Pour redresser la France, Montebourg veut taxer les banques

 |   |  922  mots
Les banques sont sorties de la crise, pas la France, a martelé Arnaud Montebourg ce mercredi.
"Les banques sont sorties de la crise, pas la France", a martelé Arnaud Montebourg ce mercredi. (Crédits : © Stephane Mahe / Reuters)
L'ancien ministre de l'Economie, candidat des primaires de la "Belle alliance populaire" veut ponctionner de 5 milliards d'euros par an les profits des banques pour financer son plan d'investissement permettant de sortir la France de la crise.

La hache de guerre est déterrée. "Les banques sont sorties de la crise, pas la France. Si je suis élu le 8 mai à la présidence de la France, je ponctionnerai de 5 milliards d'euros par an les superprofits des banques qui se sont élevés à 29,2 milliards d'euros l'année dernière. Au regard de celles qu'elles ont coûté au contribuable lors de la crise, cette une contribution modérée qui leur sera donc réclamée", a déclaré Arnaud Montebourg ce mardi à Paris lors d'une conférence de presse au cours de laquelle l'ancien ministre de l'Economie de François Hollande aujourd'hui candidat à la primaire de la "Belle alliance populaire" a présenté le premier chiffrage de son programme de campagne.

Cette déclaration de guerre n'est pas sans analogie avec les déclarations du candidat Hollande en 2012 qui, dans son discours du Bourget, affirmait sa volonté de s'en prendre " à la mauvaise finance " *.

Une pierre...trois coups

Avec cette proposition, qui omet de préciser que les banques ont intégralement remboursé l'aide offerte par l'Etat au plus fort de la crise, Arnaud Montebourg fait une pierre ... trois coups. Il jette une pierre dans le jardin de Manuel Valls et de Vincent Peillon, ses principaux rivaux à gauche dans la course à l'Elysée qui oublient d'évoquer ce sujet ; il fait une tentative d'ouverture vers la gauche de la gauche de la majorité et notamment les partisans de Jean-Luc Mélenchon ; enfin, il trouve un moyen commode de financer son plan d'investissement qu'il qualifie de keynesien pour relancer l'économie française. Un plan dont le coût annuel est estimé à 24,4 milliards d'euros par Arnaud Montebourg et dont les ambitions sont multiples.

Beaucoup de dépenses, peu de recettes

Concrètement, quelles sont ses mesures phares ?

Du côté des dépenses, outre le renforcement du budget de la Défense dont le coût est estimé à 4,4 milliards d'euros par an, le candidat Montebourg souhaite injecter 4 milliards d'euros par an pour la rénovation thermique des bâtiments, et 4 milliards d'euros par an pour une relance écologique dans les territoires et l'investissement dans les infrastructures. "Nos villages, nos campagnes ne peuvent plus se dépeupler. L'Etat doit intervenir massivement pour que nos territoires redeviennent attractifs pour les forces vives de la Nation", a-t-il déclaré, proposant notamment la création de télécentres et des espaces de télétravail câblés par la fibre dans un certain nombre de villages ruraux.

Quatre milliards seront également dépensés pour créer une assurance-formation dont disposerait tous les Français pour leur permettre, tout au long de leur vie professionnelle, de suivre des formations, de reprendre des études ou de reconquérir du temps pour soi et pour sa famille.

Une refonte du crédit d'impôt pour la compétitivité et de l'emploi (CICE) est également dans les cartons de l'ancien ministre de l'Economie. Celui-ci sera recentré sur les PME. Dix milliards d'euros, sur les 12 milliards que représente la facture annuelle de ce dispositif, seront ponctionnés. Huit seront utilisés pour financer la baisse de CSG sur les revenus modestes et moyens. "Ce sera un formidable gain de pouvoir d'achat pour les Français qui en ont le plus besoin", a déclaré Arnaud Montebourg. Deux milliards seront utilisés pour réformer le régime social des indépendants.

Le système éducatif n'est pas oublié. La mise en place du dispositif "plus de maîtres que d'élèves", déjà testé, coûtera 4,4 milliards d'euros. Pour revaloriser le salaire des enseignants, notamment dans les zones les plus difficiles, ce seront 3,7 milliards d'euros qui seront dépensés.

Pour améliorer la santé des Français, une mutuelle publique à 10 euros sera lancée. Son coût : 1,9 milliard d'euros. Créer 5.000 postes dans les hôpitaux par an et ouvrir des dispensaires dits "du XXIème siècle" sont des mesures dont les coûts sont respectivement estimés à 300 et 500 millions d'euros.

Quelques mesures de recettes sont également proposées, mais elles ne sont pas légion. "La politique de relance que je propose engendrera mécaniquement des recettes nouvelles pour les finances publiques", a justifié Arnaud Montebourg. Suspendre la directive Travailleurs détachés rapporterait 1 milliard d'euros. Réformer le Sénat et réduisant son nombre d'élus permettrait à l'Etat d'engranger 300 millions de recettes supplémentaires. Reste à savoir si ces deux propositions auront l'aval des principaux concernés, Bruxelles et les partenaires européens de la France, et des sénateurs.

L'avis de Bruxelles

Bruxelles ? Son avis semble laisser Arnaud Montebourg indifférent. C'est dans cette même logique qu'il compte passer outre les dispositions du Small Business act européen, qui réglemente la commande publique aux entreprises, pour que celle-ci devienne un véritable levier de croissance pour les TPE et les PME.

Les injonctions de Bruxelles à respecter la règle des 3% de déficit public sont également jetées à bas par Arnaud Montebourg. Marine Le Pen n'est donc pas la seule à occuper ce terrain et à faire de Bruxelles une cible.

"Faut-il rappeler que dix pays du G20 ont déjà lancé des plans d'investissement massifs, que l'OCDE considère les conditions d'emprunt anormalement avantageuses et qu'il faut donc en tirer profit ? L'horizon des Français ne peut plus être barré par cette règle des 3% ! », a-t-il déclaré.

______________________

*Sur ce sujet, lire l'ouvrage d'Adrien de Tricornot, Franck Dedieu et Mathias Thépot, « Mon amie, c'est la finance ! » Bayard, 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/01/2017 à 18:01 :
Encore un gentil farfelu parmi tant d'autres . C'est génial, il va redresser la France tel un tuteur sur une plante moribonde !
La France, elle n'a pas de pétrole mais pleins d'idées de doux rêveurs...
Ce sont les nouvelles cigales de l'idéologie de gauche, on n'a pas d'argent mais c'est pas un problème ! (encore plus de nouvelles taxes et impôts..et encore plus d'emprunts).
C'est certain la France va se redresser....
a écrit le 05/01/2017 à 11:38 :
il devrait retourner a linsead faire une formation intensive de 3 jours ou on lui apprendrait a compter
la dette de la france, c'est 2 200 milliards, le pib a peu pres autant
quand ca va le deficit de l'etat est a 40 milliards, 80 quand ca va moins
alors c'est sur, 5 milliards ca change tout
surtout pour preter a des gens qu'on aura pris le soin de bien decourager par ailleurs.....( oui je sais, c'est accessoire de trouver des esclaves corveables a loisir...)
ou avais je la tete, c'est pour financer des projets d'avenir, comme ca copine qui a finance avec l'argent de sa region plein de canards boiteux en refilant ses dettes ' a qui de droit' lors de la fusion des regions'!
a écrit le 05/01/2017 à 8:23 :
Les français en ont assez des propositions débiles des uns et des autres, on a le sentiment qu'il faut élire le plus débile, celui qui proposera le plus de conneries
a écrit le 05/01/2017 à 6:34 :
Un socialiste ne connait qu'une solution......inventer une nouvelle taxe !!
a écrit le 04/01/2017 à 22:39 :
L HOMME DE LA CUVE AU PRESIDENT NE CONNAIS RIEN AU MONDE DUTRAVAIL NI A L ECONOMIE REEL/ MONTE BOURDES/ ET SURTOUT UN GRAND PHRASEUR ET QUI EN PLUS UN TON DE PETIT BOURJOIE DE PROVENCE? QU ILS RETOURNE A SES ETUDES IL N EST PAS MUR POUR ETRE PRESIDENT???
a écrit le 04/01/2017 à 22:34 :
De facto, les grosses banques nationales sont soutenues par l'état en cas de crise majeure, un peu comme si les banques bénéficiaient d'une super-assurance gratuite.
Donc taxer les banques, pourquoi pas, à la condition de cibler certaines activités et de ne pas taxer le financement de l' "économie réelle".
a écrit le 04/01/2017 à 19:00 :
"bon Dieu mais c'est bien sûr" ! comment personne n'y avait pensé ?
a écrit le 04/01/2017 à 18:25 :
parles plus bas car elles pourraient bien t'entendre .... celles qui ont le vrai pouvoir !
a écrit le 04/01/2017 à 18:23 :
boh y a plus simple et plus populiste
il n'a qu'a dire qu'il votera une loi qui interdit le cancer, une loi qui interdit le chomage, une loi qui donnera de l'argent ' paye par personne' a tout le monde
quand on voit ce qu'il a reussi a faire quand il etait ministre, on souhaite qu'il revienne vite et mette vite au chomage ceux qui ne le sont pas encore, ' ce qui reduirait les inegalites' avec ceux qui ont la chance de deja y etre
grace a des gens comme lui les lepen arrive au pouvoir
j'espere qu'il nous epargnera ses geremiades en temps opportun, et qu'il assumera ( oui bon je sais il expliquera que c'est pas safaute)
Réponse de le 17/01/2017 à 13:36 :
Interdire la connerie serait plus utile ...
a écrit le 04/01/2017 à 17:47 :
Un socialiste ne peux que TAXER alors les banques pourquoi pas ? Cela les mètreras en situation de faiblesses face à leurs concurrents étranger mais c'est pas grave. Triste politique de sur enchères à gauche
a écrit le 04/01/2017 à 17:22 :
Montebourg devrait être suffisamment intelligent pour comprendre qu'il faut réduire le montant des prélèvements sur la production, c'est à dire à la charges des entreprises, et les reporter sur la consommation (TVA sociale), et plus particulièrement sur la consommation d'énergie (fiscalité énergétique. Mais les Français y sont opposés.
a écrit le 04/01/2017 à 16:54 :
De la part d'un gars qui était prêt à laisser entre l'exploitation des gaz de schistes sur le territoire j'ai de sérieux doutes.

Et de toute façon l'UE ne le permettrait jamais, l'UE étant là pour protéger les intérêts des mégas-riches.
a écrit le 04/01/2017 à 16:23 :
Guignol, c'est du démago d'incompétent, du Le Pen like, je sors un slogan, une idée basique qui plait au peuple, et je ne ferai pas le dixieme de ce que je dis car c'est impossible.
La France fait partie, bénéficie de l'Europe, de l'Euro. Elle ne peut s'en affranchir avec le volontarisme d'un avocat naïf, c'est aussi débile de faire croire qu'on peut s'affranchir des 3% que de voter le Brexit.
a écrit le 04/01/2017 à 16:08 :
Montebourg est un pur démago : le "sauvetage" des banques en 2008 n'a non seulement rien coûté aux contribuables mais en plus il a rapporté à l'état (en raison, notamment, du bilan plutôt très sain des banques françaises excepté Dexia). Il n'y a eu que des avances d'argent aux banques pour faire face à la crise de liquidité, mais avec un taux d' intérêt à presque 8%, quasi usuraire. On comprend qu'à ce prix les banques se sont empressées de rembourser ces ruineuses avances. Il n'y a donc pas à faire payer à nouveau les banques pour leur sauvetage... pour la bonne et simple raison qu'elles l'ont déjà fait. De toutes façons, on ne voit pas comment affaiblir l'un des seuls secteurs économiques français qui s'en sort serait de nature à redresser la France.
a écrit le 04/01/2017 à 15:51 :
"Réformer le Sénat et réduisant son nombre d'élus permettrait à L’État d'engranger 300 millions de recettes supplémentaires." On va mettre les sénateurs au travail pour qu'ils génèrent des recettes pour L’État? Je ne sais pas quel genre de travail il veut leur faire faire pour qu'ils nous rapportent 900k euro chacun, mais je veux bien le filon. Crédibilité zéro de l'individu, comme pour 90% de ses idées. Qu'il retourne jouer à Simcity au lieu de vouloir participer à la destruction de notre pays.
a écrit le 04/01/2017 à 15:36 :
Beaucoup de dépenses, peu de recettes ................ et au final, au pied du mur de la réalité, beaucoup d’impôts, la machine socialiste à toute vapeur. On a déjà entendu ce refrain. Les impôts, c'est comme le chocolat, si on en mange trop, on est malade................. et puis, est ce qu'un jour, on comprendra en terre sociali , que le social doit être financé par la création de richesse et pas, par l'endettement
a écrit le 04/01/2017 à 15:27 :
Je ne cherche pas à défendre particulièrement les banques, mais il faudrait surtout s’appuyer sur l'Europe pour que toutes les banques du monde soient soumises aux mêmes contraintes. Autrement, on va juste affaiblir nos banques et elles vont être rachetées par les autres banques du monde. Il faut agir au niveau européen pour l'obtenir. De même, il faut forcer les multinationale Google, Apple, Microsoft, à payer un juste niveau d'imposition dans les pays où elles font des bénéfices. Ça rapporterait pas mal d'argent à la France et aux autres pays européens. Mais là encore, il faut agir au niveau européen, c'est complexe et technique => ça ne m'étonne pas que Montebourg n'en parle pas...
Je suis surpris par 2 points chez TOUS nos hommes politiques:
1) ils ne parlent pas de mesures pour relancer l'économie en générale. Il s'agit plus de mesure(tte)s pour faire des économies. Que de stratégie défensive (peut-être pour nous rassurer), mais pas de stratégie offensive.
2) ils ne parlent pas d'Europe ou qd ils en parlent c'est pour en faire un bouc émissaire. alors que c'est grâce à l"Europe que nous pourrons avancer.
a écrit le 04/01/2017 à 15:07 :
Attention au crash contre le mur de la réalité.
a écrit le 04/01/2017 à 15:01 :
Coté banques il ferait mieux de proposer la régulation et plafonnement des frais bancaires !
a écrit le 04/01/2017 à 14:37 :
Mr. Montebourg nous explique comment il va redresser la France, après ses résultats désastreux comme ministre du "redressement productif". Ce monsieur n'a jamais travaillé dans le privé, il a pris des cours d'économie à l'INSEAD après avoir été ministre (sic), et il croit tenir une idée géniale en taxant les entreprises ? Monsieur Montebourg faites nous plaisir : taisez vous et retournez d'où vous venez. La France n'a pas besoin de vous.
a écrit le 04/01/2017 à 14:37 :
Rien de neuf, juste les vieilles rengaines socialo communistes, on peut continuer à dormir tranquille
a écrit le 04/01/2017 à 14:35 :
taxer les banques elles reporteront ça sur leurs clients ......
a écrit le 04/01/2017 à 14:28 :
Voilà que l'inventeur ... du ministère du redressement productif ...qui n'a jamais rien redressé ni produit .....même ... que l'on ne sait pas combien , cela à couter à nos impôts..., veut maintenant , nous faire prendre des vessies pour des montgolfières.... ! en nous enseignant une nouvelle théorie marxo/socialiste fumeuse ,pour vivre sur l'argent des autres ....!
a écrit le 04/01/2017 à 14:05 :
on connait le refrain : mon ennemi c'est la finance !
a écrit le 04/01/2017 à 13:56 :
Taxer les banques de 5 milliards par an, elles les récupèreront si bien en prélevant nos comptes en tarification. La C.S.G-C.R.D.S à 8% ET 15.5% va flamber, fuite en avant dramatique du sur-endettement.
a écrit le 04/01/2017 à 13:54 :
Taxer les banques us..?? Il a pas compris, le gars : les banques font simplement payer les clients, dans ce cas. Surtout les plus pauvres, bien sûr...
a écrit le 04/01/2017 à 13:54 :
A tout ces candidats européistes qui essayent de faire semblant d'avoir un programme pour appâter le chaland mais qui ne pourront jamais sortir des clous de la commission de Bruxelles, je leur souhaite bonne chance pour avoir le job de... préfet de l'Union!
a écrit le 04/01/2017 à 13:49 :
Quel blagueur ce Montebourg! Il arriverait (presque) à nous faire rire..
a écrit le 04/01/2017 à 13:24 :
Et les socialistes vont encore dire qu'ils sont "les enemis de la finance et des banquiers ?"
Taxer les banques tout un programme pour des b.... oui le socialisme ne change : egalité pour tous, tout le monde à la même enseigne, revenu universel ( comment il finance ?), equi libre budgetaire ( il y en à pas eu en 5 ans de Hollande !!!) : il ferait mieux de règler le problème du chômage endemique en France et de relancer une socièté du travail et des hautes technologies, que les élèves et les étudiants fassent plus de maths et physique, qu'il comprenne réellement ce qu'il y a dans un ordinateur ou un super ordianteur ou même dans un robot industriel ou domestique. Oui il faut une socièté de la croissance et de l'emploi et non une socièté du revenu universel à 850€ par mois. C'est de l'utopie socialiste qui ne gère ni les budgets de l'état, qui ne règle aucune le problème du terrorisme. Oui il faut une socièté du travail qui ne compte pas forcèment les heures en permanence ( tout le monde à la pointeuse ?). les socialistes veulent t-ils sortir du capitalisme? Oui la socièté est inégalitaire et ce n'est pas forcèment qu'une question de richesses personnelles mais une socièté d'inintiative, de projets techniques, de projets professionnels et autre. Oui je préfère la politique des Republicains qui dit la vérité sur la situation de l'Etat, sur la dette endémique de la France ( qui n'est plus supportable) : il faut une socièté de developpement et de hautes technologies (ordinateur, automobile, robots, avions , drones, autres)...
a écrit le 04/01/2017 à 13:15 :
Pourquoi pas, donc faut s attendre a une augmentation des frais bancaires en tout genre, les dindons seront toujours les mêmes :)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :