Réseaux de froid  : Quelles infrastructures pour l'éco-confort climatique de nos villes  ?

 |   |  892  mots
(Crédits : DR)
Par Carole Le Gall, Directrice Générale de ENGIE France Réseaux

Réchauffement climatique : les villes en surchauffe

En France, l'été 2018 a été le deuxième plus chaud de l'histoire avec des températures moyennes supérieures à la normale de 2°C sur l'ensemble de la saison. On a relevé entre Paris et la campagne située à 30 km, 10°C d'écart la nuit !

Aujourd'hui 4 Français sur 5 vivent dans des villes où, en période estivale, le phénomène d'îlot de chaleur urbain lié à l'activité humaine, la « minéralité » des ouvrages et la densité du bâti renforcent considérablement la température par rapport à la campagne environnante.

Les villes conscientes de ce problème sont déjà en train de transformer les espaces publics pour renforcer la végétalisation, l'accès à des fontaines ou aux eaux de baignades. Des acteurs immobiliers intègrent plus de protections solaires et de ventilation naturelle dans les nouveaux bâtiments. Ces solutions vertueuses sont néanmoins encore peu développées. Par ailleurs, certains s'équipent de climatiseurs individuels qui augmentent la consommation d'énergie et rejettent la chaleur extraite du bâtiment dans l'espace urbain!

Comment nous adapter ?

La question du rafraîchissement de la ville et de ses habitants est donc centrale. Hier, la climatisation était un service de luxe. Elle est devenue aujourd'hui un confort et sera demain un service de santé, nécessaire au plus grand nombre afin d'éviter une fracture climatique.

En effet, les réseaux de froid qui font partie du bouquet de solutions proposées aux villes pour répondre à l'attente sociétale, sont deux fois moins émetteurs de gaz à effet de serre que des parcs équivalents de climatiseurs autonomes. Par exemple, pour le réseau de la Ville de Paris, ce sont chaque année plus de 12 000 tCO2eq évitées, l'équivalent de 1,6 million de tours du périphérique effectués en voiture à essence.

Les réseaux de froid, ce sont des performances énergétique et environnementale sans cesse améliorées par l'apport d'innovations. Malgré ces atouts, ils ne représentent en Europe qu'entre 1% et 2% du marché du froid ; ailleurs dans le monde, ils se développent dans les zones très urbaines marquées par un climat chaud et un niveau de vie élevé (Japon, Émirats arabes unis).

En France, 9 villes se sont dotées de réseaux de froid, publics et concédés : Paris, Courbevoie, Boulogne, Levallois-Perret, Bordeaux, Grenoble, Lyon, Saint-Étienne et Montpellier. Ces réseaux desservent essentiellement des bureaux, des bâtiments tertiaires, des hôpitaux, des universités. Par ailleurs, Aéroport de Paris dispose pour ses aéroports (Le Bourget, Orly, Roissy Charles-de-Gaulle) de trois réseaux privés.

Une solution d'avenir modulable, adaptable et connectée

Pilotés et intégrés à l'échelle urbaine, au service des villes pour apporter de manière efficace un mieux-être aux citadins, les réseaux de froid sont des infrastructures peu connues et des solutions d'avenir.

On connait les réseaux de chaleur, mais on connait moins les réseaux de froid. Ce sont en réalité des réseaux de chaleur qui fonctionnent en sens inverse. Le réseau de froid qui évacue la chaleur des bâtiments  est constitué d'une (ou plusieurs) unité(s) d'évacuation de la chaleur (la centrale de production de froid), d'un réseau de canalisations permettant le transport de froid par un fluide caloporteur (en général de l'eau, dont la température se situe entre 1 et 12°C à l'aller, et entre 10 et 20°C au retour) et de sous-stations assurant la collecte de la chaleur dans les immeubles climatisés.

Si les réseaux de froid font partie des leviers bien identifiés pour les métropoles dans l'atteinte des objectifs de la loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV), ils ne représentent actuellement qu'environ 7% de la demande en froid dans le tertiaire et ne sont que ponctuellement utilisés pour répondre aux besoins des bâtiments publics ou d'habitation. Développer plus largement un rafraîchissement responsable, renouvelable et inclusif est donc le défi qui nous est posé. Répondre aux objectifs de la LTECV nécessite de multiplier par 5, par rapport à 2012, la quantité de chaleur et de froid livrée par les réseaux d'ici 2030.

Vers une nouvelle urbanité climatique

Ensemble, en mobilisant l'intelligence collective, il est possible de rendre les territoires attractifs et décarbonés. En travaillant main dans la main avec ceux qui font la ville de demain - élus, services de la ville, aménageurs, promoteurs, investisseurs - ainsi qu'avec ceux qui les accompagnent - architectes, bureaux d'étude, constructeurs, énergéticiens... - nous adaptons nos villes pour répondre à une attente sociétale. D'autant plus que les réseaux de froid peuvent s'articuler à différentes échelles - le quartier, la ville ou la métropole - et se combiner avec d'autres réseaux, aussi bien réseaux de chaleur, de gaz et d'électricité, pour constituer des infrastructures énergétiques hybrides (« smart grids »), essentielles au développement local et à sa résilience.

Au même titre que l'ont été, lors d'autres étapes d'évolution urbaine, les réseaux d'eau, de communication ou de transports publics, ces réseaux deviennent aujourd'hui nécessaires à la ville et aux citoyens et doivent s'intégrer aux projets d'aménagement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :