Présidentielle 2017 : Emmanuel Macron vise 60 milliards d'euros d'économies

 |   |  211  mots
Pour y parvenir, le candidat d'En Marche ne prévoit pas d'augmentation de la pression fiscale et souhaite rester sous la barre des 3% du PIB en matière de déficit public.
Pour y parvenir, le candidat d'En Marche ne prévoit pas d'augmentation de la pression fiscale et souhaite rester sous la barre des 3% du PIB en matière de déficit public. (Crédits : REUTERS/Philippe Wojazer)
Selon des informations du quotidien Les Echos, l'ancien ministre de l'Economie souhaite ramener à 53,5% le ratio des dépenses publiques par rapport au PIB. Pour ce faire, il prévoit notamment de réduire la masse salariale des agents de l'Etat.

Le candidat à la présidentielle Emmanuel Macron, qui doit présenter le cadrage de son programme prochainement, table sur 60 milliards d'euros d'économies au cours du quinquennat, selon des informations du quotidien Les Echos publiées mercredi soir sur son site internet.

"L'ancien ministre de l'Economie ambitionne de faire baisser sur le prochain quinquennat de trois points de pourcentage le ratio des dépenses publiques par rapport au PIB, actuellement proche de 56,5%. Trois points qui signifient environ 60 milliards d'euros d'économies", écrit le quotidien. Cela représente 40 milliards d'euros de moins que ce que prévoit d'économiser François Fillon.

Les dotations aux collectivités (encore) dans le viseur

"A un horizon plus lointain, l'objectif d'Emmanuel Macron est de faire descendre ce taux à 50%", ajoute Les Echos. Les "deux grands postes d'économies" seront la masse salariale des agents de l'Etat, qui s'élève à 85 milliards d'euros par an, et les dotations aux collectivités locales (qui ont déjà baissé de 3,7 milliards d'euros en 2014 et 2016), précise le quotidien. Pour y parvenir, le candidat d'En Marche, actuellement crédité de 19,5% dans les sondages, ne prévoit pas d'augmentation de la pression fiscale et souhaite rester sous la barre des 3% du PIB en matière de déficit public.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2017 à 16:53 :
Le problème de cette campagne (et des précédentes) est que personne ne se prononce sur les économies à faire, où quand et combien?

On peut transformer la dépense publique en dépense contrainte, certes mais cela coute toujours autant..

ex: Si on veut économiser sur la Sécu, eh bien soumettre les médecins à une obligation de résultats.. Si trop prescrit et mauvais diagnostic, on demande le reversement .. Chiche
a écrit le 17/02/2017 à 14:51 :
C'est un souhait. Il n'est pas si ambitieux que cela.

Est-ce qu'il a un plan pour y arriver ?

Accepterait-il de nous en faire part ?
a écrit le 17/02/2017 à 9:01 :
Avec lui les riches n'ont pas de soucis à se faire, les classes moyennes continueront de crouler sous les taxes et les impôts comme avec Moi président l'ennemi de la finance...
a écrit le 16/02/2017 à 21:46 :
Il est au courant que les 56.4 % c'est sans la prise en compte des niches fiscales et des reversements de l'état qui sont nommés sobrement "dépenses fiscales" ? En fait c'est beaucoup moins (de l'ordre de 45 %) une fois cela pris en compte. Mais il le sait très bien. Cela montre qu'il va faire des coupes sévères et/ou privatiser pas mal de choses dot bien sûr en priorité l'enseignement supérieur (cela réduira bien la masse salariale !), un bon programme de droite bien capitaliste débridé (appelons u chat un chat car c'est bien ce qu'est le soi-disant "libéralisme" économique de la même manière que les satellites de l'URSS se donnait le nom de de "démocraties populaires" !).
Aussi, il faut arrêter de dire des bêtises à ce niveau-là car la sécurité sociale c'est 400-500 G€ de budget et c'est essentiellement ce qui explique la différence entre le niveau de dépenses publiques officiels en France et dans nombre de pays pris pour modèle.
Réponse de le 16/02/2017 à 22:54 :
Oui vous avez raison, ce taux est une question de présentation.
Si on privatisait totalement la Sécu ce taux s'écroulerait, mais le coût pour se soigner serait plus cher !
Macron prévoit pas mal de dépenses à prendre en charge pour la Santé :
- prévention : priorité
- dents, vue, audition, hypertension grave... à 100%
Alors il faudra bien qu'il serre la vis quelque part surtout s'il ne veut pas augmenter la TVA.
Or dans les collectivités locales c'est le laxisme, le clientélisme, les dépenses folles...
Ça ne peut plus durer.
a écrit le 16/02/2017 à 19:24 :
La mesure efficace serait de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique, comme l'avait proposé Nicolas Hulot et telle qu'elle est décrite dans la note n°6 du CAE; cette mesure serait favorable au climat et nous redonnerait un peu de croissance. Mais c'est trop difficile à comprendre.
a écrit le 16/02/2017 à 18:32 :
Et les 90 milliards de fraude fiscale.... et l'évasion fiscale!
Au lieu d'essayer de récupérer son du, l'état n'a de cesse de tailler dans les effectifs et les rémunérations des fonctionnaires (d'Etat). C'est sûr que vu les coupes dans les effectifs des finances publiques, on est pas là de le récupérer le fric.
a écrit le 16/02/2017 à 18:03 :
Il veut, il veut, tout le monde veut, Même Hollande le nul aurait bien aimé, mais voilà pour vouloir il faut pouvoir, et quand c'est la gauche c'est Walt Disney: "Chantez avec moi les petits Français". Macron commence à paniquer, alors il balance des chiffres sans aucune étude des moyens à mettre en œuvre, c'est le cadeau Bonux de la politique.
Réponse de le 16/02/2017 à 20:24 :
"Macron commence à paniquer, alors il balance des chiffres sans aucune étude des moyens à mettre en œuvre,"
Mais non, il y a 400 experts (par groupe de compétence) qui travaille sous la direction de Pisani-Ferry et de Macron (quand il est là...).
a écrit le 16/02/2017 à 18:01 :
Un homme soutenu par Pisani ferry,Minc et Attali peut il etre mauvais?
Réponse de le 17/02/2017 à 11:03 :
Si on pense au mauvais génie qu'est Alain Minc (un nullard sans envergure) on peut répondre sans ambages, très mauvais.
a écrit le 16/02/2017 à 17:28 :
Comment fait-il pour résorber le chômage de 10% à 7%, comment fait-il pour economiser 60 milliards soit en moyenne 12 milliards ce qui n'est pas rien pour l'Etat : economie sur les fonctionnaires ? gels de salaires ? comment faire ? comment faire sans 5% de croissance par an !! Oui Mr Macron n'a pas les meilleurs solutions economiques du pays et il n'est pas forcément en accord avec l'orthodoxie socialiste ( 50 milliards de plus pour les impôts ?) Oui comment faire pour le programme de Mr Macron accroche et non seulement les sondages et les courbes de niveau de la politique, celle de la popularité. Onne fait pas un bon président avec la popularité et avec ce Mr Macron propose. POur un homme qui ne se dit ni de gauche, ni de droite : le vieux demon socialiste lui revient en pleine figure. Mr Macron etait bien banquier de Rotschild et à bien participer au programme de François Hollande, donc il est bien de gauche quoiqu'on dise de plus. En plus il fait de la repentance sur le compte de la présence de la France en Algérie, alors pour une stature d'homme qui veut l'investiture suprême à revoir totalement (pour moi il juste beaucoup trop jeune et n'a aucune expérience réelle du dur metier de politicien ou de politicienne.)
a écrit le 16/02/2017 à 17:02 :
Il vaut mieux penser à un bon retour d'activité des métiers qui exportent (industrie, agriculture, informatique, tourisme) donc moins de subventions au chômage, à la secsoc etc et surtout la tva.
et 60 milliards en 5 ans, c'est peu de chose, si les Français se décident à s'y mettre.
Réponse de le 16/02/2017 à 18:45 :
Vous pouvez développer s'il vous plais ?
a écrit le 16/02/2017 à 16:50 :
J'imagine très bien ce qu'il va déclarer par la suite : "Et si JE suis élu, vous ne serez plus malade, alors JE supprimerai la sécu. Et comme il n'y aura plus de chômage, JE supprime aussi l'assurance...". Comme tout "libéral", il n'est même pas capable de comprendre qu'il est responsable de la crise 2007-2008.
a écrit le 16/02/2017 à 15:06 :
Parallele

- 60 milliards d'euros d'économies au cours du quinquennat
- 55,7 milliards d'euros reversés aux actionnaires du CAC 40 rien qu'en 2016
Réponse de le 16/02/2017 à 15:40 :
Si vous mettez votre argent sur un Livret À vous allez exiger de toucher des intérêts. Et bien pour les actionnaires qui apportent leur argent au capital d'une entreprise c'est la même chose, le risque en plus, car on n'est pas sur que la boite ne fasse pas faillite alors que le Livret A c'est sans risques...
Réponse de le 16/02/2017 à 17:12 :
réponse à lachose:
il faut peut-être arrêter d'entretenir l'ignorance
c'est quoi un dividende ?
un actionnaire apporte son argent à une entreprise, risque son capital et percoit un dividende !
quoi de plus normal!
(L'argent apporté permet à l'entreprise de se développer, sinon l'entreprise emprunte du capital ou ne se développe pas! )
Réponse de le 16/02/2017 à 17:15 :
Et , il y en a même qui sont actionnaire dans plusieurs sociétés pour limiter les pertes en cas de problème et avec un Livret A pour chaque membre de la famille.
Réponse de le 16/02/2017 à 18:24 :
à@Ozarmes
Rappelez moi le taux de rendement du livret A: 075%non!
Les actionnaires se font des vrais fortunes sur la sueur des autres
a écrit le 16/02/2017 à 15:04 :
60 milliards d'économies sur la masse salariale de la fonction publique...
Ce qui inquiète c'est qu'il n'est pas foutu d'être plus précis que ça.
Si il s'agit de tailler dans les postes et les dépenses au couteau sans discernement, il y aura des carences de l'Etat dans le régalien, suivi d'enveloppes pour pallier à la situation etc...
Bref on attend toujours le programme de Macron.
a écrit le 16/02/2017 à 14:58 :
60 milliards d'économie sur 5 ans c'est louable. Mais ça va mettre du monde dans les rues. Il serait sans doute nécessaire de d'abandonner certaine missions de l'état. ou du moins revoir son périmètre. Ainsi que d'encadrer les dépenses des collectivités, sinon ça ne change rien à la charge globale qui pèse sur les acteurs économique (baisse des prélèvements de l'état, compensé par les hausses des collectivités locales). Avec 2200 milliards de dettes, ces 60 milliards sont un minimum. Pour remettre la mains sur les 42 milliards d'intérêts payé chaque année (avec de taux proche de 1%), il faudrait rembourser 100 milliards par an pendant 22 ans...
Si les taux montent à 10% (type année 80), il ne reste plus un euro en caisse pour payer un seul fonctionnaire... Bon courage au prochain président.
a écrit le 16/02/2017 à 14:37 :
son raccolage en Algerie pour recuperer les voix des banlieues est inacceptable
Réponse de le 16/02/2017 à 17:51 :
Il a fait le tour de l'Europe avant d'aller en Algérie. Désolé pour ce candidat à la présidentielle qui a le malheur de se déplacer...
a écrit le 16/02/2017 à 13:54 :
Et comment fait-il le candidat Terra Nova pour atteindre cet objectif certes louable ?
a écrit le 16/02/2017 à 13:17 :
Macron ne prévoit peut-être pas d'augmenter les impôts en revanche, il est bien discret
sur la réforme à venir de l'IR. Premier temps , prélèvement à la source de l'IR, deuxième
étape, fusion de la CSG et de l'IR, ce qui rendra la CSG progressive et pénalisera les classes moyennes. Ensuite, suppression de l'ISF avec comme corollaire, une baisse des prélèvements sur l'épargne et une augmentation de l'impôt sur l'immobilier. Ce qui est prévu, suppression de la taxe foncière et impôt sur le capital global immobilier déduit des charges d'emprunt. Une mesure pour lutter contre une soit disant rente. Pour mémoire, Monsieur Macron, les propriétaires qui ont mis 20 ans pour payer le bien apprécieront.
Pour conclure, une augmentation de la CSG (non déductible) pour les retraités. Une mesure maladroite qui va diviser retraités et actifs alors que d'autres réformes, notamment des économies des dépenses publiques , suffiraient pour baisser la pression fiscale de tous les français.
Réponse de le 16/02/2017 à 13:48 :
si vous avez de trop grosses angoisses de retraité, allez consulter. Epargnez nous avec vos plaintes quotidiennes, vous ne convainquez aucun actif.
Réponse de le 16/02/2017 à 14:13 :
"Pour mémoire, Monsieur Macron, les propriétaires qui ont mis 20 ans pour payer le bien apprécieront."

Les petits propriétaires ne seraient pas pénalisés. Il y aurait une franchise de 100.000€.
Pour une maison en province faisant 220.000 € environ j'ai fait le calcul et je ne suis pas perdant
Évidemment à 800.000€ cela fera plus mal par rapport à la taxe foncière...
Le tarif serait NATIONAL ce qui change de la taxe foncière où 2 maisons voisines pouvaient être taxées très différemment si elles n'étaient pas dans la même commune.

Pour les jeunes qui construisent et qui paient la taxe foncière dès la troisième année la nouvelle taxe qui en remplacerait (rien n'est fait) cinq est nettement plus favorable surtout que les emprunts pourront être déduits afin de ne taxer que le capital réel.
- 12 02 17 Pour un impôt sur l'immobilier "tout en un"
http://tempsreel.nouvelobs.com/le-labo/20170210.OBS5141/pour-un-impot-sur-l-immobilier-tout-en-un.html
Réponse de le 16/02/2017 à 15:10 :
" les propriétaires qui ont mis 20 ans pour payer le bien apprécieront"
Estimes toi heureux aujourd'hui c'est 30 ou 40 ans

"Une mesure maladroite qui va diviser retraités et actifs":
C'est déja le cas.
a écrit le 16/02/2017 à 13:13 :
Il y a deux jours il voulait embaucher des fonctionnaires, aujourd'hui il veut diminuer leur masse salariale :
des propositions au gré de la météo ou des sondages, on ne sait pas, sans aucune ligne politique définie pour 5 ans, donc aucune crédibilité.
Réponse de le 16/02/2017 à 13:46 :
l article donne un cadre et les objectifs comptables, après il faut voir les arbitrages, il n y a rien de contradictoire. Au contraire peut être enfin l'heure des choix.
Bon et puis je ne vous pense pas assez naif pour penser qu on est capable à la virgule prêt de savoir ce qu il va bien pouvoir se passer pendant 5 ans...
Réponse de le 16/02/2017 à 16:25 :
Il n'est pas question de virgule, mais simplement d'énoncer des choses cohérentes dans une ligne directrice. Dire qu'on va augmenter le nombre de fonctionnaires, puis ensuite on va réduire leur masse salariale, c'est de la manipulation. On comprend pourquoi votre gourou ne veut pas sortir de programme, on verrait tout de suite ses contradictions.
Réponse de le 17/02/2017 à 9:11 :
avant de juger il faut le détail. On peut très bien embaucher plus de fonctionnaires redéployer certains voir diminuer des effectifs ailleurs.
Moi je ne suis pas un adepte et je n'ai pas de gourou, mais vous on sent que vous avez les idées bien arrêtées. sectarisme, sectarisme...
a écrit le 16/02/2017 à 13:09 :
Les économies à faire ne sont plus tellement au niveau de l'Etat, qui est à l'os, mais au niveau des collectivités territoriales (quelles soient de gauche, de droite ou du FN) : clientélisme, laxisme, gabegie etc...
La meilleur solution est de réduire progressivement la dotation que leur verse l'Etat jusqu'à la supprimer dans une dizaine d'années.
L'électeur/contribuable sera alors face à ses élus dans la commune.
En attendant s disparition elle peut cependant subsister sans réduction pour 3 ans pour les communes qui fusionnent, comme c'est déjà le cas, voire en cas de fusion de départements.
Des contrats pour les grands projets seraient toujours possible avec les régions.
Réponse de le 16/02/2017 à 14:35 :
les collectivites peuvent faire des économies OK mais il n'est pas acceptable
l'etat ne soit pas capable d'assurer 4,5 jours de classes et impose le cout aux communes de meme avec le RSA par rapport aux departement

DANS CES deux cas et bien d'autres l'etat ne reduit pas ses impots alors qu''il transfert les charges
a écrit le 16/02/2017 à 12:57 :
Enfin monsieur Macron nous éclaire sur les conseils du "Moi Président son mentor". 60 milliard d'économie Ho, ho...... Mais M Macron va se faire également gronder par le " Moi Président", si ce n'est pas lui qui la conseillé de dire haut et fort : La colonisation de « crime contre l’humanité » et au passage il en rajoute une couche "De barbarie". Comme l'on dit dans bistrots "Première balle dans le pied M Macron".
a écrit le 16/02/2017 à 12:09 :
De quoi s'occupe t-il ??? Du passé ?? - Je n'etais pas là.!!! Alors, le présent est plus important.
a écrit le 16/02/2017 à 12:07 :
Macron a conseillé Hollande, il a œuvré au ministère pour les résultats que chacun à constaté. Maintenant, il suit les pas de "commémorateur 1er". Il n'économisera donc pas sur les cérémonies et les repentances. Sinon, à la vue des résultats de son brillant passage au gouvernement, je m'interroge: N'a-t-il pas bénéficié d'un emploi fictif largement rémunéré avec les deniers publics ?
a écrit le 16/02/2017 à 12:06 :
Je sais pas si vous vous en rendez compte mais vous nous faites faire une overdose de ce gars qui en plus et creux de chez creux. Changez de logiciel de grace !!!!!
a écrit le 16/02/2017 à 11:59 :
Le cadre et la direction me vont, respect de nos engagements européens et décru au niveau de la dépense publique de 2007. On clôture la crise la crise de 2008 en somme.

Autant la baisse des dotations ok car si les collectivités veulent leur autonomie, elles doivent donc se financer directement (il y aura toujours de la péréquation de toute façon), autant sur la masse salariale j'attends plus.
Ce n'est pas l objectif comptable in fine qui est important, mais ce que doit être et faire la puissance publique en 2020. Ceci dit ce n'est pas un homme ou femme, ni même un parti seul qui peut faire cela, cela doit être transpartisan. Ca doit être le job de Macron permettre de mobiliser les énergies.
a écrit le 16/02/2017 à 11:31 :
Nos amis Israéliens vont être contents d apprendre que d après Macron ils sont criminels de guerre et eux pas après un siècle ou deux mais à l instant .
Réponse de le 16/02/2017 à 14:25 :
Oui, il y a de ça.
Mais il y a aussi la responsabilité antérieure des occidentaux.
C'est un sinistre jeu à plusieurs bandes dont les conséquences se font sentir parfois un siècle après (ligne dite Sykes-Picot 1916...).
Enfin il y en a qui se font un plaisir sadique à faire durer le "jeu"...
a écrit le 16/02/2017 à 11:21 :
plus de fraude/évasion fiscale et le problème est réglé.
mais bon. faut pas trop compter sur les Francais et leurs entreprises pour le civisme.
a écrit le 16/02/2017 à 11:03 :
Macron ferait mieux de rester dans le domaine économique. Allez dire en Algérie que la colonisation est un crime contre l'humanité , relève d'un manque de culture historique affligeant. Qui a colonisé qui , quand , pourquoi , à quelle époque etc... Des questions complexes qui ne peuvent être réduites en une phrase démagogique pour faire plaisir à
un ancien membre du FLN qui par ailleurs vient se faire soigner à l’hôpital américain de Paris alors que ses compatriotes doivent se contenter de se soigner sur place.
Réponse de le 16/02/2017 à 12:10 :
La colonisation est un crime contre l'humanité, surtout quand on voit ce qui se passe au Yémen, au Tibet, en Palestine... Ce sont les conséquences du colonialisme.
Réponse de le 16/02/2017 à 12:45 :
Dans ces conditions, Christophe Colomb est un criminel qui en découvrant les Amériques a contribué a l'anéantissement des indiens. Les religions
avec leurs croisades d'évangélisation sont des colonisateurs sanguinaires.
Les turcs qui ont colonisé les Balkans , les américains qui ont dépouillé le Mexique, les arabes qui ont contrôlé une grande partie de l'Afrique et qui sont à l'origine de l'esclavage de masse des populations noires. Le monde est ce qu'il est, guerres, conquêtes, génocides etc... réduire en une phrase simpliste et démagogique la colonisation , ce n'est pas raisonnable.
Réponse de le 16/02/2017 à 12:52 :
Le Japon n'a jamais reconnu ses crimes contrairement à l’Allemagne et c'est bien dommage pour eux.
L'Algérie n'a pas encore reconnu les siens vis à vis de sa propre population et ce sera à eux de le faire, pas à nous.
Nous les avons certes entrainés dans la guerre et alors le pire arrive, des 2 côtés.
De Gaulle, qu'on encense à tout propos, avait aussi lâché nos harkis...
Tous les grands pays ont un énorme fardeaux mémoriels mais ils préfèrent se souvenir de la "gloire" que d'imaginer par exemple les milliers de soldats français et ennemis crevant des journées entières sur les champs de bataille napoléoniens.
Mais il y a certainement eu aussi des aspects positifs dans la colonisation.
Il n'y a rien à juger, il suffit juste de reconnaître les réalités.
Réponse de le 16/02/2017 à 15:45 :
@ba : Vous n'avez pas faux sauf sur un point, vous faut il considérer le mode de pensée d'il y a plusieurs siècles en arrière sur la condition humaine des autres peuples comme légitime à notre époque de civilisation de la pensée moderne ?
Réponse de le 16/02/2017 à 16:21 :
oui enfin tout ceux que vous citez ne peuvent pas se targuer d'être la patrie des Droits de l Homme et une des source de la philosophie des Lumières. Son Histoire on la prend en entier avec parfois des moments glorieux et d'autres honteux. On se grandit à reconnaitre les seconds et les assumer.
a écrit le 16/02/2017 à 10:58 :
En attendant le 2 mars où la totalité du projet sera présentée, avec le financement:
voir mes 3 "articles" (non publiés car pas dans la ligne éditoriale...), avec quelques LIENS essentiels:
- 11 01 17 Macron, quelques repères
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1634849-.html
.
- 17 01 17 Macron : L'Europe et l'immigration
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1634940-.html
En particulier particulier de nombreuses vidéos du long débat (heureusement découpé en morceaux…) qu'il avait eu il y a 3 mois avec des journalistes de Médiapart.
.
- 11 02 17 Macron : transition énergétique, écologie, alimentation
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1656765-.html
Macron interrogé par Pascal Canfin WWF
Réponse de le 16/02/2017 à 11:59 :
Merci Marco pour ces liens, des points très intéressants une méthode agile et responsable pour chacun.
La société veut de la com, une feuille de route, une révolution, et des oppositions. Cette nécessité de guerre des pouvoir est omniprésente dans notre société à tous les niveaux. Arrêtons les feuilles de route, les candidats ne tiennent pas leurs promesses ! Elle doit être construite ensemble et tenir compte du contexte, mais il faut évoluer très vite et s'adapter.
La révolution c'était avant, la société est trop imbriquée.
Cette feuille de route doit être ajustée au fur et à mesure de ce qui est réalisable à l'instant et à moyen/long terme.
Raisonner ensemble sur chaque projet et c'est la démocratie qui l'emportera et non les manifestations intempestives dans la rue. Mettre chaque organismes et représentants de la société face à ses responsabilités sur chacune des décisions à prendre ensemble.
Les objectifs et les résultats seront réalisables, mesurables et quantifiables.
a écrit le 16/02/2017 à 10:50 :
Le programme qui se dessine n'est pas différent par nature de celui qu'aurait pu avoir un juppé, un sarko, un Fillon.
Des licenciements massifs dans la fonction publique, un report des charges de l'état sur les collectivités locales (qui n'auront plus d'autre choix que de licencier, abandonner des missions et/ou augmenter quand elles peuvent les impôts locaux) .

Mr Macron prévoit de pérenniser le CICE (cad un transfert de 30 milliards € de fonds publics vers des entreprises privées) et de supprimer l'ISF (sans redistribuer l'IRPP sur les hauts revenus).

Macron, n'est à l'évidence pas un homme de gauche. C'est un libéral pur sucre.
Réponse de le 16/02/2017 à 12:59 :
La politique économique de l’OFFRE (CICE et Pacte de solidarité), atténuée de justice fiscale, qui a démarré une année trop tard, fut une très bonne chose.
Les marges de nos entreprises (les plus faibles d’Europe) se sont améliorées et nous sommes devenus bien plus compétitifs ce qui nous a permis de décrocher de nombreux et grands contrats.
Les faibles gains gagnés pour le chômage ont été en partie rognés par les gains technologiques (robotiques, numérisation etc.).
La loi Macron dont certains effets se produiront à moyen-terme (cars, ouverture du dimanche...) étaient indispensables.
Les déficits publics y compris ceux de la Sécu ont été réduits.

Quant à l'ISF il sera modifié pour extraire les actions et les entreprises de sa base.
Cela ne sera plus qu'un impôt immobilier (dont il restera à avoir le détail).
L'entreprise avant la rente, c'est clair.
Réponse de le 16/02/2017 à 20:48 :
"Des licenciements massifs dans la fonction publique"... si nous n'êtes même pas capable de distinguer licenciements et non-remplacement...
Quant au CICE... il a simplement permis de réduire (un petit peu) la surimposition des entreprises françaises par rapport à leurs concurrentes européennes. Le CICE ce n'est pas un cadeau aux entreprises mais un racket un peu moins fort sur elles. Il doit non seulement être maintenu et rendu définitif, mais au moins triplé. Quant à l'IRPP il ne frappe déjà (et lourdement) que les hauts revenus, il conviendrait au contraire d'en atténuer la progressivité, voire d'adopter le taux plat façon CSG.
a écrit le 16/02/2017 à 10:24 :
Les 35 retraites spécifiques c'est 20 millards par an soit 30% sur l'impôt du revenu. Il faut avoir le courage de mettre fin aux privilèges d'une caste d'assisté que sont les fonctionnaires, députés, sénateurs... au même titre que la réserve parlementaire qui sert à entretenir la famille au détriment de l'intérêt général. Macron n'échappe pas à la règle faisont des économies sur votre dos mais pas sur le mien.
Réponse de le 16/02/2017 à 20:57 :
Même si vous rognez sur le statut des élus vous ne gagnerez pas grand chose (contrairement à ce qu'on peut gagner sur la fonction publique, où là les marges sont considérables). Quant à la réserve parlementaire (à ne pas confondre avec la rémunération des assistants !) elle permet à un député/sénateur de donner un coup de pouce à une asso, ou à une collectivité locale pour boucler le plan de financement d'un projet d'intérêt public, en aucun cas de rémunérer sa famille.
Réponse de le 17/02/2017 à 9:19 :
La réserve parlementaire, c'est une pratique d'un autre âge, clientéliste au possible. J'ajoute qu'un Député est un élu de la Nation pas d'une collectivité, ça c'est le Sénat.
Alors ok ça sert parfois à boucler un financement et au final c'est une goutte d'eau dans un océan de dépenses, mais ça ne peut plus se justifier.
Si un projet à une utilité sociale, économique, culturelle ou autre, il doit trouver un mode de financement transparent, pas être le fait du prince d'Ancien Régime.
a écrit le 16/02/2017 à 10:14 :
mettez moi au gouvernement et je vous en trouve des économies,a commencer par viré le trois quart des ponctionnaires politiques , car ceux sont bien eux qu ils ponctionne le plus gros du budget voir auusi tout ceux qui ont quitté le gouvernement et qui touche des avantages hors normes . honteux
a écrit le 16/02/2017 à 10:03 :
Réduire la masse salariale, ça veut dire au choix baisser le nombre de fonctionnaires ou leur salaire. En ordre de grandeur, on peut estimer que les chiffres de réduction de dépense annoncés par Macron supposent la suppression d'environ 500000 emplois...
Réponse de le 16/02/2017 à 10:30 :
Calcul à la louche: disons que le salaire chargé d'un fonctionnaire est 100KEUR/an. 40Milliards EUR d'économie, c'est 400000 fonctionnaires en moins. On est entre les propositions de Juppé et Fillon. C'est une mesure intéressante. Par contre, la diminution de la dotation aux collectivités, on sait tous comment ça se termine: en augmentation des impôts locaux. Donc il faut affiner cette mesure qui n'est pas une mesure d'économie pour l'administration française (etat+collectivités), mais juste pour l'état.

D'autre part, il serait temps que M. Macron nous donne sa vision globale et complète de la France. Je commence à me lasser de ce côté feuilleton où il donne les mesures petit à petit. Et son approche de donner son programme après tout le monde est énervante et purement tactique: ça lui permet de critiquer et s’inspirer des autres sans laisser le temps aux autres de faire pareil sur son programme. bref, je n'ai pas encore vu de renouveau de la politique avec Macron bien qu'il joue sur ce registre.
Réponse de le 16/02/2017 à 10:41 :
Il me semble que 500 000 fonctionnaires c'est ce qui avait été calculé par Fillon pour les 100 milliards d'économie, cela nous ramènerait à 300 000 fonctionnaires avec Emmanuel Macron.
On pourrait aussi commencer par annuler tous les petits avantages ou mécanismes financiers permettant aux hauts fonctionnaires de faire appel aux emplois fictifs...
Réponse de le 16/02/2017 à 14:19 :
@lecteur69 : ce n'est pas une simple règle proportionnelle, c'est un peu plus compliqué que ça. Dans les 100 milliards de Fillon, outre la réduction de 500000 emplois dans les fonctions publiques, il y a en outre par exemple le report de la retraite à 65 ans qui permet de récupérer un bon paquet de milliards, ou encore la fin de l'AME par exemple.
Réponse de le 16/02/2017 à 15:46 :
@bruno_bd : merci pour cet éclaircissement
a écrit le 16/02/2017 à 9:44 :
Macron reste dans la demi-mesure et dans le flou. Chacun sait que c'est 200 milliards d'économies qu'il faut viser (cf. le livre très étayé de Xavier Fontanet) et que ça passe par une réorganisation de l'Etat, des réductions de nombre de fonctionnaires, des privatisations de services publics, des suppressions de privilèges. Et de ça Macron n'en dit rien...
Réponse de le 16/02/2017 à 11:34 :
Ca s'appelle le modèle Trump, pas sur que ça marche. Là ou Macron ne se trompe pas c'est d'y aller étape par étape car en face de lui c'est une société peu agile qui campe sur ses avantages. On peut lui accorder le mérite ne pas avoir pondu une feuille de route au plus vite pour faire un effet de com comme aux autres candidats, qui n'ont pas mesurer l'ampleur de la tache à être président à notre époque.
Réponse de le 16/02/2017 à 14:25 :
Le problème n'est pas Macron, qui sait parfaitement ce qu'il faut faire... et qui sait pertinemment que s'il l'annonce de but en blanc, il perd toutes chances d'être élu (de même que Fillon d'ailleurs...). Le problème c'est les candidats aux programmes farfelus (de Mélenchon à Le Pen en passant par Hamon) qui semblent devoir capter plus d'un suffrage sur deux.
a écrit le 16/02/2017 à 9:40 :
Bon ben voilà Fillon peut se retirer tranquillement, le casus belli des républicains est réglé...C'est magique. Merci Manu !
Réponse de le 16/02/2017 à 14:28 :
Effectivement... d'ailleurs nous aurions besoin d'une grande coalition à l'allemande entre centre droit et centre gauche qui permettrait ENFIN de faire le boulot nécessaire de remise au carré du modèle économique et social français qui est en coma dépassé.
a écrit le 16/02/2017 à 9:12 :
Abracadabra, voici le programme de Macron candidat des banquiers ! Il a bien du leur falloir trois heures au moins pour l'élaborer.

Vachement différent de celui de Fillon d'ailleurs, candidat lui des assurances, pfiou...

Et sinon récupérer les 80 milliards que nous coûte l'évasion fiscale il n'en est absolument pas question je suppose hein ?

Au secours
Réponse de le 16/02/2017 à 12:02 :
rien de différent, tout à fait. Mais à mon avis comme tous les candidats il doit faire avec toutes les m...... déjà en place (désolé de parler ainsi). On ne change pas une société et les mentalités avec des grandes réformes mais par petites touches, en entreprise c'est la même chose.
Réponse de le 16/02/2017 à 14:06 :
La m... comme vous dites c'est eux et leur compromission totale qui l'ont généré, ils ne lutteront donc jamais contre, faisant partie du processus.

D'ailleurs on le voit bien hein...
a écrit le 16/02/2017 à 9:11 :
qu a t il fait au gouvernement ? ?? ? rien a espérer !
Réponse de le 16/02/2017 à 11:42 :
Pour ce qu'on peut en dire, il a libéralisé le marché de l'autocar , élargi le travail le dimanche, élargi les zones touristiques avec majoration des salaires, libéralisé des professions (notaires, huissiers, ...), réformé le permis de conduire, réformé les prudhommes pour accélérer les décisions et le versement des indemnités...
Mais n'a pas accélérer la croissance... il a surement posé les premiers fondements des plus grands réformes à mettre en place.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :