Prélèvement de l'impôt à la source : Bercy dément tout report

 |   |  605  mots
Avec la mise en place de cette réforme, l'impôt sera collecté directement sur les salaires ou les pensions, et non plus acquitté un an après comme c'est le cas actuellement.
Avec la mise en place de cette réforme, l'impôt sera collecté directement sur les salaires ou les pensions, et non plus acquitté un an après comme c'est le cas actuellement. (Crédits : Charles Platiau)
Le ministère de l'Action et des Comptes publics a formellement démenti le 28 août l'hypothèse d'un report de l'entrée en vigueur du prélèvement à la source de l'impôt sur le revenu, alors qu'un article à paraître ce 29 août dans Le Canard enchaîné relance les spéculations sur une telle éventualité.

Le prélèvement de l'impôt à la source sera-t-il bien mis en place au 1er janvier prochain? Selon l'hebdomadaire satirique Le Canard enchaîné à paraître ce 29 août, Emmanuel Macron aurait "en privé" fait part de ses doutes sur cette réforme et se serait donné "jusqu'au 15 septembre" pour décider de confirmer ou non son application au 1er janvier prochain.

Mais l'hypothèse a été (à nouveau) formellement démentie ce matin par Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics, sur l'antenne d'Europe 1.

La "machine [serait] lancée" et "elle ne peut plus s'arrêter" : depuis plusieurs jours, les contribuables voient, en effet, arriver dans leur boîte aux lettres leur avis d'imposition 2018, ultime étape avant l'instauration de l'impôt à la source dans quatre mois. Et une vaste campagne de communication a été lancée dimanche, avec la diffusion de spots publicitaires dans les médias et sur Internet.

--

--

"Nous ferons la réforme de l'impôt à la source et fin janvier de l'année prochaine les Français paieront leur impôt à la source, en janvier 2019 (...) Il n'y a aucun bug administratif ou informatique."

Des "difficultés techniques" qui persistent dans les TPE

À son arrivée au pouvoir l'an dernier, le gouvernement d'Édouard Philippe avait déjà décidé de reporter d'un an la mise en place de cette réforme - un des derniers grands chantiers du quinquennat de François Hollande -, le temps notamment de procéder à des tests et d'améliorer le dispositif.

Or, à quatre mois de la mise en oeuvre du prélèvement à la source, certaines "difficultés techniques" ne seraient toujours pas réglées, avance l'hebdomadaire satirique. C'est notamment le cas dans les TPE, qui ont déjà à maintes reprises alerté le gouvernement sur un surcroît de démarches administratives que suppose la mise en place du prélèvement de l'impôt à la source, faute de moyens.

L'exécutif a déjà procédé à des ajustements ces dernières semaines : début juillet, il a ainsi annoncé un report à 2020 du prélèvement à la source pour les employés de particuliers-employeurs, en raison du retard pris dans la mise en œuvre de la plateforme informatique dédiée aux déclarations de salaires. Puis mi-août, l'exécutif a de nouveau revu sa copie en annonçant un mécanisme permettant aux entreprises de moins de 20 salariés de se décharger de la collecte de l'impôt, via le dispositif Titre emploi service entreprise (Tese), utilisé pour les cotisations Urssaf.

L'exécutif redoute un "choc psychologique"

Avec la mise en place de cette réforme, l'impôt sera collecté directement sur les salaires ou les pensions, et non plus acquitté un an après comme c'est le cas actuellement. Si, dans les faits, le pouvoir d'achat des Français ne sera pas affecté, l'exécutif redoute que leur moral le soit. Une sorte de "choc psychologique" négatif qui pourrait gommer les mesures en faveur du pouvoir d'achat (suppression partielle de la taxe d'habitation, baisse des cotisations salariales...).

Il faut dire que la rentrée est déjà compliquée pour le chef de l'État : les récents arbitrages budgétaires ont laissé pantois les patrons, les déficits publics s'accélèrent, la croissance augmente plus faiblement que prévu et l'affaire Benalla, en plein cœur de l'été, pèse sur la popularité d'Emmanuel Macron. Et pas plus tard qu'hier, le numéro 3 du gouvernement Nicolas Hulot, désormais ex-ministre de la Transition écologique, a claqué la porte.

(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/08/2018 à 10:56 :
Du point de vue de la comptabilité publique il s'agit d'un énorme cadeau fiscal aux Français les plus riches .Dans le système actuel ceux qui payent l'impôt sur le revenu se retrouvent le premier janvier de chaque année avec une dette, l'IRPP de l'année précédente .Et l'État avec une créance !L'année blanche correspond à un abandon de créance au profit des ménages les plus riches !Les héritiers des personnes qui vont décéder en 2019 vont le comprendre et l'apprécier !
a écrit le 30/08/2018 à 23:39 :
Les banques se frottent les mains , pour les futur récolte d'agios en fin de mois .
a écrit le 30/08/2018 à 20:36 :
Encore un effort Camarade, la classe politique est complètement décrédibilisée en France, voir le nombre de gens qui ne votent plus, avec de telles mesures cela va réveiller le bulletin vers les extrêmes. Ce ne sera pas plus intelligent mais on changera de têtes. Finement manoeuvré les gars. Encore un effort pour mettre le Pays à terre.
a écrit le 30/08/2018 à 20:04 :
Si le système de calcul du taux réel chaque mois quand il y a une variation (salaire, nombre de parts, ..) n'est pas au point, ça va faire du sable dans les engrenages. Subir un taux figé toute l'année pour voir revenir le trop perçu après déclaration de revenus, c'est pas satisfaisant (sauf si le taux est trop bas). Le site web est prêt ?
On dira que c'est la transition, qu'il faut patienter (à découvert ?), que tout sera réglé en 2020, ben, il suffit de ne commencer qu'en 2020.
Toucher 3000 et être prélevé de 300 sur le compte bancaire dix mois de suite, c'est pas pareil que ne toucher que 2750 nets (250*12 = 300*10), personne n'a jamais calculé son vrai salaire net d'IRPP.
Réponse de le 31/08/2018 à 22:09 :
Je dirais que ce qui peut faire mal, ce sont les variations sur la fiche de paie.. C'est psychologique. Un enfant qui sort du foyer fiscal, des revenus du capital taxés, etc. Si le revenu du travail n'augmente pas, on peut avoir potentiellement une baisse sur sa fiche de paie suivant les situations...
a écrit le 30/08/2018 à 17:49 :
"Avec la mise en place de cette réforme, l'impôt sera collecté directement sur les salaires"

Et donc fera baisser l'année de revenu.qui sert au calcul du salaire annuel moyen lors du départ en retraite :

Depuis la réforme Balladur de 1993, les personnes nées en 1948 ou après calculent leur salaire annuel moyen à partir de leurs 25 meilleures années de revenu (10 avant la réforme ). Le salaire de chacune de ces 25 années est revalorisé pour tenir compte de l'inflation ; c'est la moyenne de ces 25 salaires revalorisés que l'on appelle « salaire annuel moyen ».
Pour calculer votre « salaire annuel moyen », vous devez faire la moyenne de vos salaires annuels en prenant les 25 meilleures années de votre carrière (et non les 25 dernières années). Seule exception : pour les personnes nées avant 1948 qui n'ont pas encore pris leur retraite, le nombre d'années de revenus que l'on prend en compte pour calculer le salaire annuel moyen dépend encore de l'année de naissance.
a écrit le 30/08/2018 à 17:25 :
Environ 10 millions d'euros pour la campagne d'information.
a écrit le 30/08/2018 à 16:03 :
Le ministre du budget pourrait-il nous dire, dans son message publicitaire, combien coutera à des français persuadés du contraire la campagne destinée à les convaincre des avantages du prélèvement à la source.
Réponse de le 30/08/2018 à 21:51 :
J'ai entendu qu'au total cela devait faire quelque 250-300 millions d'euros dont 60 millions pour la publicité. Une petite fraction des impôts collectés.
Réponse de le 30/08/2018 à 22:03 :
J'ai entendu qu'au total cela devait faire quelque 250-300 millions d'euros dont 60 millions pour la publicité. Une petite fraction des impôts collectés.
a écrit le 30/08/2018 à 15:55 :
On se demande bien pourquoi ils ont voulu faire cette reforme. C est pas eux qui l ont initie (c est Hollande). Il n y a officiellement aucun gain a en attendre (on paiera le meme montant d impots et aucun fonctionnaire ne sera vire car son travail sera fait par les entreprises). Pire on remplace un Systeme qui marchait bien et que tout le monde connaissait par un Systeme moins robuste (si une entreprise fait faillite, la retenue a la source sur les salaires partira en fumee).
Il y a 2 explication : 1 le poids de l administration. Le ministere a decide de faire et le ministre suit. Un peu comme la limitation a 80 km/h et le futur 120 sur autoroute. 2) la tentation d augmenter en douce les impots (quelques € par mois ca se verra pas) et de taxer plus les contribuable dont la femme ne travaille pas (via une individualisation des impots, cheval de bataille de Piketty)
Réponse de le 30/08/2018 à 20:08 :
"et aucun fonctionnaire ne sera viré CAR son travail sera fait par les entreprises"
ben non, ils feront des cocottes en papier pour attendre la retraite.
-30 000 prévu et déjà pas mal de partis (disons non remplacés), mon dernier mail a mis 6 mois à avoir une réponse (j'avais oublié ma question)...
C'est pour les faire mourir d'ennui que vous voulez faire faire leur travail par les entreprises ?
a écrit le 30/08/2018 à 15:42 :
Notre Ministre sera celui du rétablissement de la Gabelle sur le sel!
a écrit le 30/08/2018 à 13:30 :
Je suis Belge et retraité. Comme le prélèvement à la source existe depuis 1962 en Belgique, j'ai toujours connu ce mode de prélèvement. Aujourd'hui, je me connecte une fois par an pour entrer ma déclaration fiscale. En fait j'approuve ou je corrige la déclaration qui m'est proposée par l'administration fiscale qui connait toutes mes ressources. Chaque année, nous sommes remboursés de quelque 400 euros pour notre ménage. La gouvernement français veut se mettre au niveau de l'EU, sans plus. Pourquoi la France serait une exception au sein de l'EU? Les nombreux Français qui vivent en Belgique ne se sont pas enfuis que je sache . Disons le gentiment, l'exception française nous fait sourire.
Réponse de le 30/08/2018 à 15:18 :
Votre économie a perdu beaucoup d'argent et de moyen depuis 1962, rien qu' avec les taxes et tva qui auraient rapportées. ( l'argent des impôts a été pris trop tôt , avant la fin de son cycle de consommation. J'espère que vous comprenez que la Belgique ne s'est même pas rendu compte d'une telle perte chaque année . Dans un pays qui a besoin de taxes supplémentaires pour son sociale et sa relance de son économie , on ne met pas de tels freins. C'est une erreur monumentalr .
Réponse de le 30/08/2018 à 15:43 :
En pratique ce que vous décrivez ressemble de très près au vécu de la plupart des contribuables français qui payaient des mensualités ou des trimestres (le tout en prélèvement automatique) avec régularisation à la fin de l'année et une déclaration annuelle de revenus.

Le vrai point noir et le challenge français à relever, c'est la complexité de la fiscalité qui fait que dès que vous sortez du strict sentier balisé, vous entrez dans un enfer semé d'embûches qui finit par couter cher en temps et en énergie.

Le but de la vraie réforme fiscale c'est de débroussailler le maquis, de regrouper des taxes, d'en abandonner d'autres, de regrouper la CSG et l'IR, de redéfinir les tranches, etc etc...
A la place on a mis e n place un système qui risque de se révéler beaucoup plus complexe à gérer que l'existant.
Réponse de le 30/08/2018 à 16:10 :
Ayant habité en Belgique, je peux vous affirmer que le taux d'imposition est supérieur à celui d'hexagone. Mais peut-être parce que ce dernier est prélèvé à la source, vous ne vous en êtes pas rendu compte.
a écrit le 30/08/2018 à 12:43 :
Il a une belle tête de premier de cordée macronienne, Parchemin... Pas étonnant qu' il assume avec cette gourmandises qui caractérise les ouvreurs de voie.
a écrit le 30/08/2018 à 11:29 :
Ce n'est pas vrai que la réforme ne concerne le mode de collecte de l'impôt .
Il va se traduire par un alourdissement sensible de l'impôt pour certaines catégories de contribuables.
Il nous est d'ailleurs expliqué qu'il y aura des gagnants et des perdants dans la réforme. Alors arrêtons de dire qu'elle ne change rien à l'imposition.
J'aimerais connaître l'impact sur le secteur de l'artisanat et celui sur la baisse de la croissance.
Des mots de la comm. toujours de la comm.
Pathétique.
AD
a écrit le 30/08/2018 à 11:04 :
Hélas c'est du Sapin tout craché, c'est pour dire, pas de quoi se vanter.
a écrit le 30/08/2018 à 9:12 :
""JE" "JE" "MOI" "MOI" "J'AI""

Nos marcheurs sont décidément bien trop centrés sur leurs personnes sans intérêt pour être capables d’appréhender l'intérêt général..

AU secours
Réponse de le 30/08/2018 à 15:57 :
J'ai relu soigneusement cet article, et je ne lis aucun "Je", "Moi", "J'ai"
J'ai lu un "Nous", ("Nous ferons la réforme")
Donc vous tirez une conclusion (les marcheurs sont centrés sur leurs personnes...) à partir de mots qui n'existent pas dans l'article.

La prochaine fois, lisez l'article avant de le commenter !
a écrit le 30/08/2018 à 7:50 :
Ouaaahhh ! ...... Darmanin , Castaner , Griveaux , Schiappa et d'autres .....
on a plus l'impression d' avoir affaire a une secte aux messages formatés que de gestionnaires d'une nation !
a écrit le 29/08/2018 à 23:19 :
Quel tournesol ! le prélèvement mensuel fonctionne parfaitement , Pourquoi changer ce qui marche ? LREM a du souci à se faire . Rien ne marche : chômage , pouvoir d'achat ,dette publique , émigration , mondialisation , Europe . Macron a tout faux ..
Réponse de le 30/08/2018 à 20:14 :
Parait que les futurs retraités mettaient de l'argent de côté la dernière année pour pouvoir payer les impôts 'pleins' l'année de la mise en retraite vu la baisse de moyens, cet argent là sera dépensé et non plus mis de côté par précaution => croissance (?). Y en a quantité de retraités par an, ça fait des sommes (dingues).
a écrit le 29/08/2018 à 18:59 :
L'on pensait que Darmanin Philippe étaient des hommes intelligents,

quelle déception ...

pour Lemaire, on savait que l'on ne pouvait rien attendre de lui
a écrit le 29/08/2018 à 18:48 :
Il est contant de faire l'impôt à la source comme d'autres ont imposé les 35 heures et patatra l'avenir s'embrouille , petits salaires généralisés et précarisation du monde ouvrier .
a écrit le 29/08/2018 à 18:42 :
On peut rappeler que l'impôt sera dorénavant étalé sur douze mois. Avec la mensualisation, un dixième de l'impôt était prélevé en milieu de mois. Le montant prélevé chaque mois devrait donc être en principe être inférieur sauf pour ceux qui bénéficient de réductions d'impôt.
Par ailleurs, l'argent sera prélevé tout de suite et non plus en milieu de mois. Enfin, le montant de l'impôt sera modulé automatiquement en fonction du montant du revenu perçu chaque mois.
a écrit le 29/08/2018 à 16:24 :
"Des "difficultés techniques" qui persistent dans les TPE"

La France compte 3,1 millions de TPE et PME, soit 99,8 % du nombre total d’entreprises. Une très grande majorité d’entre elles (96 %) sont des microentreprises. Sur un total de 14 million de salariés en France (en équivalent temps plein), 7 millions travaillent dans les PME/TPE.On va se marrer.
a écrit le 29/08/2018 à 16:16 :
Le prélèvement à la source bouscule le système de recouvrement de l’impôt alors que celui-ci fonctionne déjà. Les experts disent qu'il faut simplifier ceci , moderniser cela et qu'il faut donc prélever l’impôt à la source, le problème c'est que ça a l'air d'être compliqué.
Le bon sens me dit qu'on ne simplifie pas les choses avec des réformes compliquées à mettre en place.
Qu'ils abandonnent!
a écrit le 29/08/2018 à 16:03 :
Si la mesure est reportée d'un an, les artisans vont pouvoir se réjouir pour faire des travaux déductibles du revenu foncier de octobre à décembre comme ça été le cas l'an dernier et l'an prochain personne ne fera plus de travaux en attendant 2020.Par contre si la mesure est mise en place ,il y aura un boom dans le bâtiment car les travaux sont déductibles même si ce n'est qu'a hauteur de 50%.
a écrit le 29/08/2018 à 15:59 :
Lol les chevilles.

Cette réforme est portée et supportée par la DGFIP exclusivement.
Et à titre d'info, d'une source interne : Les agents des finances publiques n'ont pas eu la moindre formation sur le prélèvement à la source pour les particuliers français.
a écrit le 29/08/2018 à 15:53 :
Incompétent et fier de l'être.
a écrit le 29/08/2018 à 15:50 :
cela fonctionne bien dans d autres pays (Royaume Uni / Belgique ....ext la n est pas un scoop.
Réponse de le 29/08/2018 à 18:12 :
Mathématiquement, l’attractivité fiscale du plat-pays va se réduire… mais il en faudra plus pour faire revenir des exilés fiscaux français dans l'Hexagone, même si la question se pose. « Les Français s’inquiètent de la taxation annoncée sur les comptes-titres » explique Jean de Kerchove, administrateur d’une agence immobilière. C’est en effet une petite révolution fiscale que le gouvernement fédéral belge lance, avec la hausse de la taxation du capital des particuliers et celle des sociétés. Elle s’élèvera à 0,15% pour les détenteurs d’un compte-titres dépassant 500 000 € d’actions ou d’obligations. Mesure qui s’appliquera aux comptes-titres détenus par des résidents fiscaux belges en dehors du pays.
Réponse de le 30/08/2018 à 22:02 :
La France se veut la Nation Leader de l'EU mais ne serait pas capable d'avoir une fiscalité digne du XXI ème siècle. Et ce n'est pas le seul domaine où elle est à la traîne. Macron fait de beaux discours mais le reste ne suit pas. Ce n'est pas pour rien qu'il est fortement contesté dans à l'Est de l'EU et parmi les pays qui tirent l'économie de L' EU.
a écrit le 29/08/2018 à 15:44 :
Tout est dit, la réforme est faite pour satisfaire l'égo et booster la carrière du ministre!
a écrit le 29/08/2018 à 14:16 :
La vision de l'UE est de ne pas avoir d'obstacles entre votre argent et son administration hors sol!
Réponse de le 29/08/2018 à 16:30 :
Le recouvrement de l’impôt est un problème national qui ne concerne pas Bruxelles, la preuve, la contribution au budget de l'UE est fixé à l'avance indépendamment des rentrées fiscales.
Réponse de le 29/08/2018 à 22:52 :
Certain pensent que ce qui est fait n'a pas d'avenir en dehors de notre limite hexagonale, pour ne pas dire des frontières! Chaussez vos lunettes pour voir plus loin que le bout de votre nez! L’uniformisation est un fait!
a écrit le 29/08/2018 à 14:14 :
La vision de l'UE est de ne pas avoir d'obstacles entre votre argent et son administration hors sol!
a écrit le 29/08/2018 à 13:54 :
Encore un énarque "droit dans mes bottes!". Jusqu'à présent les gouvernements dirigés par des énarques n'ont pas fait la preuve qu'ils savaient faire des "réformes"; depuis Laurent FABIUS et les ratés de la mensualisation, le LOUVOIS de je ne sais plus qui, le programme de réservation de la SNCF, le machin de paye de l'Education Nationale, le PARCOURSUP.... Bientôt, le Canada ne sera plus assez grand pour accueillir (généreusement) nos énarques exilés. Si seulement il pouvait les garder!
a écrit le 29/08/2018 à 13:49 :
Le Prélèvement à la source est le moyen le plus sûr de tuer la croissance française en 2019. Côté entreprises, c’est un coût d’un milliard d’euros et la responsabilité d’une mission illégitime. Côté contribuables c’est une grave manipulation. Les porteurs d’un crédit ou d’une réduction d’impôt vont être contraints et forcés d’en faire l’avance. Même les salariés optant pour les frais réels ne récupéreront leurs dépenses engagées qu’en septembre de l’année suivante.

En 2019, cette « épargne forcée » se fera au détriment de la consommation des ménages. Or, l’Insee vient de préciser que la croissance, médiocre au premier semestre 2018, est due à la faiblesse de la consommation alors que l’investissement des entreprises est à la hausse (+1,3%).

Si l’exécutif craint un choc psychologique sur les contribuables, il n’a pas tort !, sauf que le choc ne sera pas que psychologique. La plupart des contribuables, lorsqu’ils vont découvrir qu’ils ont été bernés, que tout l’argent avancé, c’est du pouvoir d’achat en moins, jusqu’en septembre, ils éprouveront du ressentiment. Au moment des élections européennes, le « référendum anti macron » sera gagnant et le « rassemblement national » contre l’Europe, aussi.

On voit bien que le gouvernement a tout à perdre au plan économique comme politique, sauf à revoir sa copie.
a écrit le 29/08/2018 à 13:46 :
Le Prélèvement à la source est le moyen le plus sûr de tuer la croissance française en 2019. Côté entreprises, c’est un coût d’un milliard d’euros et la responsabilité d’une mission illégitime. Côté contribuables c’est une grave manipulation. Les porteurs d’un crédit ou d’une réduction d’impôt vont être contraints et forcés d’en faire l’avance. Même les salariés optant pour les frais réels ne récupéreront leurs dépenses engagées qu’en septembre de l’année suivante.

En 2019, cette « épargne forcée » se fera forcément au détriment de la consommation des ménages. Or, l’Insee vient de préciser que la croissance, médiocre au premier semestre 2018, est due à la faiblesse de la consommation alors que l’investissement des entreprises est à la hausse (+1,3%).

Si l’exécutif craint un choc psychologique sur les contribuables, il n’a pas tort !, sauf que le choc ne sera pas que psychologique. La plupart des contribuables, lorsqu’ils vont découvrir qu’ils ont été bernés, que tout l’argent avancé, c’est du pouvoir d’achat en moins, jusqu’en septembre, ils éprouveront du ressentiment. Au moment des élections européennes, le « référendum anti macron » sera gagnant et le « rassemblement national » contre l’Europe, aussi.

On voit bien que le gouvernement a tout à perdre au plan économique comme politique, sauf à revoir sa copie.
a écrit le 29/08/2018 à 13:28 :
Un impôt stupide qui va coûter plus d'un milliard d'euros aux entreprises. Il faudrait rendre obligatoire la mensualisation et étaler l'IR sur 12 mois au lieu de 10 comme actuellement.
L'impôt en France n'est pas individualisé ce qui n'est pas le cas des pays qui ont adopté le prélèvement à la source. Nous avons 155 niches fiscales qui représente un manque à gagner de 100 milliards d'euros par an à l'état. (IR rapporte 85 milliards). Les français sont majoritairement pour, une blague quant on sait que seulement 42 % seulement sont assujettis à l'IR.
Réponse de le 29/08/2018 à 16:24 :
Entièrement d'accord. Rendre obligatoire la mensualisation de l'impôt sur le revenu sur 12 mois améliore le budget de l'Etat et le recouvrement de l’impôt. Le contribuable maîtrise mieux sa trésorerie et peut réduire ses acomptes en cas de baisse de revenus, d'ores et déjà, sans besoin du prélèvement à la source !

En effet, l'impôt sur le revenu en France est beaucoup plus complexe que les autres pays qui pratiquent un prélèvement à la source. De ce fait, beaucoup de contribuables français qui ont souscrit un engagement avec l’Etat (emploi à domicile, dons aux associations, investissement locatifs etc, etc ) seront pris en otage durant 9 mois. Les sommes prélevées sur leurs salaires, pensions et sur leur compte bancaire (indépendants, revenus fonciers) si elles sont supérieures à l’impôt dû, la rançon leur sera rendue.
a écrit le 29/08/2018 à 13:21 :
Cette réforme d'apparence purement technique n'a sur le fond fait l'objet d'aucuns échanges politiques sérieux. Qui se souvient de tels échanges?
C'est dommage à de nombreux titres, le premier d'entre eux étant le peu d'implication de la DGFip dans la réussite de celle-ci.... La DGfip ne sait plus guère que projeter sur la réalité sociale la perception petit-bourgeoise qui la caractérise... Sait-on seulement comment contrôler cette RAS?
a écrit le 29/08/2018 à 13:20 :
Je pense que cette réforme prépare une future individualisation de l'impôt avec fusion IR/CSG/cotisations non contributives...voire une intégration simplifiée en négatif de la plupart des allocations (à comparer au crédit lié au quotient familial qui disparaîtra progressivement).
a écrit le 29/08/2018 à 13:10 :
Prélèvement à la source = erreur monumentale.
Mais où est l’opposition ?
La mensualisation obligatoire était bien plus simple.
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué.Effectivement nous avons les meilleurs fonctionnaires énarques du monde que seule la Chine nous envie.
a écrit le 29/08/2018 à 13:08 :
Bien sur !
Il veut laisser une trace pour la postérité !
Et peut être agrandir le groupe de ses soutiens ! !
a écrit le 29/08/2018 à 12:40 :
Le pays entre dans la deche totale. On fait les fond de tiroir. Deprimant, un pays comme la France.....
a écrit le 29/08/2018 à 12:14 :
Pouvoir d'achat non affecté? C'est faux, car le pouvoir d'achat c'est aussi une question de trésorerie or avec le PAS(prélèvement à la source), le contribuable qui fait des dons défiscalisables est prélevé d'un impôt qui n'en tient pas compte pendant 9 mois puisqu'on lui restitue le trop perçu qu'à l'issue de cette période: la trésorerie de l'Etat c'est donc le contribuable qui va l'améliorer gràce au PAS, et vous pensez que le consommateur ne va pas se restreindre en voyant son pouvoir d'achat amputé même provisoirement?!
a écrit le 29/08/2018 à 12:13 :
La république est aux mains non plus de politiques mais de fiscalistes et autres compteurs de petits pois. Avec au passage, toujours plus de prélèvements obligatoires. Mais ce n'est pas ce qu'on attend des gouvernants. N'auraient-ils donc plus que ce seul levier pour exister et peser sur le cours des choses ?
a écrit le 29/08/2018 à 12:09 :
Le prélèvement a la source a "l'anglo-saxonne" ou moyenâgeux correspond a un régime royal sur ses sujets, alors que la France Républicaine correspond, non a des sujets de sa majesté, mais a une communauté de gens libres (franc) qui "décident et participe volontairement" a la vie en société! Chose que l'on nous supprime par "l'obligation" faite! Vous voyez où je veux en venir quand il s'agit d’uniformiser tout les adhérents de cette administration qu'est l'UE de Bruxelles! Nous sommes dans un piège!
a écrit le 29/08/2018 à 11:42 :
Annoncez nous notre nouvelle taxe hebdomadaire M. Darmanin.
Les français aiment aussi la diversité fiscale.
a écrit le 29/08/2018 à 11:39 :
Des petits pas pour l'écologie et des grands pas pour récupérer l'argent, Impôts, retraites, taxes carburants, etc ....
a écrit le 29/08/2018 à 11:16 :
C'est impossible de faire un report, Bercy a demander aux SSI qui gèrent les ERP comptable des sté de se mettre aux normes.
Bercy nous a envoyé nos feuilles d'imposition, avec le prélèvement préparé ainsi que le choix de taux.
Comment voulez vous revenir en arrière ?!
Hollande a fait en sorte d'aller vite sur ce sujet, le nouvel exécutif n'a pas pu l'empêcher, le pb psychologique était aussi pris en compte à l'époque, Hollande l'a rejeté d'un revers de la main pour raison politique et s'est un vrai pb, même moi qui suit comptable et qui calcule ma trésorerie sur l'année, je sais que sa va me faire un choc, alors le lambda, lui il va aller par 4 chemins, baisse de 10% sur le net gagné, bah baisse des dépenses supplémentaire, qui se retrouvera en épargne puis dépenser en solde, fêtes de fin d'année, mais pas dans la vie de tous les jours.
a écrit le 29/08/2018 à 10:53 :
(Impôts à la source). C'est la mesure phare emblématique qui arrête la croissance et les investissements étranger , il serait temps de mettre un terme rapidement par voix de presse pour que l'économie ne dévisse trop , la croissance peut revenir mais il faut l'entretenir continuellement , toutes les mesures prises ne sont pas adaptées pour revenir au plein emploi , regardez les Anglais comment ils s'en tirent l'économie se relève . Tout faire pour le pouvoir d'achat après autant de restrictions depuis une dizaines d'années, là est l'erreur
Réponse de le 29/08/2018 à 11:22 :
En Angleterre, il y'a plus de gens pour investir dans l'industrie sur le sol national, alors qu'en France le sport national c'est de faire faire ailleurs.
Si on compare juste pour l'exemple l'industrie de la figurine/maquette, le coût de main-d’œuvre/technologique est similaire entre la France/Angleterre, bah en Angleterre ils fabriquent en générale chez eux, alors qu'en France, systématiquement ce sera en Chine. L'économiste de St Etienne en a parlé une fois sur France 5 quand il a eu sa période politique.
Alors qu'il y'a 15 ans, ont avaient les meilleurs moulistes du Monde. Parait que les français ne veulent pas payer cher, alors que ces même français achètent en Angleterre...
Réponse de le 29/08/2018 à 11:28 :
"Tout faire pour le pouvoir d'achat" Que voulez vous dire par là? Pour moi comme pour beaucoup, ce gouvernement fait tout pour le baisser et nous obliger à travailler plus pour moins d'argent ! Ils participent plus au retour de l'esclavagisme qu'au bien de notre population et de nos vies. Si vous êtes dans la finance et travaller en dehors de notre pays votre train de vie augmente, si vous êtes aux 3 huit en France et participez au développement de votre pays, demain vous paierez des impôts, PV... et arrêterez de manger !
a écrit le 29/08/2018 à 10:13 :
Le lobby administratif de Bercy ne va tout de même pas s’auto-censurer, les gnomes à lunettes d'écailles tiennent à leur réforme qui va tuer la consommation et couler la France

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :