Nicolas Sarkozy veut un "contre-choc fiscal" d'au moins 20 milliards d'euros

 |   |  546  mots
Je suis pour l'universalité des allocations familiales parce qu'elles sont payées par des cotisations qui elles-mêmes sont déplafonnées, a déclaré Nicolas Sarkozy, dénonçant une démolition de la politique familiale.
"Je suis pour l'universalité des allocations familiales parce qu'elles sont payées par des cotisations qui elles-mêmes sont déplafonnées", a déclaré Nicolas Sarkozy, dénonçant une "démolition de la politique familiale". (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
Invité d'Europe 1 mercredi matin, l'ancien chef de l'Etat s'attaque à la politique fiscale de son successeur, François Hollande, et plaide pour un "contre-choc fiscal" de 20 à 30 milliards d'euros - soit l'équivalent des hausses qu'il avait lui-même décidées en 2011-2012.

Nicolas Sarkozy a plaidé mercredi, sur l'antenne d'Europe 1, pour "un contre-choc fiscal". Le chef de file du parti "Les Républicains" souhaite ainsi contrebalancer ce qu'il estime être un "choc fiscal sans précédent" subi sous le quinquennat de François Hollande.

"Depuis bientôt quatre ans la France a subi un choc fiscal sans précédent qui désespère les ménages, pas simplement les plus aisés, les ménages tout court y compris les retraités modestes et qui met nos entreprises en situation de danger absolu", a estimé le chef de l'opposition de droite.

"Il n'y a pas d'alternative"

A la question posée par Europe 1: "Baisseriez-vous les impôts pour les 20% des ménages les plus aisés ?", l'ancien président de la République a répondu sans détour "oui"."Le choix d'un contre-choc fiscal, je veux dire de baisse des impôts", et celui-ci doit atteindre "au minimum entre 20 et 30 milliards d'euros", a évalué Nicolas Sarkozy...

Pourtant, la hausse d'impôts a été initiée sous son quinquennat. En 2011, le gouvernement Fillon met en place deux plans de rigueur successifs. Il augmente ainsi les impôts de 16 milliards d'euros cette année-là, puis de 13 milliards d'euros en 2012, comme le révèle le rapport budgétaire sur l'évolution des prélèvements obligatoires.

En sus, François Hollande rajoutera 7 milliards d'impôts après son élection. Le total est donc porté à 20 milliards d'euros de hausse d'impôts cette année-là.

Ce mercredi matin, Nicolas Sarkozy a notamment insisté sur la réduction du "poids des charges sur les emplois existants" et la réforme de la fiscalité sur le patrimoine et l'épargne.

Allocations familiales et allocations chômage

L'ancien chef de l'Etat s'est prononcé pour le rétablissement de l'universalité des allocations familiales, désormais modulées en fonction des revenus des ménages.

"Je suis pour l'universalité des allocations familiales parce qu'elles sont payées par des cotisations qui elles-mêmes sont déplafonnées", a-t-il déclaré, dénonçant une "démolition de la politique familiale".

Mais Nicolas Sarkozy aurait-il la mémoire courte ? En avril 2010, l'ancien président voulait pourtant suspendre partiellement les allocations familiales des familles ...pour lutter contre l'absentéisme scolaire. La loi sera adoptée en septembre de la même année, puis finalement enterrée par le Sénat en octobre 2012.

Face à la hausse du chômage, le chef de file des Républicains a par ailleurs estimé que "tout doit être fait pour encourager ceux qui n'ont pas d'emploi à reprendre un emploi", se disant favorable à une dégressivité des allocations :

"Tout le montre (...), une certaine dégressivité, qui ne doit pas être trop rapide, au bout d'un an notamment, permet d'encourager à la reprise d'un emploi ou d'une formation", a-t-il expliqué."La reprise d'une certaine dégressivité à partir d'un an est absolument incontournable", a souligné Nicolas Sarkozy.

Rappelons que l'assurance chômage est gérée par les partenaires sociaux (organisations patronales et syndicales). Il est donc de leur seule responsabilité de fixer les règles régissant l'indemnisation du chômage.

(Avec AFP et Reuters)

L'interview de Nicolas Sarkozy du mercredi 2 décembre par Thomas Sotto sur Europe 1

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2015 à 11:39 :
Nicola Sarkozy a oublié de faire le bilan de son quinquennat. Il est loin d’etre glorieux. Durant ce quinquennat la dette de la France a doublé. Et tout n’est pas la faute de la crise de 2008. Loin de là. Quand on commence un quinquennat avec un 1er ministre qui dit que les caisses sont vides, on ne se prive pas de recettes en baissant les impots. Surtout ceux de plus riches puisqu’en France un foyer fiscal sur deux ne paie pas d’impots.
Ayant vu son erreur ou étant contraint de l’admettre, la plupart de nos augmentation d’impots ont été votés sous son quinquennat. Hollande n’a fait que poursuivre dans cette voie, la situation ne laissant aucune autre perspective.
De même, aujourd’hui, après les derniers évènements, Sarkozy accuse le gouvernement actuel de laxisme. Il oublie que durant son quinquennat le nombre de policier a considérablement diminué. Il a fusionné les RG et la DST. Apparemment ce n’est pas une réussite. Bien que je pense qu’il aurait été très difficile d’éviter les attentats, cela a peut etre eu un impact sur la qualité du renseignement.
Non cet homme ne doit pas revenir au pouvoir. C’est un comique. Il commence par sourire avant de parler persuadé qu’il va dire quelque chose d’intelligent.
a écrit le 03/12/2015 à 11:04 :
M. Sarkozy a oublié qui a supprimé la demi part dite des veuves
a écrit le 02/12/2015 à 20:29 :
Un "contre choc fiscal" ce n'est pas la solution au problème Français. Lorsqu'on voit que la BCE est obliger de lutter contre le placement abusif des banques, plutôt que d'investir. Cela signifie qu'il existe un manque de confiance évident. ce n'est donc plus une question de trésorerie ; mais bien de compétitivité. Or pour relancer cette compétitivité il nous faut harmoniser le régime social européen. La France souffre d'un syndicalisme qui s'exerce mal, tout comme d'un code du travail inadapté. Plus d'Europe est indispensable; mais une Europe des nations. Croire que nous pouvons continuer à faire cavalier seul en brouillant les cartes, est une pensée du milieu du vingtième siècle. Qu'il s'agisse d'économie ou de la gestion de nos sociétés, nous sommes bel est bien entrés dans une nouvelle ère. Et il ne sert à rien de rechigner devant cette obligation d'un fédéralisme. Si ce n'est d'en arriver à être soumis à une organisation mondiale dont nous n'aurons aucune maîtrise.
a écrit le 02/12/2015 à 18:03 :
Si N. Sarkozy revenait, est-ce qu'il s'augmenterait aussi comme il l'a fait la 1ère fois de 140% ?
En plus diminution d'impôts pour les plus riches, cela veut dire que c'est encore les petits et les moyens qui paieront pour les autres.
Y'en a mare.....
a écrit le 02/12/2015 à 17:49 :
Pour le contre-choc fiscal, le Nerveux repassera, les caisses sont vides sans parler de la dette. Pour les allocs chômage il faut qu'il assimile que bcp de DE sont preneurs ( CDD avides d'heures, aussi) donc pas besoin de frappe, la réalité suffit. En revanche on pourrait instaurer les allocs familiale dès le premier enfants ( 1 bien heureux mieux que 2 dû à l'effet de seuil).
Sarko: mégalo qui représente ses amis du "gros" patronat (par opposition aux petit dirigeants qui morflent) et les nantis surinés par le fisc (organe qui alimente le système latent).
a écrit le 02/12/2015 à 17:14 :
Baisser l'impôt des plus riches, encore une absurdité
Hollande a baissé les plus pauvres récemment, il faut les baisser pour les classes moyenne
Les riches n'ont aucun problème pour finir les fin de mois quelque soient les impôts
a écrit le 02/12/2015 à 15:44 :
Tout lui est bon pour essayer de récupérer des voix. Il n'a pas encore compris qu'on ne veux plus de lui! Je suis de droite, mais je voterai à gauche si c'est lui le candidat des républicains.
a écrit le 02/12/2015 à 14:59 :
Et nous on veut qu'il arête la politique ce dangereux énergumène, il a déjà fait assez de mal à la France et au moyen orient en seulement 5 ans.......
a écrit le 02/12/2015 à 14:57 :
Il me semble qu'en baisse de charges, Sarkozy est le champion. On l'a vu pour la baisse de la TVA pour les restaurateurs. Une promesse d'embauches de masse et une baisse sur le prix des menus. Au lieu de quoi, l'argent public a été déversé sans contrepartie.
Sans compter que M. Sarkozy est gonflé lorsqu'il promet une baisse des impôts alors qu'il les a augmentés allègrement.
C'est le même Sarkozy qui se félicite du renforcement des effectifs police/gendarmerie/armée prévu dans les 2 ans alors qu'il a fait exactement l'inverse.
Etre à l'écoute c'est bien, être écouté c'est mieux, n'est-ce pas M. Bismuth...
a écrit le 02/12/2015 à 14:44 :
Il ne s'est jamais produit qu'après avoir viré un président ou un homme d'état, la France le reprenne un jour, sauf s'il s'impose par un coupr d'état comme l'avait fait De Gaulle. Ici le personnage sait parfaitement cette réalité mais sa fatuité le rend incapable de toute autre prétention que celle-ci pour laquelle il pense être "bon" : décrocher la présidence de la république. Il n'a pas compris qu'il n'était que la figurine du processus et non le décideur. Aussi propose-t-il sans scrupule des mesures décallées censées faire choc pour cette future élection qu'il espère encore. Assurément il serait le meilleur candidat du global parti face à Marine Le Pen, certaine alors de gagner. Nous verrons.
a écrit le 02/12/2015 à 14:12 :
A part jongler avec l'argent que sait il faire?
a écrit le 02/12/2015 à 14:06 :
bras dessus , bras dessous : dehors dimanche !
a écrit le 02/12/2015 à 13:54 :
Mais qui osera lui dire à ce petit monsieur que la guerre contre Khadafi c'était lui et que la Lybie est la base arrière de Daech? Qui à touché à la Loi de 1905 sur la laïcité et ses principes fondateurs ? Qui à voulu "karcheriser" les banlieues et ainsi stigmatiser des populations désœuvrées qui n'avaient pas forcément besoin d'être amalgamées avec des extrémistes cultuels. Qui à manipulé le Conseil du Culte Musulman en tentant de l'instrumentaliser pour y piocher des voix? Qui osera lui dire qu'il est out ! Dépassé et que il n'est RIEN sur la scène internationale sinon un sujet de moquerie.
Pathétique attitude d'un drogué du pouvoir qui 'à que faire de la France et qui est un danger pour notre pays.
a écrit le 02/12/2015 à 13:45 :
L'unique problème de NS c'est qu'il ne croit pas lui même à ce qu'il dit ...alors comment ses troupes et encore moins les électeurs pourraient ils en être convaincus ? .

Seul l'esprit de revanche l'anime mais cela n'en fait pas un programme ni l'envie de le suivre !!!
a écrit le 02/12/2015 à 13:10 :
Le problème n'est pas de baisser les impots, mais de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique. L'idée fait son chemin; on en parle au cours de la COP21.
a écrit le 02/12/2015 à 13:10 :
Mais quand va t-il s'arrêter de dire des bêtises ? Il nous prend pour des gogos, il a été l'initiateur avec Fillon de la hausse des impôts. Maintenant, il veut les baisser et rétablir l'universalité des allocations familiales. Mais est-il au courant que l'on a un déficit budgétaire supérieur à 3 % que l'on doit résorber ?
a écrit le 02/12/2015 à 12:50 :
Comme des millions de Français, bien qu'étant de droite, je voterai à gauche si Sarko gagne les primaires. Non à cause de ses programmes, mais de sa personne.
Réponse de le 02/12/2015 à 14:58 :
D'accord à 120 %
a écrit le 02/12/2015 à 12:46 :
Une entreprise Française qui embauche un Allemand sous contrat Allemand (si si, c'est possible) paiera 19,5% de charges sur salaire contre 47% en France... (dans mon propos, charges = net reçu par l'employé / total du coût employé).
a écrit le 02/12/2015 à 12:33 :
Tout d'abord il faut rappeler à M. Bismuth qu'il a été le premier à lancer le grand choc fiscal par environ 35 milliards de ponction supplémentaire qu'il a à son tableau de chasse de la fiscalité 22 nouvelles taxes dont la plus emblématique sur les boissons sucrées ne pas oublier qu'il a ponctionné chez les ouvriers, techniciens et cadres entre 5 et 10 pour cent de leur retraite complémentaire versée par les entreprises etc etc etc . Ce Monsieur est un rigolo en économie un piètre politique un petit bonhomme sans grande envergure à part sa grande g..... lui aussi comme son jumeau M. Hollande beaucoup de promesses ce qui signifie beaucoup de mensonges donc de médiocrité.
Ce Monsieur est le type même du politicien français, MEDIOCRE et plus occupé par son égo que par la France. Ne pas oublier l'affaire du financement de la campagne 2012. Vivement la primaire pour que nous puissions ENFIN le mettre hors état de nuire pour la France.
a écrit le 02/12/2015 à 12:12 :
C'est sous son mandat que les primes de départ en retraite(pour ceux qui ont la chance d'en avoir) ont été soumises à l'impôt et aux cotisations.Merci à Sarkosy et Fillon.
Personnellement je m'en souviendrai a toutes les futures élections.
La gauche ne vaut pas mieux.
a écrit le 02/12/2015 à 11:40 :
Le niveau des commentaires est consternant. Le sectarisme fait florès dans ce pays .Et bien continuons avec le merveilleux Hollande qui lui n'est pas un menteur( lol) qui annonce la reprise et la baisse du chômage depuis bientôt 4 ans et comparons. Mais pour celà encore faudrait-il un minimum d'honetetė intellectuelle. Et ça c'est compliqué!
Réponse de le 02/12/2015 à 12:16 :
le probleme ici n ets pas hollande mais la personne censee le replacer dans 2 ans. Un type qui non seulement a quelques casseroles judiciaire derriere lui mias qui a surtout ete president 5 ans et qui n a pas fait grand chose de valable. comment croire une seconde ses promesses ?
il est pret a raconter n importe quoi pour etre elu. et evidement une fois elu s assoir dessus comme il l a fait en 2007. la rupture, on l attend encore ...
Réponse de le 02/12/2015 à 12:20 :
Le niveau du vôtre n'est pas meilleur, point de sectarisme, ce monsieur est juste consternant de bêtise crasse...
Des recettes éculées qui le contredisent lui même dans ses actes, de viles proposition électoraliste qui ne font rêver que ses sbires, c'est franchement pas au niveau de ce qui est attendu.
Réponse de le 02/12/2015 à 16:22 :
Le niveau des commentaires est du niveau des propositions du monsieur qui souhaite rempiler. personne n'oubliera ses revirements continuels. mais coté successeur, Hollande avec sa lutte contre son ennemi la finance ou encore contre le cumul des mandats c'est du même ordre. Ne pas s'étonner de voir aux urnes que des partisans. Même sans Sarkosy un Juppé à 72ans un vrai espoir pour les jeunes massivement au chômage.
a écrit le 02/12/2015 à 11:35 :
C'est facile de faire "un choc fiscal" ....Il suffit de fixer en France la fiscalité , sur la moyenne de la fiscalité en UE, bien entendu la moyenne étant calculée sans la France......!
a écrit le 02/12/2015 à 11:30 :
C'est vrai il a baissé les impôts de Tapie de 56 millions d'euros, tout pour les riches copains et massacre pour les ouvriers et les retraités.
a écrit le 02/12/2015 à 11:29 :
Quels spectacles ! A la veille des élections régionales, d'autres hurlent à mort contre un parti autorisé néanmoins ostracisé qui attire quelques 30% des électeurs, et lui hurle sans cesse et aujourd'hui contre son successeur élu. Vibrionner belliqueusement en totale indécence vis-à vis des institutions est l'historique nouveauté de le Vème république.
a écrit le 02/12/2015 à 11:21 :
S'il n'avait pas creusé le plus grand déficit de toute l'histoire du pays; s'il n'avait pas menti pendant tout son mandat aux français qu'il a insultés et méprisés; s'il avait passé un peu plus de temps à se mettre au service des français e non pas à mettre les français à son service; s'il avait tenté de gérer le pays plutôt que passer son temps à caser sa famille et ses potes à grands coups de conflits d'intérêts et de marchés plus que douteux; s'il n'avait pas été tellement inféodé aux usa et à israël, peut-être qu'il n'aurait pas fallu arriver à une politique fiscale insensée pour combler ce que ce petit bonhomme à talonnetes à filouter pendant son mandat. Mais ces nouvelles "propositions" sarkoziennes témoignent bien - s'il fallait encore - que cet arriviste, immigré de la 2e génération, n'a aucun programme et qu'il fait de l'effet d'annonce en fonction des évènements. Ce serait bien la première fois qu'il tiendrait une promesse. Comme quoi, il ne change pas et ne changera jamais?. Pitoyable. Autant que son successeur qui - heureux hasard du calendrier; hasard vraiment ? - profite électoralement parlant pleinement des attentats (il peut donc remercier daesh que la france finance via ses affaires avec le qatar et l'arabie saoudite) et de cette gigantesque et coûteuse mascarade nommée cop21.
a écrit le 02/12/2015 à 11:13 :
Il veut surtout récupérer le pouvoir....
a écrit le 02/12/2015 à 11:05 :
Hollande-Sarko même combat : des paroles et pas d'acte, et chocs dans l'air. Raz le bol de ces ringards qui imitent le couple Mitterand-Chirac qui a ruiné la France en recrutant 80.000 fonctionnaires par an pendant 26 ans et porté la dépense publique à plus de 50% de la production nationale. Le redressement de la France passe par l'abolition des privilèges accordés aux fonctionnaires et aux représentants syndicaux, par l'égalité des droits pour les salariés, pour les travailleurs et pour les pauvres sans travail.
a écrit le 02/12/2015 à 10:50 :
vu qu au pouvoir pendant 5 ans il n a pas ete capable de le faire, comment y croire ??
Au contraire il a augmente les impots !
Et comme toujours, il parle de baisser les impots mais ne liste aucune baisse de depense (pas fou, il va pas se mettre des electeurs sur le dos ...).
Sarkozy et Hollande sont les 2 principales raisons du vote FN. Ils ont ete nuls mais se cramponnent au pouvoir :-(
a écrit le 02/12/2015 à 10:48 :
"Baisseriez-vous les impôts pour les 20% des ménages les plus aisés ?", l'ancien président de la République a répondu sans détour "oui".

La mère Bettencourt se frotte déja les mains
a écrit le 02/12/2015 à 10:45 :
"L'ancien chef de l'Etat s'est prononcé pour le rétablissement de l'universalité des allocations familiales".

L’étude historique des allocations familiales montre que le principe d’universalité n’a jamais été perçu comme absolu. Il affirme seulement que leur montant doit être fixé conformément au principe d’égalité devant la loi. Mais l’égalité devant la loi elle-même est un principe empreint de relativité. Il n’interdit pas la prise en considération de la situation sociale des individus concernés. Autrement dit, l’égalité n’est pas rompue lorsque des personnes en situation différente sont traitées de manière différenciée. Aucun principe constitutionnel n’interdit, en conséquence, de moduler les allocations familiales en fonction des revenus des intéressés. On attend donc avec intérêt l’éventuel recours devant le Conseil constitutionnel, recours déposé par ces nouveaux convertis à l’égalitarisme absolu.
a écrit le 02/12/2015 à 10:41 :
Le petit Nicolas aime la surenchère, le "c'est pas moi c'est lui", il pourra au moins se recycler comme comme chansonnier.
a écrit le 02/12/2015 à 10:31 :
C'est vraiment trop fort... Voilà le type qui a endetté la France de 00 millaiards d'euros supplémentaire, qui a laissé la patate chaude à son successeur qui invite à baisser les impôts ! Voilà la type qui est responsable d'un déni de démocratie en faisant dire aux parlementaire le contraire de ce qu'avait dit le peuple au référendum de 2005, réformre qui permet à n'importe quelle entreprise étrangère de racheter notre patrimoine industriel avec des dollars qui ne valent que le prix du papieri sur lequel ils sont imprimés, cause réelle du chômage de massen en France (d'entresangle, Alsthom....) qui vient donner des leçons... Incroyable !
a écrit le 02/12/2015 à 10:20 :
Nicolas Sarkozy a été écarté par les Français,

les Français ne lui accordent aucune confiance, ses boniments sont la risée nationale ;

Il a un avenir chez bigmalion avec ses amis Copé Wauquiez Estrosi et consorts et ses amis de l'ex Nouveau Centre déguisé en UDI ;
a écrit le 02/12/2015 à 10:18 :
Formidable, et donc comment on compense? Avec l'État des finances publiques, expliquez nous comment et ou vous prendrez de l'argent pour compenser? On a vraiment les meilleurs hommes politiques au monde!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :