Plan de relance : le gouvernement estime que "les 100 milliards sont suffisants"

 |  | 815 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Reuters)
Sur les 100 milliards d'euros, 11 milliards ont été engagés et 9 milliards d'euros ont été versés à la fin de l'année 2020, selon un récent bilan de Matignon présenté lors du second comité national consacré au plan de relance. "Globalement, il a été relevé que les objectifs, les ambitions du plan, son rythme de déploiement ont été jugés satisfaisants" par le comité qui associe des parlementaires, partenaires sociaux, collectivités et experts, expliquent les services du Premier ministre.

L'épidémie donne des sueurs froides au gouvernement. L'arrivée du virus depuis près d'un an sur le territoire européen a bousculé l'agenda des réformes de l'exécutif confronté à une pandémie planétaire. La multiplication des vagues d'épidémie a obligé les autorités sanitaires à prendre des mesures drastiques pour tenter d'endiguer la circulation du virus.

Face à la persistance de cette maladie infectieuse et le prolongement de la crise, de plus en plus d'économistes et élus de l'opposition plaident pour un réajustement du plan de relance de 100 milliards d'euros concocté à l'été dernier au moment où l'économie française retrouvait des couleurs après un printemps désastreux.

L'attention doit se porter sur la qualité de mise en oeuvre

A la suite de la seconde réunion du comité national du plan de relance, ce lundi 8 février, plusieurs conseillers de l'exécutif ont affirmé que le calibrage de cette enveloppe était adapté. "Nous sommes convaincus que le plan de relance à 100 milliards d'euros reste bien dimensionné. Il y a une très forte capacité de rebond de l'économie, comme on l'a vu au troisième trimestre 2020. Il faut bien s'assurer de la mise en oeuvre de ces 100 milliards d'euros", explique l'entourage de Jean Castex.

Dans quelques jours, le Premier ministre doit remettre un rapport au Parlement sur les avancées du plan de relance. Les conseillers de l'exécutif ont également annoncé que le comité de suivi des mesures d'urgence allait se transformer en comité de suivi des mesures de relance à partir du 1er avril. Il sera présidé par l'économiste Benoît Coeuré.

> Lire aussi : L'OFCE propose de muscler l'enveloppe du plan de relance de 100 milliards d'euros

Des redéploiements, mais pas de recalibrage du plan

A l'issue de ce comité, le chef du gouvernement Jean Castex a tranché en faveur d'un redéploiement de certaines lignes de crédit au sein du budget d'un même ministère. Cette option avait été envisagée lors d'un récent comité de pilotage du plan de relance auquel La Tribune avait pu assister. "Les objectifs et les ambitions du plan ont été jugés satisfaisants. Les objectifs de décaissement ont été atteints en 2020. L'enjeu est de décaisser les sommes rapidement en 2021, mais il ne faut pas perdre en qualité. Surtout, les participants se sont entendus sur un objectif de redéploiement", a expliqué Matignon ce lundi après-midi.

En clair, le gouvernement planche surtout sur un rééquilibrage entre les crédits sous-consommés et les crédits surconsommés.

"L'enveloppe de 100 milliards d'euros est suffisante. Pour l'instant, il n'y a pas de discussions sur une hausse supplémentaire. Cela correspond à ce qu'il faut pour combler les pertes de PIB et retrouver le niveau de produit intérieur brut en 2022 comparable à 2019. C'est un chiffre concerté avec de nombreux économistes et salué par le FMI", argue-t-on.

Sauf que l'allongement de la crise économique amplifie les risques d'une spirale récessive. En effet, si la demande peine à repartir cette année, les entreprises pourraient moins investir et donc moins embaucher. L'année dernière, le gouvernement a dû rectifier son budget à quatre reprises pour faire face aux multiples difficultés. En outre, plusieurs économistes plaident en faveur d'un élargissement de l'enveloppe de la relance dans le contexte des taux bas et du coût du service de la dette au plus bas.

Un premier trimestre assombri

Si la récession en 2020 est moins sévère que prévu (-8,3% au lieu de -9%), l'économie tricolore tourne au ralenti au premier trimestre. De nombreux secteurs demeurent meurtris par les mesures de restriction administrative, et les courbes de contamination sont à un niveau élevé. Lors de leur dernier point de conjoncture, les économistes de l'Insee ont rappelé que l'activité au mois de janvier était inférieure de -4% à son niveau d'avant crise. La consommation des Français reste atone et même si la campagne de vaccination a démarré depuis plus d'un mois, l'horizon économique demeure bouché dans le secteur des services particulièrement ébranlé depuis le premier confinement au printemps 2020. La sortie de crise devrait particulièrement être délicate pour certains secteurs avec la levée des dispositifs d'aides. Certains économistes redoutent une envolée des défaillances d'entreprises dans les mois à venir alors que les mesures décidées en 2020 ont protégé grandement le tissu productif.

"L'impact du choc en 2020 devrait se matérialiser sur les défaillances d'entreprises en 2021 ou au plus tard en 2022. Il reste encore beaucoup d'incertitudes sur le moment où cela devrait arriver. Les secteurs les plus touchés sont liés au tourisme et à l'hôtellerie", a expliqué l'économiste en chef de Coface Julien Marcilly lors d'un point presse ce mardi 9 février.

> Lire aussi : L'économie française reste asphyxiée

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2021 à 12:21 :
11 milliards déjà engagés ..... dont 6 pour recapitaliser ( effacer les pertes) de la SNCF .
sûr qu'on est sur la bonne voie (de chemin de fer ) pour relancer l'économie .
a écrit le 10/02/2021 à 8:50 :
Quelle gestion malthusienne : à peine 11% des crédits sont engagés et 9% ont été versés ! Les gueux peuvent bien attendre. Après tout, c'est dans les moments d'euphorie qu'on fait n'importe quoi...
a écrit le 10/02/2021 à 7:37 :
Il faut mettre plus d'argent dans l plan de relance, creer des entreprises et des industries et creer un maximum d'emploi. QUe les Français ait gout à la reussite et au travail bien fait : developper le futur et les robots industriels, le bureau d'études numérique , les futurs logiciels, l'ia le futur internet.
Vive l'entreprise numerique futuriste et moderne.
a écrit le 10/02/2021 à 6:54 :
Ca ne fait qu'un peu plus de 40 ans qu'on fait de la relance, il serait temps d'apprendre a vivre avec la réalité, et arrêter de la triturer quand il y a 40 de crise, ce n'est plus une crise mais une nouvelle normalité. La france est un pays déclassé. vous ne vouliez pas le déclassement, vous aurez le déclassement et l'endettement. J'aimerai pas avoir 20 ans, ils vont en iech pire que ma génération
a écrit le 09/02/2021 à 21:44 :
Plus on fait de plans de relance, plus la chute sera rude quand notre civilisation s'effondrera. Et c'est ce qui arrivera quand le manque d'énergie disponible pour maintenir la "croissance" sera flagrant.
a écrit le 09/02/2021 à 20:46 :
On croyait avoir touché le fond avec les mondialistes et bien non. Le pire est encore à venir.. De quoi s 'agit-il "Le programme Great Reset a reçu le feu vert. Cet agenda a un ensemble d'objectifs assez évidents, dont beaucoup sont ouvertement reconnus par le Forum économique mondial, et dont certains sont explicitement impliqués par les forces politiques d'extrême gauche et les médias. Ils comprennent: 1) Restrictions pandémiques constantes et contrôle économique jusqu'à ce que la population succombe à la tyrannie médicale. 2) Les passeports médicaux et la recherche des contacts dans le cadre de la vie quotidienne. 3) Censurer et annuler la plate-forme de toutes les voix opposées à l'ordre du jour. 4) Une réduction significative de l'activité économique au nom de l'arrêt du «changement climatique». 5) Pauvreté et perte de propriété privée fortement accrues. 6) L'introduction du «revenu de base universel», dans lequel le gouvernement devient un fournisseur omnipotent de services sociaux et de nounous pour une génération de personnes dépendantes et désespérées. 7) Une société sans numéraire et un système de monnaie numérique, où la confidentialité commerciale est complètement effacée. 8) Création d'une "économie commune" dans laquelle personne ne possède rien et la production indépendante est interdite. 9) Suppression des frontières nationales et fin de la souveraineté et de l'autodétermination. 10) Centralisation du pouvoir politique mondial entre les mains de quelques élites choisies." Brandon Smith le 2 02 20 "Comment arrêter la grande réinitialisation du Forum économique mondial".
Réponse de le 10/02/2021 à 4:12 :
@ Schrek. Vous etes un optimiste vous !
Réponse de le 10/02/2021 à 8:49 :
2) Les passeports médicaux et la recherche des contacts dans le cadre de la vie quotidienne

L’Estonie teste des passeports de vaccination pour le monde entier. Un code QR pourrait-il ouvrir la porte du monde ? Telle est la question posée en Estonie qui mène, avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), des efforts visant à développer des passeports vaccinaux numériques, reconnus mondialement.Le problème est de savoir si quiconque vérifie un tel certificat peut « faire confiance à la source » du document, souligne Marten Kaevats, conseiller du gouvernement estonien sur les questions technologiques. « La solution devra fonctionner aussi bien en Erythrée qu’à Singapour », précise-t-il.
a écrit le 09/02/2021 à 19:29 :
Ca fait cher la plandémie, bravo d' avoir suivi comme de bons toutous mondialistes le Klaus Schwab et son agenda 2021 paru en juillet ...2020, "COVID 19 the Great Reset". Dans toutes les bonnes librairies.
a écrit le 09/02/2021 à 16:50 :
"des vagues d’épidémies "

Pendant ce temps, les experts envoyés à Wuhan sont revenus bredouille ou plutôt brocouille comme on dit dans le bouchonnois.
a écrit le 09/02/2021 à 13:46 :
Heureusement que nous avons un gouvernement dont les propriétaires ont assez d'argent pour pouvoir rembourser tous les immenses dégats de leurs poulains hein, ouf...
Réponse de le 09/02/2021 à 14:27 :
Et dans les autres pays çà se passe mieux hein ?
Réponse de le 09/02/2021 à 16:02 :
Je suis sûr que dans les autres pays les gouvernements ont aussi des propriétaires fortunés, je ne m'en fais absolument pas pour eux c'est juste que je suis français, toi par contre un jour faudra que tu choisisses hein, français ou allemand mais les deux en mêmes temps ce n'est pas possible.

Sauf peut-être en Suède ce qui expliquerait pourquoi ils n'ont pas obéit au dogme... ^^

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :