Près de deux tiers des Français opposés à la suppression de l'ISF

 |   |  331  mots
Par catégorie d'âge, les 25-34 ans sont le plus opposés à sa suppression (73%).
Par catégorie d'âge, les 25-34 ans sont le plus opposés à sa suppression (73%). (Crédits : reuters.com)
Par catégorie d'âge, les 25-34 ans sont le plus opposés à la suppression de l'impôt sur le fortune (73%), suivis par les 35-49 ans (71%) et les 50-64 ans (70%), selon un sondage.

Deux tiers des Français ne souhaitent pas la suppression de l'impôt sur la fortune (ISF) révèle un sondage Tilder/LCI/OpinionWay publié jeudi 21 avril. Ainsi, 41% des personnes interrogées  dans le cadre de cette étude se disent "tout à fait opposées" à la suppression de cette imposition des patrimoines supérieurs à 1,3 million d'euros, tandis que 26% y sont "plutôt opposés". La part de ceux qui y seraient "plutôt favorables" est de 17%, tandis que 15% y sont "tout à fait favorables".

La proportion des "plutôt" ou "tout à fait opposés" monte à 70% chez les femmes (contre 64% chez les hommes) et à 72% chez les actifs des catégories populaires (contre 64% chez les CSP+ et 66% chez les inactifs).

Par catégorie d'âge, les 25-34 ans sont le plus opposés à sa suppression (73%), suivis par les 35-49 ans (71%) et les 50-64 ans (70%). Cette proportion tombe à 61% pour les 65 ans et plus, et à 54% pour les 18-24 ans.

Pour Valls, la suppression de l'ISF serait "une faute"

Mercredi, Manuel Valls a estimé que supprimer l'ISF serait "une faute" au "nom même de la justice", en réponse à une déclaration du ministre de l'Économie Emmanuel Macron dans la revue Risques, reproduite par Le Figaro.

"Si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF", avait déclaré le ministre de l'Economie à la revue spécialisée.

Créé en 1989, l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF), qui a succédé à l'IGF (impôt sur les grandes fortunes) instauré par François Mitterrand en 1981 et abrogé par Jacques Chirac durant la cohabitation, a depuis subi de multiples aménagements.

Ce sondage a été réalisé mercredi et jeudi via un questionnaire en ligne auprès d'un échantillon de 1.001 personnes représentatif de la population française. Sa marge d'incertitude est de 1,5 à 3 points au plus, précisent ses auteurs.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/04/2016 à 10:51 :
Zut, pas de chance que je change d'avis, je viens de lire les rémunérations à la hausse (contrairement à la mienne qui ne cesse de stagner) des dirigeants du CAC40.
a écrit le 22/04/2016 à 10:44 :
Je trouve "merveilleux" que l'on demande aux français s'ils sont favorable à la suppression de l'isf alors que leur quasi totalité ne le paye pas. Au moins faudrait il leu élancer d'argumenter leur réponse.
a écrit le 22/04/2016 à 10:12 :
300 000 foyers pour une collecte de 5,4 milliards d'euros.....c'est une recette fiscale rondelette...quelles économies en cas de suppression de cette recette fiscale: si c'est pour creuser le déficit hexagonal la suppression est stupide à la vue des chiffres. Personne ne présente une argumentation qui vaille pour expliquer le tourde passe passe qui semble très en vue dans le futur catalogue des promesses des candidats 2017.
a écrit le 22/04/2016 à 9:20 :
Ruinés et au chômage, mais égalisés jusqu'à la ruine, tel semble être le choix des Français qui en décide tant à quitter la France, et sa jeunesse diplômée à chercher fortune sous d'autre cieux. "Contre la bêtise humaine, les Dieux eux-mêmes luttent en vain" (Platon).
a écrit le 22/04/2016 à 8:36 :
Chacun est en general tres favorable a un impot qu il ne paye pas.
L isf ne concerne qu un a deux pour cent des francais
Seulement deux tiers contre l isf, c est un plebiscite contre l isf qui montre que les francais deviennent raisonnables. Bonne nouvelle
a écrit le 22/04/2016 à 8:24 :
L ISF doit être remplacé par une taxe sur l immobilier ancien (>10ans) déductible des impôts sur le revenu et des charges sociales salariales - taxe de 4% annuelle sur la valeur des biens immobiliers
=> impossible de cacher un bien immobilier alors que les "vrais" riches ont caché leur argent à l étranger
=> cela permettra de faire baisser les prix de l immobilier et de sortir de cette bulle
=> pas d impact pour ceux qui travaillent (et paient déjà charges sociales + pour certains des împots sur le revenu)
=> seuls les rentiers et les étrangers vont payer
=> pas d impact sur la construction car pas de taxe avant 10ans
=> suppression des droits de mutation largement compensés par cette taxe, pour fluidifier le marché
Réponse de le 22/04/2016 à 15:24 :
Oui. Ce serait de bon sens de faire cela. Mais le bon sens en France...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :