Mutuelles : 3 millions de Français toujours sans complémentaire santé

 |   |  479  mots
(Crédits : Reuters)
L'enquête de la Drees révèle l'échec de la généralisation de la complémentaire santé d'entreprise, entrée en vigueur en 2016. Depuis l'entrée en vigueur de cette mesure, le taux de non-couverts n'aurait baissé que de 1 point. Et qui sont ces Français sans mutuelle? "Principalement des personnes à faible revenu: travailleurs précaires, chômeurs ou inactifs."

Près de 5% de la population française, soit environ 3 millions de personnes, ne sont pas couvertes par une assurance complémentaire santé malgré la généralisation des contrats d'entreprise, selon une publication diffusée mercredi par la Drees.

Ces Français sans mutuelle "sont principalement des personnes à faible revenu: travailleurs précaires, chômeurs ou inactifs", relève le service statistique des ministères sociaux dans la deuxième édition de son "Panorama des complémentaires santé".

La Drees rappelle qu'en 2014, 16% des chômeurs et 9% des personnes au foyer se déclaraient non couverts, contre 2% à 3% des fonctionnaires, salariés du privé et retraités.

La généralisation de la complémentaire d'entreprise, entrée en vigueur en 2016, a peu changé cette situation: "Les premières estimations indiquent que le taux de non-couverts ne baisserait que de 1 point" du fait de cette mesure.

Jusqu'à 4,5 millions de personnes non couvertes

Passées entre les mailles du filet des contrats collectifs, les personnes sans couverture santé complémentaire sont aussi des bénéficiaires potentiels des filets de sécurité. Ainsi, la moitié "pourraient en principe prétendre à la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) ou à l'ACS (aide au paiement d'une complémentaire santé)", calcule la Drees, qui pointe "une méconnaissance (de ces) dispositifs d'aide".

Or, le taux de non-recours à la CMU-C était évalué entre 34% et 45% en 2017, soit 2,8 à 4,5 millions de personnes. Pour l'ACS, ce taux était estimé entre 41% et 59%, soit 1,1 à 2,3 millions de personnes supplémentaires.

S'ils ne font pas valoir leurs droits, ces assurés peuvent toutefois bénéficier d'une complémentaire santé, à titre individuel, par leur employeur (bas salaires, temps partiels) ou en tant qu'ayant-droits (conjoint, parent).

Le gouvernement a décidé de fusionner au 1er novembre 2019 la CMU-C et l'ACS, qui deviendra une CMU "contributive" avec une participation financière jusqu'à 30 euros par mois, afin d'augmenter les taux de recours.

Concentration des complémentaires santé et concurrence exacerbée

En outre, la Drees confirme la concentration du marché des complémentaires santé: 474 organismes exerçaient cette activité en 2017, soit 18 de moins qu'en 2016. En 2001, on en comptait 1.702.

Depuis, "le nombre de mutuelles a été divisé par quatre" (346 en 2017) et "le nombre d'institutions de prévoyance par deux" (25 en 2017), tandis que celui des sociétés d'assurance a reculé "dans des proportions moindres" (103 en 2017).

Un "vaste mouvement" de "fusions et absorptions" provoqué par "les exigences réglementaires", en particulier sur les réserves financières, et par une concurrence exacerbée du fait de la couverture quasi-totale de la population.

Dans ce paysage de plus en plus compétitif, les assurances ont tiré leur épingle du jeu: leur part de marché est passée de 19% à 31% des cotisations collectées (35,7 milliards d'euros au total en 2017).

Une croissance qui s'est principalement faite au détriment des mutuelles (-12 points à 51%) et plus marginalement des institutions de prévoyance (-3 points à 18%).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/04/2019 à 9:38 :
Donc 95% des français ont une mutuelle qui depuis F.Hollande est imposable en avantage en nature dans l’Impôt sur le Revenu.
Les 3 millions de français les plus pauvres n'ont pas de mutuelle ni de complémentaire santé car pas les moyens ou d'autres priorités plus urgentes.
Pour les familles avec 2 enfants minimum ,il vaut la peine d'avoir une mutuelle mais pas pour les célibataires modestes.
a écrit le 04/04/2019 à 13:47 :
Il y a une méconnaissance très importante des bienfaits et des méfaits de l'assurance complémentaire et sa généralisation en partie au détriment des entreprises n'était pas une bonne idée. On croit que la complémentaire santé est là pour payer les gros risques alors que ces risques sont couverts de façon très complète par la sécurité sociale.
Quant à payer une mutuelle pour être remboursée du ticket modérateur sur les médicaments et les honoraires de médecin, ce n'est pas très rentable pour l'assuré.
Celui-ci devrait regarder sur le site internet de sa complémentaire santé les frais qui sont réellement pris en charge en échange de sa cotisation. C'est éclairant.
Et puis il y a les retraités qui ne bénéficient plus de la prise en charge partielle des cotisations par leur employeur et qui paie une cotisation plus élevée du fait de leur âge. Pour une complémentaire "moyenne" et avec des remboursements plafonnés notamment pour les lunettes, un couple de retraité paie 185 euros en moyenne par mois ce qui est un budget très conséquent.
Et un certain nombre de retraités, pris en charge à 100 % par la sécu paie ces montants !
Il serait quand même temps de faire un bilan financier global pour voir qu'à part les organismes de mutuelles, qui avec leurs 15 % de frais de "gestion" sur les cotisations sont gagnants.
a écrit le 04/04/2019 à 13:47 :
Il y a une méconnaissance très importante des bienfaits et des méfaits de l'assurance complémentaire et sa généralisation en partie au détriment des entreprises n'était pas une bonne idée. On croit que la complémentaire santé est là pour payer les gros risques alors que ces risques sont couverts de façon très complète par la sécurité sociale.
Quant à payer une mutuelle pour être remboursée du ticket modérateur sur les médicaments et les honoraires de médecin, ce n'est pas très rentable pour l'assuré.
Celui-ci devrait regarder sur le site internet de sa complémentaire santé les frais qui sont réellement pris en charge en échange de sa cotisation. C'est éclairant.
Et puis il y a les retraités qui ne bénéficient plus de la prise en charge partielle des cotisations par leur employeur et qui paie une cotisation plus élevée du fait de leur âge. Pour une complémentaire "moyenne" et avec des remboursements plafonnés notamment pour les lunettes, un couple de retraité paie 185 euros en moyenne par mois ce qui est un budget très conséquent.
Et un certain nombre de retraités, pris en charge à 100 % par la sécu paie ces montants !
Il serait quand même temps de faire un bilan financier global pour voir qu'à part les organismes de mutuelles, qui avec leurs 15 % de frais de "gestion" sur les cotisations sont gagnants.
a écrit le 04/04/2019 à 10:32 :
Il y a une méconnaissance très importante des bienfaits et des méfaits de l'assurance complémentaire et sa généralisation en partie au détriment des entreprises n'était pas une bonne idée. On croit que la complémentaire santé est là pour payer les gros risques alors que ces risques sont couverts de façon très complète par la sécurité sociale.
Quant à payer une mutuelle pour être remboursée du ticket modérateur sur les médicaments et les honoraires de médecin, ce n'est pas très rentable pour l'assuré.
Celui-ci devrait regarder sur le site internet de sa complémentaire santé les frais qui sont réellement pris en charge en échange de sa cotisation. C'est éclairant.
Et puis il y a les retraités qui ne bénéficient plus de la prise en charge partielle des cotisations par leur employeur et qui paie une cotisation plus élevée du fait de leur âge. Pour une complémentaire "moyenne" et avec des remboursements plafonnés notamment pour les lunettes, un couple de retraité paie 185 euros en moyenne par mois ce qui est un budget très conséquent.
Et un certain nombre de retraités, pris en charge à 100 % par la sécu paie ces montants !
Il serait quand même temps de faire un bilan financier global pour voir qu'à part les organismes de mutuelles, qui avec leurs 15 % de frais de "gestion" sur les cotisations sont gagnants.
a écrit le 03/04/2019 à 15:10 :
"jusqu'à 30 euros par mois, afin d'augmenter les taux de recours." c'est cher 30€/mois, ""seulement"" un euro par jour, et par minute ça fait combien ?
Sait-on quelles sommes vont aux complémentaires de tout poil ? Si cet argent allait à la Sécu, avec ses frais réduits et sa connaissance des assurés vu qu'elle est premier payeur initial (transmet les informations pour chaque remboursement aux complémentaires quand y en a une), on peut penser que les remboursements pourraient approcher des 100% ? Ou 90% ? Quitte à avoir des "options"(niveaux de complémentarisation), mais gérées par la Sécu. Ah non, l'Etat prélève pas mal sur les versements, pour ça que ça a été rendu obligatoire, maximiser les prélèvements (tout euro encaissé est précieux pour Bercy).
a écrit le 03/04/2019 à 15:03 :
Combien de personnes on fait le choix délibéré de ne pas avoir de mutuelle ? J'invite les gens à faire tranquillement le calcul annuel entre leur cotisation mutuelle et la part mutuelle payée, certains pourraient avoir des surprises...
a écrit le 03/04/2019 à 13:28 :
La CMU qui en sont les bénéficiaires? Dès que vous les aurez identifiés vous penserez d'un coup que ceux-ci vont avoir droit aux EPADS gratos.
a écrit le 03/04/2019 à 12:45 :
C'est normal car pour avoir droit à l'ACS les plafonds de ressources sont beaucoup trop bas.
En augmentant un petit peu ces plafonds les personnes à revenu modeste ( moins de 1000 euros mensuel) y auraient droit.
a écrit le 03/04/2019 à 12:24 :
La sécu gratuite à 100% pour tous les citoyens français. Chacun cotise selon ses moyens et se fait soigner selon ses besoins, alors que c'est l'inverse qui se produit maintenant.

La gestion de tous les systèmes périphériques à la santé (CMU, mutuelles complémentaires,...) coûte cher et pourrait être pris en charge par la sécu dont c'est la boulot depuis 80 ans, et dont les couts de fonctionnement sont imbattables (5%).

A charge pour la sécu d'effectuer un vrai contrôle des coûts. Il n'y a aucune raison pour qu'une paire de lunette qui coûte 15€ à la fabrications soit revendue 20 fois plus ou que des prothèses dentaires fasse 20 fois la culbute au prétexte qu'une mutuelle prend en charge.
a écrit le 03/04/2019 à 11:04 :
les mutuelles obligatoires ca ne sert a rien sauf a etre une cotisation supplementaire qui ne donne droit a rien
en fait, si, ca sert a ce que les assureurs rentrent de l'argent de facon obligatoire pour pouvoir payer leur cotisation obligatoire qui finance la cmu ' payee par personne'
la gauche est maline, un billard a double bande, et on ne voit pas les impots et les cotisations reenchantees
sinon pour vos lunettes et vos dents, ca sera rebelotte, cotisation obligatoire pour des droits proches du zero mais qui financeront une fois de plus les memes personnes.......
a écrit le 03/04/2019 à 10:54 :
Un énième scandale, au nom du pillage des caisses publiques au profit des paradis fiscaux privés ben j'ai un ami qui travaille, 39h par semaine plus heures sups donc et qui comme il vit seul ne peut toujours pas se payer une mutuelle voyant ses dents se détériorer régulièrement sans solution à venir d'envisageable.

Merci l'UERSS.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :