Travailleurs détachés : Macron dézingue la Pologne, qui réplique

 |   |  758  mots
La France, qui a rejeté en juin le projet de révision de la directive européenne sur le travail détaché car il n'allait, selon elle, pas assez loin, a quelques semaines pour bâtir des compromis.
La France, qui a rejeté en juin le projet de révision de la directive européenne sur le travail détaché car il n'allait, selon elle, pas assez loin, a quelques semaines pour bâtir des compromis. (Crédits : STOYAN NENOV)
Le refus des Polonais, confirmé jeudi par la Première ministre, de réviser la directive européenne sur le travail détaché est une illustration supplémentaire des erreurs de ce gouvernement, a dit Emmanuel Macron. En réponse, la Premier ministre polonaise a critiqué "l'arrogance" du président français, en offensive à l'Est contre le "dumping social" qui menace selon lui l'Union européenne.

| Article publié à 12h23, mis à jour à 15h35.

En désaccord avec Emmanuel Macron sur un durcissement des règles relatives au travail détaché, le gouvernement polonais s'est attiré son courroux. Le chef d'État français a jugé vendredi que les Polonais méritaient mieux que leurs dirigeants, qui tournent selon lui le dos aux valeurs européennes et isolent leur pays.

Le refus des Polonais, confirmé jeudi par la Première ministre, de réviser la directive européenne sur le travail détaché est une illustration supplémentaire des erreurs de ce gouvernement, a dit le président français lors d'une conférence de presse au côté du président bulgare, Roumen Radev, à Varna. Ce refus "manifeste combien ce pays décide aujourd'hui de se mettre en marge de l'histoire, du présent et du futur de l'Europe, ce que je regrette". Ajoutant :

"La Pologne n'est en rien ce qui définit le cap de l'Europe d'aujourd'hui, a fortiori de l'Europe de demain. [...] L'Europe est un espace qui s'est créé sur des valeurs, un rapport à la démocratie et aux libertés publiques qu'enfreint aujourd'hui la Pologne."

Il a rappelé le déclenchement d'une procédure de sanction par la Commission européenne contre la Pologne et évoqué les fonds structurels versés au pays, sans en dire plus. La réponse de Varsovie n'a toutefois pas tardé.

"Je conseille au président de se montrer plus conciliant [...] Peut-être ses propos arrogants sont-ils dus à son manque d'expérience", écrit Beata Szydlo dans un communiqué adressé à Reuters, conseillant au président "de se concentrer sur les affaires de son pays" afin "d'obtenir les mêmes résultats économiques et le même degré de sécurité pour les citoyens [français] que ceux qui sont garantis en Pologne".

Un demi-million de Polonais en travail détaché

La France, qui a rejeté en juin le projet de révision de la directive car il n'allait, selon elle, pas assez loin, a quelques semaines pour bâtir des compromis. La présidence estonienne de l'Union européenne fera une nouvelle proposition en septembre et une réunion ministérielle est prévue fin octobre que la Commission européenne et plusieurs Etats membres souhaitent conclusive. L'Hexagone souhaite limiter la durée du travail détaché à 12 mois sur une période de deux ans, et que toutes les périodes comptent.

La Pologne est le pays qui profite le plus de cette directive et est farouchement hostile à toute réforme. Environ 500.000 Polonais sont employés par des entreprises polonaises dans d'autres pays membres de l'UE.

"Nous ne changerons pas de position. Nous la défendrons jusqu'au bout parce que c'est une position favorable aux intérêts des travailleurs polonais", a déclaré la Première ministre polonaise, Beata Szydlo, jeudi à la presse.

Graph travailleurs détachés

[Crédits : Statista.]

Emmanuel Macron a fait état d'une convergence avec son homologue bulgare sur la révision de cette directive, alors que Roumen Radev s'était auparavant montré plus prudent. Le président français a estimé que la Bulgarie devrait faire partie d'un espace Schengen rénové. Un souhait qu'il a également exprimé vis-à-vis de la Roumanie, qui a n'a pas exprimé de soutien clair mais a constaté la nécessité d'améliorer la directive européenne sur le travail détaché. Quant à la République tchèque et la Slovaquie, qu'Emmanuel Macron a également visité, elles ont apporté leur soutien mercredi à l'offensive française.

Moscovici veut un "compromis"

Face aux préoccupations que suscitent les règles sur le travail détaché au sein de l'Union européenne, le commissaire aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a jugé vendredi sur Europe 1 nécessaire de trouver "un compromis" .

"La liberté de circulation, qui est une des grandes libertés de l'Europe, doit aller de pair avec le combat contre le 'dumping social'", a-t-il ajouté, donnant comme mot d'ordre "à travail égal, salaire égal".

Rappelant que la Commission européenne avait elle-même fait des propositions de réformes fin mai, il a jugé nécessaire de trouver un compromis sur le sujet avant la fin de l'année. L'UE est actuellement présidée par l'Estonie, plutôt en faveur d'un durcissement des règles sur le sujet, mais, à partir de 2018, c'est la Bulgarie, opposée à une telle évolution, qui prendra sa suite. En tout état de cause, Pierre Moscovici a prévenu qu'il ne fallait pas "bercer les Français d'illusions" sur une éventuelle harmonisation sociale de l'UE.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/08/2017 à 13:06 :
étonnante Pologne qui bénéficie des fonds structurels EUROPEENS servant à acheter du matériel militaire us..si elle est déstabilisée par la Russie voire envahie ..pas sur que ce soit Trump qui vienne à son secours..y a t elle réfléchie?
Réponse de le 28/08/2017 à 15:05 :
Si l'Europe de la défense existait, les choses pourraient changer. En attendant, il n'y a que les USA.
a écrit le 28/08/2017 à 10:57 :
Voilà la limité majeur d'imposer un VIP de l'oligarchie financière à la légitimité électorale de pacotille, président de la république, tout le monde sait à l'internationale du coup que ce n'est qu'une marionnette des marchés financiers et avec des pouvoirs politiques d'extrême droite il est évident qu'ils ne vont pas se priver de l'humilier parce que c'est trop facile.

Les compatbles ne sont pas connus pour leur charisme et leur force de persuasion, il est évident que si cela avait été chirac qui s'était déplacé en POlogne, le pouvoir polonais, même d'extrême droite, ne se serait jamais permis un tel mépris et certainement même qu'ils auraient courbé l'échine.

Les comptables c'est bien pour engraisser les riches mais question crédibilité politique c'est zéro.

"Tu veux te décupler ? Tu veux te centupler ? Cherches des zéros" Nietzsche

Ah ça des zéros on en a plein c'est certain...
a écrit le 28/08/2017 à 3:44 :
Pour une fois qu'un président en fonction ose critiquer l'attitude de certains passagers clandestins de l'UE , on ne va pas s'en plaindre ...
a écrit le 27/08/2017 à 22:32 :
La France qui a le privilège d'avoir l'administration publique la plus coûteuse d'Europe et la couverture sociale la plus chère peut bien sûr accuser tous ses partenaires de dumping fiscal et social. Mais la main d'oeuvre détachée des pays de l'est européen participe à la compétitivité de la France. La balance du travail détaché (en nombre de travailleurs) est clairement déficitaire en France, mais celle de l'Allemagne l'est largement plus avec des flux presque deux fois supérieurs.
Réponse de le 28/08/2017 à 10:22 :
ne respecte pas les directives europeennes d'assurance maladie, oblige ses frontaliers à s'affilier à la sécu et voudrait faire la loi dans toute l'europe.
C'EST CA L’ARROGANCE
a écrit le 27/08/2017 à 10:39 :
"L'Europe est un espace qui s'est créé sur des valeurs..." L'Europe c'est créée en s'alignant sur le moins disant, sur le dumping social, sur la découpe des acquis sociaux, sur la prévalence des lobbies dans les décisions politiques, sur la technocratie proche du soviétisme... Çà ce sont de vrai valeurs !!!!!
a écrit le 27/08/2017 à 9:27 :
La Pologne se montre sans vergogne en refusant d'entendre parler de moraliser la question des travailleurs détachés.
Elle ne veut pas comprendre qu'une construction collective requiert inévitablement des efforts et des renoncements de la part de chacun. Elle ne veut pas entendre parler de perte ni de renoncement et pourtant, comparativement à sa position isolée antérieure à son appartenance à l'UE, aucun de ses secteurs vitaux n'est menacé et rien ne pourrait faire intervenir une clause de sauvegarde. C'est un jeu de solitaire très dangereux qu'elle mène et qui se retournera contre elle à l'occasion.

D'un autre côté cela me rappelle l'époque de cette directive « Blockenstein » vilipendée pour ses plombiers polonais qu'un grand nombre de politiques voulait nous faire gober en refusant de voir ce qui se passe aujourd'hui.

La Pologne nous a déjà prouvé une conduite très solitaire lors de son entrée dans l'UE en utilisant les subventions européennes pour acquérir des avions américains avec l'argent des contribuables européens au lieu de réinjecter ces finances dans l'économie de l'UE.

Elle a réédité l'exploit avec des hélicoptères. Elle a verrouillé ses portes lors de la question des migrants en faisant cavalier solitaire.

Aujourd'hui elle refuse de revoir la question des travailleurs détachés pour des motifs inavoués qui sont pour elle le moyen de donner du travail à près d'un million de polonais hors frontières pendant que sa pratique du moins disant social attire un grand nombre d'entreprises de tous les Etats forts de l'Union chez elle.
Allez donc demander à un français, un allemand, ou un néerlandais d'aller travailler en Pologne au régime polonais !

Imaginons un peu ce que serait sa santé économique si elle n'appartenait pas à l'UE et devait se débrouiller seule sans les implantations industrielles françaises et autres. Ce qui l'intéresse n'est pas l'Europe mais un marché juteux et des subventions.
Non décidément la Pologne n'a pas la fibre communautaire et le Président Macron n'a fait que montrer la chose du doigt.

Cet avatar ne pourrait prouver qu'une seule chose, s'il en était encore besoin et si cela était encore utile de le rappeler.

Tous nos précédents Présidents qui ont tenté de mettre un peu de raison et d'ordre dans la maison européenne et de freiner cette fuite en avant de l'ultra-libéralisme de l'UE se sont tous cassé les dents. Aucun n'a réussi à faire valoir ses objectifs même en parlant de casser la baraque. Pour exemple, le Président Sarkozy qui devait revenir sur les accords de Schengen n'a rien obtenu ni réussi.

Tant que nous resterons dans cette forme actuelle d'Europe, nous resterons à la merci d'Etats qui tirent profit de la situation et refusent de rien changer tant qu'ils sont gagnants.

Il n'y a qu'une seule conclusion à en tirer. Une conclusion qui pourrait bien faire réapparaître la menace d'un Frexit.
Réponse de le 27/08/2017 à 10:42 :
La Pologne a raison de défendre ses intérêts. On veut lui retirer les bienfaits du traité qu'elle n'aurait pas signé sinon. Je te donne un puis je te reprends deux... Le traité européen s'est aligné sur le moins disant, et on en paye le prix aujourd'hui.
a écrit le 26/08/2017 à 20:37 :
L’arsenal juridique qui vient d’être présenté est aussi impressionnant que dénué de toute ambiguïté. Il prouve donc que rien n’est plus faux et plus mensonger que le discours de Macron, tenu le 23 août 2017, selon lequel la directive sur les travailleurs détachés serait une « trahison de l’esprit européen dans ses fondamentaux ».

Loin d’en être la trahison, cette directive en est au contraire la quintessence !

Comme on vient de le voir, cette déclaration pleine de morgue et de suffisance de Macron – qui a d’ailleurs fait vivement sursauter en Europe de l’est – est en effet le contraire exact de l’esprit et de la lettre des traités européens qui prévoient, depuis 1957, la création d’un marché unique sans frontières, quels que soient les échanges concernés (personnes, marchandises, capitaux, services).

C’est non seulement ce qu’avait rappelé – à juste titre, il faut le reconnaître – le Commissaire Bolkestein en 2004 (cf. supra), mais c’est aussi ce qu’avaient rappelé plusieurs dirigeants européens de l’époque, notamment dans les pays de l’est, au moment du référendum français sur le projet de Constitution européenne.

C’est par exemple ce qu’avait déclaré sans aucune ambiguïté, dans le journal Libération du 17 mai 2005, l’eurodéputé et ancien ministre polonais des Affaires étrangères Bronislaw Geremek, Prix Charlemagne 1998 : « Tôt ou tard la philosophie de la directive Bolkestein prévaudra, car elle se fonde sur l’idée européenne et sur ses quatre libertés de base : ­ circulation des biens, des personnes, des capitaux et des services. »Quel a été le brillant résultat de cette agitation macronesque ?

Alors même que les pays de l’Est semblaient disposer à adopter, de façon assez inespérée, la légère révision de la directive de 1996 mentionnée ci-dessus, les propos péremptoires et maladroits de Macron ont braqué les pays d’Europe centrale et orientale, qui ont le plus à perdre dans cette réforme.

La tournée qu’il a entamée le 23 août 2017 en Autriche, en rencontrant les Premiers ministres autrichien, tchèque et slovaque à Salzbourg, et qui s’est poursuivie jeudi 24 en Roumanie puis vendredi 25 en Bulgarie, visait à réparer les pots cassés.

On vient d’en voir les brillants résultats ! Ils font l’objet d’une analyse plus détaillée qui sera publiée dans les prochaines heures par l' UPR...

https://www.upr.fr/actualite/france/macron-piege-question-travailleurs-detaches-cette-question-revele-schizophrenie-dirigeants-europeistes-francais
Réponse de le 27/08/2017 à 0:31 :
J'ai lu votre lien, interessant, certes mais idéologiquement biaisé.
Le raisonnement "Macron ne peut rien faire, il y a l'article 56" ne tient pas la route, tout simplement parceque l'article 56 n'est pas un obstacle.
A moins que vous ayez la même interprétation de ce qu'est la libre-circulation que Bolkestein et c'est bien le problème de l'article: il fait une lecture néo-libérale des traités européen pour démontrer que l'UE est d'essence néo-libérale.
Réponse de le 27/08/2017 à 9:53 :
Bravo pour la démonstration. Il y a cependant beaucoup de bémols à y apporter. Si bien qu'en l'état elle reste très éloignée de ce que devrait être une liberté d'activités hors frontières façon « Blockenstein ».

Tout d'abord la vision originelle de l'Europe unie des pères fondateurs (hors conception Monnet qui n'a pas été l'un d'entre eux) se voulait confédérale et non fédérale.
La vision originelle ne voulait rien entendre d'un Caïus Julius Bruxellus non élu disposant de tous les pouvoirs.
Ensuite, vos quatre libertés de base devaient exister dans une Europe où les conditions fiscales et sociales devaient être préalablement harmonisées en rendant les dumpings (fiscaux et sociaux) impossibles et en les interdisant.
Nous somme donc loin de votre vision partielle de choses.
a écrit le 26/08/2017 à 19:05 :
Lire cet article sur le site  « Les voix du monde » intitulé: « France-Pologne: Varsovie ne décolère pas contre les propos d'Emmanuel Macron ». Un passage intéressant rapporté du journal Gazeta Wyborcza, qui accrédite l'idée que le but de cette intervention était dans un 1er temps de torpiller le groupe de Visegrad : « … le président français « a définitivement brisé l'unité du groupe de Visegrad en négociant un accord avec la République tchèque et la Slovaquie sur les travailleurs détachés dans le dos de la Pologne ».
a écrit le 26/08/2017 à 17:49 :
2016 :
Après avoir rompu la semaine dernière les négociations exclusives avec Airbus Helicopters, la Pologne a annoncé ce lundi la prochaine acquisition d'appareils Black Hawk de l'américain Lockheed Martin, pour équiper ses forces spéciales.
Mai 2017 :
La France va très certainement perdre le marché des sous-marins polonais. Elle est nettement distancée par le rouleau compresseur allemand. Berlin veut plus et doter l'Europe d'une flotte de U-212. Ce qui marginaliserait La France et DCNS en Europe.

Mai 2017 :

La Pologne prévoit de signer un accord avec l’entreprise américaine Raytheon d'un montant de 7,6 milliards de dollars pour se faire livrer d’ici à la fin de l’année huit systèmes de missiles de défense antiaérienne Patriot.
Réponse de le 26/08/2017 à 21:41 :
On ne peut plus vendre de sous marins a la pologne , vu que un certain Jupiter a céder à GE les brevets de turbines de propulsions d'Alstom, ce garcon a la mémoire courte ? ou alors il nous prend vraiment pour des imbéciles.
a écrit le 26/08/2017 à 17:43 :
Souvenir de décembre 2002 :

Le gouvernement polonais avait annoncé qu'il avait choisi le F-16 au détriment de ses deux concurrents européens -le Gripen brito-suédois et le Mirage 2000 français. Mais il a fallu plusieurs mois de négociations pour aboutir à cet accord.
Une décision qui avait été très mal prise par Dassault. Son président avait ainsi qualifié ce choix de "scandaleux" lorsqu'il avait été rendu public en décembre dernier.
"Comme cadeau de rentrée dans l'Europe, c'est réussi! Je trouve cela scandaleux", avait déclaré Serge Dassault.
"Au plan de l'Europe, la préférence européenne devrait jouer", avait estimé Serge Dassault. "Il n'y a aucune justification du choix américain, aucune", a-t-il ajouté. Selon lui, le F-16 est notamment "plus ancien que le Mirage 2000".
Réponse de le 28/08/2017 à 15:10 :
SI! Une justification: la peur de la Russie, avec une Europe molle.
a écrit le 26/08/2017 à 17:41 :
Certes, les travailleurs détachés peuvent poser beaucoup de problèmes, surtout, en cas de carence avérée de supervision et de contrôle de la loi dans les pays d'accueil!...
Ainsi, il n'est pas inutile de rappeler les trois principes de base du management efficace (d'un pays, d'une entreprise...), à savoir: la Planification, tendant à l'obtention des objectifs à atteindre (énoncé des lois, des budgets, des programmes, des business-plans...), la Supervision (le suivi de la conformité des actions réelles en cours par rapport aux actions planifiées...), et, enfin, le Contrôle d'achèvement des résultats (d'étape et finaux)!..
La pratique démontre que souvent on est bon dans la Planification, mais, moins bon, voire médiocre et même défaillant, dans les deux autres volets du Management!...
Du pain béni pour les sociétés de consulting!...
a écrit le 26/08/2017 à 17:34 :
"Pierre Moscovici a prévenu qu'il ne fallait pas "bercer les Français d'illusions" sur une éventuelle harmonisation sociale de l'UE".

Bon, ben voila, article suivant.
a écrit le 26/08/2017 à 17:03 :
La Pologne est vendue à Trump et joue le cheval de Troie de Thérésa May qui n'a de cesse que d' exacerber les dissensions européennes . Attention Macron , ces anglo saxons jouent contre la France !
a écrit le 26/08/2017 à 14:08 :
Macron ils est en Pologne pas en france qu ils respecte la Pologne la Pologne c est pas la csg ils sont plus forte que des retraitees macron c est un opportuniste dès coup part derrière ils a réussir grâce aux vieux LeS retraitees ils bon payer chère votez macron riant que maquillage 26000€ 26 smicards je vomis
Réponse de le 26/08/2017 à 17:38 :
"ils a réussir grâce aux vieux"

Aisés surtout , mais comme dit REM :" Mais, mais, c'était dans notre programme,les français le savaient". Cela marche d'ailleurs pour tout les sujets ,loi travail etc..
a écrit le 26/08/2017 à 10:59 :
Macron fait de la politique comme mon gamin de 7 ans à la cours de récré, pathétique...
Maintenant que les Polonais sont braqués, quoi espérer ???
Réponse de le 26/08/2017 à 16:35 :
Mais il n'y avait rien à espérer de la Polgne.et comme la liste des contentieux avec le gouvernement PiS de madame Machin est déjà très longue, Macron a eu raison d'y aller franco. En plus, il avait dit pendant sa campagne qu'il voulait agir pour modifier les modalités de cette directive européenne. Pour une fois qu'un politique essaie de tenir ses engagements on ne va pas s'en plaindre, non?
a écrit le 26/08/2017 à 10:53 :
Tout le monde devrait savoir aujourd’hui, y compris Macron, qui manifestement ne semble pas l’avoir encore compris, que l’union européenne n’est pas réformable en raison des intérêts contradictoires de ses États membres, sauf éventuellement de façon marginale qui ne change pas fondamentale les choses.

Les dirigeants polonais tourneraient le dos aux valeurs européennes et isoleraient leur pays selon Macron. Il s’agit là de la remarque d’un ‘européiste’ qui est malheureusement détachée des réalités car la réalité est que les traités européens ont été conçus pour favoriser le dumping social et fiscal. Quand on fait une monnaie unique entre États sans la moindre harmonisation fiscale et sociale préalable, sans plus de possibilité de déprécier la monnaie, quand on instaure la libre circulation de tout, la concurrence totale non faussée et imposée, et la cerise sur le gâteau des travailleurs détachés, on favorise un dumping fiscal et social total, les délocalisations dans les pays à bas coût, à fiscalité faible, le chômage dans les pays qui refusent de pratiquer le dumping fiscal et social. C’est institutionnalisé par les traités européens pour que ça se passe comme cela, traités que tous les pays membres de l’Union européenne ont ratifiés, y compris la France.

Nb : La procédure de révision des traités européens telle que spécifiée à l’article 48 du traité de l’UE, ne semble pas pouvoir se passer d’un accord unanime de États membres de l’UE pour réviser le dispositif des travailleurs détachés, donc l’accord de la Pologne notamment va être requis, ce qui signifie que si elle intervient il ne pourra s’agir que d’une révision à minima du dispositif.
Réponse de le 26/08/2017 à 14:30 :
Cette faculté de blocage des décisions par un état "parce que je le vaux bien", il était plus qu'évident dès la conception de l'UE qu'elle poserait problème, c'est donc manifestement une erreur volontaire.
a écrit le 26/08/2017 à 10:10 :
En 2014 la France était contributeur net du budget de l'UE de 7 milliards d'euros tandis que la Pologne recevait 13.5 milliards d'euros.
Rapporté aux pib des deux pays, c'est pour la France un effort significatif et pour la Pologne beaucoup d'argent, en tout cas de quoi expliquer la croissance de la Pologne.
La Pologne vit certainement une réalité différente de la nôtre d'où des incompréhensions, je trouve même son attitude assez logique.
Il n’empêche qu'en France , on fait des économies de bouts de chandelles pour trouver un ou deux milliards d'économie: notre réalité , c'est celle-là. La Pologne doit faire des concessions.
a écrit le 26/08/2017 à 9:50 :
Macron ne peut rien, la feuille de route arrive en droite ligne de Bruxelles. Il faut ..réformer. En novlangue bruxelloise on appelle ça les réformes, en français décodé, la soumission d' un ..gouvernement décidément bien prévisible aux GOPE car c' est ce même Bruxelles qui fixe la feuille de route ..


Alors casser du polonais n' est guère à portée de ses petites mains, c' est pour la frime et le com ..


https://www.upr.fr/actualite/europe/les-gope-grandes-orientations-politique-economique-feuille-route-economique-matignon
Réponse de le 27/08/2017 à 7:27 :
ha ha ha , commentaire d'un soutien d'Asselineau qui fait 0,5% à la présidentielle . Inutile de commenter davantage ce que dit gédéon ....
a écrit le 26/08/2017 à 9:30 :
Voilà que les maux des français viennent de l'invasion Polonaise, devant l'impuissance à régler nos problèmes, il nous faut un bouc émissaire comme d'habitude, alors c'est la Pologne, alors que le mal Français est un pur produit de terroir comme nous seuls, sommes capable d'en produire.
Désolant !!!!
Réponse de le 26/08/2017 à 17:29 :
Il commence vraiment a nous gonfler avec sa com a deux balles, A part quitter cette Europe on ne peut y arriver autrement.Il faudrait qu'il lise les statuts de l'union (Jupiter) .
Réponse de le 27/08/2017 à 10:57 :
La France n'a aucun problème. Il faut arrêter de suivre bêtement les discours de propagande. Le chômage français oscille depuis une trentaine d'années entre 8 et 10%. Il n'a donc rien de catastrophique, et permet en ce moment de limiter la croissance et l'inflation selon les accords européens. Concernant le déficit, il nous permet quand même d'accorder des prêts à des pays étrangers... Le "tout va mal" permet de justifier des réformes impopulaires alors que les riches n'ont jamais autant gagné d'argent.
a écrit le 26/08/2017 à 9:17 :
Ce n'est pas la Pologne qui va copier la France avec son taux de prélèvements sociaux et patronaux les plus élevés d'Europe.C'est le contraire que la France devrait faire: appliquer les mêmes taux de cotisations que la Pologne qui a la meilleure croissance européenne depuis 20 ans. D'autre part c'est l'Allemagne et la Suisse qu'il faut convaincre de ne plus engager de travailleurs détachés.
Réponse de le 26/08/2017 à 10:18 :
Meilleur taux de croissance? En 2014, la Pologne reçoit 13.7, milliards d'euros de l'UE, son PIB était de 545 milliards de dollars soit au cours de l'euro de l'époque environ 420 milliards d'euro. L'aide européenne correspondait donc cette année à 3.2% de son PIB, si c'est pas de la croissance subventionnée ça ... Si la France recevait 3.2% de son PIB en dons, elle pourrait certainement baisser ses cotisations.
a écrit le 26/08/2017 à 8:45 :
La parole il maîtrise
Le geste il le mime bien.
C est après qu il faudra encenser ou huer selon le résultat .
Attendons !!!
Réponse de le 26/08/2017 à 16:38 :
Est toujours empli de bon sens.....
a écrit le 26/08/2017 à 7:15 :
Macron démontre en 3D , que le Made In France fabriqué à l'étranger est plus compétitif que le Made In France local ...merci pour la pub, Mister new président...
a écrit le 26/08/2017 à 0:52 :
Là, je pense que Macron a raison: il faut mettre fin à de dumping social et fiscal et aligner tous les pays. On ne peut admettre que des pays reçoivent des subsides de L'UE tout en n'appliquant pas des règles d'égalité. Difficle à mettre en œuvre certes, parce qu'évidemment, ceux qui profitent du système ne veulent pas changer :-)
Réponse de le 26/08/2017 à 4:54 :
Les règles d'égalité oui, tout le monde s'aligne sur la moyenne européenne ..calculée sans la France....
Réponse de le 26/08/2017 à 13:48 :
@pipolino: l'égalité, cela veut dire tout le monde. Je ne vois pas pourquoi la France serait une exception. Probablement faudra-t-il revoir à la baisse les taxes et impôts, mais si les autres paient leur juste part, cela ne devrait pas poser de problème insurmontable :-)
a écrit le 25/08/2017 à 22:33 :
"..obtenir les mêmes résultats économiques..."
Madame Beata Szydlo, vous êtes formidable !!! nous allons vous supprimer les 11 MdE nets que vous percevez chaque année des autres pays européens et nous allons rendre à la France les 9 MdE de contribution nette qu'elle paie chaque année. Nous reparlerons ensuite des résultats économiques de chacun...
Réponse de le 26/08/2017 à 8:04 :
Raisonnement stupide comme toujours à l'upr séparatiste et pion de poutine, car de nombreuses entreprises françaises font des chiffres d'affaires importants en Pologne et nos échanges sont assez équilibrés (87% de taux de couverture, 4e client, 6e fournisseur)
Réponse de le 26/08/2017 à 9:58 :
Comme si Macron avait une quelconque importance pour les polonais alors que l' Union nous a ruiné depuis dix ans en nous faisant perdre 90 % des emplois industriels partis s' installer précisément à l' ..est là où cohabitaient des salaires à partir de 100 euros mensuels ...

Mais les chefs d' état français nonobstant ont continué de ruiner le pays malgré les alertes de quelques avisés et visionnaires d' un SEGUIN en son temps ...

Heureusement nous avons ASSELINEAU de l' UPR fin limier et seul anticipateur dénonçant le rôle catastrophique de la dictature UE.

https://www.youtube.com/watch?v=mTaPLQtFHsY
Réponse de le 26/08/2017 à 17:33 :
"et nos échanges sont assez équilibrés (87% de taux de couverture, 4e client, 6e fournisseur)"

Oui, et en plus ils nous achètent des produits avec le pognon qu'on leur donne.
a écrit le 25/08/2017 à 22:32 :
Macron devrait savoir que le niveau de vie des Polonais n'a rien à voir avec celui des français. Il débarque pour faire de la com , résultat , rien ,la directive ne changera pas.
Notre élite est toujours en grande forme , du vent.
a écrit le 25/08/2017 à 21:12 :
la Pologne s'enrichit sur le dos des autres pays et surtout de la France qui elle s'apauvrit !! il ne faut pas être aveugle pour ne pas s'en apercevoir.
a écrit le 25/08/2017 à 20:36 :
je reviens de Bourgogne et WEEK END ,JOUR ET NUIT c'est un chapelet de petits camions baches POLONAIS qui circulent sans compter leur heures et encore moins les mesures de securite routiere, ce n'est pas normal
Réponse de le 26/08/2017 à 9:55 :
@nono- Soyons sérieux
Pour quelques bonnets rouges Monsieur Hollande, avec le courage qui le caractérisait et son anti - Sarkosisme primaire, c'était empressé de supprimer les contrôles pour l'eco taxe, taxes dont bénéficient aujourd'hui, tous les petits camions polonais et les autres camion étrangers .
Manque à gagner 1,5 milliard par an sans compter les 800MF de rupture de contrat.
a écrit le 25/08/2017 à 20:20 :
Ah, la Pologne et son rôle de 1er plan dans la chute du communisme ( la gauche), la Hongrie et son insurrection de 1956 ( 1er rejet du communisme maté dans le sang) , le groupe de Visegrad ( V4), quatre pays difficilement domptables... Pourtant quelque de chose de sympathique émane de ces pays malgré leurs travers, pays qui ont toujours lutté pour leur survie...
a écrit le 25/08/2017 à 19:41 :
Il est intéressant de savoir comment la Pologne va gérer le million d' expatriés en Angleterre, qui va faire très probablement son retour....Dans les négociations Barnier aura probablement une carte à jouer , un moyen de pression sur la Pologne .
Réponse de le 25/08/2017 à 20:55 :
Alors là, Le Président devra exercer toutes les pressions pour " récompenser " cette pologne depuis son entrée dans l'U.E
Réponse de le 26/08/2017 à 7:08 :
En moins que le "Poloexit " solutionne cet aspect des relations UK/Pologne...
a écrit le 25/08/2017 à 19:08 :
La pologne ARROGANTE ET SOLITAIRE n'a pas sa place dans l'U.E : elle sabote l U.E depuis son entrée
a écrit le 25/08/2017 à 18:45 :
Ces vociférations de Macron ne sont que destinées à masquer les traitres de Français qui produisent en Pologne avec les aides de l'Europe pour vider les usines en France ;

Il conviendrait de publier la liste de ces patrons français traitres de la Nation, et c'est possible, les journalistes économiques devraient en être capables avec grande facilité et un peu de perspicacité, ou alors ils ne sont pas journalistes ...
Réponse de le 25/08/2017 à 20:09 :
Oui en effet,

il faut que Bruxelles cesse de déverser des subventions et sommes faramineuses pour subventionner les usines et les machines outils en Pologne

ce pognon est pioché volé dans les poches des Français ... qui paient plus de 9 milliards d'euro à l'europe par an, près de 100 000 000 - 100 milliards sur 10 ans)
a écrit le 25/08/2017 à 18:39 :
en automne les feuilles peuvent rendre la chaussée d en marche glissante .. du fait qui dirige l Europe ?
a écrit le 25/08/2017 à 18:37 :
Sauf que sur ce point, Macron a 100% raison. Et il faudrait rappeler que c'est l'invasion des travailleurs detaches polonais au Royaume-Uni qui est en grande partie responsable du Brexit (allez vous ballader dans le Nord de l'Angleterre c'est edifiant !). La Pologne depuis qu'elle est entrée dans l'UE joue un double jeu, elle profite uniquement du marche unique et se fout du reste. Le pays viole ouvertement les libertes fondamentales des traites europeens, dans l'indifference generale. Elle se sert des fonds structurels de l'UE pour acheter des avions et helicos US.
a écrit le 25/08/2017 à 18:08 :
Le pauvre il est roi de France mais en Europe c'est le führer qui dirige mal lui en pris au roi de France il est déculotté !
Réponse de le 26/08/2017 à 8:37 :
C'est formidablement exact, et les images sont véritablement bonnes.
a écrit le 25/08/2017 à 18:08 :
La Pologne se montre sans vergogne en refusant d'entendre parler de moraliser la question des travailleurs détachés.
Cela me rappelle l'époque de cette directive « Blockenstein » vilipendée pour ses plombiers polonais qu'un grand nombre de politiques voulait nous faire gober en refusant de voir ce qui se passe aujourd'hui.

La Pologne nous a déjà démontré son jeu solitaire lors de son entrée dans l'UE en utilisant les subventions européennes pour acquérir des avions américains avec l'argent des contribuables européens au lieu de réinjecter ces finances dans l'économie de l'UE.

Elle a réédité son choix extra européen avec des hélicoptères. Elle refuse de revoir la question des travailleurs détachés parce que c'est pour elle le moyen de donner du travail à plus d'un million de polonais hors frontières quand sa pratique du moins disant social a attiré un grand nombre d'entreprises françaises et autres chez elle.
Allez donc demander à un français, un allemand, ou un néerlandais d'aller travailler en Pologne au régime polonais !
Sortons de ce pays et laissons le se débrouiller seul car ce qui l'intéresse n'est pas l'Europe mais une marché et des subventions.

Cet avatar ne pourrait prouver qu'une seule chose, s'il en était encore besoin et si cela était encore utile de le rappeler.

Tous nos précédents Présidents qui ont tenté de mettre un peu de raison et d'ordre dans la maison européenne et de freiner cette fuite en avant de l'ultra-libéralisme de l'UE se sont tous cassé les dents. Aucun n'a réussi à faire valoir ses objectifs même en parlant de casser la baraque. Pour exemple, le Président Sarkozy qui devait revenir sur les accords de Schengen n'a rien obtenu ni réussi.

Il n'y a qu'une seule conclusion à en tirer.
Quitter au plus vite cette UE ultra-libérale et claquer la porte comme l'on fait les britanniques.
Je reste persuadé que l'avenir leur donnera finalement raison même s'il leur faut quelques années de réadaptation.
Tant que nous ne le ferons pas, nous resterons à la merci des Etats qui tirent profit de la situation et refuse de rien changer tant qu'ils sont gagnants.

Ce genre de réponse va faire renaître la question du Frexit.
Réponse de le 25/08/2017 à 22:36 :
Merci.Tout est dit.
Réponse de le 26/08/2017 à 16:45 :
Le syndrome du village gaulois, seul, face aux géants américains, indiens,... Là c'est l'isolement et la pauvreté direct.. . Quant au Breitling, pour l'instant, ils ne sont pas encore sorti de l'UE et il faudra de nombreuses années avant de savoir si c'était une bonne idée.. Une chose est sûre l'Europe avancera mieux sans eux, qu'avec.
a écrit le 25/08/2017 à 18:03 :
Hou lala, pas "commode" la ministre, et je dirai qu'ils n'ont pas tord tous les deux : elle, remontage de "bretelles" concernant la France, chomage et sécurité.
et lui : si la Pologne payait mieux ses nombreux ouvriers ils n'iraient pas ailleurs.
1-1 match nul et après............on fait quoi.
a écrit le 25/08/2017 à 17:41 :
Macron a raison sur le fond et la forme: au moins quelqu'un qui ose dire les choses.
Que la Pologne s'offusque, c'est bien normal.
Ce pays est un UK bis: profiter de l'UE sans contribuer.
Il y a qu'à compter les camionnettes polonaises qui tournent en France (c'est malheureusement pas des touristes) pour avoir une idée du problème dans le secteur du transport.
La Pologne va se trouver isolée et devra céder.
a écrit le 25/08/2017 à 17:22 :
ENFIN !
Après tonton , chichi et les deux qui n'ont rien fait en 2 fois 5 ans ; ENFIN un président qui DIT LES FAITS .
Pas de langue de bois , simplement la vérité n'en déplaise à beaucoup !
Keep on chooglin Emmanuel .
a écrit le 25/08/2017 à 17:21 :
ENFIN !
Après tonton , chichi et les deux qui n'ont rien fait en 2 fois 5 ans ; ENFIN un président qui DIT LES FAITS .
Pas de langue de bois , simplement la vérité n'en déplaise à beaucoup !
Keep on chooglin Emmanuel .
a écrit le 25/08/2017 à 17:13 :
Journalistes nuls en grammaire > (les nations) qu'il a visitées, pas "visité".
a écrit le 25/08/2017 à 16:57 :
Cette fois je lui donne raison; la Pologne exploite les fonds structurels europeeens pour croitre sans pour autant respecter les principes democratiques europeens. Il faut que cette situation s'arrete au plus vite car c'est un mauvais exemple pour des pays limitrophes tels que la Hongrie, La Tchequie et La Slovaquie. Il faut arreter avec le financement des Pays qui ne suivent pas les interêts de l'Union.
a écrit le 25/08/2017 à 16:47 :
C'était à parier: avec son dogme ultra-européen doublé d'une arogance puérile, Macron va achever la bête mourante. brillant!
a écrit le 25/08/2017 à 16:32 :
Bon prétexte pour dire: "Voyez, je fais tout pour vous et pour l'UE de Bruxelles mais je ne suis ni responsable, ni coupable"!
a écrit le 25/08/2017 à 16:27 :
alors quand hollande ne disait rien il était trop mou
quand Macron defend un position c'est un tyran
Souvent Français varie bien fol qui s'y fie...
Réponse de le 25/08/2017 à 19:33 :
@stanislas 25/08/2017 16:27
Ce que vous écrivez est tout à fait vrai. Tout le monde ne sait que critiquer nos dirigeants. Les Français ne sont jamais contents mais quand il faut faire..
Cela me fait penser à la fable de La Fontaine "Conseil tenu par les Rats"
Cordialement
a écrit le 25/08/2017 à 16:26 :
N'a rien compris Manu : fanfaronner au milieu des 27 pays est nul, sauf si on s'appelle Merkel dont le pays tire grand bénéfice du dumping salarial avec les pays de l'Est . De plus il est illusoire de croire que la Pologne va renoncer à ses avantages : c'est l'Europe de la "concurrence libre et non faussée " .
Réponse de le 25/08/2017 à 19:08 :
D'ailleurs sur ce sujet, Merkel l'a envoyé en fanfaron au casse-pipe et elle agira en fonction de son résultat électoral après le 24 septembre. Son seul allié est pour l'instant le chancelier socialiste d'Autriche qui n'a rien fait durant son mandat et qui a nulle chance d'être réélu.
a écrit le 25/08/2017 à 16:24 :
La Pologne remplace L'Angleterre dans leur attitude ! Les Polonais n'ont jamais joué le jeu de L'UE suffit de regarder les achats d'armes avec les F16 américains, Hélico Airbus qu'ils sont roulés dans la farine et autres par contre par les derniers pour encaisser les milliards d'€ de L'UE. Vivement un brexit polonais pour qu'ils dégagent !!!
Réponse de le 25/08/2017 à 19:40 :
@brexit polonais: aucune comparaison entre les Britanniques et les Polonais. Le Royaume-Uni est créditeur net au budget européen, la Pologne est débiteur très net à ce même budget. Par ailleurs, les Britanniques qui s'installent en France sont relativement riches. Les Polonais viennent pour prendre les emplois et envoyer l'argent chez eux sans rien contribuer en France :-)
a écrit le 25/08/2017 à 15:58 :
La photographie ne l'avantage pas, il mordrait, déjà il hurlait comme un illuminé pendant sa campagne présidentielle mais alors là j'ai l'impression qu'il est allumé et à côté de la plaque notre bon président avec ces invectives et sa gestuelle...
a écrit le 25/08/2017 à 15:58 :
C'est le moment de monter sur le ring si tu es un homme !
a écrit le 25/08/2017 à 15:43 :
La Pologne n'aurait jamais dû entrer dans l'Union tout comme les pays de l'Est. L'Union s'est trop étendue et trop vite. La Pologne profite bien de l'Europe mais ne donne rien en retour (cf le marché de l'armement etc ...). Il faut changer les règles sur l'unanimité pour avancer quitte à exclure les petites nations qui ont un pouvoir de veto plus lourd que la France, l'Allemagne, l'Italie ou l'Espagne
Réponse de le 25/08/2017 à 17:06 :
@damien : pas complètement faux... La Pologne finit par agacer tout le monde avec sa prétention démesurée à compter davantage que ce qu'elle est !!!
a écrit le 25/08/2017 à 15:17 :
He oui, tu leur donnes tes entreprises, tu leur donnes tes emplois - avec la santé au frais du bulot en prime - et eux ils te remercient en achetant leurs avions aux américains.
Ca on peut dire qu'ils nous l'ont fait proprement et c'est pas les seuls donc ne stigmatisons pas.
a écrit le 25/08/2017 à 15:08 :
Le pauvre il va se retrouver avec tous les media du medef sur le dos si ils peuvent plus traire le français comme ça leur chante
a écrit le 25/08/2017 à 15:05 :
La Pologne depuis longtemps outrageusement tire la couverture vers elle en oubliant qu'elle fait patie d'ensemble.
il est grand temps de la remettre à sa place en lui coupant les vivres.
a écrit le 25/08/2017 à 14:56 :
gamin se fait tailler un costar chez les polonnais il se prend vraiment pour le maitre du monde le bobo aller retour chez la maquilleuse pas cher vous allez vous les forçats du boulot vous faire maquiller ? au faite je croyais que c'etait les femmes qui se maquillaient? bizarre bizarre
a écrit le 25/08/2017 à 14:56 :
gamin se fait tailler un costar chez les polonnais il se prend vraiment pour le maitre du monde le bobo aller retour chez la maquilleuse pas cher vous allez vous les forçats du boulot vous faire maquiller ? au faite je croyais que c'etait les femmes qui se maquillaient? bizarre bizarre
Réponse de le 25/08/2017 à 17:04 :
Il faut travailler l'orthographe a défaut de la finesse d'analyse !!!
a écrit le 25/08/2017 à 14:38 :
Ah tout de suite quand on s'adresse à un gouvernement souverainiste on montre les muscles.
a écrit le 25/08/2017 à 14:29 :
Haro sur les "compromis" qui ne sont que du foutage de gueule et qui rappellent trop "pépère" ...

Les petits camions polonais, DEHORS ! C'est tout !
a écrit le 25/08/2017 à 14:24 :
Le leader mondial des trentenaires s'énerve !
Que pense-t-il des saumons transgéniques lâchés pr milliers dans l'océan pacifique par une société de pisciculture canadienne ? Espérons qu'il va taper sur la table chez Justin !
Réponse de le 25/08/2017 à 21:47 :
Dans le cas de la Pologne, il faut vraiment finir par s'énerver !!! Sinon, vous êtes polonais ??
a écrit le 25/08/2017 à 13:51 :
Mr MACRON parle des intérêts des salaries polonais mais ne pense pas aux Français
quand en trois mois il consomme 26000 euros de frais de maquillage
a écrit le 25/08/2017 à 13:38 :
La Pologne est le prétexte, Macron est à cran, les français le savent, le sentent ...

Macron n' a aune marge de manoeuvre, entièrement dépendant des GOPE bruxelloises et de l' oligarchie qui l' a fabriqué et installé aux manettes ; là encore, les français le savent, le sentent ..

Macron est en résumé et à l' insu des français, le ventriloque de l' Ue, comme Hollande et Sarkozy avant lui.

Les commandes sont extra territoriales à la France, sauf à devenir Jésus balayant la cour des Miracles union européenne, il est tout à fait incapable de régler les problème des français et dès lors les nuages vont continuer de s' amonceler ..

https://www.upr.fr/actualite/europe/gope-nos-gouvernements-subordonnes-a-commission-europeenne-preuve
Réponse de le 25/08/2017 à 14:38 :
+1
a écrit le 25/08/2017 à 13:31 :
Ça sent le polxit, laissons les avec les russes et leur ami Trump. Notons qu ils ont provoqué le brexit, on peut les remercier avant de les débarquer.
Réponse de le 26/08/2017 à 16:50 :
@Nico je ne dirai pas mieux que vous...
a écrit le 25/08/2017 à 13:27 :
L'on a bien comprit, depuis 10 ans, que la Pologne se moque de nous,

il convient de décider du Frexit
a écrit le 25/08/2017 à 13:21 :
comment les cerveaux!!énarques de Bercy n'ont pas encore trouvé une parade déguisée pour taxer les employeurs de personnel détaché. Une taxe qui irriterait les polonais mais qui ne pourrait être remise en question par Bruxelles. A une époque il existait des montants compensatoires pourquoi ne pas sortir ce genre de « taxe » aux industriels sur la base d’une compensation pour les régimes sociaux. Concernant la Pologne pro US pourquoi continuer les faveurs je crois là encore que les entreprises qui emploient les polonais devraient d’elles même boycotter ce pays. De plus la balance commerciale entre nos deux pays est à la faveur de la Pologne. Ne pas oublier que pour faire plaisir! à la Pologne nous n’avons pas vendu les Mistral à la Russie. Enfin et pour « emmerder » les polonais nous devons revoir notre relation avec la Russie. Le Président beaucoup dans la voix encore de la com mais que propose t il même au risque de se voir taclé par Bruxelles. Le bras de force doit être engagé seul cette solution sera comprise des polonais et fera bouger les lignes. Allez M. Macron du courage pas de la rhétorique. Bercy créateur de fiscalité pour les français mais sans génie! pour les travailleurs détachés et oui énarque c'est français.
Réponse de le 25/08/2017 à 13:52 :
On peut aussi les em....au quotidien avec des contrôles bien tatillons comme notre administration sait faire
a écrit le 25/08/2017 à 13:10 :
je viens de passer une partie de l'hiver dernier au froid, à cause d'un plombier totalement incompétent, qui pour un tarif délirant (très très loin du SMIC...) a été incapable d'installer un compteur de chaleur sur une installation de chauffage central. Alors, je suis pour les plombiers, les électriciens, et tous les artisans polonais. D'ailleurs, ils sont libres de s'installer en Allemagne, en Angleterre etc., et ces pays ne s'en portent pas plus mal.
Réponse de le 25/08/2017 à 13:22 :
@monti python: sauf que ton plombier polonais ne contribue pas au système social dont tu bénéficies et ne paies pas non plus d'impôts en France. Par ailleurs, il prend le travail d'un Français. En poursuivant sur ta ligne de pensée, tu n'auras bientôt plus besoin de plombier pusique tu seras à la rue. Espérons que ce jour-là, tu n'auras pas le culot de demander des allocations :-)
Réponse de le 25/08/2017 à 13:41 :
Ridicule : vous tomber sur un mauvais plombier français et vous en déduisez que tous les plombiers français sont nuls et que tous les plombiers Polonais sont merveilleux...
Ca ne vole pas haut.
Réponse de le 25/08/2017 à 15:35 :
Pour Patrickb et Hooiann

Je m'étonne que cela ne vous choque pas d'acheter des vêtements ou des apppareils électroniques produits au Vietnam iques, ce qui coûte des emplois aux français.
Par contre, un plombier polonais cela vous choque....Alors que la protection sociale et les salaires en Pologne sont largement supérieurs à ce qui se passe au Vietnam.
En plus, contrairement à vos afirmations, je n'ai autour de moi que des plaiintes sur le travail des artisans français. A moins que cela ne soit pour détartrer une canalisation.

J'ai un ami qui revient d'ALLEMAGNE et qui construit une maison prés de GRENOBLE et qui est excédé. Il m'a sorti la blague suivante :
Un artisan français a toujours son pantalon sale, pour faire croire qu'il travaille.
Un artisan ALLEMAND a toujours un pantalon propre pour montrer qu'il travaille correctement.

Lorsqu'on est vraiment libéral, on ne peut être pour ce genre de rentes qui se fait au détriment de l'ensemble des français.
a écrit le 25/08/2017 à 13:06 :
La propaganda pour le "modèle français" se vent mal en Pologne et ailleurs , d'ailleurs depuis le règne de Norma1er (mais pas seulement) , les européens dociles aux directive de Bruxelles , qui se sont serré la ceintures pour faire des réformes ...trouvent que la France les ont quelque par abusés....
Réponse de le 25/08/2017 à 13:42 :
Vous vouliez évoquez la surenchère dans le ..moins disant salarial avec l' UE boulet qui a mis en compétition des salaires à 1 euro de l' heure dans l' ex rda ..gavée aux lois Hartz avec un smic français à 1100 mensuel ...?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :