Pour les jeunes, l'accès à l'emploi reste un calvaire

 |   |  706  mots
(Crédits : Reuters)
Le taux d'emploi des 20-34 ans est inférieur de 6 points à la moyenne européenne (74% contre 80%), selon le dernier ouvrage de l'Insee consacré à l'économie française.

L'entrée dans la vie active reste un chemin semé d'embûches pour les jeunes générations. Selon le dernier ouvrage de l'Insee publié ce vendredi 28 juin, la France est bien en retard par rapport à ses voisins européens. Ainsi, le taux d'emploi des 20-34 ans récemment diplômés s'élevait à 74,4% en 2017. En moyenne en Europe, ce ratio atteint 80% la même année. Malgré une croissance du produit intérieur brut relativement élevée en 2017 (2,3%), la condition des jeunes sur le marché du travail demeure marquée par des obstacles et difficultés. La France pourrait passer ainsi à côté de l'objectif européen de 82% en 2020 selon les données rapportées dans le document qui brosse le portrait de l'économie française en 2018.

Dans son programme pour la présidentielle, Emmanuel Macron s'est engagé à former 1 million de jeunes et 1 million de demandeurs d'emploi peu ou pas qualifiés, mais le pari est loin d'être gagné pour cette catégorie qui a subi de plein fouet les effets de la crise. À cela s'ajoutent les obstacles pour les seniors qui ont de plus en plus de mal à retrouver un poste après avoir perdu leur boulot, comme le soulignait une récente enquête du centre d'études et de l'emploi (CEET) rattaché au CNAM. Ces phénomènes contribuent ainsi à la polarisation du marché du travail en France.

> Lire aussi : Retour à l'emploi : les seniors à la peine

Des scores proches des pays de l'Est

Les disparités au sein du continent européen demeurent très fortes. Les taux d'emploi pour les jeunes de 20-34 ans de certains pays d'Europe de l'Ouest comme l'Allemagne et les Pays-Bas culminent à des sommets (90%). Au niveau des jeunes âgés de 15 à 29 ans n'ayant ni travail, et ne suivant ni études ni formation (NEET/*) dans les pays de l'Union européenne, la France accuse également un sérieux retard. Elle se situe à la 9e place sur 28, juste derrière la Roumanie, Chypre, l'Espagne ou la Slovaquie. Les jeunes grecs et italiens sont ceux qui souffrent le plus à l'échelle du Vieux Continent. A l'opposé, les Pays-Bas, le Luxembourg ou la Suède affichent les résultats les plus favorables.

Le taux de chômage des jeunes s'aggrave

Sur le front du chômage, les derniers chiffres de l'organisme de statistiques ne sont guère réjouissants. Après avoir diminué au dernier trimestre 2018 passant de 21,3% à 19,5%, le taux de chômage au sens du bureau international du travail (BIT) a gagné 0,5 point pour s'établir à 20%. Les jeunes hommes (21,5%) sont plus concernés par le chômage que les jeunes femmes (18,1%). En parallèle, le taux d'emploi des jeunes de 15 à 24 ans a également diminué: il est passé de 31,1% contre 30,7% entre le dernier trimestre 2018 et le premier trimestre 2019.

Un taux d'emploi inférieur à la moyenne européenne

Au-delà de la catégorie des jeunes, l'insertion professionnelle demeure compliquée en France "malgré un système éducatif plutôt performant", selon l'Insee. Dans l'Hexagone, 71% des personnes âgées de 20 à 64 ans occupent un emploi au sens du Bureau international du travail (BIT) en 2017. Ce taux est bien plus élevé dans le Nord et le reste de l'Ouest de l'Europe, comme en Allemagne et en Suède par exemple, où il avoisine les 80%. "Le taux d'emploi en France reste également un peu inférieur à celui de l'UE (72,2 %) qui se rapproche de l'objectif de 75% en 2020. Entre 2012 et 2017, le taux d'emploi, en France comme dans l'UE, a globalement augmenté, notamment celui des femmes, en lien avec une participation accrue de celles‑ci", expliquent les statisticiens.

___

(*) NEET: cet acronyme signifie "Not in Education, Employment or Training", soit, selon la définition d'Eurostat, l'indicateur des jeunes ne travaillant pas et ne suivant ni études ni formation, et qui correspond au pourcentage de la population d'une tranche d'âge donnée qui ne travaille pas et ne suit ni études ni formation complémentaire. Le numérateur de cet indicateur fait référence aux jeunes qui remplissent ces deux conditions: ils n'exercent pas d'activité professionnelle (c'est-à-dire qu'ils sont chômeurs ou inactifs) et n'ont reçu aucune éducation ou formation formelle ou non formelle au cours des quatre semaines précédant l'enquête.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/07/2019 à 14:57 :
Mais mon bon monsieur on ne peut pas payer tout à la fois ces jeunes et les hordes innombrables de fonctionnaires bien au chaud (ou climatisés) bien installés dans leur confort et indélogeables !
a écrit le 01/07/2019 à 2:14 :
A 1500 euros le prix du permis, auquel il faut ajouter l'assurance et le montant de l'achat du vehicule, c'est clair.
Difficile de trouver de quoi survivre au pays de la taxe.
a écrit le 30/06/2019 à 19:08 :
"Bonjour.
L'université forme des enseignants et des chercheurs.
Pour le reste, ce n'est pas sa mission."

Le probleme se trouve bien decrit en ces quelques mots. Toutes les Universite du classement de Shangai ou anglo-saxonnes ont des Ecoles d'ingenieurs, de Chimie, de Software, de Droit, de lettres, un departement medical, de musique etc...

Les Chercheurs qui ne trouvent rien ne sont d'aucune utilite. Les professeurs de 25 ans qui qui n'ont aucune experience et demarrent leur carriere sur le dos du contribuable sont a proscrire.
a écrit le 30/06/2019 à 17:12 :
Les entreprises recrutent des hipsters, des gens sans personnalité qui la ramène pas trop, des gens conforment qu'on a pas à former donc...
Je suis atterré par l'absence de réflexion interne sur les connaissances des uns et des autres en entreprise, chacun pond sa tache et les échanges techniques sont d'une pauvreté, les interactions sont minables, le métabolisme francais est figé!
Ainsi personne ne bénéficie de l'expérience des meilleurs qui garde pour eux cet avantage concurrentiel, c'est minable sur le cours, moyen et long terme, des petits calculs personnels qui mènent les entreprises francaise à la déchéance technologique.
a écrit le 30/06/2019 à 12:47 :
Pour ma part je suis soudeur entre condition de travail merdique et salaire à peine plus haut que le smic après 4ans d études dans le domaine je galère à trouver un bon travail alternant chômage et mission intérim dans des conditions pas plus que merdique. Un recruteur m'a dis un jours qu ils veulent des gars qui ont 10 à 20 ans d expérience plutôt que de former des jeunes droit dans les yeux. Aujourd'hui je suis au chômage et j en ai plutôt marre de ce fonctionnement hypocrite
Réponse de le 01/07/2019 à 0:02 :
Il parait qu'à saint nazaire les chantiers de l'atlantique manquent de main d'oeuvre. Il y a même des ouvriers qui vennent de pologne et qui sont contents d'y bosser. Y a plus qu'à...
a écrit le 30/06/2019 à 10:14 :
Je recrute et suis effaré par le peu de candidats et les rares cv pas le profil attendu. Poste cadre en gestion meme debutant salaire correct et evolutif .... mais annonce mi juin embauche dès que possible donc je suppose qu il faudra relancer en septembre apres les grrrrrrandes vacances . Le turn over incessant de cette generation pose question : ils consomment l entreprise comme tout le reste. 12h30 pause dejeuner pas une minute de plus pour se ruer au microonde et ils ont 25-28 ans .... j ai impression de travailler dans une ephad de juniors tous l horloge dans la tete et revendication pour choisir ses horaires car... ils sont cadres ! Plutot cadran de montre
a écrit le 30/06/2019 à 9:14 :
Le probleme est simple. Les universites ne preparent pas les jeunes au monde du travail. Ils arrivent avec des diplomes universitaires, des pretentions, des ambitions mais sont inadaptes, revent tous d'etre fonctionnaires (..), haissent la mondialisation..
Réponse de le 30/06/2019 à 13:58 :
Bonjour.
L'université forme des enseignants et des chercheurs.
Pour le reste, ce n'est pas sa mission.
Réponse de le 30/06/2019 à 18:11 :
j'espère que c'est du second degré, car ce serait une immense bêtise. donc les U ne distillent leur IMMENSE savoir pour former des prof. chercheurs. Et bien pas étonnant l'état de la France.....dites j'aime le second degré mais pas au détriment des jeunes.
a écrit le 29/06/2019 à 20:49 :
macron l'a dit, il suffit de traverser la rue et hop hop un job, allons, allons, jupiter l'a dit. 8.7% de chômeurs soit un des pires d'Europe, manu que fais tu? bosse un peu "fainéant", "celui qui n'est rien",
a écrit le 29/06/2019 à 18:47 :
Pas étonnant que le système de retraites soit si fragile!Si les jeunes d'aujourd'hui avaient eu le courage de notre génération,alors il n'y aurait pas de chomage en France,aujourd'hui.
Réponse de le 01/07/2019 à 2:18 :
Le cout de la vie a change. Vous ne l'avez pas remarque ?
C'est sur passer sa vie sous terre.......
a écrit le 29/06/2019 à 11:46 :
La plus longue persistance actuelle des phénomènes climatiques ne nous interpelle-t-elle pas, par sa puissance et ses effets cumulés, sur l'absurdité des politiques uniquement basées sur le court et moyen terme, sans gestion à long terme, tel que le démontrent le manque de prospective sur les naissances, et en suivant l'emploi ?
Où seule une excessive "croissance" sale et abusive est le critère incohérent gardé en référence et mis en avant, avec une concurrence débridée absurde, devenue ainsi irréaliste, kafkaïenne, entre états ou régions du monde.
Avec encore une fois de trop, comme en Chine, la seule perspective de survie des jeunes de finir au pas dans l'armée, une fois de trop, avec les suites de "mouvements" extrémistes en "ISME" sensés donnés "le change", alors que chacun à devoir se dire bien aller vers plus d'harmonie sage d'abord !§!
Notre "modèle" est complètement au bout du rouleau, encore faut-il vouloir le reconnaître à tous les niveaux, procréateurs de base, béats de faire plus de deux gosses en premier !!!
a écrit le 29/06/2019 à 10:21 :
Ils sont où les centres de formation pour les chômeurs, les jeunes, les vieux? Ceux que tu avais promis avant ton élection.

Rappelles toi, les 30 milliards que tu a volé aux CCI, à la formation permanente des adultes, aux régions et sur les salaires... dans quelles poches sont t'ils passés?
a écrit le 29/06/2019 à 9:49 :
De tout temps et dans n'importe quelle entreprise tout le monde peut se demander quelle est la motivation/satisfaction qu'il retire de sa situation, ce n'est absolument pas nouveau. Et quand on est pas content, il suffit de bouger, oui BOUGER et pas rester dans son petit quartier de sa petite ville. Certaines régions manquent tellement de MO que les entreprises forment le personnel qui n'ont pas la qualification requise, alors pourquoi n'y allez vous pas ? Trop dur de mettre un pied devant l'autre ? j'ai fait 500 bornes pour trouver mon premier job et bientôt, après 6 boites différentes, je m'apprête à en faire 8000 pour encore changer (et oui, expat), qu'est ce que vous croyez ?
a écrit le 29/06/2019 à 7:57 :
Léon......il se dit aussi que ceux dont vous dites qu ils sont adaptés et qui trouvent un job, se demandent assez vite ce qu ils foutent dans leur entreprise.......et ils sont de plus en plus nombreux à se poser la question......
a écrit le 29/06/2019 à 2:06 :
En même temps, si c'est pour contribuer à notre système consumériste et au suicide de notre civilisation ... Les jeunes n'ont pas besoin d'un emploi mais d'assurer leur subsistance et leur avenir, ce que notre système économique ne permet pas sur le moyen/long terme.
Réponse de le 30/06/2019 à 15:46 :
Oui, comme disait Coluche, "ce n'est pas d'un travail dont j'ai besoin: seulement du salaire (confortable si possible)..."
a écrit le 29/06/2019 à 0:55 :
Emmanuel, l'enfant roi a dit "je veux !"
a écrit le 28/06/2019 à 18:35 :
quelle surprise!
la france des insiders outsiders a besoin de larbins, ca protege les rentiers de la republique, quels qu'ils .qu'ell.Es soient
deuxio, la gauche francaise interdit aux enfants de savoir lire ou ecrire, ca stigmatise ceux qui n'ont pas de chance
le grec et l'allemand sont interdits vu que c'est elitiste, ca a ete remplace par des cours de culture ou les enfants trempent leurs doigts dans la peinture pour s'exprimer ensuite sur des feuilles de papier
les maths sont nivellees par le bas, vu que c'este litiste, mais comme la france veut etre championne du monde d'AI, la gauche a juge bon d'offrir le bac a 150% de la population; dans 5 ans vous aurez tous 3 ou 4 doctorats offerts par le politburo
l'industrie a ete mise dehors ; de la bonne chasse au grand capital efficace comme jamais, l'industrie s'est ecroulee
hollande a envoye l'apprentissage au tas, avec des lois qui interdisaient a un apprenti de tenir un tournevis; quand il s'est rendu compte qu'il avait 40.000 chomeurs de plus par mois, il a juge bon d'aller a fond dans l'autre sens en faisant 500.000 apprentis ( futurs chomeurs planques sous le tapis)
hey, faut relire Lenine pour comprendre le cynisme de cette gauche qui a besoin de gens maintenus dans la pauvrete et l'assistanat
on sait a qui ca profite
Réponse de le 28/06/2019 à 20:47 :
Très juste. Ceux qui appellent à l'immigration sont les mêmes qui leur refusent le droit au travail. Beaucoup d'hypocrisie vis à vis des entrants sur le marché du travail. Il faut toujours plus de diplômes, de doubles diplômes pour ensuite se voir proposer un contrat d'apprentissage ou pire..., un stage. Entretenir l'insatisfaction, ça doit payer dans les urnes faut croire ?
a écrit le 28/06/2019 à 18:32 :
Quels mensonges dans cet article .
Les jeunes qui ont une formation adaptée au marché du travail trouvent sans difficultés et immédiatement du travail . Restent les inadaptés et ceux qui ne veulent pas déménager : c'est leur choix et tant pis pour eux .
Réponse de le 28/06/2019 à 19:17 :
Vous soulez avec «  vos jugements » des « autres » :
êtes vous parfait ?
Qui êtes vous pour juger ?
Réponse de le 28/06/2019 à 19:26 :
@ juge leon

le critère pour qu’un jeune obtient un emploi est «  lié » à son adresse ?
Réponse de le 29/06/2019 à 10:29 :
Tu l'as dit bouffi.

Sauf que les entreprises se plaignent aussi de ne pas trouver chaussure à leur pied.

Il y a des pays où les professions n'ont pas attendu de l'état qu'il leur fournisse des salariés formés, et c'est fort sage de leur part.

Les branches professionnelles auraient depuis longtemps dû avoir leurs propres centres de formation. Peugeot, Renault, Airbus devraient tous avoir leurs écoles comme la SNCF, EDF, les PTT en avaient en leur temps et qui ont formé des professionnels qui ont fait honneur au pays.
Réponse de le 30/06/2019 à 5:47 :
Je ne sais pas dans quel monde vous vivez. J'ai jamais vu un jeune qui refuse de déménager.

Par contre on peut parler de pôle emploi qui n'a rien en place pour aider a trouver du travail hors région.

On peut aussi parler des recruteurs. Ils ne veulent que des jeunes fraîchement diplômés... Mais quand même avec 2 ou 3 ans d'expérience a un poste similaire...

Je ne parlerai même pas de leur comportement. La tendance générale c'est de laisser le candidat dans l'incertitude. Médaille d'or a celui qui m'a fait miroiter un entretien avant de se rendre totalement injoignable.
Réponse de le 01/07/2019 à 9:36 :
C est sur que demenager pour un CDD de 2 mois au smic a paris c est tres tres futé. C est l assurance de dormir sous les ponts

Il faut etre clair, une bonne partie des offres ne trouve pas preneur car pourries : mal payee, CDD offrant aucune visibilite (le salaire ne paie meme pas le cout du demenagement ou des trajets) ou delirante (genre parler oucrament le serbo croate ou 5 ans d experience dans uen techno qui existait pas il y a 5 ans)


Quant a ceux qui ont une formation vraiment demandee, ils trouvent souvent des offres bien plus interessantes a l etranger. C est sur que c est des pays ou on rakette pas les jeunes pour engraisser les ratraites (parti a 55 ans avec des pensions eleves, soins medicaux open bar)
a écrit le 28/06/2019 à 18:24 :
Les apparences sont trompeurs des fois ;

Un jour un employeur m’a dit :
Si c’était moi qui vous avez recruté : je n’aurais pas «  choisit votre profil »
Au bout de plusieurs années :
Cet employeur ne voulais pas une autre personne à ce «  poste »

Donc morale :
Laissez «  une chance à tous les jeunes , guidez les , motivez les « 
Donnez leur envie de «  réussir » et de «  rester humble » quoi qu’il arrive .
Réponse de le 28/06/2019 à 18:34 :
Vu le nombre de fautes de français et d'ortograf , je ne vous aurai jamais embauché
Réponse de le 28/06/2019 à 19:15 :
Le «  fond » du sujet : ce ne sont pas les fautes «  d’orthoGRAPHE »😊

Mais «  difficile » d’expliquer «  à ceux qui manquent de «  fond » que les filtres ( les jugements gratuits )sont juste pour les «  formes »( inutiles)
a écrit le 28/06/2019 à 18:05 :
"Des scores proches des pays de l'Est"

C'est la politique du consortium européen financier, niveler par le bas et les jeunes roumains et polonais ) 300 euros par mois sont à des prix imbattables alors que nos jeunes eux ne peuvent pas vivre avec cette somme là.

Quand les vieux possédants européens s'acharnent sur les jeunes alors que ces seconds ne veulent que du bien à ces premiers complètement aliénés par leurs possessions et donc leurs peurs. On y arrivera jamais.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :