Les mutuelles Humanis et Malakoff Médéric vont fusionner

 |   |  451  mots
Olivier Mesnard, directeur général du groupe Humanis, et Thomas Saunier, directeur général du groupe Malakoff Médéric.
Olivier Mesnard, directeur général du groupe Humanis, et Thomas Saunier, directeur général du groupe Malakoff Médéric. (Crédits : Humanis/Malakoff Médéric)
Les deux groupes de protection sociale, qui avaient annoncé en mars étudier le rapprochement de leurs activités de retraite et d'assurance des personnes, ont adopté le principe de leur rapprochement qui sera mis en oeuvre le 1er janvier 2019.

Après deux mois d'étude d'opportunité, les deux groupes de protection sociale Humanis et Malakoff Médéric ont adopté mercredi le principe de leur rapprochement au 1er janvier 2019 "afin de constituer un acteur majeur de la protection sociale complémentaire (retraite et assurance de personnes)", ont-ils annoncé ce jeudi dans un communiqué conjoint. Les deux groupes,"qui partagent des valeurs communes paritaires et mutualistes, souhaitent associer leurs atouts respectifs et leurs complémentarités" soulignent-ils, "afin de défendre les intérêts de leurs clients (branches professionnelles, entreprises et particuliers) et de relever les défis industriels, financiers, réglementaires et digitaux liés à la transformation de leur environnement."

Humanis et Malakoff Médéric vont désormais engager "les procédures sociales et réglementaires préalables à l'engagement de travaux opérationnels de rapprochement."

"Le rapprochement créerait un groupe financièrement très solide, disposant, de fonds propres combinés de 6,9 milliards d'euros et d'une solvabilité combinée de plus de 200%, sur la base des agrégats de fin 2017" indiquent les deux groupes.

Secteur en concentration

Humanis, créé en 2012 à la suite de différents rapprochements, est un peu plus gros dans la retraite complémentaire, Malakoff Médéric, issu de la fusion de Malakoff et Médéric en 2008, l'est davantage dans l'assurance des personnes. Le premier emploie 6.600 personnes, le second 5.900 personnes. Les rapprochements se sont accélérés dans le secteur des mutuelles et de l'assurance ces derniers mois, à l'image de la fusion AG2R Matmut. Fin mai, Humanis a annoncé la fusion de ses activités d'épargne salariale avec celles d'AG2R La Mondiale.

Humanis Malakoff Médéric chiffres

[A gauche Humanis, à droite Malakoff Médéric]

« Avec Malakoff Médéric, nous avons une ambition et des valeurs communes. Nous voulons constituer un acteur majeur de la protection sociale, pour mieux servir l'ensemble de nos clients - branches professionnelles, entreprises, salariés et retraités- en assurance de personnes et en retraite complémentaire et pour offrir plus d'opportunités à nos collaborateurs », a déclaré Olivier Mesnard, le directeur général du groupe Humanis.

Les deux groupes soulignent la nécessité de ce rapprochement notamment pour "renforcer leur capacité à investir dans le digital, la data et les services afin d'être toujours plus innovant".

« Ce projet de rapprochement va permettre de construire un groupe plus fort, confortant la pertinence de notre modèle, améliorant la protection sociale de nos clients grâce à la complémentarité de nos savoir-faire, accélérant notre capacité d'innovation et renforçant notre culture de service, grâce à l'engagement de tous les collaborateurs », a fait valoir Thomas Saunier, directeur général du groupe Malakoff Médéric.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/06/2018 à 9:53 :
les mutuelles sont la preuve de la faillite de la sécurité sociale "obligatoire" du CNR communiste (modèle URSS 1946)
a écrit le 15/06/2018 à 8:32 :
Si comme vous le dite nous avons affaire à des mutuelles, il n'y a pas de client mais des adhérents mutualistes. Je pense plutot qu'il s'agit de société privée dont le seul but est le profit.
Réponse de le 15/06/2018 à 9:57 :
chacun est libre d'adhérer ou pas à quelque mutuelle que ce soit (sans préjuger de leurs valeurs intrinsèques) en revanche essayez de quitter la sécu et sa gabegie et refusez de payer l'URSAAF, vous irez au devant de graves ennuis
a écrit le 14/06/2018 à 16:15 :
Inadmissible la Taxe Fillon 2011, 12% !!!! sur les cotisations de plus en plus chères de complémentaires santé vitales. Le Gouvernement serait bien inspiré de détaxer intégralement ce domaine pour le 1/01/2019.
a écrit le 14/06/2018 à 11:32 :
Mélange des genres ?
Question efficience et numérique, par expérience, la CNAV a de l'avance. Comme quoi...
a écrit le 14/06/2018 à 10:02 :
Pourquoi ne pas intégrer la complémentaire santé directement dans l'Assurance maladie. Cela permettrait économies d'échelle et de gestion substantielle comme en Alsace-Moselle.
Mais ce serait toucher à des lobbys très puissants...
Réponse de le 14/06/2018 à 10:21 :
J'ai toujours pensé pareil, mais si on veut basculer petit à petit la Sécu sur le privé, comment faire sans que ça soit trop visible ? Là, c'est en place, ensuite c'est une question de réglages, étape par étape.
5% de frais Sécu contre 15%, mais ça crée de l'emploi (& du profit) chez les assureurs..............

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :