Mobilisation tenace des "gilets jaunes", avec des heurts

 |   |  868  mots
A 14h, ils étaient 22.000 à manifester en France, dont 2.500 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur.
A 14h, ils étaient 22.000 à manifester en France, dont 2.500 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. (Crédits : Reuters)
Des milliers de "gilets jaunes" ont de nouveau manifesté samedi pour leur acte 11, marqué par des heurts, avec une ténacité affichée face à un exécutif qui regagne en popularité, dix jours après l'ouverture du grand débat national.

L'offensive se poursuit. Des milliers de "gilets jaunes" ont de nouveau manifesté samedi pour leur acte 11, marqué par des heurts, avec une ténacité affichée face à un exécutif qui regagne en popularité, dix jours après l'ouverture du grand débat national. A 14h, ils étaient 22.000 à manifester en France, dont 2.500 à Paris, selon le ministère de l'Intérieur. La semaine dernière, à la même heure, ils étaient 27.000, dont 7.000 à Paris, selon Beauvau. A Bordeaux, haut lieu de la contestation et où la préfecture s'est refusée à communiquer des chiffres de mobilisation, l'AFP a dénombré près de 5.000 "gilets jaunes". Ils étaient également plusieurs milliers à Toulouse et 4.000 selon la police à Marseille, où des gilets "rouges" de la CGT se sont joints aux manifestants. Des heurts ont éclaté dans le cortège d'au moins de 2.000 personnes à Nantes.

En milieu d'après-midi à Paris, la place de la Bastille, lieu de convergence de quatre cortèges distincts, a été plongée à plusieurs reprises dans des nuages de gaz lacrymogène et était survolée d'un hélicoptère. Les forces de l'ordre ont également fait usage d'un canon à eau et de grenades de désencerclement pour repousser des manifestants qui les caillassaient. Une figure connue des "gilets jaunes", Jérôme Rodrigues, blessé à un oeil par un projectile alors qu'il se trouvait face à des forces de l'ordre, a été évacué par les pompiers du coeur de la place, puis hospitalisé. Les forces de l'ordre avaient procédé à 42 interpellations à Paris, selon des chiffres de la préfecture vers 17h. Rester visibles et audibles dans la rue, c'est le défi des "gilets jaunes", alors que l'exécutif remonte dans les sondages, que les rangs des contestataires sont gagnés par de nouvelles querelles internes et que l'annonce d'une liste "Rassemblement d'initiative citoyenne" aux européennes de mai sème la division.

A Paris, deux figures historiques du mouvement aujourd'hui ennemies, Eric Drouet et Priscillia Ludosky, avaient initié des marches distinctes. Le premier a pris place dans un cortège parti du cours de Vincennes, la seconde a rallié le siège parisien de Facebook depuis le ministère des Outre-mer. Un troisième cortège est parti des Champs-Elysées. Dans ces cortèges, les revendications restaient cependant unanimes, la première d'entre elles réclamant un référendum d'initiative citoyenne (RIC), qui "hérisse" le Premier ministre Edouard Philippe.

"La répression en marche", "Anti flashball" proclamaient banderoles et pancartes à Paris ou Brest, alors que la polémique enfle sur les blessures causées par les lanceurs de balles de défense (LBD). Les forces de l'ordre dotées de ces armes étaient équipées pour la première fois de caméras-piétons. "Il y a toujours du monde même si les gens s'éparpillent un peu. Mais ce qu'il faut retenir, c'est qu'on est toujours là", souligne Jean-Jacques Sylvain, 55 ans, de Corbeil-Essonnes, au sujet de la mobilisation.

Venu de Fourmies (Nord), Mathieu Styrna, menuisier de 36 ans, estime que "le grand débat, c'est surtout une grande mascarade. On a l'impression qu''il y a une sélection des gens qui y participent". Un père retraité de la RATP, venu manifester avec ses deux enfants majeurs, a déploré lui la présence de "militants d'extrême droite masqués", qui ont "chargé" des militants du NPA près de la gare de Lyon.

"Nuit jaune?"

Quelques incidents ont aussi été recensés à Évreux. En marge d'un rassemblement qui a réuni plus de 800 personnes selon la préfecture, des dégradations ont été commises devant le siège de la Banque de France et au niveau des locaux de la police municipale, selon les autorités, qui ont également déploré l'incendie de "deux véhicules" aux abords de la mairie.

A Montpellier, où quelque 1.500 manifestants ont défilé dans le centre-ville, des incidents ont éclaté devant la préfecture. A Besançon, le mouvement hospitalier des "Blouses blanches" s'est joint au cortège des "gilets jaunes". Au moins un millier de personnes ont défilé à Lyon dans une ambiance électrique et aux cris de "Macron démission". Ils étaient environ 600 à Grenoble et Saint-Etienne. A Strasbourg, 200 à 300 personnes se sont rassemblées devant le Parlement européen pour faire "barrage à Macron", selon les mots d'un manifestant, Valentin Wimmer. Ce mécanicien retraité de Molsheim (Bas-Rhin) estime avec regret que "le mouvement commence à s'effriter".

Les autorités avaient dénombré 84.000 manifestants lors des deux derniers samedis en fin de journée, en augmentation après la trêve de Noël et du Nouvel an mais sans retrouver le niveau de mobilisation de début décembre. A Paris, et dans plusieurs villes de France, les manifestants sont appelés à participer à une "nuit jaune", référence aux "Nuits debout" de 2016, en pleine mobilisation contre la loi travail. Plusieurs centaines de personnes étaient rassemblées en fin d'après-midi place de la République, mangeant des merguez et discutant tranquillement.

Au lendemain de l'acte 11, les "foulards rouges" défileront dimanche à Paris lors d'une "marche républicaine des libertés" pour faire entendre "la majorité silencieuse" et défendre "la démocratie et les institutions".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/01/2019 à 23:08 :
C'est pas plus simple de céder sur les 80 km/h et le soufflé s'effondre.
Et puis le gouvernement n'a qu'à s'en prendre qu'à lui-même pour une dénomination des routes, appeler une nationale départementale c'est totalement incompréhensible.
On devrait avoir nationales 1 à 2 chiffres, 90 km/h voire 100 selon, et départementales 80 km/h. (ce qu'on fait en pratique)
Voir d'anciennes nationales qui en Bretagne seraient devenues 4 voies à 80 km/h est particulièrement stupide.
Quand on voit la N10 se transformer en D910, le mec qui pondu ça est bon pour l'asile.
a écrit le 28/01/2019 à 17:58 :
i lest besoin que le peuple ignore beaucoup de choses vraies et croie beaucoup de fausses ( de montaigne) pour gouverner ! mais le peuple gaulois soutient davantage les gilets jaune.. nos dignitaires portent la responsabilité des divers service au public
.(maternité hopital poste ext. qui engendre des zones de désertification
a écrit le 28/01/2019 à 15:11 :
Le peuple français est d'une grande vitalité ! On ne lâchera rien !
Réponse de le 28/01/2019 à 16:52 :
Je ne suis pas contre vous, ni avec ... mais le fric ... on le prend où ? (handicapé 2/3, 803 euro par mois suite à mon AVC). Accident vasculaire cérébral .
Réponse de le 28/01/2019 à 18:50 :
@Badaud


Des règles différentes s'appliquent aux personnes handicapées et aux personnes âgées dépendantes. Une réglementation prévoit que si le handicap survient avant 60 ans, la personne peut bénéficier à vie de la prestation compensatoire du handicap (PCH). Or, si la personne est plus âgée, elle ne sera éligible qu'à l’Allocation personnalisée d’autonomie (APA), versée aux personnes âgées dépendantes. Comme le précise Sud Ouest, ces aides à destination des handicapés sont d’une nature et d’un montant différents. En effet, la PCH a pour but de financer l’aménagement du logement ou du véhicule, mais aussi une aide humaine à domicile. Elle est théoriquement non plafonnée ce qui permet à des personnes très lourdement handicapées devant recevoir une aide 24h/24 de percevoir une prestation pouvant atteindre 13.000 euros par mois.
À l'inverse, le quotidien précise que l’Allocation personnalisée d’autonomie est plafonnée et varie de 672 à 1.737 euros par mois, en fonction du degré de dépendance. Une situation dénoncée par le collectif "une société pour tous les âges". Il estime que c'est une "discrimination" absurde et demande une "convergence des dispositifs de compensation" en matière de handicap et ce quelque soit l'âge de son bénéficiaire. Le groupement comprend des associations de personnes handicapées et des structures d’aide aux personnes âgées. Malika Boubekeur, de l’Association des paralysés de France (APF), assure en effet à Sud Ouest qu'handicapés et seniors ont "les mêmes besoins", et qu'il est "insupportable" qu’ils soient traités différemment.Réformer la distinction de la barrière d’âge pourrait coûter jusqu’à 504 millions d’euros par an si la limite était seulement déplacée de 60 à 75 ans selon l’Inspection générale des affaires sociales. Un coût que tend à relativiser Florence Leduc, de l’Association Française des Aidants, qui estime qu'en pratique, seul un nombre "infinitésimal" de personnes âgées dépendantes ont besoin d’une assistance 24h/24, et seraient donc éligibles à une aide financière très élevée au titre de la prestation compensatoire du handicap.
a écrit le 28/01/2019 à 9:37 :
On les comprend bien, les gilets jaunes, mais il n'y a pas de victime innocente : à quel âge sont partis ces retraités en manque d'argent ? et les plus jeunes qui veulent vivre à l'américaine avec une maison dans la verdure, est-ce qu'ils ont bien vu que le carburant coûte deux ou trois fois plus cher en France qu'aux USA ?
a écrit le 28/01/2019 à 8:21 :
Deux mois et nous en sommes toujours au même point; force est de constater que notre système est incapable de trouver une solution au désespoir général; il est peu probable que les parlottes qualifiées de grand débat aboutissent à quelque chose de positif: on transfère à "la rue" ce qui prévaut au Parlement et au Ministère. Le temps est venu de consulter ces démocraties pacifiées, mieux placées que la notre dans le classement, pour leur demander comment elles ont réussi à faire coexister la carpe et le lapin. Une chose est sure: leurs gouvernants sont astreints à une plus grande probité; peut-être leurs "canard enchainé" et "médiapart" sont-ils des piloris dont on fait grand cas. La France, patrie des droits de l'homme, placée après les USA et loin placée loin dans le classement! Quelle honte!
Réponse de le 28/01/2019 à 10:33 :
Les prédécesseurs de Macron ont (en général) eu l'intelligence de reculer quand l’opinion publique était contre eux, avant d'en arriver à l'insurrection ou à la guerre civile. Mitterand a reculé sur l'Ecole Libre, Chirac sur le CPE, la retraite et la loi Devaquet..

Ils auraient pu passer en force, les institutions de la Veme leur permettaient tant qu'ils ont une majorité parlementaire.

Malheureusement de Sarko à Macron, on a eu des présidents totalement décomplexés qui ont imposé des dizaines de réformes majeures sur la retraite, la santé, l'éducation, le domaine judiciaire, alors qu'elles étaient rejetées en masse.

Le système n'est en cause que parce qu'il permet à un homme seul d'imposer une politique, fut t'elle impopulaire.

On ne verrait pas cela dans d'autres pays parce que leur organisation du pouvoir oblige les dirigeants à obtenir un consensus avant de pouvoir voter une loi.

En Allemagne, une fois le(a) chancelier(e) élu(e), il doit souvent créer une coalition sur un programme et maintenir cette coalition pendant tout le mandat sous peine de perdre la pouvoir. Est ce que l'Allemagne est plus fragile que la France de ce fait? Ca se discute.
Réponse de le 28/01/2019 à 15:50 :
@Réponse de Système?: Le problème n'est pas le recul: s'il y a recul, c'est que le pouvoir exécutif est déjà allé trop loin; le parlement n'est pas là pour accorder un blanc-seing à tous les désirs et réformes du gouvernement mais pour lui mesurer les moyens nécessaires à la bonne marche du pays. La plupart des "réformes", depuis Mitterrand, n'avaient pas pour but l'intérêt général mais la satisfaction des uns aux dépens des autres. Actuellement, où il faudrait s'attaquer à la spirale des déficits et de la dette en recréant les conditions de l'expansion économique, CE président, CE gouvernement et CE parlement n'ont même pas été capables de prévoir la réaction du petit peuple, englués qu'ils sont dans leur situation de hauts fonctionnaires à qui on ne demande jamais de rendre des comptes; les Gilets Jaunes sont probablement une chance, mais président, gouvernement et parlement ne sont certainement pas des interlocuteurs valables car ils ont perdu tout crédit. Qui pourrait faire LA mission de bons offices? La Suisse? De toute façon, l'intégralité de la classe politique doit partir...
a écrit le 27/01/2019 à 20:53 :
Et après ?
C’est l’impasse ...
C’est M. Macron Ou Mme Marine Lepen...
Faut arrêter ces manifestations car il y a eu trop de victimes et de violences.
a écrit le 27/01/2019 à 12:53 :
On a atteind un point de non retour , cette répression policière est nouvelle dans notre pays avec ce gouvernement contesté par une majorité du peuple. Primes aux massacres
c'est que l'on peut en retirer semaine après semaines. Il n'y a plus possiblité de dialogue de confiance , c'est la naissance d'une dictature libérale en Europe .Le monde nous regarde et ce qui est fait , est dorénavant marqué dans le marbre . La suite me semble dangereuse pour les citoyens qui manifestent ,que peut-il ce passer ? encore un tournant de notre histoire dans les heures les plus sombres, assombri notre ciel des libertés perdues .
Réponse de le 27/01/2019 à 18:36 :
Les 60.000 gilets jaunes représentent moins de 1% des français .
La seule représentation est celle des urnes .
Vos approximations sont de la diffusion de fausse information. Barricades, voitures brûlées , appel au meurtre de mR drouet devrait amener à plus de pondération dans vos propos.
Réponse de le 27/01/2019 à 19:07 :
Je reproche aux Gilets jaunes de ne pas avoir fait de pose pour les fêtes de fin d'années, en ses souciant peu si des commerçants déposent leurs bilans
aller jusqu'au-boutiste ne sert à rien, surtout que notre économie n'est guère
florissante. Mais je ne comprends que des personnes aient pu avoir des blessures à la tête alors que le tir doit être fichant ? Ces blessures combien que cela va encore gouter à notre sécu agonisante ? Il n'est jamais bon d'en faire des martyrs ...
Réponse de lachose Je le remercie de m' avoir éclairé sur cette braderie
de nos barrages hydro-électrique ...je constate que nous sommes gérés
je me pose la question si une monarchie constitutionnelle ne serait pas mieux
Réponse de le 27/01/2019 à 19:36 :
@Citoyen Et les 2500 de la contre-manifestation pro macro aujourd' hui à Paris sont un peu à l' image des 350 000 marcheurs d' hier, aujourd 'hui évaporés dans la nature ...
Réponse de le 28/01/2019 à 9:38 :
gnin gnin gnin ! : on se monte bien le bourrichon sur Fessebouc, à ce que je vois.
Réponse de le 28/01/2019 à 20:45 :
@hugue: La France n'a rien d'un pays vraiment libéral: constatez le maquis touffu de sa législation; je ne suis même pas sur que nous soyons en règle quand nous dormons la nuit. notre régime s'apparente plutôt au bonapartisme de Napoléon III, sans les succès économiques, malheureusement!
a écrit le 27/01/2019 à 12:50 :
J’espère que le débat pourra apaiser tout le monde.Ces violences sont inacceptables des deux côtés .
a écrit le 27/01/2019 à 12:43 :
un seul mot INDIGNATION, INDIGNATION, INDIGNATION,

mutiler des gens qui manifeste pour leur pouvoir d'achat et plus de justice sociale (car trop de privilèges accordés à la classe politique française et aux parlement européen) est tout simplement INDIGNE.
Réponse de le 28/01/2019 à 11:14 :
Où avez-vous vu qu'ils manifestaient maintenant pour le pouvoir d'achat? Les mots d'ordre actuels sont Macron démission ou Macron dictateur, ce à quoi je les invite à aller manifester dans une dictature et là bonjour les balles perdues ou les camps de rééducation.
Comme disait un GJ, on ne fait pas d'omelette sans casser des œufs. La police fait ce qu'elle peut pour se protéger de la dizaine de milliers de factieux qui ne cherchent qu'à essayer de renverser les institutions
a écrit le 27/01/2019 à 12:37 :
On comprend pourquoi macron à augmenter les policiers il en a besoin pour exécuter ses basse oeuvres
a écrit le 27/01/2019 à 11:43 :
a mon age on a jamais vue la police mutilé des français ce président n'as pas connu la guerre ça se voit... j'ai dans la famille des gens dans la gendarmerie( haut gradé) et dans la police actifs et retraités quand on est en famille il y a le devoir de réserve mais il a des choses qui ont du mal à passer mon fils en Amérique centrale est outré de voir cette france abimé à l’étranger macron a détruit son image positive du début et c'est pas le blabla qui va résoudre le problème avec sarko on aurait pas vue ça
Réponse de le 27/01/2019 à 20:29 :
Souvenez vous des évènements du massacre d'octobre 1961 et du métro Charonne en 1962.

Et il y a eu bien d'autres cas graves depuis. En moyenne, deux fois par an l'état se rend coupable d'exactions graves sur ses citoyens.

Mais il est vrai que le bilan de Macron, même provisoire, est déjà hallucinant.
D'après David Dufresne qui collecte les données, les vérifie et transmet à la police, il est au 25/01 à 350 signalements à la justice, dont 1 décès, 4 mains arrachées, 17 éborgnés, 157 blessures à la tête.
Les victimes sont pour 246 des manifestants, 39 journalistes, 35 mineurs, 9 passants et 6 "médics".

Ce bilan est bien pire que celui des émeutes des banlieues en 2005.
Le journaliste dit recevoir des menaces de la part de policiers... ce n'est surement pas de la part de fonctionnaires qui n'ont rien à se reprocher.
a écrit le 27/01/2019 à 11:30 :
Les GL cherchent le confrontation avec l'ordre public. Une fois (legerement) heurtes les GL appelent leurs mamans. Les gonzesses.
a écrit le 27/01/2019 à 11:01 :
Le projectile qui a amputé Mr Rodriguez de son oeil droit provenait d'un LBD, c'est maintenant avéré. L'arme est entre les mains de l'IGPN.

Selon les témoignages, il n'y a pas eu de sommations et la police est incapable de fournir la moindre image alors que tous les tireurs auraient dû être flanqués d'un collègue muni d'une caméra.

Castagneur a menti a donc menti à la France entière. Dans un autre pays, il aurait déjà dû remettre sa démission... Macron doit attendre un compte rond, disons 10 paires d'yeux et 50 dents cassées pour se bouger le c... pour s'occuper réellement de faire de la politique au lieu de faire de la com.

A14 h, une manifestation parisienne va partir de nation pour protester "Marche républicaine des libertés".... Les gilets jaunes doivent s'y joindre parce que le respect du droit de manifester est une liberté républicaine et citoyenne et la violence (y compris policière) doit être combattue.
a écrit le 27/01/2019 à 10:02 :
ENCORE une belle provocation, alors que le peuple demande des economies sur le train de vie de l'etat,encore unNOUVEAU SECRETAIRE D'ETAT alors qu'en campagne MR MACRON annonce un gouvernement ressere de 15 personnes nous sommes à 35
a écrit le 27/01/2019 à 9:23 :
La grand illusion! La revendication du RIC repose sur l'illusion de la démocratie directe.Pourquoi? Parce que l'exercice du pouvoir par référendum, sans corps politiques intermédiaires repose sur l’illusion d' une unicité et d'une innocence native du "peuple". Depuis la Révolution française, cette question de la démocratie directe hante les intellectuels organiques ou inspirés du "peuple". C'est la longue et meurtrière lutte des sections, de la commune de Paris et des clubs contre la Convention nationale. Chacun s'accusant de trahir les idéaux du Peuple. Mais le peuple est un imaginaire qui suppose unité et vertu. Il faut donc dénoncer, calomnier et éliminer ceux qui incarnent la division et menace l'unité forgée dans la violence. C'est la comité de Salut Public se dotant de la guillotine. La démocratie vraie ne peut-être qu'un mixte à l'équilibre instable entre représentation dans la diversité est divisions et conflits inhérents à toute société et prise en compte directe des intérêts des différentes classes sociales. C'est cette équation quasi introuvable qui est au cœur des manifestations habdomadaires.
Réponse de le 27/01/2019 à 9:42 :
Ha bon ! ....comment se fait-il que ça se pratique en Suisse sans problème ?
Réponse de le 27/01/2019 à 10:10 :
Le peuple réel (vs imaginaire) s’accommode très bien d'un équilibre bancal dans la gestion des intérêts publics et privés. Il est d'une grande patience et tolère que certains s'enrichissent sur son dos dès lors qu'il existe des contre-parties économiques et symboliques et surtout si on lui donne des raisons d'espérer dans un avenir meilleur. Mais depuis trente ans, les soi-disant réformes ont réduit ces contreparties comme peau de chagrin et ont tué l'espoir.
a écrit le 27/01/2019 à 8:47 :
Bien évidemment que nous soutenons tous ce mouvement des gilets jaunes , mais il faut savoir arrêter une lutte et vous serez remercie et estimez par l’ensemble des français
Le gouvernement vous a écouté , 10 milliards , un débat national qui à terme va permettre de satisfaire certaines revendications.
Réponse de le 27/01/2019 à 9:25 :
"un débat national qui à terme va permettre de satisfaire certaines revendications".

Impossible ,puisque les reformes libérales continuent en parallèle de ce débat.et qu"il n'a rien retirer des précédentes.Quand au fameux dix milliards attendons un peu surtout avec l’impôt a la source qui débute cette semaine.On a déjà vu que deux reformes de Macron, on plombé la sécu de 2,5 milliards ( voir l'article de la tribune).
Réponse de le 27/01/2019 à 9:45 :
D'accord avec LaChose : ou sont les frontières entre débat , écoute et ..... enfumage ?!
Si Macron ne réagit pas par des FAITS plutôt que par du verbiage les choses risquent de se gater vraiment !
a écrit le 27/01/2019 à 0:32 :
Je vous soutiens. C'est grâce à vous que nous, les smicards, gagnons un peu en pouvoir d'achat (PPA), et ne payons pas la taxe carburant prévue en début d'année. Vous êtes notre espoir.
N'empêche... Notre gouvernement continue à gouverner seul selon ses seuls intérêts, alors qu'il devrait n'exister que pour préserver les nôtres. Nos forces de l'ordre à vous maltraiter, aux ordres mais payées par l'impôt populaire. Nos députés à accepter de cautionner l'inacceptable (glyphosate, etc). Et nous à continuer à avaler des couleuvres (traités récents...). Le RIC a l'initiative populaire serait un moyen de garder la main. S'il y a quelque chose à conserver, c'est cela.
Et je supporterai encore vos bouchons, et vous apportant des croissants.
a écrit le 26/01/2019 à 22:38 :
Activite du WE pour retraité chômeur sans amis marginaux ....
a écrit le 26/01/2019 à 21:32 :
Je me permet de faire remonter un article qu'on peut retrouver sur le journal du Parisien. Cet article nous rappelle que les victimes de lbd peuvent et doivent porter plainte auprès de la cdeh. Ca peut prendre du temps, 14 ans en l'occurrence, mais ca vaut le coup pour ceux qui sont innocents et victimes de ces tirs. Voici l'article. Merci de faire passer.

"L’Europe vient d’infliger une amende record à l’Etat français, à la suite de l’interpellation d’un jeune homme en 2004 qui l’a laissé handicapé à vie.

Près de quatorze ans de procédure pour arriver à une décision historique. La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) vient de condamner la France à verser 6,5 millions d’euros à Abdelkader Ghedir pour « traitements inhumains et dégradants », au titre du préjudice matériel et moral.

Cet habitant du quartier de la Fontaine-Mallet, à Villepinte (Seine-Saint-Denis), âgé de 35 ans, est aujourd’hui lourdement handicapé. Le 30 novembre 2004, vers 20 heures, Abdelkader Ghedir avait été interpellé par des agents de la Suge, le service de sécurité de la SNCF, qui intervenaient après des jets de pierre sur un train, dans la gare de Villeparisis-Mitry-le-Neuf (Seine-et-Marne). Ils pensaient qu’il en était l’auteur."
Réponse de le 27/01/2019 à 7:28 :
Pour les victimes directes et/ou indirectes du socialisme y a t'il un recours possible..?
Réponse de le 27/01/2019 à 9:29 :
@pipolino

Te plains pas, tu as l'aide droite du PS chez Macron.
a écrit le 26/01/2019 à 20:59 :
Les tensions sont financières, autant les salaires ne peuvent être adaptés ou favorisés, mais les ponctions doivent redevenir raisonnables comme dans partout dans le monde. Le carburant c'est 0,8€, les taxes c'est pas plus de 5%, les impôts doivent diminuer, les contrôles techniques et diagnostics disparaitre.Petits salaires ok, a chacun d'évoluer mais ne pas profiter des biens de première nécessité.
Après 80% de taxe sur une rolls une rolex ou un yacht...
a écrit le 26/01/2019 à 20:39 :
Tout ceci était parfaitement prévisible:

- une branche des GJ décide de peser aux européennes et se structurent en ce sens
- les infiltrés du mouvement ne trouvent pas du tout cette initiative de leur gout
- publiquement ils disent 'très bien mais attention, politisation' (MLP + NDA dit le caniche)
- faut maintenant discréditer le mouvement. Comment ? Violence again
- donc ré-infiltration le 26-01-2019 et violences

Eh oui, le grand perdant de la structuration légitime de ce mouvement en action politique, c'est l'ultra droite (et probablement maintenant l'ultra gauche qui veillait bien à faire profil bas depuis les sorties déplacées de JLM)

Mme Levasseur ne vous laissez pas intimider par LeCasseur !

A suivre ...
Réponse de le 27/01/2019 à 12:09 :
Vous parlez de la liste de Levavasseur couvée d' après Zemmour par B Tapie et Sarkozy pour servir la soupe à Lrem en évitant d' aller trop loin ou bien ...?
Réponse de le 27/01/2019 à 19:03 :
@Gargeon

Je ne connais pas ce Zemmour que vous mentionnez. Il est sympathisant de qui ?
a écrit le 26/01/2019 à 20:39 :
Seulement quelques milliers, soit trois fois rien : trois pelés et un tondu. Cessons d'accorder une importance démesurée à ces quelques immatures, la complaisance doit s'arrêter, ils ont fait trop de dégâts !
a écrit le 26/01/2019 à 20:33 :
Ils veulent plus d’allocations et moins d’impôts ! Ils ne savent pas encore qu’ils ont déjà perdu : la LDF 2019 est déjà votée ! Ils ont eu des pièces jaunes, ils n’auront rien de plus...
a écrit le 26/01/2019 à 20:07 :
J'avoue ne plus les comprendre .....chercheraient ils de couler le pays ?
Avec une dette souveraine de 2300 Milliards d'€ peut être maintenant 2400 ??
avec mille milliards de dettes des ménages pour accéder à la propriété sans compter les dettes des entreprises ????que peut faire un gouvernement ???
Au fait j'ai eu un mail d'une association pour signer une pétition
Ne vendez pas les barrages Français comme des autoroutes, vous avez le devoir de désobéir à Bruxelles...Est ce vrai ???
Réponse de le 27/01/2019 à 9:38 :
"Au fait j'ai eu un mail d'une association pour signer une pétition
Ne vendez pas les barrages Français comme des autoroutes, vous avez le devoir de désobéir à Bruxelles...Est ce vrai ??? "


Le 7 février dernier, le gouvernement Philippe, après avoir fait savoir en automne 2017 à l’inter-fédérale des salariés du secteur hydroélectrique français qu’il ne trouvait rien à redire au principe, a donc acté la privatisation. D’ici 2022, 150 des plus grands barrages (plus de 20 mètres de haut) devraient être vendus, pour une puissance totale de 4,3 GW équivalant à celle de trois réacteurs nucléaires de nouvelle génération. Le reliquat du parc public, sauf effondrement global, sera mis à l’encan avant 2050. EDF, société détenue à 83,5 % par l’État, gère 85 % des 433 concessions du pays (une concession représente un ou plusieurs barrages raccordés à une même centrale électrique). Engie et des structures régionales comme la Compagnie nationale du Rhône ou la Société hydroélectrique du Midi se partagent les 15 % restants.Cela faisait dix ans que la Commission européenne réclamait cette privatisation, avec un acharnement spécial et suspect de la part de la commissaire à la concurrence Margrethe Vestager depuis sa nomination en 2014. Macron et Philippe l’ont signée, sans l’ombre d’une hésitation. Il s’agit de mettre fin à l’abus de « position dominante » d’EDF, incompatible avec l’article 106 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne. La France, en pleine phase de transition vers un nouveau modèle énergétique, sera le seul pays européen à affaiblir un secteur vital.
a écrit le 26/01/2019 à 20:06 :
la blesure de rodriguez n est pas du aux hassar? ni les mis en exament ou fichez en s NON PLUS le gouvernement de macron tourne aux fachismes ,?PLUS IL Y AURAS DE REPRESSIONS PLUS IL Y AURAS REACTIONS? TOUS CA VAS FINIR MAL SI MACRON NE DISOUS PAS L ASSENBLE NATIONNAL ? DANS MA REGION JE SUIS PASSE VERS 2 RONDS POINT AUJOURDHUI ET ILS Y ETAIS LES GILETS JAUNES? CE N EST PAS QUE DES CASSEURS COMME A PARIS C EST LA FRANCE PROFONDE LA FRANCE QUI SOUFRE. ?CROYEZ MOI OCCUPE EN PLEIN HIVERS DEHORS ?CELA PROUVE LEURS DETERMINATIONS DONC JE LE REDIT MACRON ILNE VOUS RESTE COMME DERNIERE SOLUTION POUR APAISEZ LA GRISE /// LA D I S O L U T I O/N/// la victoire obtenue par la violence équivaut a une defaite ; car elle est momentamee ///GANDHI/// chaqu un a la responsabilite morale de desobeir aux lois injuste/// MARTIN LUTHER KEING///
a écrit le 26/01/2019 à 20:00 :
Les manifestations des Gilets Jaunes se déroulent globalement dans une ambiance bon enfant.

Le peuple se retrouve et échange lors de celles-ci malgré les tentatives de déstabilisation subies (gouvernement, black blocs) auxquelles s'ajoute le rouleau compresseur de la diabolisation.

Dans l'émission iMédia de la chaîne d'information TVLibertes.com, l'essayiste Jean-Yves Le Gallou lance une accusation contre une manipulation de l'information par le silence au détriment des Gilets Jaunes !

Un "J'accuse" à visionner sans modération et à partager : https://www.youtube.com/watch?v=wX05KcyWeGY&feature=youtu.be&t=871
a écrit le 26/01/2019 à 19:56 :
Les concessions minimes faites par Macron dans son discours du 10 décembre dernier ont paru bien trop faibles aux Gilets jaunes.
Et pourtant, ces maigres concessions, qui ne sont pas du tout à la hauteur des enjeux et de la perte de pouvoir d’achat subie par les Français, sont déjà beaucoup trop élevées pour les censeurs européens !

L’Allemand Günther Oettinger, commissaire européen chargé du budget, vient d’appeler au déclenchement d’une procédure pour déficit excessif à l’encontre de la France. Dans une interview au journal allemand Focus, il considère les récentes modifications du budget français découlant des annonces de Macron comme étant « particulièrement problématiques ». Les changements budgétaires de dernière minute dans le Projet de loi de finance 2019 devaient en effet faire passer le déficit français à 3,2 %, soit au-dessus de la fameuse limite européenne des 3 %.
Le verrou n° 1 à faire sauter pour résoudre les problèmes de la France, c’est bien de sortir de l’UE et de l’euro.
Autre façon de le dire : un RIP (ou RIC) qui n’aurait pas le droit de poser la question du Frexit aux Français ne résoudrait rien durablement..
https://www.upr.fr/actualite/avis-aux-gilets-jaunes-soit-on-sort-de-lue-et-de-leuro-soit-on-en-accepte-les-politiques-de-regression-economique-et-sociale/
Le pouls de la France bat au rythme des GJ..
a écrit le 26/01/2019 à 19:29 :
Sur une pancarte d' un manifestant place de la Bastille, on lit "Grand débat national manipulation"
Pas de quoi s' étonner.

Bruno Le Maire avait jeté le masque au tout début: pas question que le « grand débat national » touche à l’ISF, ni à l’IS, ni à quoi que ce soit d’important ! Les lecteurs des analyses de l’UPR comprennent parfaitement pourquoi M. Le Maire a tout de suite mis le holà : « grand débat » ou pas, il est hors de question de rétablir l’ISF ou de relever le taux de l’IS puisque la suppression de l’un et la baisse de l’autre ont été décidées pour satisfaire aux exigences de la Commission européenne dans le cadre des rapports des Grandes Orientations des Politiques Économiques (GOPÉ).

Le ministre s’ est évidemment bien gardé d’expliquer aux auditeurs d’Europe 1 le rôle décisif de l’UE en la matière. Les journalistes aussi.

Mais alors ? Si le « grand débat » se voit interdire d’emblée le droit de proposer le rétablissement de l’ISF et la hausse de l’IS, on imagine sans peine ce qu’il va advenir de réformes bien plus importantes !

https://www.upr.fr/actualite/france/bruno-le-maire-jette-deja-le-masque-pas-question-que-le-grand-debat-national-touche-a-lisf-ni-a-lis-ni-a-quoi-que-ce-soit-dimportant/

Gilets jaunes : un onzième samedi de manifestations à analyser donc...
a écrit le 26/01/2019 à 18:44 :
un grand BRAVO aux forces de l'ordre pour leur selfcontrol et leur respect des procédures, de la morale, et de leurs frères français.
Jerome Rodriguez et son oeil crevé vous salue...
a écrit le 26/01/2019 à 18:38 :
bon ca devient lassant
y a plus de revendication hormis macron degage, alors les syndicats essaient de faire leurs choux gras pour exister.....
ca devient contre productif pour tt le monde.....
je pense que finalement il vont prendre une danse avec leur liste electorale!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :