Négociation retraites complémentaires : quels sont les scénarios possibles ?

Vendredi 16 octobre, les organisations patronales et syndicales gestionnaires de l'Arrco et de l'Agirc, vont se retrouver une nouvelle (et dernière?) fois pour trouver un accord sur le redressement de la situation financière des régimes. Mais le projet du Medef de retarder de facto l'âge de la retraite à 64 ans bloque tout. En cas d'échec, l’État pourrait reprendre la main sur les régimes.
Jean-Christophe Chanut

5 mn

Si les négociations sur les retraites complémentaires échouent, l'Etat pourrait reprendre la main sur la gestion de l'Agirc et de l'Arrco. la cure pourrait alors être sévère.
Si les négociations sur les retraites complémentaires échouent, l'Etat pourrait reprendre la main sur la gestion de l'Agirc et de l'Arrco. la cure pourrait alors être sévère. (Crédits : Reuters)

Ça va être très chaud. Vendredi 16 octobre à 9 heures, les organisations patronales et syndicales, gestionnaires des régimes de retraites complémentaires Agirc (cadres) et Arrco (ensemble des salariés) se retrouvent pour trouver un remède à la situation financière très dégradée des deux institutions.

Il y a le feu au lac. Avec la crise économique, l'arrivée des baby boomers à la retraite et le chômage de masse, l'Agirc et l'Arrco ont vu leurs déficits respectifs se creuser à 1,985 milliard et 1,153 milliard en 2014. Si rien n'est fait, leurs réserves seront épuisées d'ici à 2018 pour l'Agirc et à 2027 pour l'Arrco. Alors des abattements sur les pensions deviendraient quasi obligatoires !

Patronat et syndicats divergent sur les remèdes à apporter

Or, pour l'instant aucun accord ne semble pointer à l'horizon, tant les différentes parties divergent sur les remèdes à apporter. Alors, certes, le président de la République a appelé les gestionnaires à prendre des « mesures courageuses ». Mais, à ce stade, force est de constater que le seul point qui fait consensus, c'est le risque de ne pas parvenir à un accord. « Un compromis semble difficile » a lancé Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT. « Il y a une probabilité pour que cela ne marche pas » a répondu en écho Pierre Gattaz, le président du Medef qui souhaite des « réformes de fond » et qui dit refuser un simple replâtrage permettant de tenir jusqu'en 2017.

Le Medef veut inciter les salariés à retarder à 64 ans l'âge de la retraite

C'est la proposition du Medef d'instaurer une décote drastique sur les pensions à compter de 2019 qui fait tout coincer. L'organisation patronale a d'ailleurs évolué. Auparavant, elle suggérait d'appliquer une décote dégressive sur les pensions des salariés partant à la retraite avant l'âge de 64 ans. Maintenant, le Medef propose un dispositif plus subtil. Voulant, toujours inciter les salariés à partir à 64 ans, ceux qui liquideraient leur pension à 62 ans connaîtraient un abattement de 25%, réduit à15% à 63 ans. Puis à 64 ans le niveau de pension retrouverait son niveau normal. En revanche, ceux qui retarderaient leur départ à 65 ans se verraient appliquer un bonus de 15%, durant une année. Pour ceux partant à 66 ans, ce bonus atteindrait 25%.

A des degrés divers, les syndicats ne veulent pas entendre parler de tels abattements. Pour la CFE-CGC c'est ne niveau proposé par le Medef qui est inacceptable. Ce syndicat veut bien parler de décote mais à « un taux raisonnable ». La CFTC plaide pour une décote des pensions de 5% la première année et de 4% pour la deuxième. Les autres syndicats refusent toute idée d'abattement, y compris la CFDT qui suggère d'instituer « une contribution de solidarité intergénérationnelle » de 4% qui serait versée pendant deux ans par tous les futurs retraités.

Quant à FO et la CGT, elles récusent encore plus farouchement toute idée de décote, de contribution exceptionnelle, etc. FO veut taxer les entreprises qui se séparent des seniors de plus 55 ans et la CGT, parmi diverses propositions, souhaite aligner les taux de cotisation Agirc. Si les organisations syndicales divergent donc sur les recettes alternatives aux projets patronaux, elles partagent tout de même quelques points communs.

Refus des syndicats de servir de poisson-pilote à l'Etat sur l'âge de la retraite

D'abord, toutes demandent une augmentation des cotisations patronales aux retraites complémentaires. Pour le Medef c'est hors de question alors que les entreprises françaises peinent à retrouver leur compétitivité. Surtout, aucune organisation ne veut cautionner un relèvement de fait de l'âge du départ à la retraite, ce à quoi conduirait le dispositif prôné par le Medef. "Nous ne servirons pas de poisson-pilote à l'Etat", explique Jean-Louis Malys en charge du dossier à la CFDT. De fait, les syndicats ont parfaitement conscience que s'ils acceptent de retarder l'âge requis pour percevoir une retraite complémentaire, l'État s'empressera de le faire aussi dans les régimes de base dont il a la responsabilité.

Alors, dans ce contexte fort peu consensuel, que peut-il se passer à l'issue de la réunion de vendredi, qualifiée comme de la dernière chance. Divers scénarios sont possibles.

Vers une reprise en main par l'Etat de l'Arrco et de l'Agirc ?

Première hypothèse, le Medef met encore de l'eau dans son vin. Un accord a minima se contentant de bouger quelques paramètres (prolongation de la sous revalorisation des pensions, abaissement du taux des pensions de réversion, etc.) est alors trouvé avec une majorité de syndicats, comme cela fut toujours le cas depuis la création de l'Arcco en 1947. Les partenaires sociaux fixeront alors ses modalités d'application qui s'imposeront progressivement aux retraités, salariés et entreprises... Et il faudra recommencer le psychodrame dans deux ans pour, cette fois, trouver des solutions pérennes..

Deuxième hypothèse, vendredi, les partenaires sociaux - du moins une majorité d'entre eux - rapprochent suffisamment leurs positions pour poursuivre les discussions. Dans ce cas, une ou deux réunions supplémentaires pourront être programmées d'ici la fin de l'année.

 Troisième hypothèse, c'est l'échec total. Certains soupçonnent le Medef - qui s'en défend- de jouer cette carte afin de tenir là un prétexte pour se désengager de la gestion paritaire des retraites complémentaires. Dans ce cas, les commissions paritaires présentes dans les caisses Arrco et Agirc seraient chargées de gérer les affaires courantes, sans rien régler sur le fond. Une situation purement temporaire qui cesserait dans quelques mois si les organisations patronales et syndicales estimaient pouvoir reprendre les négociations plus sereinement.... Douteux. Ou alors, et ce serait la fin d'une époque, l'Etat reprendra la main et assumera la gestion des régimes Arrco et Agirc. Il risque alors d'avoir la main très lourde sur la durée de cotisation, les pensions, voire les taux de cotisation, pour ne pas trainer indéfiniment le boulet des retraites complémentaires. D'autant plus que la situation de régimes est prise en compte dans le calcul du déficit de la France, examiné à la loupe par la Commission européenne. C'est donc la survie même de ces régimes qui serait sans doute remise en cause.

Jean-Christophe Chanut

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 52
à écrit le 17/10/2015 à 13:33
Signaler
Comme dit Valls la capacités du dialogue avec l'argent des cotisants pour gelés les retraites bandes des brelet

à écrit le 17/10/2015 à 12:04
Signaler
Ok je suis baby/ boom et fier la retraites c'est pour les cotisants San familles de gel des retraite carsat et arrco augmentation des cote part des actif et patronat arrêt de verse de l'argent aux immigré et aux assistes et un moratoire sur Hollande ...

à écrit le 16/10/2015 à 11:40
Signaler
il est faux de dire que les gouvernements précédents n'ont rien fait:ils ont joué sur les seuls leviers possibles,augmentation de l'age de départ et augmentation des cotisations!peut etre ontils été trop timorés,les augmentations auraient du etre plu...

le 16/10/2015 à 16:38
Signaler
Justement ! Le pb de financement des retraites est né lors de l'institution de la retraite à 60 ans, en 1983, prise par un Gouvernement de gauche (Mitterand). C'est finalement une décision politique prise par ce gouvernement qui pose pb. C'est donc l...

à écrit le 16/10/2015 à 11:05
Signaler
Le baby boom ce n'est pas un scoop , on le sait depuis 40 ans. Que font les socialistes en 1981, ils font passer l'âge de la retraite à 60 ans. Pendant ce temps là, nos voisins augmentent la durée du travail. Résultat, pour compenser , on réduit ...

à écrit le 16/10/2015 à 11:00
Signaler
Ce qui est incroyable en France, c'est que tout est figé...et on attend tranquillement que le système de retraite s'écroule ! Il n'y a rien de fait depuis des années pour mettre un système pérenne !Nous n'entendons plus la gauche avec le fameux sloga...

à écrit le 16/10/2015 à 10:34
Signaler
Quand les finances sont serrées on revient aux fondamentaux : les cotisations du privé ne devraient financer uniquement que les retraites du privé. Arrêt du pillage de nos caisses par les autres caisses (Sncf GDF-ircantec- etc...) avec le soutien act...

le 16/10/2015 à 11:18
Signaler
Tout à fait d'accord .Mr Hollande ne nous a t il pas dit que le changement c'est maintenant ! il aurait du dire c'est pas maintenant !! Ce qui est beaucoup plus crédible !

à écrit le 16/10/2015 à 9:49
Signaler
Etant donné que d'après les dernieres études ,un cadre vivra en moyenne 6 ans de plus qu'un ouvrier , l'âge de départ en retraite doit être adapté à ces chiffres : Cadre : 67 ans Ouvrier: 60 ans

le 16/10/2015 à 13:30
Signaler
Petit coquin avec son béret et sa baguette ............ET LA LUTTE DES CLASSES (sommes-nous en 2016?)

à écrit le 16/10/2015 à 8:30
Signaler
J ai travaillé tout m as vie pour 1000€ part moi plus le gel aberrant voleur ?

à écrit le 16/10/2015 à 3:58
Signaler
Et la retraite pour les immigrants c est pour pour quand ?

à écrit le 15/10/2015 à 20:15
Signaler
C'est AUSSI là que l'on voit les dégâts de la retraite par capitalisation, car le patronat s'en sert... Et, bien sûr, ces chers (onéreux) patrons qui OFFRENT du travail doivent donc se faire payer pour en fournir histoire que le salarié puisse "GAGNE...

le 15/10/2015 à 21:57
Signaler
Ben justement il s'agit là de la faillite d'un système par REPARTITION et donc on voit là les dégâts de la retraite par répartition où tout le monde paye et personne ne gère .... puisque c'est de l'argent "commun". C'est le même phénomène que le ch...

le 16/10/2015 à 10:39
Signaler
Faux, Heu : c'est le patronat qui profite de l'excuse de la retraite par capitalisation pour justifier que les plus riches s'en sortent. Donc, pas besoin d'augmenter les cotisations patronales pour la répartition. Renseignez-vous : en 1929-39, c'étai...

à écrit le 15/10/2015 à 16:47
Signaler
De financer par l'Agirc et l'Arco les régimes autres : EDF, sncf, etc... Qui se portent bien mieux que le nôtre. Redemandons en toute logique à l'Ircantec et Estrosi les milliards qu'ils ont pompé dans nos caisses privées en 2010 (avec l'accord des s...

le 15/10/2015 à 22:05
Signaler
"Arrêtons de demander à des syndicats vendus au secteur public de défendre les retraites des privés, ce n'est pour eux qu'une pompe a fric pour leurs intérêts propres" En effet et donc écrivez à votre député pour qu'il signe le projet de loi proposé...

à écrit le 15/10/2015 à 9:11
Signaler
Repousser l'âge du départ en retraite avec presque 6 millions de chômeurs dont de nombreux seniors de qui se moque le patronat responsable et grand gagnant de ce chômage de masse tirant toujours plus vers le bas les salaires depuis 30 ans..Augmenter ...

le 15/10/2015 à 9:37
Signaler
la TVA est a 20 % vous voulez la faire passer a combien 25 ? car le probleme est recurrent : de plus en plus de vieux, qui vivent de plus en plus longtemps et qui coutent de plus en plus cher (c ets fini les annees 60 ou les retraites avaient un niv...

le 15/10/2015 à 11:37
Signaler
@cd quand on parle du niveau de vie des retraités supérieurs a celui des actifs, c'est une image qui ne correspondant qu'au niveau de vie des retraités les plus aisés. Quelle est la retraite d'un salarié qui durant toute sa carrière a eu un revenu p...

le 15/10/2015 à 13:09
Signaler
@cd: Quand on lit que Galabru a du mal à s'en sortir avec 2500 euros de revenus de retraite, on peut se demander comment font ceux, la grande majorité, qui vivent avec 800 euros ? Il existe en effet une légende qui veut que les retraités gagnent plus...

le 15/10/2015 à 14:32
Signaler
le niveau de vie des retraite est superieur aux actif. c est pas un mythe mais une statistique de l INSEE. qu il y ait des retraites pauvres est une chose, que ceux ci soit majoritaire en est une autre ! une bonen partie des retraites actuels sont d...

le 16/10/2015 à 10:06
Signaler
@Patrickb "Il existe en effet une légende qui veut que les retraités gagnent plus que les actifs" Tout dépend du statut du retraité ,si il s'agit d'un cadre ,il y a de forte chance que celui-ci gagne plus voir beaucoup plus en retraite qu'un ac...

le 16/10/2015 à 10:13
Signaler
@cd "autrement dit d augmenter les taxes sur les actifs ou de baisser les retraites". Les pensions de retraite font l'objet d'une fiscalité particulière. En pratique, elles sont moins taxées que les revenus du travail : elles acquittent à peu ...

à écrit le 15/10/2015 à 7:04
Signaler
J m

à écrit le 15/10/2015 à 6:58
Signaler
Pas de csg sur les retraites et respecter les revalorisation fin de gel ?

à écrit le 15/10/2015 à 0:06
Signaler
Et pendant ce temps les migrants qui n ont jamais cotisé à rien on droit à tout .... Chercher l erreur

à écrit le 14/10/2015 à 22:04
Signaler
La cfdt propose de baisser ma retraite de 4%.... Bravo !!!! Déjà que les revenus ont baissé d'un facteur 2 lorsque j'ai pris ma retraite l'année dernière.... Heureusement que j'ai 6 appartements en location pour compenser. Je me dépêche de vendre ma ...

à écrit le 14/10/2015 à 21:14
Signaler
Ras le bol de cotiser toujours plus et de plomber nos entreprises. J aurai rien ou au mieux quasi rien a la retraite alors que c est une énorme part de ma fiche de paye qui parte pour les retraites des glorieux anciens. Je veux être libre de partir d...

à écrit le 14/10/2015 à 20:33
Signaler
le regime est en faillite dans deux ans, et on se demande s'il faut baisser l'age de la retraite, faire du 32 heures payees 39, etc........... sortez votre argent du livret a et de l'assurance vie...

à écrit le 14/10/2015 à 19:55
Signaler
Le titre contient une faute que la cybernétique ultra-perfectionnée des équipemetniers informatiques ne surent pas détecter. Ce qui , en soi , est inquiétant. Un scénario...des scénarii. En tout cas , à l'Université de Pékin , c'est ce que l'on nou...

à écrit le 14/10/2015 à 19:46
Signaler
Patronat et syndicat ils gères les retraites c est de la pure cuyon'ade pour faires tronquer les retraitées m'ont d'ordres le gel ?

le 14/10/2015 à 21:17
Signaler
Malgré le français approximatif de votre commentaire, je crois ĺ avoir compris. Et bien oui le gel des retraites c est bien le minimum en période d inflation 0 et de déficit de toutes parts. Et encore je trouve ça trop généreux, faudrait les baisser ...

à écrit le 14/10/2015 à 19:35
Signaler
Pourquoi plus d'un milliard d'euros est ponctionné chaque année de ce régime pour être versé aux retraités de EDF ??? de quel droit ?

le 15/10/2015 à 22:11
Signaler
+ 1 Cessons les clivages entre français : à cotisation égale, retraite égale !

à écrit le 14/10/2015 à 19:12
Signaler
Les syndicats des salariés défendent les grandes grandes entreprises et surtout le secteur public. Quant au MEDEF, il défend le patronat, donc les salariés du privé tout le monde s’en balance. Il ne se passera rien sans une révolte du privé. M. Gatt...

à écrit le 14/10/2015 à 19:07
Signaler
une seule caisse pour tous et un systéme par points me paraitrais juste ; il est évident que le medef défend l'intérêt des actionnaires dans sa vision sociétale court-terme

à écrit le 14/10/2015 à 18:50
Signaler
1/ taxer à 70% les parachutes dorés. 2/ diminuer le train de vie des institutions qui sont exorbitantes 3/ l'état paye les cotisations correspondantes à l'ensemble des chômeurs, à hauteur d'un salaire de base du SMIC 4/ transférer les dépenses de ...

à écrit le 14/10/2015 à 18:48
Signaler
Et les fonctionnaires qui ne financent en rien leur retraite , qui en parle? Ce sont les contribuables qui payent pour eux. Par ailleurs, les retraités du privé ont des faibles retraites. Ce n'est pas un scoop le baby boom , nos politiciens sont vr...

le 15/10/2015 à 7:38
Signaler
Ce n'est pas en essayant de niveler tout vers le bas qu'on va s'en sortir.Alignons le privé sur les régimes spéciaux,tout le monde y gagnera!

le 15/10/2015 à 21:02
Signaler
Ce sont les consommateurs des services privés ou publics qui payent les retraites des travailleurs fournissant ces services, par des prix (dans lesquels sont chargées les cotisations) ou par des impôts et redevances. Ca vaut pour tout le monde, fonct...

à écrit le 14/10/2015 à 18:31
Signaler
Il s'agit du conseil d'analyse économique. Cette mesure permettrait de réduire le chomage et de favoriser la compétitivité des entreprises.

à écrit le 14/10/2015 à 18:25
Signaler
Il faut financer les retraites par une taxe sur l'énergie. Cette taxe favoriserait la protection du climat. Tout ça est décrit dans la note n°6 du conseil économique du Premier ministre.

le 14/10/2015 à 18:56
Signaler
Le problème c'est que l'on est supère taxé sur les énergies ( la moitié de la facture annuelle) et cela n'a pas grands effets comme l'électricité ( énergie propre ) . Seul les pollueurs passent à côté et nuisent à votre santé avec les suies de combus...

à écrit le 14/10/2015 à 17:48
Signaler
ou sont les 6 milliards d euros de l ircatec sauvagement pompés sur les régimes privés arcco et argirc pour les postiers accord conclu par l état et les organisations syndicales sous le gvt en 2010 ! faut arrêter de nous prendre pour des lapins de 8...

à écrit le 14/10/2015 à 17:45
Signaler
Votre article est intéressant. Oui le gouvernement veut faire porter aux régimes AGIRC ARRCO un recul de l'âge de la retraite pour les salariés du privé ! C'est tout Hollande ! Les déficits actuels de l'Agirc ARRCO sont également de la responsabilité...

à écrit le 14/10/2015 à 17:41
Signaler
Votre article est intéressant. Oui le gouvernement veut faire porter aux régimes AGIRC ARRCO un recul de l'âge de la retraite pour les salariés du privé ! C'est tout Hollande ! Les déficits actuels de l'Agirc ARRCO sont également de la responsabilité...

à écrit le 14/10/2015 à 17:17
Signaler
Étonnant ou surréaliste mais cette information ne fait pas la "une" des journaux télévisés. Comment peut-on rester indifférent à cette situation? On cotise depuis des années afin d'avoir des droits à la retraite et là on nous explique que s'il n'y a ...

le 14/10/2015 à 19:04
Signaler
Euhhhh, ponzi??

le 14/10/2015 à 20:52
Signaler
@superviseur: c'est tout à fait la voie qu'ils veulent te voir prendre, à savoir te faire une retraite de type nord-américain. Tu achètes des parts de fonds communs de placement et si la bourse chute, c'est de ta faute, pas de la leur. Entre temps, t...

à écrit le 14/10/2015 à 17:17
Signaler
L'état doit reprendre la main et ne plus jamais la rendre. Il faut en finir avec le paritarisme qui ne fonctionne pas. Bien évidemment l'âge moyen de départ à la retraite doit augmenter comme l'espérance de vie et peut-être de façon continue et flott...

à écrit le 14/10/2015 à 17:09
Signaler
Comme les entreprises, incapable de gérer et d'avoir une bonne gestion à long terme, nous payons, nous cotisons et nous n'avons rien...! ras le bol, ras le bol du monde du travail qui est devenu un vrai calvaire...! Et je m'indigne de cette organis...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.