous".

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2017 à 17:34 :
Cela ne vous rappelle rien à une époque pas si lointaine où né le bolchevisme....
La liberté il va la mettre où Melanchon....
Il faut craindre le pire pour la France!
Jusqu' à preuve du contraire nous ne sommes pas au goulag !
a écrit le 29/08/2017 à 11:01 :
Ne t'inquiète pas Jean Luc, on te suit.
a écrit le 28/08/2017 à 21:44 :
"Coup d'état social" comme au Venezuela ? S'il veut attirer d'autres opposants au LREM, il faudrait être moins excessif, devenir le mouvement d'opposition demande un peu de retenue, pour rassembler.
a écrit le 28/08/2017 à 17:38 :
M.Macron voulait réconcilier la France en apportant plus d'équité, à la place il a apporté plus de détresse dans le monde du travail en favorisant ceux qui ont de l'argent et en plongeant un peu plus les autres dans la précarité, ce n'est pas ainsi qu'on réconcilie la France.
Sa première erreur est d'avoir pris des membres de son gouvernement parmi les LR.
Sa deuxième erreur c'est l'augmentation et le report de l'impôt sur la fortune.
Bref par rapport à Hollande, c'est le même genre de gouvernement, il y a un peu plus de pression et aucune amélioration dans le portefeuille des familles.
Ce n'est pas une révolution ni une réconciliation mais une aggravation de la fracture sociale.
a écrit le 28/08/2017 à 16:27 :
La politique en France, c'est le poker menteur, et comme Mélenchon est un excellent tribun, je ne serais pas étonné que nombreuses soient les brebis susceptibles de le suivre dans le grand saut de la falaise :-)
Réponse de le 28/08/2017 à 17:41 :
Oui c'est vrai manifester ne sert à rien, il faut des changements et ceci passe par un changement humain dans le cerveau de gouvernement. Faut pas rêver, ils vont continuer à mettre la pression et augmenter la précarité.
Réponse de le 28/08/2017 à 18:44 :
@citoyen ordinaire: les manifestations ne servent pas à rien, elles sont utiles quand elles répondent de vraies questions, pas quand elles sont organisées à des fins politiques électoralistes. Mélanchon n'est pas dans la misère et son objectif, c'est d'obtenir la notoriété et le pouvoir et l'argent qui vont avec :-)
Réponse de le 28/08/2017 à 19:12 :
Parfois les leaders sont débordés par leur base.....
a écrit le 28/08/2017 à 15:20 :
Prof...
Retraite de sénateur et d'ex ministre...
Propriétaire avec un patrimoine de plus d'1 million d'euros...
Je croyais qu'être de gauche d'était combattre les rentes... toutes les formes de rentes...
Quel petit homme...
a écrit le 28/08/2017 à 15:20 :
Il est à Marseille ?
Je croyais qu'il s'était précipité au Venezuela pour aider son mentor adoré Maduro contre les velléités d'invasion de ce pays par les EU...
Quand on constate que ce monsieur a fait environ 20% de voix aux présidentielles... Pour les nostalgiques, le voyez-vous représenter la France au G7 ? Les autres membres auraient du mérite à garder leur sérieux.
Même sentiment pour le FN.
Cordialement
a écrit le 28/08/2017 à 15:15 :
Il va y avoir 2 manifs dans la rue et puis ?? Tout le monde va rentrer chez soi, le gouvernement va faire "ouf !" et pis hop, ça va être réglé !
Non, CA NE SERT A RIEN ! La seule chose que peut comprendre notre président et son équipe, ce sont les chiffres de l'économie. Alors, vue que de toute façon ces "réformes" vont finir par nous conduire tout droit à la situation de la Grande-Bretagne et des USA (pas leurs chiffres du chômage qu'on nous rabâche à tout bout de champs, et qui ne reflète pas du tout la situation réelle de leur économie, mais le Brexit et l'élection de Trump !), autant y aller d'un coup -> RESISTANCE PASSIVE ! Plus d'achat superflu, ne dépenser que le minimum : avez-vous vraiment besoin tout de suite du smartphone dernier cri ? Votre voiture ne peut-elle pas attendre quelques mois de plus ? Êtes-vous obligé d'aller au boulot en voiture et pas en vélo ? Êtes-vous obligé de changer vos vêtements pour la rentrée ? Etc (c'est pas les idées qui manquent !).
Metter en danger le budget 2017 et les 3% pour la fin de l'année, vous allez voir si le Gouvernement ne va pas réagir !!
Réponse de le 28/08/2017 à 19:16 :
Une partie grandissante de la population est déjà dans ce mode de vie réduit....et demain encore plus....
a écrit le 28/08/2017 à 12:41 :
C'est là qu'on voit qu'il se fiche de tout. S'il voulait vraiment mener une lutte efficace il rejoindrait la manif PCF/CGT/PS. Il en serait quand même le leader de fait et ce serait plus efficace. Mais non, il fait bande à part pour ne pas partager une miette de pouvoir et la gauche avance en ordre dispersé....

Remarque, tant mieux
a écrit le 28/08/2017 à 12:27 :
A bien y regarder, le personnage a un look mélange Mao dans le vêtement et Staline dans le visage plus les lunettes et se présente sous un air bonhomme.
Qui mettrait-il dans les prisons...la liste n'est pas encore publiée.
a écrit le 28/08/2017 à 10:23 :
Les black blocks à l'élysée, les zadistes à matignon et les manifestants pourra ainsi se diriger et libérer le parlement !

Quoi c'est pas ça qui est prévu ? Ça va encore être un aller retour bastille nation ? Ben sans moi, parce que l'oligarchie elle n'en a rien à faire des manifestations qui tournent en rond.

Mélenchon n'est là encore une fois que pour canaliser la colère qui monte de plus en plus vite et de plus en plus fort.
a écrit le 28/08/2017 à 10:00 :
Ce n'est pas la rhétorique ringarde (et passéiste) de Mr Mélenchon qui va faire sortir la France de l'ornière scandaleuse du taux de chômage à 10%.
Un Mr Mélenchon qui ne peut pas comprendre ça : il n'a jamais perdu son boulot.
Les gens qui rament depuis des années savent mieux que lui ce que sont les avantages acquis : les privilèges des nantis du Code du travail.
a écrit le 28/08/2017 à 9:49 :
Mélenchon, qui a longtemps donné en exemple le Venezuela chaviste, est totalement disqualifié pour parler de coup d'état. Qu'il s'applique à lui-même le dégagisme, le pays ne s'en portera que mieux.
a écrit le 28/08/2017 à 8:36 :
A un coup d état faut répliquer dans la rue . Ce sont les fondamentaux et il ne faut pas les renier .
Mais pas de panique au second tour on fera voter pour pas que ca ne change pas c est fondamental aussi .
a écrit le 28/08/2017 à 7:36 :
Et ça recommence!
Pauvre France.
a écrit le 28/08/2017 à 7:31 :
Et ça recommence!
Pauvre France.
a écrit le 28/08/2017 à 6:37 :
Mélenchon appelle le peuple à manifester contre le "coup d'Etat social" de Maduro
a écrit le 28/08/2017 à 5:10 :
Quelqu'un qui a profité et profite encore d'un système politique véreux qui encore aujourd'hui émarge à plus de 16000€ mois minimum (député+ retraite sénateurs) avec un patrimoine de plus d'un million d'euros, en politique depuis les années 80 les plus noires en magouilles, quelqu’un qui n' a pas usé son fauteuil bruxellois mais qui en a capté les avantages, quelqu'un qui vante un régime qui fait tirer par sa police sur ceux qui manifestent avec les morts comme comptage macabre, le Venezuela qui a mis en place avec force sans l’aval des « gens » comme dit JLM une constituante qui n’est plus ni moins qu’un système totalitaire qui sème pauvreté et mort, quelqu’un qui parle et discoure avec haine quelqu’un qui parle de ceux qui profitent mais en premier lieu lui et qui a dans ses rangs le parfait petit magouilleur pour se loger en HLM, quelqu’un qui parle des plus démunis sans connaître la fin du mois le 10, n’est pas un homme sur lequel les faibles peuvent compter. JLM le type même du stalinien qui commence par parler du coup d’état sous couvert social pour finir comme le Venezuela et sa constituante fasciste.
a écrit le 28/08/2017 à 4:51 :
Mais qu'il change de nationalité le Chavez Bobo avec son petit costume Mao BIen propre sur lui.
Le même programme économique que LePen le costume Mao et un amour immodéré pour lui même. Cherchez l'erreur!
a écrit le 28/08/2017 à 3:25 :
Il ne lui manque plus que la moustache comme Maduro pour être crédible ... Ce type n'incarne rien à part les planqués du système comme lui , l'hyperinflation personne n'en veut ...
a écrit le 28/08/2017 à 2:39 :
... et comme d'habitude des syndicats qui jouent le "chacun pour soi" , CGT en tète !
Lamentable .......
a écrit le 28/08/2017 à 0:28 :
Et le Coup d'Etat qu'il nous promettait en Avril, renvoi de l'Assemblée et désignation d'une Constituante, pour sa DICTATURE et SON modèle VENEZUELA
a écrit le 27/08/2017 à 23:21 :
Tous aux manifestations du 12 et 23 septembre.
a écrit le 27/08/2017 à 20:46 :
L'extrémiste est de retour de vacances, bien reposé et toujours vaillant.
Arrivera-t-il à mettre à feu et à sang le pays avec son costume dérivé de celui de Mao.
Un parfum de déjà vu.
L'histoire nous le dira.
a écrit le 27/08/2017 à 20:19 :
Avec de tels opposants ,Macron est tranquille pour longtemps!Faut ressortir les autres carricatures:Hamon,Hue Placé,Raffarin et Marie georges Buffet,ça va aider Macron a remonter
a écrit le 27/08/2017 à 19:52 :
Il reve d'etre MADURO
a écrit le 27/08/2017 à 19:20 :
Il a pris des vacances pépère ? parce qu'il avait l'air vraiment fatigué par son nouveau travail à l'assemblée.
a écrit le 27/08/2017 à 19:08 :
Avec Mélenchon, c'est plutôt le coup d'éclat permanent pour attirer sur sa personne les flashs des médias. Sinon comment expliquer q'un gouvernement et un président élus tous deux avec une large majorité sur un programme connu par tous soient en train de se livrer à un coup d'état en appliquant leur programme?
a écrit le 27/08/2017 à 18:30 :
Et le Coup d'Etat, AU VENEZUELA avec ses tortures, censures depuis 1999
a écrit le 27/08/2017 à 17:27 :
Mélenchon promet « du combat, pas de bla-bla » ! mais à part le combat ce monsieur ne propose rien de concret et surtout rien de crédible. Les bolcheviques on connait le résultat... Cuba, Vénézuela...ouais bof !
a écrit le 27/08/2017 à 17:15 :
Qui est Jean-Luc Mélenchon ? Nous essaierons de répondre à cette question en partant de la nécessité qui s’est faite jour lors de la campagne pour le premier tour des présidentielles de choisir entre François Asselineau et lui. Cette question nous ramène d’ailleurs aux hésitations d’Etienne Chouard dont nous avons parlé dans un autre article.

Pourtant, de notre point de vue, il n’y avait pas lieu d’hésiter puisqu’aucune politique sociale n’étant possible sans, au préalable, quitter la CE, l’euro et l’OTAN, il fallait voter pour François Asselineau. Mélenchon, comme les autres, s’il devait être élu, finirait par appliquer les GOPE (Grandes Orientations de Politique Economique) dictées depuis Bruxelles et toutes les directives européennes. Il ferait comme Tsipras qui tenait exactement le même discours que lui et a laissé la Grèce dans la CE.

Il ne faut d’ailleurs pas se contenter de voter pour François Asselineau, il faut même adhérer à l’UPR car c’est une organisation de large rassemblement et qui n’a d’ailleurs pas vocation à perdurer. Quand le but fixé sera atteint chacun pourra reprendre son propre chemin. Pour ma part, je m’éloignerai sans doute de François Asselineau pour être plus proche du mouvement ouvrier.

Car, assurément Jean-Luc Mélenchon est plus imprégné du mouvement ouvrier que François Asselineau tant par son parcours que par les idées qu’il exprime. C’est pour cela que, pour ma part, je réserve la position que je prendrai plus tard. Mais pour l'heure, j'estime que ce serait contribuer à entretenir une illusion que de voter pour Jean-Luc Mélenchon qui, quels que soient ses discours sur des plans B, C ou D, nous entraine dans la même politique que celle que les grecs ont subie avec Tsipras.

Il est évident que Jean-Luc Mélenchon a vu ce qui s'est passé en Grèce mais les enseignements qu’il en tire ne l’amène pas à conclure que Tsipras a trahi en refusant de sortir de l’UE. Du coup il tient des discours confus et fluctuants sur des plans A, B ou C qui permettraient de modifier les traités au terme de négociations. Il semble d’ailleurs avoir, en bout de course, abandonné l’idée de faire un référendum qu’il avait un moment avancée sans aucune précision sur la date, la question posée… Mais, quels que soient les discours, il est clair qu’il refuse de proposer d’emblée la sortie de la CE, de l’euro et de l’OTAN sans jamais justifier son refus. Il laisse ainsi croire que les traités sont renégociables. Jospin, Hollande et Tsipras avaient dit qu’ils renégocieraient... Ils n'ont rien fait parce que c'est impossible et Jean-Luc Mélenchon le sait. Pourquoi donc ne pas lancer tout de suite la procédure de sortie de la CE et de l’euro en même temps que la sortie de l’OTAN ?

Le fait qu’il soit député au Parlement Européen le lie directement à la CE (salaire brut 8484,05€ + 4342€ d’indemnité de frais généraux + 306€ d’indemnité par jour de présence) constitue assurément un élément de réponse. Mais il y a probablement un lien organique plus complexe entre la CE et lui. Si on prend le problème dans l’autre sens, on voit que la CE achète les élites françaises pour qu’ils défendent la politique européenne ou tout au moins pour qu’ils n’y fassent pas obstacle. Bien sûr, il y a une fourberie dans leur démarche puisque c’est fondamentalement avec notre fric qu’ils achètent ceux qui œuvrent pour eux. Bref ! n’ayons pas peur des mots ! Ils recrutent des kapos.

Or, Il est possible qu’en plus de son salaire de député européen, il y ait, entre la CE et jean-Luc Mélenchon, un lien qui passe par la CES (Confédération Européenne des Syndicats). C’est du moins une hypothèse à creuser. Il est certain que Jean-Luc Mélenchon est lié au PCF. Il n’aurait pas été candidat à l’élection présidentielle sans le soutien de ce parti car il n’aurait jamais obtenu les 500 signatures. On sait qu’au PCF une quantité de cadres sont des permanents salariés de la CGT. Or, la CGT est affiliée à la CES depuis 1999, l’année où Bernard Thibault a été élu secrétaire général. Cette CES est partie intégrante des institutions de l’Union Européenne. La CGT est ainsi intégrée dans les rouages de la CE au point de perdre son indépendance. On se souvient que, lors du mouvement social contre la réforme des retraites en 2010, Bernard Thibault avait justifié son refus d’appeler à la grève générale reconductible en déclarant « Je n’hésiterai pas à parler de loyauté ». Il est en effet resté loyal à l’égard de la CES et par conséquent des adversaires du peuple français. Il est donc possible que Jean-Luc Mélenchon soit lié à l’UE par le PCF, la CGT et la CSE et soit ainsi contraint de refuser d’en sortir.

Signalons qu’en plus de son adhésion à la CES, l’indépendance de la CGT est également remise en question par un système de financement très obscur. Pour avoir plus de détails à ce sujet, il faut se reporter à la page de la wikipédia : « Financement des syndicats de salariés en France ». Les cotisations sont, pour les syndicats, une recette bien moindre que l’ensemble des autres financements et la France est le pays d'Europe qui compte le plus grand nombre de permanents syndicaux par rapport au nombre de syndiqués.

Mais les défenseurs de Jean-Luc Mélenchon savent que « la meilleure défense, c’est l’attaque ». Puisqu’ils ne peuvent justifier le refus de sortir de l’euro, ils essaient de discréditer le seul qui prône clairement le Frexit. Ils s’en prennent à François Asselineau en expliquant qu’il est de droite voire même d’extrême droite. Nous étudierons dans un autre article la personnalité, l’orientation et le rôle de François Asselineau. Nous nous contenterons ici de dire que l’orientation politique des uns ou des autres ne se propage pas comme une maladie contagieuse par contact. Le fait que François Asselineau ait été amené à côtoyer Jean Tibéri ou Charles Pasqua ne permet en rien de conclure quoi que ce soit sur son orientation actuelle. Les choix politiques peuvent évoluer. Et, à ceux qui voudraient jouer à ce jeu-là, il faut rappeler que Jean-Luc Mélenchon reste un admirateur non repenti de François Mitterrand et qu’il fut un de ses collaborateurs à une époque où celui-ci fréquentait encore René Bousquet et où il allait tous les ans fleurir la tombe du Maréchal Pétain.

Il faut aussi retenir contre lui la charge lancée par Michel Onfray dans l’article intitulé “Les loups sont entrés dans Paris” où il reproche à la presse dominante de choisir ses cibles, sur des critères inavouables, quand elle veut faire tomber un homme politique. “Pourquoi la presse dominante n’a-t-elle pas donné plus d’écho au fait que Jean-Luc Mélenchon ait été accusé de népotisme, de favoritisme, de gaspillage d’argent public pour avoir pistonné sa fille dans l’accès à un emploi public ; favorisé des amis politiques pour éviter le barrage des appels d’offre et payé très cher (près de 300 000 €, si on en croit un livre de Liliane Alemagna et Stéphane Alliès qui s’appelle “Mélenchon le plébéien” et qui est paru chez Robert Laffont) des prestations effectuées par des amis ; utilise une voiture avec chauffeur du Conseil Général alors qu’il n’était plus élu ; continue à toucher ses indemnités alors qu’il ne se rendait quasiment plus aux séances et qu’il ait fait l’objet d’un rappel à la loi par le procureur de la république sous forme d’avertissement solennel ? Pour quelle raison non plus cette presse dominante n’a-t-elle pas monté en épingle le vol en jet privé effectué par le conducator des insoumis pour se rendre (...) à la journée commémorative de l’abolition de l’esclavage à Champagney en Haute Saône le 4 février 2017 ? L’avion privé parti du Bourget s’est posé en fin de matinée sur le tarmac de l’aéroport franco-suisse de Bâle-Mulhouse, une information que ne conteste d’ailleurs pas Libération dans son édition du 20 avril 2017”. Il y a assurément de quoi faire réfléchir les “insoumis” sur les privilèges que Jean-Luc Mélenchon s’accorde indûment avec les deniers publics et le décalage entre ce qu’il souhaite pour “les gens” et ce qu’il se réserve pour lui-même.

Comme nombre de ceux qui ont fréquenté des organisations trotskystes dans leur jeunesse, à un moment de son itinéraire, Jean-Luc Mélenchon a décidé de renier ses idées pour faire une carrière en politique. Rien en cela ne le différencie de Lionel Jospin, Jean-Christophe Cambadélis et bien d’autres. Il est grand temps d’interdire aux députés de faire plus de deux mandats consécutifs et de prendre toutes les autres mesures nécessaires pour interdire le carriérisme en politique...
Réponse de le 27/08/2017 à 18:20 :
Rien Lu
Réponse de le 27/08/2017 à 21:32 :
La théorie du complot néo-libéralisme de l'UE rampe à 20 cm du sol dés les premières lignes de ce roman avant de montrer sa tête dés le deuxième paragraphe. L' UPR quoi.
Réponse de le 28/08/2017 à 10:26 :
Merci de continuer de nous éclairer sur les avatars polItiques bruxello médiatisés des hochets du sytème.
a écrit le 27/08/2017 à 17:02 :
C'est ça avec ces bolcheviques la , on change rien , tant mieux pour ceux qui ont un job , les autres circulez ....
a écrit le 27/08/2017 à 16:39 :
Coup d état à la vénézuellienne : son modele-idolatre en 2022, après élection dictature-constitutante-morts-tortures-massacres. EN ATTENDANT IL SERA MAIRE DE MARSEILLE MARS 2020
Réponse de le 27/08/2017 à 17:09 :
20 Aller/Retour République-Bastille le 23/9, sans CASSE d'hôpital Necker, ni bien privés ou publics !
Réponse de le 27/08/2017 à 17:31 :
Avec P.C.F-C.G.T-Aubry-Hamon-Filoche père et fille, Hidalgo, Parti Socialiste, il aura ses 300000 manifestants, le 23/9, République-Bastille A/R à répétitions.
a écrit le 27/08/2017 à 16:26 :
Avec micron pas de renouveau. Il est comme neu neu il ne pense qu'à lui et ses intérêts. Encore un président de m.
Réponse de le 27/08/2017 à 21:47 :
Comme Mélanchon il ferait un énorme dictateur
a écrit le 27/08/2017 à 16:12 :
"Coup d'état social"
Camarade, faudrait peut-être pas abuser !
a écrit le 27/08/2017 à 15:24 :
Tous ensemble tous ensemble oui oui......
a écrit le 27/08/2017 à 15:23 :
Mélenchon a raison de vociférer, mais comme l'acholique de la rue sans aucune portée. La France est un pays militaire et partenaire du club des puissances nucléaires, la stratégie du pays est inscrite dans le marbre depuis la seconde guerre mondiale.
Il n'y aura aucun changement malgré les singeries de tel ou autre individu.
a écrit le 27/08/2017 à 15:01 :
Si les textes sont signés par les syndicats, et que le peuple est contre, faut-il dissoudre les syndicats, n'ayant plus aucune représentativité ? Ou est-ce de l'agitation ?
a écrit le 27/08/2017 à 14:06 :
Faut il rappeler à Chavélenchon que les ordonnances sur la réforme du code du travail étaient dans le programme présidentiel de Macron?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :