Pour Gattaz, il est "important" d'inciter les chômeurs à "reprendre le travail"

 |   |  335  mots
Il y a aujourd'hui deux millions de chômeurs de longue durée en France. Il faut les accompagner, a souligné le patron des patrons, insistant par ailleurs sur la persistance d'emplois non pourvus en France.
"Il y a aujourd'hui deux millions de chômeurs de longue durée en France. Il faut les accompagner", a souligné le patron des patrons, insistant par ailleurs sur la persistance d'"emplois non pourvus" en France. (Crédits : REUTERS/Benoit Tessier)
Le président du Medef attribue la remontée du chômage à une offre ne correspondant pas à la demande des patrons qui recrutent. Il faudra selon Pierre Gattaz "quelques années" avant d'observer une baisse de chômage".

La baisse du chômage est "un travail collectif", a assuré le président du Medef Pierre Gattaz jeudi sur France Inter, estimant possible d'arriver à terme à "5 ou 6% de chômage en France". Pour cela, "il faut poursuivre les réformes", a-t-il ajouté, jugeant "important" d'inciter les chômeurs à "reprendre le travail".

"Ça vient doucement", a-t-il déclaré appelant à "faire confiance aux entreprises" en ce qui concerne les créations d'emploi. "Les réformes sont juste en train de se mettre en oeuvre", a-t-il insisté. Pour voir le chômage vraiment baisser, "ce sont quelques années. Le chemin est là, il faut encore accélérer les réformes", a-t-il plaidé.

Le patron des patrons avait évoqué en 2014 la création d'un million d'emplois par les entreprises en échange des baisses de charges promises par François Hollande dans le cadre du pacte de responsabilité, de façon à ramener le chômage à 8% en France. Or, si les créations d'emplois ont été fortes, de l'ordre de 240.900 sur un an au troisième trimestre, le chômage peine pour l'instant à reculer : après être descendu à 9,5% mi-2017, le taux de chômage mesuré par l'Insee est remonté à 9,7% au 3e trimestre.

"Accompagner les chômeurs" pour faire correspondre offre et demande

"Il y a aujourd'hui deux millions de chômeurs de longue durée en France. Il faut les accompagner", a souligné le patron des patrons, insistant par ailleurs sur la persistance d'"emplois non pourvus" en France.

"Aujourd'hui, les chefs d'entreprises ont retrouvé de la confiance. Mais quand j'interroge mes pairs, qu'est ce qu'ils me disent? Ils me disent +je cherche des collaborateurs et je ne trouve pas+ (...) La demande ne correspond pas à l'offre", a-t-il insisté.

Selon l'Insee, le chômage ne devrait refluer que faiblement en 2018, à 9,4% de la population active, malgré une croissance vigoureuse, attendue à 1,9% cette année. D'après la Banque de France, il se maintiendrait même à 9,6% l'année prochaine, la décrue n'étant attendue par l'institution monétaire qu'en 2019 et 2020.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2017 à 18:36 :
tant qu'un travailleur à mi-temps aura pratiquement 90% du revenu qu'il aurait si il travaillait à plein temps , les chômeurs ne seront pas incités à travailler ! en plus ce mi-temps lui permet de travailler au black ! 2 propositions d'emploi possibles refusées ? fin des allocations chômage qui devraient être limitées en valeur : 580€ maxi par mois quelque soit le salaire précédent comme en GB et limité à 6 mois au lieu de 3 ans comme en France Et qu'on arrête de faire rentrer tous ces étrangers (par exemple 12 000 Espagnols pour les vendanges)pour des travaux que n'importe quel chômeur pourrait faire et Expulsion immédiate de tous les migrants économiques qui viennent d'Europe centrale ou d'Afrique de l'ouest
a écrit le 23/12/2017 à 17:16 :
Gattaz est un MENTEUR. Il ment parce qu'il sait très bien qu'une partie de la population est tellement loin du travail qu'elle ne le rejoindra jamais. Les chômeurs sont même une bénédiction pour les entreprises. Un taux de chômage élevé leur permet de demander toujours plus de réductions de charges, d'impôts, de contraintes...tout en promettant que grâce à ces mesures le chômage diminuera. C'est évidemment ARCHI-FAUX, et c'est pourtant ce que répètent à longueur d'émissions "d 'information" des économistes, des "journalistes" pseudo-économiques dont il faut bien considérer que pour avoir si peu de sens critique ils ne peuvent être qu'aux ordres ou vaccinés au libéralisme décérébrant le plus obscur.
a écrit le 23/12/2017 à 11:48 :
Il a bien raison Gattaz, proposns leur des jobs bien payés, je suis sur que ça réduira le chômage ...!
a écrit le 22/12/2017 à 15:42 :
je plaint les jeunes qui aujourdhui rentre sur le marche du travail meme avec des bagages intelectuel, car l on voie comment les patrons veulent les utilser avec des petit salaires des petit contrat, des horaires corveable et gratuit, AVEC TOUTE CES INTREVENTIONS ON S APERCOIE QUE CE N EST PAS QU UNE QUESTION DE FORMATION MAIS UNE QUESTION D ARGENT DE SALAIRE ET DE DIGNITE DES GENS QUE LE PATRONNA EMPLOIES? . UN VIEUX PROVERBE NOUS DIT QUE TOUT TRAVAIL MERITE SALAIRE?LES PATRONS QUI PAYENT BIEN ON EUX DES EMPLOYES QUI VIENNENT VERS EUX? IL NE LES CHERCHE PAS ? IL FAUT ARRETTE DE DIRE QUE LES JEUNES NE VEULENT PAS TRAVAILLE ILS VEULENT SEULEMENT VIVRE DIGNEMENT DE LEURS METIERS???
a écrit le 22/12/2017 à 9:48 :
Le patronna est responsable de ne pas savoir gérer le budget formation destiné aux salariés, et particulièrement de ceux qui ont été licenciés. Pourquoi un chômeur n'arrive-t-il pas à se faire financer une petite formation pour une remise à niveau, alors que le budget alloué est de plusieurs milliards ? Le chômage de longue durée persiste car l'employabilité d'une personne diminue avec le temps. Les normes et technologies évoluent trop vite par rapport aux décennies précédentes, et il faudrait que nos dirigeant vivent dans le présent pour prendre les décisions adaptées à notre époque.
a écrit le 22/12/2017 à 8:33 :
Il est important d'inciter les patrons à ne pas licencier et à former correctement leurs salariés tout au long de leur carrière.
a écrit le 21/12/2017 à 22:45 :
inciter les chômeurs à "reprendre le travail"
très simple, à chacun, proposer un emploi qui correspond à leur savoir faire, et non demander l'inverse, savoir faire ce qu'on demande. Si ça ne sert à rien tant pis, au moins ils auront une activité rémunérée (à la place des actionnaires, déjà très riches), presque plus de chômage. :-)
Si simple la vie laborieuse.
a écrit le 21/12/2017 à 22:35 :
J'aurais aimé comme Gattaz reprendre l'entreprise de mon paternel( j'ai pas pu, elle était trop endettée, mais pas autant que la France ), au lieu de devoir me former continuellement et chercher, car contrairement à un emploi, spécialisé qui demande quasiment une modification du comportement et un grand stress continuel, être patron, c'est.. toujours pareil, tous les patrons sont interchangeables( et d'ailleurs ils s'échangent les places dans les conseils d'administration), un peu de compta, parler pendant des réunions, négocier des taux et pressuriser les autres; alors que l'employé lui doit se payer des années de formation, pour être de plus en plus rapidement obsolète, se vendre comme une péripapéticienne, corps et âme scruté pour la moindre erreur de vie, et être viré comme une serviette dès qu'on a plus besoin de lui. L'arrivée de l'intelligence artificielle va peut-être rendre plus criante cette réalité que même un employé de base vaut de plus en plus un cadre supérieur, le métier en plus, et créer une inversion, et la révolution risque de faire qu'en fait on devienne tous notre propre patron, abandonné par l'économie traditionnelle; l'argent se fera rare, il vaudra mieux être indépendant en subsistance. Tous ceux qui font des écoles de commerce se plantent lourdement, car leurs ainés de 20 ans d'expérience vont justement vers les métiers d'artisanat, le commerce c'est has been, il y a trop d'intermédiaires et plus assez de vrais bosseurs, le producteur commence à réimposer ses prix, c'est cyclique, maintenant on cherche la qualité, et non plus la quantité. On a eu 6 siècles de croissance démographique quasi-ininterrompue en occident, et cela s'est arrêté il y a 10 ans, et pour ceux qui aiment l'histoire, allez voir ce qui se passe en période de déflation.
Autrefois , on devenait patron par la promotion interne, en grimpant les échelons, d'autant plus si on était le fils du boss, celui au dessus doit savoir faire en mieux ce que fait celui qu'il dirige, cela été oublié, on a créé des écoles pour devenir direct patron et se coopter en perdant l'humilité et le respect de l'expérience, pas étonnant qu'on risque un nouveau 1789.
a écrit le 21/12/2017 à 20:53 :
Un bon graphique est parfois plus évocateur que des longues phrases ou les petites historiettes de gttaz. En le voyant, comment peut-on encore croire le mythe européiste selon lequel l’euro nous protégerait ?

En guise de conclusion, citons George Orwell, « dans les temps de tromperie universelle, dire la vérité devient un acte révolutionnaire ». L’UPR par son travail d’information et son combat politique, malgré la censure éhontée des médias de masse, fait figure d’acte révolutionnaire permanent. Nous vous invitons à cet égard à regarder, si vous ne l’avez pas déjà fait, les conférences de François Asselineau, notamment la tragédie de l’euro et la tromperie universelle comme mode de gouvernement, deux conférences qui correspondent parfaitement au fond de cet article.

https://www.upr.fr/actualite/france/les-artifices-statistiques-de-la-baisse-du-chomage-quand-la-boite-outils-presidentielle-se-transforme-en-bidouillage-par-charles-henri-gallois
a écrit le 21/12/2017 à 19:31 :
jupiter le président des riches aux ordres du chef gattaz. pauvre macron, n'être qu'un hochet aux mains de gattaz doit titiller le chef suprême, que dis-je "sa majesté la reine macron".
a écrit le 21/12/2017 à 18:17 :
Je suis poète et cherche une rime avec Gattaz.... riche de préférence mais il n'y en a qu'une qui me vienne à l'esprit et elle est pauvre....
Réponse de le 21/12/2017 à 19:45 :
-"pauvre nase"
-"bourgeoisie sournoise"
- "emphase de l'oukaze"

Ne me remerciez pas, c'est tpujours un plaisir, et si ca peut aider à le dégager.
a écrit le 21/12/2017 à 18:15 :
"Mais quand j'interroge mes pairs, qu'est ce qu'ils me disent? "

En gros, ces potes à la même idéologie libérale.
a écrit le 21/12/2017 à 18:13 :
Voila pourquoi, il veut du petit personnel :

C'est une acquisition qui ne va pas pas passer inaperçue. Selon Le Canard Enchaîné, Pierre Gattaz et sa famille - qui avec 310 millions d'euros figurent au 274e rang des fortunes françaises selon Challenges - vont s'offrir pour onze millions d'euros le château de Sannes dans le Lubéron. Le patron du Medef, qui vient de signer la promesse d'achat, réalise là une belle affaire puisque le domaine avait été mis en vente il y a quelques années sur le marché international pour 30 millions d'euros. Le fondateur d'Apple, Steve Jobs, s'était en 2011 montré intéressé par ce château qui comprend 2.120 m2 habitables, deux piscines, six suites et 73 hectares de terres agricoles dont 35 hectares de vignes classées.Pierre Gattaz, qui devrait quitter dans quelques mois la présidence du Medef va également se lancer dans la production d'amandes et d'huile d'olives bio. "Pierre Gattaz souhaite faire de l'agriculture bio et organiser des manifestations culturelles internationales dans la partie château. Il s'agit d'un projet entrepreneurial, il compte bien ne pas y perdre d'argent" indique un de ses proches au journal satirique.
a écrit le 21/12/2017 à 17:38 :
quand à plus de 58 ans et avec 9 à 12 ans à travailler ( pour une retraite pleine)vous vous dites prête à vous former en contrat de professionnalisation (dans un secteur ayant des difficultés à recruter) en précisant accepter de déménager sur certains départements et continuer à évoluer et qu'un responsable de formation (qui connaît bien son secteur) vous répond
vous allez coûter trop cher (1 smic moins les aides accordées aux employeurs pour l'embauche en contrat de professionnalisation des seniors sans compter les compétences transposables )
vous n'êtes pas formatable comme un jeune en apprentissage ( jeune ou moins jeunes, nous ne sommes pas des disquettes dont on peut effacer le contenu): pas formatable certes mais sachant s'adapter :oui
est-ce vraiment la personne qui ne veut pas travailler ou des recruteurs ou employeurs qui ,comme l'écrit ERIC dans son commentaire, cherchent la perle rare?
quand vous souhaitez rencontrer un Conseiller en Evolution Professionnelle pour réfléchir avec un regard extérieur (pour éviter de tourner en rond) et que votre interlocuteur vous répond "certainement pas" après avoir fait le constat d'une réorientation professionnelle nécessaire ( et bien d'accord sur ce point), est-ce vraiment la personne qui ne veut pas travailler?
a écrit le 21/12/2017 à 17:17 :
Scandaleux propos mais in fine pas vraiment étonnant de ce Monsieur à qui je souhaite de se retrouver chez polemploi à son age vénérable .
a écrit le 21/12/2017 à 15:49 :
Les employeurs français veulent des moutons à cinq pattes avec le plus bas salaire. Dans les pays anglo-saxon diplômes ou pas chacun trouve sa place avec un salaire correcte sachant que même sans diplôme vous pouvez percé. En France pays technocratique géré par des énarques et des haut fonctionnaires plus fort pour faire de la bureaucratie et de la paperasse avec des normes règlementations bloquent la machine économique et l’emploi... Pierre Gattaz veut des salariés français payés comme en Roumanie, Bulgare ou chinois avec un sac de riz pour prime pour faire "baisser" le nombre de chômeurs.
a écrit le 21/12/2017 à 15:42 :
Gâteux a parlé...
Réponse de le 21/12/2017 à 17:34 :
Cet individu est une caricature à lui seul.
a écrit le 21/12/2017 à 15:35 :
Pierre Gattaz fils à papa qui a hérité de l'entreprise de son père élevé à la cuillère en or à la bouche est mal placé pour donner des leçons. La persistance d'"emplois non pourvus" vient beaucoup d'emploi mal rémunéré beaucoup d'employeurs profitent du chômage élevé pour proposer des conditions indignes...
a écrit le 21/12/2017 à 15:19 :
Comment se fait-il que nos réactions n'aparraissent-elles pas ?
a écrit le 21/12/2017 à 13:59 :
La plupart des postes non pourvus sont des postes qui présentent de sérieux inconvénients et que, comme le dit si bien notre président Macron, les patrons n'en voudraient pas pour eux même ! Comme si être au chômage voulait dire devoir accepter n'importe quel travail ! Vu par exemple une entreprise de charcuterie sur le Vaucluse où j'ai travaillé étant plus jeune : horaire de 5 heures à 10 heures et retour à 14 heures jusqu'à 17 heures ! Et je ne vous parle même pas de l'ambiance horrible qui régnait dans cette entreprise...
a écrit le 21/12/2017 à 12:53 :
La demande ne correspond pas à l'offre dit-il. Dans un marché, l'offre et la demande doivent se rejoindre. Que font les patrons pour que l'offre se rapproche de la demande ? Ils veulent des personnes expérimentées issues de leur branche professionnelle, mais de moins de 40 ans, diplômées et parlant plusieurs langues.
S'ils ne trouvent pas, il serait temps qu'ils perdent l'illusion de trouver la perle rare et fassent les efforts d'intégration et de formation de personnes différentes qui apporteront aussi un peu de changement à leurs équipes souvent trop homogènes.
Réponse de le 21/12/2017 à 16:05 :
tout à fait d'accord éric
a écrit le 21/12/2017 à 12:36 :
Il est possible d atteindre 5 à 6 % de chomage..... Le jour où nous y parviendrons, à quelle sauce accomoderons nous ces laissés pour compte ? Emplois non pourvus dites vous, combien ? Pour combien de chomeurs ? Il semble urgent de rappeler qu il n y a, dans nos modeles sociaux actuels, tout simplement pas assez de travail pour tous. Et ça en arrange plus d un....
Réponse de le 21/12/2017 à 15:15 :
Les "chambres de bonnes" se louent aujourd'hui plusieurs centaines d'euros à Paris. Avant elles étaient réservées aux...bonnes, c'est à dire au petit personnel, selon l'expression consacrée. Donc pas de coût de transport, et souvent pas de coût de logement non plus. Pour les horaires on faisait tout d'un coup, avec une petite pause pour manger (souvent aux frais de l'employeur). Aujourd'hui tu paies ton HLM dans une banlieue horrible, tu fais quatre heures de RER quand tu as de la chance, et tu paie ton sandwich. C'est quand même mieux de nos jours non ?
a écrit le 21/12/2017 à 11:28 :
C'était le billet économique sponsorisé par l'oligarchie française.

Résumons le, c'est facile il dit toujours la même chose depuis des décennies:" Les travailleurs doivent travailler toujours plus pour gagner toujours moins afin que les rentiers gagnent eux toujours plus en travaillant toujours moins."

Merci pour la messe cher évêque même si nous autres citoyens sommes athées mais les politiciens en effet sont croyants et pire, pratiquants.

On nous prend pour des gonds.
a écrit le 21/12/2017 à 11:22 :
Il faudrait dejà que les entreprises offrent des salaires dignent de ce nom !!! pour beaucoup, il est plus interressant de rester au chomage et de toucher toutes les aides dons ils ont le droit!!!! En plus souvent il faut racheter une voiture, faire garder les enfants.. Vous savez avec un SMIC c'est meme pas la peine. Tout un ensemble a revoir, si on veut mettre les chomeurs au travail.
a écrit le 21/12/2017 à 11:15 :
Les millions de chômeurs et précaires en plus depuis 2008, sont le fruit d'une vague de fainéantise?

Ils se sont collectivement dit, le travail n'est pas assez attractif, je vais arrêter de bosser.

Le niveau d'analyse du MEDEF est dramatique!
a écrit le 21/12/2017 à 11:14 :
logique: si vous cherchez quelqu un qui a moins de 30 ans mais 10 ans d experience, qui parle 3 langues pour travailler a paris en etant payé moins de 2000 €/mois net vous allez pas trouver ...

Plus serieusement, on peut pas a la fois se feliciter que l immobilier prenne 15 % par an et apres etonner que les gens ne veuillent plus bouger ! Qui est assez con pour prendre un job ou son nouveau salaire sera englouti dans le loyer ou le credit sur 30 ans ?
Réponse de le 21/12/2017 à 11:25 :
et si on revend pour acheter, les frais dits de notaire (impôts) ne sont pas négligeables du tout, ça n'incite(facilite) pas à bouger (être locataire toute sa vie ?).
Réponse de le 21/12/2017 à 13:02 :
Yes, vous avez raison. Gattaz est un phenomene rare, mais gardez le chez vous. Personne ne l'ecoute si ce n'est lui meme.
Réponse de le 21/12/2017 à 14:00 :
Tout à fait d accord
Réponse de le 21/12/2017 à 15:32 :
"Qui est assez con pour prendre un job ou son nouveau salaire sera englouti dans le loyer ou le credit sur 30 ans ?":ben moi!Je me suis lancé avec succès dans le trading des monnaies électroniques.Pour le moment ça marche très bien.Il suffit de se bouger...Gattaz a un peu raison quand meme

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :