Nicolas Sarkozy réclame "des inflexions majeures" pour assurer la sécurité des Français

 |   |  338  mots
Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Jusqu'où tiendra le front républicain et l'unité nationale post-attentats du 13 novembre. Samedi matin, Nicolas Sarkozy, tout en soutenant les mesures prises par François Hollande (état d'urgence et contrôles aux frontières) a exigé des "inflexions majeures" pour que "la sécurité des Français soit assuré".

Comme après les attentats de Charlie Hebdo, l'unité nationale est de mise dans la classe politique au lendemain des attentats meurtriers qui ont endeuillé Paris vendredi 13 novembre. Tous les partis politiques et tous les candidats ont suspendu leur campagne pour les régionales tandis que le président de la République a décrété trois jours de deuil national.

Pour autant, ce front uni et républicain va-t-il tenir dans les jours qui viennent. Dans une première déclaration, Nicolas Sarkozy, le président des Républicains, a soutenu l'action de François Hollande sans ambiguités : "Face aux attaques terroristes d'une gravité exceptionnelle, mes premières pensées vont aux victimes de ces actes de barbarie, à leurs familles, à leurs proches et aux forces de sécurité qui font preuve d'un courage exemplaire. Dans ces circonstances tragiques, la solidarité de tous les Français s'impose. C'est dans cet esprit que je soutiens la décision prise ce soir de décréter l'état d'urgence et la fermeture des frontières. Les terroristes ont déclaré la guerre à la France. Notre réponse doit exprimer une fermeté et une détermination de chaque instant.

Pourtant, dans une courte déclaration à la presse, l'ancien chef de l'Etat a ébréché cette unité, en demandant au gouvernement d'établir toutes les raisons "qui ont permis que ces attentats" aient été possibles. Surtout, selon lui, "nous avons besoin d'iflexions majeures pour que la sécurité des Français soit assuré", sous-entendant, comme le vendredi 13 meurtrier l'a montré, que ce n'est pas le cas. Nicolas Sarkozy demande donc "un renforcement drastique des mesures de sécurité", à l'intérieur comme à l'extérieur de nos frontières. Et évoqué à demi-mot la question de la guerre en Syrie, qui divise la classe politique comme la droite sur le sujet d'une intervention terrestre contre Daesh. Il ne faut pas "céder aux terroristes" a-t-il soutenu, rappelant que notre histoire est faite "d'épreuves" : "nous surmonterons celle-ci, avec sang-froid, force et détermination".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/11/2015 à 10:53 :
On peut encore réduire les libertés des citoyens, cela n'arrangera rien si on ne revoit pas en profondeur le mode d'attribution des titres de séjour. On ne peut en effet importer les problèmes et s'en plaindre.
a écrit le 14/11/2015 à 18:23 :
Inflexions majeures c'est quoi en clair?Comme le nettoyage au Karcher merci on a déjà donner avec ce monsieur!
Réponse de le 14/11/2015 à 23:45 :
Inflexion majeure en clair comme en pas clair, c'est laisser la place à celui dont il a piqué la place. Pas plus compliqué.
a écrit le 14/11/2015 à 15:34 :
Sarkozy qui nous a foutu dans ce bourbier n'a aucune crédibilité.
Il devrait se retirer dans une grotte, s'y cacher et ne plus jamais apparaître.
a écrit le 14/11/2015 à 14:15 :
certains ont vraiment la mémoire courte mais très courte a la limite de la perte de connaissance .qui a diminuer les forces de gendarmerie et police sinon sarko qui nous a foutu le bordel en Libye ; sarko ! alors messieurs on se calme !
Réponse de le 14/11/2015 à 18:16 :
Le Mali : c'est une intervention réussie ET BRILLANTE pour ce pays GRAND AMI DE TOUJOURS, qui était dangereusement aux deux tiers envahi, par ces terroristes, ordonnée et menée par " Moi Président Je " (17 fois ) au début de son mandat, qui a COMPLETEMENT libéré le Mali. Sarkozy n'est jamais intervenu en Syrie : le génocide de son peuple par le Dictateur Assad lui meme, n'avait pas encore commencé en Avril 2012.. L'erreur du Président Sarkozy a été d'intervenir en Libye : désormais intégralement sous le joug terroriste, d'autant que Kadhafi ne représentait plus le moindre danger : au contraire il tenait HABILEMENT ce pays artificiel constitué d'innombrables tribus.
a écrit le 14/11/2015 à 13:48 :
Nicolas Sarkozy et Laurent Wauquiez donnent dans les bavardages infantiles irresponsables,

mais enfin, juste un peu de mémoire,

rappelons nous

de l'intervention "intéressée" en Libye de Sarkozy et du gouvernement UMP déguisé aujourd'hui en LR les Ripoublicains Fillon Wauquiez s'est soldé par la mise en désordre gravissime de toute la Libye,

des copinages de Michèle Alliot-Marie qui le 13 janv. 2011 lors de la séance de questions à l'Assemblée ... maintenant son soutien au président Ben Ali.

rappelons nous aussi les provocations de Valls fidèle continuiateur amplificateur des erreurs de Sarkozy

n'éludons pas le Manuel Carlos Valls Galfetti né le 13 août 1962 , dans le quartier d'Horta à Barcelone, qui ne dit mot, in finé aquiesce, sur les meurtres perpétrés par les colons Juifs d'Israel qui tuent femmes, enfants, nourrissons et vieillards palestiniens
Réponse de le 14/11/2015 à 15:14 :
Ce n'est pas tout à fait exact, pour rappel, Hollande a pris la succession de Sarkozy après que la Libye ait été "libérée". C'est après que rien n'a été fait, c'est donc de la responsabilité d'Hollande tout ce foutoir !
a écrit le 14/11/2015 à 12:57 :
Avant de palabrer, commencez par justifier la suppression des fonctionnaires (policiers, gendarmes, militaires...) que vous mr Sarkozy avez décidé en 2008 et qui nous manquent cruellement aujourd'hui pour faire face... Bien sûr Mr Hollande qui fait probablement partie de votre parti politique a continué sur votre lancé... Et aujourd'hui...
a écrit le 14/11/2015 à 12:44 :
Les citoyens doivent avoir la possibilité de s'armer pour le cas échant riposter à ces attaques. Un 2ème amendement comme aux USA...VITE !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :