Mutuelles de Bretagne : Ferrand entendu par la justice à Lille

 |   |  348  mots
(Crédits : BENOIT TESSIER)
Le président LREM de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, est en cours d'audition mercredi par la justice à Lille dans l'affaire immobilière des Mutuelles de Bretagne, a appris l'AFP auprès de son entourage et de source judiciaire, confirmant une information de La Voix du Nord.

Après un premier classement sans suite d'une plainte de l'association Anticor en octobre 2017, "nous assistons à la suite logique de la procédure, avec une audition qui se déroule actuellement à Lille, où le dossier a été dépaysé", a indiqué son entourage à l'AFP, en précisant que M. Ferrand "aborde très sereinement" ce rendez-vous.

"M. Ferrand est entendu depuis ce matin par les juges d'instuction chargés de l'information judiciaire visant les Mutuelles de Bretagne", a-t-on indiqué de source judiciaire.

La même source souligne que "la seconde plainte déposée par Anticor, avec constitution de partie civile devant une autre juridiction, puis dépaysée, porte sur le même fondement, pour les mêmes faits, sans éléments nouveaux et par le même plaignant".

Déjà dans le collimateur quand il était ministre

L'affaire des Mutuelles de Bretagne avait conduit M. Ferrand à quitter le gouvernement en juin 2017. A peine nommé ministre de la Cohésion des territoires, il avait été épinglé par le Canard enchaîné qui avait révélé qu'en 2011 les Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait alors, avaient décidé de louer des locaux commerciaux appartenant à sa compagne. M. Ferrand conteste toute irrégularité.

Le procureur de Brest avait ouvert une enquête préliminaire en juin 2017, classée sans suite en octobre. Le parquet avait alors invoqué la prescription s'agissant d'un éventuel délit de prise illégale d'intérêts, et jugé que les infractions d'abus de confiance et d'escroquerie n'étaient "pas constituées".

D'abord président du groupe des députés LREM, Richard Ferrand a pris la succession de François de Rugy à la présidence de l'Assemblée en septembre 2018. Le même mois, trois juges d'instruction ont été désignés à Lille pour instruire le dossier de l'affaire immobilière, à la suite d'une plainte avec constitution de partie civile déposée par Anticor.

Interrogée mercredi par la presse à l'issue du Conseil des ministres, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a refusé tout "commentaire avant d'avoir connaissance de l'objet de cette convocation".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2019 à 7:28 :
Mr Ferrand a été mis en examen. Officiellement il reste innocent mais ça fait mauvais genre.
Il n'arrivait déjà pas à maintenir l'ordre dans l'hémicycle, faute de carrure personnelle. Avec cette mise en examen, c'en est fini des rappels au réglement et à l'auto-discipline. Il n'a plus aucune autorité réelle et le 4eme personnage de l'Etat est discrédité. C'est un futur prof chahuté.

Les présidents ne se valent pas. Avec Hollande, il ne serait jamais resté ministre et encore moins devenu président de l'assemblée nationale. Idem pour Juppé, Castaner, Nyssens, Penicaud, Goulard...
On peut toujours se tromper en nommant quelqu'un qui se révélera "inadapté" à la fonction. Mais le garder, pire, le promouvoir est une faute professionnelle.

Il ne reste plus qu'à rappeler De Rugy au perchoir ! :-))
a écrit le 12/09/2019 à 6:17 :
....force est de constater que N'Diaye , tout en restant la voix de son maitre , est quand mème beaucoup plus fine que Griveaux !
a écrit le 11/09/2019 à 16:55 :
En fait, depuis dix ans l'ensemble des hautes fonctions politiques sont touché par des individus qui ne semble pas avoir une idée du droit car pour arriver président de l'assemblée, et dans le même temps avoir magouillé, disons que cela confirme le niveau de corruption, sans avoir encore l'histoire de la libye. Mais il se trouve qu'après l'attente des procés pour sarkozy, l'ensemble des responsables policiers, le ministre de la police de l'époque guéant, hier soir goulard bref ne parlons pas de lagarde et j'en passe permet de comprendre le niveau de corruption et d'impunité!!

Vous comprenez pourquoi vous n'aurez jamais de procureurs indépendants !!!!

Mais difficile de constater que la corruption en France est plus forte qu'en Italie, pays dont nous parlons constamment, mais il faut avoir a présent un regard d'introspection.

Mais j'imagine la aussi qu'il ne se passera rien, et pourtant la ministre de ce parti est en train de vouloir descendre la majorité pénale a 12 voir 11 ans, et pourtant il suffit de regarder son parti pour comprendre comment nous avons a présent des gens qui ne démissionnent plus, qui jouent la montre et qui en plus moralise !!!!
Réponse de le 12/09/2019 à 8:03 :
" la ministre de ce parti est en train de vouloir descendre la majorité pénale a 12 voir 11 ans"....

Si vous voulez parler de Mme Belloubet, elle n'a jamais fait parti du Modem, son parcours politique est totalement PS jusqu'en 2014.

Malheureusement, même la garde des sceaux, dont la probité devrait être immaculée, a du être rappelée à l'ordre par la HATVP pour avoir minoré son patrimoine immobilier d'environ 330 000€ (une paille...).

Il semblerait que Macron ne connaît que des personnes à la moralité douteuse?
a écrit le 11/09/2019 à 15:49 :
Ajoutons Mme Goulard, qui a été obligée de verser à Bruxelles 45 000€ de remboursement pour un emploi fictif , ce qui est une reconnaissance de culpabilité (et ce qui n'a pas empéché Macron de présenter sa candidature à la commission, il est vrai que quand on nomme Juppé au conseil constitutionnel, tout est possible ...).

Et puis, Bayrou et de Sarnez (enfin) convoqués par la justice pour les même raisons que Mme Goulard.

Et puis, les doubles notes de frais de mr Bridey, l'abus de confiance de M. Laabid, la fraude de M Solère, le favoritisme de Mme Pénicaud... et puis Benalla, De Rugy, Darmanin, Nyssens J'en oublie surement.

Macron est en voie de sarkozysation accélérée, pas étonnant qu'ils passent leur WE ensemble maintenant en faisant assaut de compliments.
Pour la moralisation de la vie publique, on verra plus tard.
Réponse de le 11/09/2019 à 16:56 :
merci pour ces mots car nous sommes a un moment ou finalement l'ensemble du système veut la moralité la ou ils sont tellement dans la magouille, qu'après ils nous expliquent qu'il y a une justice....
Réponse de le 12/09/2019 à 6:19 :
.....les prochains conseils des ministres se feront peut-etre a la Santé :ça fera des frais de déplacement réduits !
a écrit le 11/09/2019 à 15:36 :
Un homme aussi dévoué, qui a sacrifié sa vie personnelle au service de ses concitoyens, notre justice est bien ingrate, cruelle.

Mais non, je deconneuu. J'vous ai bien eu hein.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :