Pourquoi la France n'a plus de garde nationale

François Hollande a envisagé la création d'une "garde nationale" constituée de réservistes. Il mettrait ainsi fin à un modèle né avec la Troisième république qui avait voulu en finir avec un corps très controversé. Rappel historique.

10 mn

François Hollande veut rétablir une garde nationale. Ce serait une renaissance dans l'histoire de France.
François Hollande veut rétablir une "garde nationale." Ce serait une renaissance dans l'histoire de France. (Crédits : PHILIPPE WOJAZER)

Dans son discours du 16 novembre devant le Congrès de Versailles, François Hollande a repris une idée qui circulait depuis des années à droite et à l'extrême-droite, celle de créer une « garde nationale encadrée et disponible », formée de réservistes de l'armée, pour lutter contre le terrorisme. Ce nouveau corps est en réalité inspiré par l'exemple des Etats-Unis et ne fait pas directement référence à la « garde nationale » française qui a existé entre 1789 et 1871 dans l'Hexagone.

Pour autant, entendre un président de la République évoquer explicitement devant le parlement réuni à Versailles l'idée d'une « garde nationale » était encore inimaginable voici quelques années. La « garde nationale » a, en effet, laissé un souvenir contrasté dans l'histoire de France et l'établissement durable de la République a souvent été identifiée avec sa suppression.

Naissance révolutionnaire et bourgeoise

La garde nationale est née en France le 14 juillet 1789. Créée par la municipalité de Paris, elle a alors immédiatement une double vocation qui restera longtemps la sienne : défendre la révolution contre l'armée du roi dont on craint alors l'intervention dans la capitale et défendre la propriété contre un peuple qui s'est soulevé et qui fait alors craindre le pillage. Après la prise de la Bastille, la monarchie reconnaît cette garde nationale parisienne qui est placée sous la direction de La Fayette et sous la responsabilité de l'Assemblée constituante.  Progressivement, elle s'étend dans tout le pays pour remplacer les diverses milices de l'ancien régime et devenir une vraie « armée de l'intérieur. »

Mais la garde nationale est surtout une armée bourgeoise. En octobre 1791, sa composition est éclaircie : son service est obligatoire pour les « citoyens actifs », ceux qui paient assez d'impôts pour voter. Les autres, « citoyens passifs », peuvent y participer sous réserve d'être jugés « bien intentionnés. » Cette distinction disparaîtra avec la chute de la monarchie en août-septembre 1792, mais elle restera toujours la force de la bourgeoisie, car le garde national doit payer son équipement lui-même.

Dans la tempête révolutionnaire

Progressivement, face aux événements de la Révolution, la garde nationale se divise et devient une force ambiguë. Le 17 juillet 1791, La Fayette l'utilise pour tirer sur la foule réunie au Champ-de-Mars pour demander la fin de la monarchie après la fuite à Varennes. Mais, au printemps 1792, les gardes nationales se mobilisent pour défendre le territoire et celle de Paris participe le 10 août à la prise des Tuileries et à la chute de la monarchie. Sous la terreur, la garde nationale est étroitement surveillée par le pouvoir montagnard qui, un temps, mis en place une « armée révolutionnaire des départements » au recrutement plus populaire, mais qui inquiéta tant qu'elle fut à son tour dissoute.

Après Thermidor, la garde nationale se divise encore davantage, à l'image de la bourgeoisie, entre ceux qui soutiennent un retour de la monarchie et les défenseurs des « acquis révolutionnaires. » Le 13 vendémiaire an IV (5 octobre 1795), la garde nationale de l'ouest parisien, monarchiste, se soulève pour rétablir le trône. Les insurgés sont arrêtés par les canons du général Bonaparte sur les marches de l'Eglise Saint-Roch, rue Saint-Honoré. Le Directoire décide alors de supprimer la hiérarchie de la garde nationale et de placer ce corps sous la responsabilité directe de l'Etat. Sous le consulat et l'Empire, la garde nationale est ainsi intégrée à l'armée, utilisé sur le champ de bataille et pour la défense du territoire.

La restauration, entre soutien et méfiance

La Restauration réforme et réorganise la garde nationale. Louis XVIII veut s'attacher la bourgeoisie et, en 1816, en établit le service pour tous les citoyens payant les contributions directes. La garde nationale retrouve son organisation et son rôle de 1791 : le maintien de l'ordre intérieur qui était donc confié aux plus fortunés des Français. On payait en effet fort peu l'impôt direct qui était alors réduit à quatre « contributions » : l'impôt foncier pour les propriétaires, l'impôt mobilier sur la valeur du loyer payé, la patente pour les revenus du commerce et l'impôt sur les portes et fenêtres, qui devaient frapper le luxe. Les officiers de la garde nationale sont alors vus comme des personnages et ne sont pas peu fiers de cet honneur, comme le César Birotteau de Balzac, parfumeur rue Saint-Honoré, fait « chef de bataillon quoiqu'il fût incapable de répéter le moindre mot de commandement. » Charles X, pourtant commandant de la garde nationale lorsque son frère Louis XVIII était roi, se méfie de ce corps bourgeois qui refuse sa politique de réaction féodale. En 1827, il dissout la milice parisienne.

L'armée d'un régime

Mais cette dernière se reforme spontanément au cours des « trois glorieuses » de juillet 1830 qui chasse le roi. La garde nationale se présente alors comme la garante de la « charte », la constitution, et du régime parlementaire contre toute tentative de retour à l'autocratie. La Fayette reprend son commandement et impose un nouveau roi : Louis-Philippe, le « roi bourgeois », qui fait de la garde nationale le plus sûr instrument de son régime. Lors des insurrections républicaines de 1832 et 1834, la garde nationale fait preuve d'une fidélité sans faille. Mais, progressivement, les gardes nationaux se détournent d'un régime de plus en plus sclérosé. Le refus de Guizot, chef de fait du gouvernement de Louis-Philippe, de 1840 à 1848, d'élargir le droit de vote mécontente beaucoup de bourgeois imposés, mais non électeurs. La crise économique de 1846-47 fait le reste : la garde nationale participe à la « campagne des banquets » qui demande une réforme du régime. C'est un de ses banquets qui, le 22 février 1848, provoque une nouvelle insurrection. La garde nationale ne défend pas alors le régime qui tombe en quelques jours.

Instrument de répression en juin 1848

Participant à la chute de Louis-Philippe en février, la garde nationale - à l'exception de celle des quartiers pauvres de l'est parisien - participe également à l'écrasement de l'insurrection populaire à Paris du 22 au 25 juin 1848 et à la répression qui suit et qui fait plusieurs milliers de morts. La garde nationale prouve ainsi avant tout que, quel que soit le régime, elle est avant tout une arme de défense de la propriété privée et un moyen de réduire par la répression les revendications qui se sont fait jour après février : le droit au travail, notamment. Dans "La Lutte de Classes en France", qui relate ces événements, Karl Marx souligne que « aux journées de juin, personne n'avait plus fanatiquement combattu pour la sauvegarde de la propriété et le rétablissement du crédit que les petits bourgeois parisiens. » Dans "L'Education sentimentale", Flaubert raconte plus concrètement cette férocité avec l'histoire du Père Roque, brave bourgeois de Nogent, que « les dommages causés par l'émeute à la devanture de son immeuble n'avaient pas peu contribué à rendre furieux » et qui exécute de sang-froid un prisonnier demandant du pain. La gauche se détourne alors de la garde nationale qui, en réalité, devient redoutable pour le pouvoir comme pour le peuple.

La renaissance populaire de la Garde Nationale

Lors du coup d'Etat du 2 décembre 1851, la garde nationale ne défend pas l'assemblée nationale et la république. Elle se rallie, comme la bourgeoisie française,  au « régime fort » de Louis-Napoléon Bonaparte qui, un an plus tard, devient Napoléon III. Mais ce dernier s'en méfie et la réduit à un rôle très secondaire, même lorsqu'éclate en 1870 la guerre contre l'Allemagne.  Pourtant, après la défaite de Sedan le 2 septembre et la chute de l'Empire le 4, la garde nationale change de nature. Elle n'est plus limitée à la bourgeoisie, mais est élargie au peuple parisien. C'est cette garde nationale désormais forte de 500.000 hommes et devenue populaire qui organise le long siège de Paris d'octobre 1870 à janvier 1871. L'essentiel de ces combattants estiment que les dirigeants républicains ont tout fait pour empêcher de briser le siège et ils n'acceptent ni le pouvoir de l'assemblée monarchiste élue en janvier, ni les conditions de la paix voulue par cette assemblée.

La Commune

Durant ces terribles mois de privations et d'épreuve, la garde nationale a changé de nature. Elle n'est plus la force bourgeoise de maintien de l'ordre qu'elle a été depuis 1789, elle est devenue une armée du peuple résistant et révolutionnaire. Et c'est précisément pour cette raison qu'elle inquiète le pouvoir issu de l'assemblée conservatrice. En février, cette armée s'organise en une Fédération de la garde nationale qui devient une puissance politique de résistance, au nom de Paris, au pouvoir légal.   Le nouveau chef du pouvoir exécutif, Adolphe Thiers, décide alors de désarmer la garde nationale parisienne en saisissant ses canons stationnés sur les hauteurs de Montmartre le 18 mars 1871. L'opération est un fiasco et tourne à l'émeute. Les autorités quittent Paris pour Versailles. La capitale se constitue bientôt en Commune dont l'armée est constituée principalement par la garde nationale.  Cette Commune sera écrasée par l'armée durant la « semaine sanglante » du 21 au 28 mai 1871 où l'on comptera entre 5.000 et 20.000 morts, selon les différentes estimations.

Le modèle républicain

Le 25 août suivant, la garde nationale est supprimée par Thiers qui, au temps de Louis-Philippe, l'avait tant loué. Elle disparaît ainsi de l'histoire de France jusqu'à nos jours. En 72 ans d'existence, ce corps a été souvent utilisé politiquement ou au bénéfice d'une certaine catégorie. La dissolution intervient d'abord pour en finir avec une armée « rouge », mais lorsque, après 1877, la République s'installe comme régime, elle refuse de recréer une garde nationale. Le nouveau régime promeut un autre modèle : celui d'un peuple en armes, mais uni autour de son pouvoir politique démocratique. L'ancienne garde nationale était bien trop une  « milice bourgeoise », celle de la Commune bien trop socialiste et parisienne pour jouer ce rôle, la République prétend les remplacer par une armée à laquelle participent tous les citoyens et qui défend l'intérêt général. En 1905, le service militaire généralisé (jusqu'ici, on tirait au sort les conscrits et l'on pouvait « payer » un remplaçant) vient compléter ce dispositif. Après la libération, le désarmement des résistants s'est effectué au nom de ce même modèle : celui de n'armer personne en dehors de l'armée et des forces de police.

L'instauration d'une garde nationale, même issue de réservistes comme outre-Atlantique, n'est donc pas neutre politiquement et historiquement. La suppression du service national et l'émergence d'un nouveau type de menace modifient désormais sans doute la donne. Mais en rétablissant une garde nationale, en proposant aux maires de disposer d'armes, François Hollande s'éloigne d'un certain modèle républicain qui prévalait depuis plus de 120 ans.

10 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 31
à écrit le 17/07/2016 à 9:56
Signaler
Cette "Garde Nationale" a un sérieux parfum d' "Unités Territoriales" en Algérie dans les années 1950.

à écrit le 26/11/2015 à 12:00
Signaler
Bon article mais les dirigeants ne sont pas exclus d'une mise à niveau !

à écrit le 23/11/2015 à 20:28
Signaler
et quoi encore, on arrivera bientôt comme en 1789, les riches et bobos d'un côté et les sans dents de l'autre. Nous allons être surveillé de plus en plus, et tout cela pour couper court a la non compétence de ceux qui nous gouvernent, et qui ne font...

à écrit le 23/11/2015 à 19:40
Signaler
La garde nationale serait toute indiquée et entrerait tout à fait dans son rôle historique. Il s'agit bien de défendre les gentils bobos contre les méchants reubeux. Nos gouvernements nous ont-t-ils habitué à des visions plus stratégiques ou à des ac...

à écrit le 21/11/2015 à 21:03
Signaler
Je n'ai pas d'opinion en ce qui concerne la création d'une garde nationale mais, je suis tout à fait favorable à la remise en place du Service Militaire. Cette période sous les drapeaux permet un réel sondage de l'état physique, moral et intellectuel...

à écrit le 21/11/2015 à 20:13
Signaler
Bon article qui rappelle l'histoire, et nous en avons bien besoin en ce moment, quand nous voyons la maladresse des "dirigeants" voulue ou non, qui plonge les peuples dans une ambiance les préparant à la guerre.un état de fait préalable et facilitant...

à écrit le 21/11/2015 à 15:37
Signaler
On ne peut pas supprimer le service militaire national des citoyens sans ruiner un fondement de la République. Seul un énarque comme Chirac, issu (comme Hollande) de cette bourgeoisie avide de pouvoir et dangereuse, pouvait le faire. Une fois le SM ...

le 23/11/2015 à 15:37
Signaler
Bravo, un bon moyen pour rédiscipliner ceux qui ce croient tout permis tout en profitant de la "générosité" de la France qui travaille.

à écrit le 21/11/2015 à 14:33
Signaler
Espérons que les chômeurs seront systématiquement utilisés pour cet réserve...

à écrit le 21/11/2015 à 10:15
Signaler
Rappel très intéressant puisque l'on n'enseigne plus l'Histoire à l'école. Il ne serait pas mauvais d'évoquer aussi la loi du 12 juillet 1790, (époque mouvementée, relative à la Constitution civile du clergé.

à écrit le 21/11/2015 à 9:05
Signaler
c'est quoi cette absurdite de garde national il y a l'armee francaise decapite par des politicard qui prefere se partage les ecconomie realise par la supression des régiments puis les autre corp sde police sous equipe et de gendarmerie que l'on ...

à écrit le 20/11/2015 à 19:42
Signaler
Excellente fiche Wikipedia, merci.

à écrit le 20/11/2015 à 17:51
Signaler
mr Godin : il y a aussi ...une page wikipédia... sur la garde republicaine ... qui ,en dehors de jouer de la musique , de parader à cheval devant la limousine presidentielle ; à aussi , dans ses attributions ... " les missions de securité au profi...

le 17/07/2016 à 10:18
Signaler
Votre remarque est particulièrement valable ce 14 juillet 2016 ou le véhicule présidentiel sur les Champs Elysée était "enfoui" dans plusieurs rangées de gardes républicains à cheval. Autre détail de la sécurité présidentiel le voyage à Nice en DEUX...

à écrit le 20/11/2015 à 16:26
Signaler
Plutôt que des réservistes de l'armée je verrai bien une garde nationale composée de réservistes de la gendarmerie. Ce sont des personnes dont le métier était le maintient de l'ordre pendant des années et qui savent se servir d'une arme autrement que...

à écrit le 20/11/2015 à 15:40
Signaler
Vous dites que c'était réservés aux citoyens actifs, de nos jours, je pense que les citoyens actifs sont ceux qui peuvent réellement se présenter au élections c.à d. les fonctionnaires et certaines professions libérales où le poste d'élu apporte la ...

à écrit le 20/11/2015 à 14:55
Signaler
La vraie question est : Pourquoi la France n'a-t-elle plus de Président de la République depuis des décennies..

à écrit le 20/11/2015 à 14:29
Signaler
Pourquoi ? Because nous n'avons pas la culture des armes comme aux USA. Tous nos gouvernants et politiques ont la trouille de voir une population armée. Chez nous avoir une arme, et pouvoir s'en servir, est on ne peut plus mal vu. Donc, le citoyen la...

le 20/11/2015 à 15:48
Signaler
Avoir des armes , comme aux US provoque plus d'assassinats, par déséquilibrés, si voulez, que les attentats djihadiste dans toute l'Europe pourtant plus peuplée que les USA; Je sais Trump le clown républicain dit le contraire, mais son adhésion à la...

à écrit le 20/11/2015 à 13:00
Signaler
La création d'une telle garde nationale pourrait rapidement devenir contre-productive si elle est mise en oeuvre sans l'accompagnée d'une sélection extrêmement rigoureuse. Or, ce n'est pas dans l'air du temps.

le 20/11/2015 à 19:10
Signaler
Ces gens ont déjà eu des sélections par le passé et malgré l'âge c'est les mêmes , c'est la meilleurs confiance que l'on peut avoir avec un passé de professionnel qui ne reste plus à prouvé . Et vous qui vous êtes !

à écrit le 20/11/2015 à 12:56
Signaler
Personnellement, vu que les milices commençaient à émerger en réaction au terrorisme, je pense aussi qu'il est temps d'organiser tout cela pour éviter les bavures et exactions( comme les expéditions punitives), et compenser le faible nombre de polici...

à écrit le 20/11/2015 à 12:08
Signaler
ce type doit croire qu'il va trouver des volontaires pour se balader en famas, mais sans avoir le droit de tirer, sous peine de finir devant la justice, condamne a perpetuite, et avec des indemnites a verser ' a la famille de la victime' ( qui n'a p...

à écrit le 20/11/2015 à 11:43
Signaler
La plus grande erreur a été de supprimer le service militaire. Il aurait fallu le réformer, le moderniser mais pas le supprimer, de plus il permettait un "brassage" social essentiel à la vie en communauté. Aujourd'hui nous avons une armée de métier h...

le 20/11/2015 à 11:56
Signaler
Entièrement d'accord avec vous.....!

le 20/11/2015 à 12:19
Signaler
Chirac a supprimé le service militaire en contrepartie d'une force bien entrainée et bien équipée, permanente de projection de 70000 Militaires de métiers, et pour mieux doter les trois armées en équipements. Lui-même après avoir supprimé le service ...

le 20/11/2015 à 12:23
Signaler
je sais pas si vous avez fait l armee, et si oui quand. Mais dans mon cas (fin des annees 80) il n y avait plus de brassage (l armee n a que faire des bac - 5 de banlieue qui etaient exemptes, au contraire les bac+5 faisait coopeation ou scientique d...

à écrit le 20/11/2015 à 11:07
Signaler
Dans un 1er temps du moins. Pour les autres, les jeux sont déjà faits, garde nationale ou pas.

à écrit le 20/11/2015 à 11:01
Signaler
" Il ne faut pas compter sur ceux qui ont crée les problèmes pour les résoudre. ” Albert Einstein

à écrit le 20/11/2015 à 10:56
Signaler
Dans les années 70, il n'y avait pratiquement pas de musulmans en France, pratiquement pas de chomage, de pauvres et de dette. Les Français vivaient en sécurité dans leur pays (ce qui est tout à fait normal). Quels partis politiques ont dirigé la Fra...

à écrit le 20/11/2015 à 10:05
Signaler
"défendre la propriété contre le peuple" : effectivement elle a plus d'utilité vu que la gauche depuis tjs vole les propriétaires pour donner au "peuple" soit disant...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.