Objectifs de de développement durable : la France juste dans la moyenne européenne

 |  | 394 mots
(Crédits : Charles Platiau)
La France se situe dans la moyenne européenne pour les indicateurs de développement durable, un ensemble d'une centaine de critères regroupés vendredi dans une étude par l'Insee.

"D'une façon générale, la France est en position moyenne au sein de l'UE", selon l'Institut national des statistiques. Par rapport au reste de l'Union "la pauvreté et les inégalités y sont relativement contenues" en 2017, avec 17,1% de personnes "en risque de pauvreté ou d'exclusion sociale" contre 22,4% en moyenne dans l'Europe des 28.

Espérance de vie favorable

Avec 82,7 ans d'espérance de vie à la naissance, la France se situe au-dessus de la moyenne qui est 80,9 ans, au troisième rang derrière l'Espagne (83,4 ans) et l'Italie (83,1 ans). Mais la part de ceux qui se perçoivent comme étant en bonne santé n'est que de 67,4% chez les Français, contre 69,7% en moyenne européenne. La France se classe mal pour le nombre de tués sur la route avec 5,2 personnes sur 100.000 en 2016 contre 5,0 dans l'UE ainsi que pour les accidents du travail, avec 2,7 tués sur 100.000 contre 1,7 dans l'UE.

Retard sur l'insertion professionnelle

Pour l'éducation et l'insertion professionnelle, les résultats hexagonaux ne sont guère brillants: le taux d'emploi des diplômés récents est de 74,4% contre 80,2% en moyenne, tandis que la part de jeunes de 15 ans ayant une maîtrise insuffisante en lecture, mathématiques et sciences est aussi supérieure à la moyenne.

La part des jeunes âgés de 15 à 29 ans qui ne travaillent pas et ne suivent aucune formation s'élève à 13,9% en France, contre 13,4% dans l'UE. Sur ce critère, la France est plus proche de la médiane des pays d'Europe de l'Est et du Sud que de celle des pays d'Europe du Nord et de l'Ouest, qu'elle rejoint sur la plupart des autres critères.

> Lire aussi : Pour les jeunes, l'accès à l'emploi reste un calvaire

L'accès au transport public positif

Les résultats sont meilleurs en 2016 pour les progrès accomplis en matière de consommation d'énergie, l'hexagone faisant "partie des pays émettant le moins de gaz à effet de serre par habitant" grâce à la part du nucléaire dans la production d'électricité, relève l'Insee.

L'accès aux transports publics est plutôt bon avec seulement un Français sur huit qui éprouve des difficultés en la matière. Mais la part du train et des voies d'eau navigables dans le transport de fret est très inférieure à la moyenne européenne, avec 13,7% contre 23,6% du total.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/07/2019 à 4:36 :
luc@.Mais vous ne répondez pas à l'arrêt du charbon pour 2038,alors qu'en même temps les Allemands ferment leurs centrales nucléaires,qui représentaient plus de 20% de la production d'électricité en 2010.
Vous présentez pas la proyection dans le futur,de la politique énergétique,déjà décidée.C'est typique du lobby nucléaire français,qui ne parle que des données actuelles de la production d'électricité en Allemagne et en ne parlant que des énergies fossiles et pas du plus de 40%,d'électricité renouvelable allemande en 2019,alors que nous,on se traîne à 17%.Et tout cela,pour justifier le nucléaire en France.
Réponse de le 02/07/2019 à 15:27 :
- Tout d'abord, l'Allemagne n'est pas sortie du nucléaire, elle a même gardé une partie importante de sa production nucléaire, 80 TWh soit la production de 6 ou 7 EPR.

- Cette électricité renouvelable allemande n'a que peu d'intérêt car elles augmentent les émissions de CO2 des centrales thermiques.

Les centrales à cycles combinés au gaz naturel sont faites pour être utilisées à pleine puissance et à puissance constante.

Démarrer une centrale, modifier la puissance augmentent les émissions de CO2 par kwh.

Une étude de l'université de Loughborough, en Grande Bretagne, sur une centrale à cycles combinés de 800 MW, donne les chiffres sont les suivants.

Puissance constante, autour de 780 MW, 350 grammes de CO2 par kWh
Démarrage rapide (4 heures), 590 grammes de CO2 par kWh
Démarrage lent (8 heures), 470 grammes de CO2 par kWh
Changement de puissance, 380-390 grammes de CO2 par kWh

- Au final, vouloir en finir avec le charbon ne mènera qu'à toujours de gaz, dont la consommation a déjà fortement augmenté depuis 2014 en Europe.

Vu que les réserves de gaz s'épuisent rapidement en Europe, tout cela ne va pouvoir fonctionner très longtemps.
a écrit le 01/07/2019 à 3:26 :
luc@.Les commentaires à très courte vue,n'ont aucune valeur.Les énergies renouvelables viennent de dépasser le charbon (et lignite) dans la production d'électricité en Allemagne (39% contre 38% en 2018).On a programmé la fin du charbon pour 2038.En 2038,l'Allemagne aura largement rattrapé la France,en ce qui concerne la production de CO2,avec le boulet nucléaire en moins.Il faudra voir,qui de la France ou de l'Allemagne fera l'effort le plus important dans la diminution de la production du CO2 par le transport.Qui électrifiera plus vite son parc automobile et le réseau de transport de passagers et de marchandises.
Réponse de le 01/07/2019 à 8:41 :
En Allemagne, depuis 2010 et la montée en puissance des énergies renouvelables, les émissions de gaz à effet de serre liées à la production d'électricité n'ont baissé que de 11%.

Ceci malgré le fait que l'Allemagne a aussi fortement amélioré le rendement de ses centrales thermiques.

Avec l'entrée en service de la centrale au charbon RDK 8, avec son rendement record de 47,5% et de la centrale au gaz de Lausward, avec un rendement record de 61%.
a écrit le 30/06/2019 à 12:09 :
Comparons la situation en France et en Allemagne.

En 2018, l'Allemagne a émis 2,3 fois plus de CO2 que la France alors qu'il n'y a que 23,5% d'habitants de plus en Allemagne.

En 2018, les importations de gaz naturel en Allemagne ont augmenté de 9,7% pour un total de 23,7 milliards d'euros contre 10,7 milliards d'euros pour la France.

Résultat, c'est Poutine qui doit être content.
a écrit le 30/06/2019 à 9:47 :
Etre dans la moyenne de l'UE, ce qui veut dire qu'on est loin derrière les pays développés, mais devant les autres, p.ex. Roumanie, Grèce etc.
Bravo
a écrit le 30/06/2019 à 4:46 :
gfx@.La France émet moins de CO2 grâce au nucléaire,mais elle est hors des clous,en ce qui concerne les objectifs de la COP21.Il faut fixer des objectifs ambitieux,si l'on veut remplir nos obligations.Il faut interdire la vente des voitures thermiques dès 2030,développer le train et limiter drastiquement les voyages en avion,à l'intérieur du territoire.Pour arriver à ce résultat,il faut diminuer le prix du train et augmenter les taxes aériennes intérieures.En ville,il faut instaurer les transports publics gratuits,pour faire accepter l'arrêt de la vente des voitures thermiques et l'interdiction de circulation dans les centres villes dès 2030
a écrit le 29/06/2019 à 11:51 :
C'est marrant comme d'un côté il y a la propagande des médias français qui nous disent que nous sommes à la pointe du combat contre la pollution et de l'autre la réalité systématiquement bien plus ténue.

LA gonflette médiatique nous tue.
a écrit le 29/06/2019 à 11:31 :
la France est le pays le plus équilibré (investissement public/privé, compétences/R&D, entrepreneuriat, fécondité, logement, environnement, santé/soins, classe moyenne/pauvreté/inégalités/coût de la vie, finances des ménages, défense, etc...).
cela semble plus durable que chez les autres partenaires. la démographie est plus dynamique/stable : explique en partie le différentiel sur l'insertion (avec aussi le fait que l'Hexagone fait moins dans le dumping social, les jobs bidons).
sur l'environnement (à peine mentionné dans l'article), on peut rappeler que :
- la France est dans les pays développés qui émettent le moins de gaz à effet de serre avec Suisse et Suède, 2 petits pays
- la France a la meilleure stratégie bas carbone en Europe (WWF, 04/2017)
- le pays est 2e sur 180 de l'Environmental Performance Index de Yale
- la France est un de pays ayant le plus faible déficit de tarification du carbone (Peu de pays font payer le carbone assez cher pour que les objectifs climatiques puissent être atteints, OCDE, 09/2018)
- l'Hexagone investit dans le train et le tramway ; les prix des transports publics sont plutôt raisonnables (article The Guardian, 06/01/2017 ; GoEuro Urban Transit Price Index 2016)
etc...
Réponse de le 29/06/2019 à 17:18 :
pour gfx : en vous lisant j'ai la certitude que moi ou vous vivons dans un autre pays !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :