Réchauffement climatique : une nouvelle saison en enfer au Groenland

 |   |  778  mots
(Crédits : SCANPIX DENMARK)
Températures record, fonte prématurée : avant même l'arrivée de l'été, tous les feux du réchauffement climatique sont au rouge au Groenland, immense glaçon menaçant d'immersion les régions côtières de la planète.

Les scientifiques n'excluent pas que 2019 soit un nouvel annus horribilis pour le continent blanc. "Il est possible que les records de 2012 soient battus, tant pour la surface de banquise en Arctique la plus basse (...) que pour la fonte de calotte glaciaire du Groenland la plus élevée", prévient Ruth Mottram, climatologue de l'Institut danois de météorologie (DMI). "Cela dépendra largement des conditions météo". Une photo impressionnante de la fonte précoce des glaces prise la semaine dernière dans le nord-ouest du territoire par un scientifique du DMI a fait le tour du monde.

Alors qu'il recherchait des balises océanographiques et une station météo, Steffen Olsen fixe sur la pellicule ses chiens de traîneau progressant péniblement dans un fjord dont la banquise est recouverte par cinq ou six centimètres de glace fondue. Sous un ciel désespérément bleu, face aux montagnes déneigées, l'attelage semble marcher sur l'eau. "L'image est frappante (...) parce qu'elle montre vraiment comment l'Arctique est en train de changer", analyse Ruth Mottram.

Un écosystème perturbé

"Les locaux (qui accompagnent l'expédition) ne s'attendaient pas à ce que la banquise commence à fondre si tôt. Ils prennent habituellement cette route parce que la glace est très épaisse, mais ils ont dû faire demi-tour car l'eau était de plus en plus profonde et ils ne pouvaient plus avancer", explique-t-elle. La veille, le 12 juin, la station météorologique la plus proche, à Qaanaaq, avait enregistré une température de 17,3 degrés, 0,3 point de moins que son record absolu du 30 juin 2012. "L'hiver a été sec et récemment il y a eu des courants d'air chaud, un ciel dégagé et du soleil, toutes les préconditions pour une fonte précoce", avance Mme Mottram.

Lire aussi : L'ampleur de la fonte des glaces bientôt connue grâce à un laser de la Nasa

A mesure que l'atmosphère se réchauffe, le phénomène devrait aller s'aggravant, avec pour conséquence d'altérer le mode de vie de la population locale en réduisant les périodes de chasse et en perturbant tout l'écosystème. Le nombre d'ours polaires dans tout l'Arctique a diminué d'environ 40% au cours de la décennie écoulée, selon l'Institut d'études géologiques des Etats-Unis, et les narvals - aussi appelés licornes des mers - se trouvent de plus en plus privés de l'abri naturel que constitue pour eux la banquise contre l'orque, redoutable prédateur.

Fonte précoce

Outre la banquise, la fonte de la calotte glaciaire continentale et des glaciers a un impact plus direct encore sur la hausse des niveaux des mers. La "Summit station", qui domine la calotte à 3.000 mètres d'altitude, a mesuré le 30 avril la température la plus élevée de son histoire, à -1,2°C, selon l'institut météo danois. Et le 17 juin, en une seule journée, le Groenland a perdu 3,7 milliards de tonnes de glace, d'après des estimations du DMI. Depuis début juin, la perte se monte à 37 milliards de tonnes, indique sur son compte Twitter Xavier Fettweis, climatologue de l'université de Liège. "Il devient de plus en plus probable qu'un record de perte de masse sera battu pour un mois de juin en 2019", écrit-il.

Cette année, les météorologues danois ont annoncé le début de la période de fonte début mai, avec quasiment un mois d'avance, une précocité dépassée une seule fois - en 2016 - depuis la publication de ces données en 1980. "Le début de la saison de fonte survient le premier de trois jours consécutifs pendant lesquels plus de 5% de la glace a fondu à la surface", expliquait alors le chercheur Peter Langen sur le site polarportal.dk. Le Groenland contribue à une élévation du niveau de la mer d'environ 0,7 mm annuellement, part qui pourrait augmenter si le rythme se poursuit.

Une étude parue en avril dans les Compte rendus de l'Académie américaine des sciences (PNAS) montre que la perte de glace enregistrée au Groenland à partir des années 1980 s'est brutalement accélérée à partir des années 2000 et surtout depuis 2010. La glace y fond donc six fois plus vite aujourd'hui que dans les années 1980. Et les prévisions sont alarmantes. La dernière estimation de référence réalisée par le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), en 2014, estimait le pire des scénarios à juste en-dessous d'un mètre d'élévation du niveau des océans à la fin du XXIe siècle, par rapport à la période 1986-2005.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/06/2019 à 13:00 :
Le «  fait » de récupérer de l’énergie gratuite ( pour le revendre )comme les Eoliennes , justement ne réchauffent il pas les mers ?
Le fait d’extraire du pétrole et de réexploiter les sols terrestres par la géothermie , dérègle il pas les paramètres normaux des sols ?

Et rajoutant à tous ça la pollution militaire, spatiale...

Ce n’est ni le charbon ni les techniques traditionnelles qui polluent plus l’atmosphère et les mers.

Ce sont les nouvelles technologies.
La preuve ; multiplication par 6 après 1980.

«  on » veut faire croire aux populations que ce sont les voyages en avion qui sont la «  cause »
Quelle blague !
Tout ça pour siphonner un peu plus la poche des populations pour pas ne «  Que le «  on » accepte » que nous sommes gouvernés par «  des incapables »!
Réponse de le 29/06/2019 à 17:17 :
Vous avez déjà vu une courbe de la concentration en Co2? A lire votre post non. Et la canicule actuelle ridiculise votre propos
a écrit le 19/06/2019 à 20:41 :
On part d'une constatation, celle d'une température élevée au Groenland et on arrive à la conclusion qu'elle est est causée par le réchauffement climatique d'origine anthropique par le quel le GIEC justifie son existence. Ce raisonnement n'a rien de scientifique car rien ne dit que cette température passagère élevée soit causée par la montée de la concentration en CO² due à l'activité humaine. Ce syllogisme est entretenu à dessein par des phrases du type "A mesure que l'atmosphère se réchauffe, le phénomène devrait aller s'aggravant"
On confond simplement, mais c'est voulu, les phénomènes météorologiques et climatiques
Notons que la logique commanderait, pour être crédible, de démontrer que, année après année, la température du Groenland en juin augmente. Or cela n'est pas systématique alors que l'augmentation du CO² est censée être linéaire dans le temps...
Réponse de le 29/06/2019 à 17:12 :
Qu’est ce que la fonte des glaces a à voir avec la météo . Elle a à voir avec le climat qui se réchauffe et l’on sait maintenant que la quasi totalité de ce réchauffement est du a l’homme. Croire que rejeter du gaz carboniques ans l’atmosphère et augmenter ainsi sa concentration alors que c’est un gaz à effet de serre n’a pas d’impact sur la température c’est comme nier qu’une serre ne permet pas de faire pousser de plante en hiver
Réponse de le 29/06/2019 à 19:33 :
Wiki: Oui, je dispose de courbes de l'evolution de la concentration en CO² dans la basse atmosphère. Certaines mesures remontent même à plusieurs millions d'années et indiquent que cette concentration (actuellement de 4/1000) était alors beaucoup plus importante (plusieurs%) alors que la température était plus froide. Comment l'expliquez-vous?
Si l'effet de serre du CO² était le seul paramètre à influencer la température, on devrait avoir une relation de type quasi linéaire entre les deux Plus de CO², plus chaud, moins de CO², moins chaud. C'est bien ce qu'on veut nous faire croire, non?
A moins que le CO² ne soit que tres recemment devenu un GES?
a écrit le 19/06/2019 à 15:43 :
Si vous voulez des informations objectives à propos du réchauffement climatique, autres que celles du GIEC, lisez donc le blog suivant : http://jlduret.ecti73.over-blog.com il y a beaucoup d'articles concernant ce sujet et il cite ses sources.

Sinon il y'a aussi cet article de John R. Christy, Directeur du Earth System Science Center : https://www.climato-realistes.fr/alarmisme-climatique-infonde-conference-john-christy-mai-2019/ et quantité d'autres si vous voulez bien vous donner la peine de chercher.

De toutes façons, ce n'est jamais bien intelligent de se contenter des informations officielles sans chercher d'alternatives critiques.
a écrit le 19/06/2019 à 13:52 :
Face à cette réalité, qu'est il faut de concret ? Rien. Pourquoi ? Parce qu'il faut que Trump soit réélu, il faut que les avions volent, il faut que la Chine croisse, il faut...il faut que le système capitaliste productiviste tourne...et donc... Pollue. Les conséquences seront encore plus catastrophiques que ce qui est "prévue" à l'image de "l'effet cocktail" pour les mélanges des produits chimiques dans l'agriculture, l'alimentation, les médicaments...
Réponse de le 19/06/2019 à 14:57 :
il y a des adversaires verts aux USA, si le peuple veut il peut les voter. Nous avons cru pourquoi la Chine ne le pourrait pas ? Et puis il est prouvé que un pays développé pollue bcp moins que un arriéré.
a écrit le 19/06/2019 à 13:39 :
Il est très difficile de faire prendre conscience aux gens de l'importance de diminuer la production de CO2. Cet été, ma femme va aller en avion aux USA, impossible pour moi de l'en dissuader ...
Réponse de le 20/06/2019 à 9:43 :
On la comprend, la pauvre, surtout si vous habitez en Bretagne Nord dont on ne parle jamais malgré son printemps glacial et pluvieux. Il parait qu'on peut aussi aller en Amérique en tonneau, mais c'est plus long et le tonneau contient du plastique...
Vivement le prochain choc pétrolier, qu'on ait enfin des vrais problèmes.
a écrit le 19/06/2019 à 13:08 :
Question :

Pourquoi la fonte est multipliée par 6 après 1980 ?
Réponse de le 19/06/2019 à 19:05 :
Alors que l'activité cyclique solaire est restée stable en moyenne et que la température moyenne de surface terrestre s'est élevée de 0,4°C.
a écrit le 19/06/2019 à 12:20 :
voir aussi article The Guardian d'hier sur le permafrost qui dégèle plus vite qu'on ne le pensait.
a écrit le 19/06/2019 à 12:12 :
Cette fonte de la glace absorbe une quantité phénoménale de chaleur. Qu'en sera-t-il quand il n'y en aura plus? Faudra-t-il allumer les climatiseurs et s'habiller de laine isolante?
a écrit le 19/06/2019 à 11:13 :
Et tout ça pour entasser les milliards dans les paradis fiscaux.

Il va être temps de se réveiller et vraiment, la nouvelle génération le sait mais l'ancienne freine des deux pieds seulement motivée par sa cupidité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :