Municipales 2020 : Mounir Mahjoubi brigue officiellement la mairie de Paris

 |   |  488  mots
(Crédits : Reuters)
Le secrétaire d'Etat au Numérique sera bien candidat à l'investiture de LREM pour les élections municipales de 2020 à Paris. L'élu du XIXè arrondissement devrait quitter le gouvernement en juin pour faire campagne s'il est désigné candidat par son parti.

Fin du faux suspense pour Mounir Mahjoubi. Le secrétaire d'Etat au Numérique s'est officiellement déclaré mercredi 6 mars, dans les colonnes du Parisien, candidat à l'investiture LREM pour les élections municipales de 2020 à Paris.

"Certains n'osent pas le dire, mais il ne faut pas avoir de fausse pudeur. Je serai candidat dès que le processus de désignation sera ouvert", affirme-t-il, tout en précisant qu'il quittera le gouvernement "en juin" s'il est désigné par la commission nationale d'investiture

Le logement et la réappropriation de la ville par les classes moyennes sont ses priorités

Dans le Parisien, le député du XIXè arrondissement de Paris (remplacé à l'Assemblée nationale par sa suppléante Delphine O) cite le logement comme la priorité de son éventuelle mandature. Mounir Mahjoubi en profite pour asséner un tacle à Anne Hidalgo, la maire actuelle PS. "Quand la mairie achète un quatre pièces au prix du marché pour le reconventionner ensuite en HLM, elle ne crée pas un nouveau logement, elle dépense juste de l'argent public", tacle-t-il, assurant que "du foncier existe encore aux franges de Paris et aux alentours".

Parmi ses premières mesures figureront la création de nouveaux quartiers sur le foncier disponible, notamment autour de la Porte de la Villette (XIXè), aujourd'hui réputée pour son insécurité. Le secrétaire d'Etat au Numérique veut aussi lancer une "solution immédiate d'hébergement pour les sans-abris", pour "accélérer leur réinsertion":

"La solidarité est un bon investissement. Pour cela, il faut créer un fonds auquel contribueront les citoyens qui le peuvent, les entreprises parisiennes et même le maire. Je m'engage à y consacrer 20 % de mon salaire pour donner l'exemple".

Lire aussi : Mounir Mahjoubi : « Il va falloir définir ce que faire du macronisme signifie pour les municipales »

La démocratie participative et la solidarité comme valeurs

Le secrétaire d'Etat au Numérique érige également la participation citoyenne et la solidarité comme des principes forts pour diriger la capitale.

"Je crois très fort à une ville qui donne les moyens à chacun d'agir sur les choses, d'être plus solidaire. Par exemple, je veux donner à tous les Parisiens la possibilité d'étudier à tout moment de leur vie pour acquérir de nouvelles compétences. Aujourd'hui, les cours du soir sont très limités, il faut passer à une académie du soir."

L'ancien entrepreneur et président du Conseil national du Numérique (CNNum) estime qu'il incarne "une façon différente de faire de la politique", notamment par rapport à ses rivaux pressentis au sein de LREM, le ministre Benjamin Griveaux et le député et mathématicien Cédric Villani.

"Je ne crois pas à ceux qui disent que Paris se gagnera à droite ou à gauche. Paris se gagnera en proposant un projet qui parle au cœur et à la raison, qui soit à la fois disruptif et rassembleur", estime-t-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2019 à 15:33 :
les premiers de cordée ont ils déja dévissée ? le monopole du coeur serait il déja perdu ?
a écrit le 07/03/2019 à 11:16 :
L'incommensurable incompétence et frivolité d'Hidalgo ouvre un boulevard à un tas d'opportunistes comme ce monsieur et Rachid A Dati. La place est bonne ...
a écrit le 07/03/2019 à 10:06 :
« Il va falloir définir ce que faire du macronisme signifie pour les municipales »

Vaste programme ! :D
a écrit le 06/03/2019 à 22:14 :
Le grand remplacement est en marche avec tambour et trompette
Réponse de le 07/03/2019 à 4:04 :
De fait.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :