Notre-Dame-des-Landes : nouveau report de l'évacuation

 |   |  324  mots
Les opposants, baptisés zadistes, occupent en effet encore le vaste terrain de 1.200 ha.
Les opposants, baptisés "zadistes", occupent en effet encore le vaste terrain de 1.200 ha. (Crédits : Reuters)
Un contentieux avec la Commission européenne doit encore être réglé. L'évacuation pourrait intervenir après la présidentielle de 2017.

Le ou la prochain(e) président(e) de la République va-t-il "hériter" de la "zone à défendre" (ZAD) de Notre-Dame-des-Landes ? L'hypothèse paraît de plus en plus probable. Ce vendredi, le gouvernement a en effet repoussé la perspective d'une évacuation de la zone, occupée par les opposants à la construction d'un aéroport.

"Il n'y a pas d'évacuation possible tant que le contentieux avec Bruxelles n'est pas réglé" a indiqué une source gouvernementale à l'AFP, enterrant de fait la promesse de Manuel Valls. Avant de quitter Matignon, ce dernier tablait en effet sur une évacuation avant l'hiver.

Etre "irréprochable juridiquement"

Quel est alors le problème avec Bruxelles ? En fait, depuis avril 2014, la France est mise en demeure par la Commission européenne pour ne pas avoir réalisé d'évaluation des impacts cumulés des infrastructures du projet d'aéroport. Elle n'a toujours pas régularisé son infraction.

Pour se mettre en conformité avec la réglementation européenne, le SCOT (schéma de cohérence territoriale) de la métropole Nantes-Saint Nazaire a dû être révisé et va être soumis au vote le 19 décembre. "Cette opération doit être préparée méticuleusement et les étapes doivent être préparées. Il faut être irréprochable juridiquement et opérationnellement", a encore fait valoir Matignon.

Évacuation impossible ?

Outre le problème bruxellois, une autre obstacle de taille pourrait encore retarder l'évacuation. En pleine alerte terroriste en France, qui mobilise à plein les forces de l'ordre, l'évacuation du futur site de l'aéroport nécessiterait des centaines voire des milliers de gendarmes mobiles pendant plusieurs jours voire semaines.

De fait, malgré un "oui" au projet au référendum local en juin, les opposants, baptisés "zadistes", occupent en effet encore le vaste terrain de 1.200 ha sur lequel doit être construit l'aéroport, mené par le géant du BTP Vinci.

 (Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/12/2016 à 10:07 :
Dernière (on l'espère) démonstration de veulerie, de lâcheté et de complaisance d'un quinquennat Hollande décidément crépusculaire.
a écrit le 09/12/2016 à 22:46 :
C'était vu d'avance
Et après mai 2017 ce sera pas plus facile , on verra si le petit retailleau sera plus malin
Ce projet a été mal goupillé depuis le début et est devenu un symbole comme le larzac
Bon courage !


Réponse de le 10/12/2016 à 10:12 :
Retailleau sera sans doute ministre de l'intérieur en mai. De toutes façons ce qui a été mal goupillé ce n'est pas le projet mais la première évacuation de 2012. Il fallait y mettre les moyens humains et matériels nécessaires pour écraser la ZAD et surtout ne pas la laisser s'enkyster. Rien à voir avec le Larzac qui lui n'a pas été validé par un référendum démocratique.
a écrit le 09/12/2016 à 18:04 :
Ben tient, plus de réélection, passons ce bébé au suivant. Notre popularité ne peut qu'y gagner
Réponse de le 10/12/2016 à 10:15 :
Comme l'a prouvé Daladier lors des accords de Munich, les français aiment les politiques lâches, même s'ils leur préparent par leur lâcheté de sombres surlendemains.
a écrit le 09/12/2016 à 17:59 :
Bien Mr Valls d avoir roulé les mécaniques !!!en automne les travaux débuteront et on fera évacuer la zone !!!on vous a cru et ou est le résultat ?????encore un mensonge !!!
a écrit le 09/12/2016 à 16:53 :
La droite ayant parlé de zones de non droit et exigé l'évacuation, la gauche se fait un malin plaisir à ne rien faire , Valls n'est plus concerné.
Ce dossier est purement politique et Vinci n'attend pas ce projet pour sa croissance, cette entreprise a largement de quoi faire ailleurs.
Cela tourne au ridicule de toute part ...
Réponse de le 10/12/2016 à 10:16 :
En cas d'abandon du projet, Vinci pourrait légitimement revendiquer de l'état une compensation financière, probablement de 200 à 300 millions.
Réponse de le 11/12/2016 à 10:27 :
ECOMOUV pour l'éco taxe c'était 800.000.000 alors on n'est plus avec ROYAL et les bras cassés socialos à 200 ou 300 millions prêts.
a écrit le 09/12/2016 à 16:36 :
Quelle tristesse cet état socialiste incapable de faire respecter des dizaines de décision de justice plus un référendum qu'il avait lui-même demandé le 23 juin dernier. Conclusion: lorsqu'on laisse dégénèrer une installation de dizaine de traine savates sur un site où les forces de l'ordre ne sont même plus capables de laisser la circulation sur des départementales s'effectuer pour les habitants de plusieurs communes, on est en effet bien loin de l'évacuation de cette ZAD qui n'a rien d'une zone à défendre car pour le moment à part des squatteurs il n'y a rien à défendre.
Réponse de le 10/12/2016 à 10:18 :
Il est vrai que le bocage autour de NDDL est assez désolé et sans grand intérêt y compris agricole.
a écrit le 09/12/2016 à 15:54 :
Cet aéroport ne sert à rien, une source de pollution sonore importante pour les riverains.
Il faut aussi penser au dégazage fréquent ou des tonnes de kérosène sont lâchées en toute impunité. Il existe un aéroport dans le sud de Nantes qui a la capacité de celui de Genève sur lequel on pourrait construire une deuxième piste. Mais la meilleure solution
est d'améliorer la ligne TGV Nantes / Paris et Rennes/Paris afin de mettre ces deux villes
à 1H30 de Roissy.
Réponse de le 10/12/2016 à 10:25 :
Il y a très peu d'habitants et de riverains autour de NDDL, contrairement à l'aéroport actuel de Nantes enclavé pratiquement en pleine ville. La voie TGV vers Rennes ouvre bientôt et mettra Rennes à 2h30 de Roissy. Son tronçon Le Mans/Rennes a coûté 7 milliards, ce serait probablement du même ordre que ce que coûterait Le Mans. Nantes (et même plus la distance étant plus grande). C'est à peu près 10 fois plus que l'aéroport de NDDL. Et l'emprise au sol (donc la perturbation environnementale) d'une ligne de chemin de fer de près de 200km est incomparablement plus élevée que celle d'un aéroport à 2 pistes.
a écrit le 09/12/2016 à 15:25 :
comme pour l'ecotaxe et la non augmentation des peages d'aotoroute de 2015
les Français passerons a la caisse
avec une hollandie incapables de faire appliquer ses idees
a écrit le 09/12/2016 à 15:03 :
Le courage politique c'est maintenant.
a écrit le 09/12/2016 à 15:02 :
L'occupation illegale n'a rien à voir avec Bruxelles !!!!
L'état de droit existe t il encore en France ?
EX : Nous avons le même problemr avec les gens du voyage , les clandestins qui en plus
sont soigner aux frais de la princesse alors qu'ils devraient etre expulsés
a écrit le 09/12/2016 à 14:28 :
Cette majorité aura été pleutre jusqu'au bout. Que leur faut il de plus: 90% des élus locaux de gauche comme de droite, 178 décisions de justice, favorables, 55% de oui au référendum et toujours une bonne excuse pour atermoyer. C'est désespérant et la démocratie n'en sort pas grandie.
a écrit le 09/12/2016 à 14:07 :
Valls il va en baver pour aller chercher les voix des gauchistes c'est un fait...

Normal les électeurs de gauche étant plus évolués que ceux de droite ils finissent par logiquement s'abstenir de participer à ces mascarades électorales.

C'est embêtant certes étant donné que ça laisse systématiquement l'électorat le moins compétent pour choisir les gouvernants mais bon cautionner systématiquement des charlatans c'est pas génial non plus.
Réponse de le 10/12/2016 à 11:01 :
Encore un qui se gonfle tout seul!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :