Primaire à droite : Juppé accélère et compte sur des ralliements

 |   |  1331  mots
Nouveau local de campagne, sortie d'un nouvel ouvrage, raliements en ce début d'année de primaire à droite en vue de la présidentielle Alain Juppé accélère dans l'espoir de battre Nicolas Sarkozy en novembre prochain.
Nouveau local de campagne, sortie d'un nouvel ouvrage, raliements en ce début d'année de primaire à droite en vue de la présidentielle Alain Juppé accélère dans l'espoir de battre Nicolas Sarkozy en novembre prochain. (Crédits : REUTERS/Charles Platiau/Jean-Paul Pelissier. Montage : La Tribune.)
Alain Juppé va multiplier les initiatives cette semaine dans la perspective de la primaire à droite. Il compte également sur des ralliements de poids, notamment celui de Xavier Bertrand, pour contrer Nicolas Sarkozy.

2016... La France va commémorer le centenaire de la terrible bataille de Verdun. Or, cette année, avec l'organisation de la « primaire ouverte de la droite et du centre »dans la perspective de la présidentielle, on va assister à une autre bataille de tranchées, heureusement nettement moins meurtrière mais qui, symboliquement, sera également très sanglante. Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Bruno Lemaire, François Fillon, Hervé Mariton, etc. ... tous sont sur la ligne de départ et, dans moins d'un an, il n'y en aura plus qu'un, quoique !

Ce qui signifie que pendant de longs mois - le scrutin aura lieu les 20 et 27 novembre - les candidats vont rivaliser de propositions, de petites phrases et de « coups » pour faire la différence. Pour la plus grande joie de François Hollande et de Marine Le Pen qui ne manqueront pas d'exploiter l'étalage des divisons de la droite.

C'est Alain Juppé qui a décidé de frapper fort en ce début d'année pour tenter de confirmer son statut de « candidat préféré des Français », si l'on en croit les sondages. Le maire de Bordeaux va en effet avoir une semaine assez chargée. Après un long entretien accordé au Journal du Dimanche du 3 janvier, le 5 janvier, il va inaugurer ses nouveaux locaux de campagne Boulevard Raspail à Paris et publiera son nouveau livre « Pour un Etat fort » (Editions LC Lattès, 205 p, 12 euros) où il insiste sur le renforcement nécessaire des fonctions régaliennes de l'Etat, notamment en matière de sécurité. Le 12 janvier, il tiendra une réunion de ses responsables de comités de soutien parisiens, ainsi que des élus de Paris qui lui sont proches.

Xavier Bertrand devrait se rallier à Alain Juppé

Mais, c'est surtout dans quelques semaines que l'ancien Premier ministre compte frapper un gros coup. En effet, selon nos informations, Alain Juppé va bénéficier de ralliements de poids au sein du parti « Les Républicains » (LR). De fait, le nouveau président de la région Nord-Pas-de-Calais Picardie, Xavier Bertrand, devrait prochainement annoncer son ralliement à Alain Juppé. « Il n'a échappé à personne que Xavier Bertrand a voulu tenir Nicolas Sarkozy le plus éloigné possible de sa campagne durant les régionales » commente un proche d'Alain Juppé.

Et ce n'est pas fini. Dans la série « règlements de comptes chez Les Républicains », Jean-François Copé pourrait aussi annoncer son rapprochement avec le maire de Bordeaux, consommant ainsi définitivement son divorce d'avec Nicolas Sarkozy. C'est peu de dire que Jean-François Copé n'a pas oublié l'attitude de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bygmalion et, au-delà, des possibles dépassements de frais de campagne de la présidentielle de 2012. D'où une certaine amertume... D'ailleurs, une partie des « réseaux Copé » se sont déjà mis au service d'Alain Juppé, faute de pouvoir défendre les intérêts de leur champion qui n'est plus en situation.

" Il y a manifestement une accélération de la campagne d'Alain Juppé, note ce proche. On passe du stade de la petite PME à quelque chose de plus grande envergure. Pour autant, il n'est pas question que Juppé descende systématiquement dans l'arène. Il ne répondra pas à toutes les provocations de Nicolas Sarkozy. En outre, il a 70 ans, alors, certes, il est en pleine forme et soigne sa condition physique. Mais s'il franchi le cap de la primaire cela fera dix-huit mois de campagne jusqu'à la présidentielle de mai 2017. Il faut gérer ce temps long ", explique un proche du maire de Bordeaux.

 Pour maîtriser sa communication, Alain Juppé reçoit les discrets conseils de Claude Chirac - fille de... - qui considère Alain Juppé comme « le fils aîné de Jacques Chirac ». Une façon de drainer vers Alain Juppé une partie de l'immense popularité dont jouit l'ancien président.

Juppé "drague" sur sa droite

Certes, Alain Juppé est « le chouchou des sondages » chez les Français, mais ce n'est pas le cas auprès du noyau dur des militants « LR », ceux qui sont quasiment certains d'aller voter à la primaire et dont le héros incontournable est Nicolas Sarkozy.
Le dernier opus d'Alain Juppé « Pour un Etat fort » est opportunément destiné à cette aile droite. Le maire de Bordeaux pratique à son tour la triangulation, très à la mode en politique en ce moment, en « empruntant » des idées à Nicolas Sarkozy en matière de sécurité.

Ainsi, Alain Juppé fait sienne l'idée de renégocier les accords de Schengen pour mettre en place une police commune de l'air et des frontières. Mais il développe aussi des idées propres en matière de sécurité en voulant renforcer le renseignement territorial. Il souhaite créer un service spécifique au sein de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI)... instaurée par Nicolas Sarkozy et qui avait conduit à la disparition des Renseignements généraux (RG). Il prône aussi une meilleure transparence du financement des lieux de culte.

Sarkozy veut continuer de labourer à  la droite du parti

Autant de messages pour signifier qu'Alain Juppé n'est pas le « mou » que d'aucuns veulent décrire... Surtout, dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, on commence à s'inquiéter de la persistance de la bonne tenue dans les sondages d'Alain Juppé. Mais l'ancien président de la République reste persuadé que la primaire se jouera sur la droite, il continuera donc à labourer ces terres-là et notamment cette frange de l'électorat pour qui les frontières entre le vote LR et Front National sont très poreuses. D'où sa « sortie », le 16 décembre lors de la «Matinale des travaux publics », un événement co-organisé par « La Tribune », où il a estimé que « le vote Front National, c'est un symptôme, une fièvre mais ce n'est pas le virus. Il faut se focaliser sur la cause, pas les conséquences ». Et s'il passe victorieusement l'épreuve de la primaire, l'ancien chef de l'Etat - qui rêve de le redevenir - ne craint pas l'émergence d'une candidature Bayrou, faisant le pari que le président du MoDem « piquera » davantage de voix à gauche auprès d'un électorat déçu par François Hollande que dans son propre camp.

Fillon et Lemaire jouent chacun leur partition

Quant à Bruno Lemaire et François Fillon qui, à ce stade, ne font pas la course en tête, ils comptent cependant jouer leur propre partition, quitte à vendre plus tard chèrement leur ralliement. Bruno Lemaire joue sur le nécessaire renouvellement du personnel politique, les Français ne voulant pas rejouer en 2017 la même pièce qu'en 2012. Il n'hésite pas à rappeler qu'il a obtenu près de 30% des suffrages contre Nicolas Sarkozy lors de l'élection à la présidence de l'UMP (l'ancien nom du parti « Les Républicains »). François Fillon, lui, continue d'étayer son programme, notamment économique, d'obédience libérale. Il veut ainsi réduire de 100 milliards d'euros la dépense publique sur la durée d'un quinquennat. Selon nos informations, le député de la Sarthe devrait pouvoir compter sur le ralliement de Valérie Pécresse, la nouvelle présidente de la région Ile-de-France.

En 2016, sur le front politique, on devrait donc beaucoup entendre parler du parti « Les Républicains » mais certains caciques de cette formation s'en inquiètent. :

« A la différence des socialistes, nous n'avons aucune expérience des primaires. J'espère que les candidats seront retenir leurs coups sinon on va donner une image désastreuse. Et ça va durer près d'un an. Or, il faudra bien qu'on se retrouve uni dernière le candidat qui sortira du scrutin de novembre ».

C'est vrai que, confrontés aux soucis de la vie quotidienne, à l'angoisse des attentats et aux incertitudes sur l'avenir, les Français pourraient regarder d'un d'œil sévère ces bisbilles entre les ténors de « LR ». Et ils pourraient s'en souvenir en 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/01/2016 à 21:28 :
Apparemment, les mauvais résultats aux régionales du grand sud-ouest - dont il est plus que responsable - ne semblent pas affecter Juppé.
a écrit le 05/01/2016 à 15:47 :
Ils vont tous sortir leur grand râteau a coup d'insinuation que chacun interprétera en fonction de ses intérêts! Mais le programme est déjà concocté par Bruxelles, ils n'ont que le "cinéma" a faire!
a écrit le 05/01/2016 à 14:22 :
SARKO est bien plus malin,il n'a pas encore dévoilé son programme.Juppé est le lièvre vieillissant qui va s'essouffler face a la tortue rajeunie SARKO!
a écrit le 05/01/2016 à 13:16 :
Juppe : c'est l'avenir et il ne sera pas tenu par le prochain mandat ....
Ce ne sont pas les jeunes avec aucune expérience qui ont une chance d'y arriver et tant mieux .
a écrit le 05/01/2016 à 13:04 :
Alain JUPPÉ n'est-il pas "le meilleur d'entre nous" qui en…

1969 a voté pour Alain KRIVINE, candidat de la Ligue communiste, au premier tour de l'élection présidentielle ?
1970 a intégré l’Ena promoteur de la Médiocratie ?
1972 a intégré l'Inspection Générale des Finances dont l'efficacité est connue de tous : aucun budget de l'État n'a été à l'équilibre depuis 1974 ?
1995 a mis un terme à ses arrangements locatifs avec la Mairie de Paris pour lui et son Fils sous la pression en refusant de s'excuser ?
1995 a poussé Alain MADELIN à démissionner ?
1995 a supprimé le plafonnement de l’ISF, provoquant une fuite de capitaux et de talents à l’étranger ?
1995 a capitulé devant la bronca des Fonctionnaires ?
1996 a valorisé Thomson à un franc symbolique ?
1996 a augmenté les prélèvements divers sans réformer ?
1997 a dissout la Chambre ?
1999 a été mis en examen pour "abus de confiance, recel d'abus de biens sociaux, et prise illégale d'intérêt" ?
2002 a liquidé sa retraite de la Fonction Publique à 57 ans ?
2004 a été condamné en 1ère instance à 18 mois de prison avec sursis et à 10 ans d'inéligibilité ? Peine réduite en appel à 14 mois de prison avec sursis et un an d'inéligibilité.
2007 et après a mis en œuvre sa politique économique bordelaise "panem et circenses" ?
2007 a déclaré ne briguer que le Mandat de Maire avant d'accepter promptement de devenir Ministre d'État ?
2011 a décidé d'aller en guerre en LYBIE pour le résultat que nous connaissons ?
2011 a signé le Contrat des Mistral ?
2014 a présenté son projet bordelais de centre islamiste de 12000m2 ?
2014 a refusé de livrer les Mistral, Contrat signé en 2011… par lui-même ?
2017 voudra être Président à 72 ans après 15 ans de retraite ? Cherchez l'erreur, place aux Jeunes !

Comme écrivait Charles-Louis de SECONDAT :
"Un homme n’est pas malheureux parce qu’il a de l’ambition, mais parce qu’il en est dévoré".
a écrit le 05/01/2016 à 10:09 :
Il fait partie de cette classe politique française, médiatisée, convenue, européanisée, atlantisée, celle qui fait rigoureusement la même politique qu'il s' agisse de la droite ou de la gauche et qui voit logiquement les français s'en détourner pour absence de résultats.. Nous voyons au contraire à l' UPR un signe très encourageant, une nouvelle capacité à « repolitiser » les Français et à redonner le goût de l’action politique à travers le développement d'un parti qui ne cesse de croître de jour en jour..

De même, nous trouvons très rassurant et prometteur de parvenir à rassembler, comme nous le faisons, autant de Français venus d’horizons très divers. Des citoyens qui acceptent de mettre temporairement de côté leurs opinions divergentes sur nombre de sujets pour atteindre des objectifs prioritaires et urgents : rendre à la France sa souveraineté, son indépendance et sa démocratie. La Charte fondatrice joue un rôle de première importance dans ce tour de force politique.

Plus généralement, nous constatons que ce qui caractérise les citoyens qui adhèrent à l’UPR c’est d’abord le goût de la vérité et de la justice, ainsi que le sens du devoir citoyen.

C’est aussi la générosité et l’entraide tant ce parti est mû par des idéaux sincères et élevés, tandis qu'il n' a pas de postes grassement rémunérés à proposer.

C’est également la curiosité et la rigueur intellectuelles, qui les poussent à vouloir comprendre le fond des choses et à combattre la propagande, les fausses évidences et les manipulations.
a écrit le 05/01/2016 à 9:59 :
Juppé finira par apparaître trop vieux, et son passé ressortira. $arkozy de Nagy Bocsa, à part les idôlatres affairistes bornés de l'aile droite de l'UMP, plus personne n'en veut.
Marine Le Pen, un front républicain sera toujours là pour lui faire barrage. Bayrou, le Maire, Mariton, Fillon: Quantités négligeables vouée aux strapontins. Reste.....
Réponse de le 05/01/2016 à 14:06 :
Trop vieux??? Il n'a que 70 ans, soit presque deux fois l'âge du leader de Podemos :-))
a écrit le 05/01/2016 à 8:58 :
Evidemment JUPPE pose pb quant à son âge et son passé mais il monte car il est pour l'heure le seul rempart crédible par rapport à NS. Les français ne veulent plus de Sarkozy les militants de droite intelligents le savent les militants lobotomisés de Neuilly du troisième âge et de la droite forte continuent eux à soutenir le loser braillard!
Réponse de le 05/01/2016 à 11:39 :
bien résumé. A Juppé n'est pas ma tasse de thé mais par défaut il reste encore le plus crédible. Concernant son passé, n'oublions pas qu'il a "porté le chapeau" à la place de Chirac, et il faut lui reconnaître son élégance car il n'a jamais fait aucune allusion au sujet de cette décision judiciaire .
a écrit le 05/01/2016 à 0:49 :
Bonjour,....c'est papy mougeot, retraité à Bordeaux....est c'que le schmibili, le schmilibi...est présidentiel? Ben non pourquoi? Pour rien c'est pour faire avancer le schmibili, le schmilibi, le.....
a écrit le 05/01/2016 à 0:43 :
Bonjour...c'est papy moujot
a écrit le 04/01/2016 à 21:47 :
Je l'ai écouté ce soir sur FR2, toujours aussi arrogant, il n'a pas changé. S'il est élu il nous fera descendre des millions de personnes et le FN en fin de compte.
a écrit le 04/01/2016 à 19:14 :
Pour réussir, Alain Juppé devra prendre position sur la transition énergétique en proposant de basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique, en liaison avec Nicolas Hulot.
Réponse de le 04/01/2016 à 20:19 :
Que vous êtes rigolo, du grand nord..?!
Réponse de le 05/01/2016 à 5:51 :
Qui Nicolas Hulot mais qui est ce Monsieur, un petit bonhomme qui nage dans la politique maffieuse qui se complet dans des salons, qui voudrait nous faire croire que la COP 21 est une réussite, un bout de papier plein de promesses vous savez ce que l'on dit sur les promesses. Enfin un grand !!!homme de la politique et de l'économie un homme qui a tout compris et qui bave de mots comme taxes impôts etc etc oui une homme qui nage chez les politiques. Je ne vais vous faire l'affront de mettre en évidence le mot politique et maffia.
a écrit le 04/01/2016 à 19:03 :
Juppé accélère ! Il a sorti son déambulateur à roulettes pour parcourir la distance !!!
a écrit le 04/01/2016 à 18:29 :
Le président de LR va l'emporter car
- il terrorise chasse et évince de son parti tous ceux qui ne le soutiennent pas
- il possède des fonds externes (issus de son voyage en russie chez Poutine) et des fonds internes (dons ultra généreux des français type sarkothon)
- C'est l'unique moyen d'échapper aux sanctions liées aux fausses facturations de Bygmalion: la justice française est lente et surtout ne s'attaquera jamais à un ancien président. Ces messies sauveurs sont au dessus des lois.
a écrit le 04/01/2016 à 17:41 :
Juppé c est la gérontocratie parasitaire au pouvoir ! Qu a T il fait rien de mieux que Sarko voir pire en rétablissant l ISF ! Le plus stupide et dogmatique des impôts ! Ça serait revoter Hollande 👹 autant partir en 🇨🇭
Réponse de le 04/01/2016 à 20:18 :
Vous avez raison, pathétique..
Réponse de le 05/01/2016 à 5:22 :
200% ok
C'est l'éternel recommencement !
Ils n'ont de cesse que de se faire et refaire entre eux...
Pauvre France
La déchéance s'accélère et rien ne personne pour la stopper.
Les politiques nous font mourrir.
a écrit le 04/01/2016 à 17:10 :
Balladur aussi avait la faveur du public initié à 1 an des élections
résultat un gadin monumental!!!!
Et ne pas se souvenir que ce politique de métier,a aussi son lot des gamelles,et que les ralliements,sont ceux de larrons,en quête des ors et des honneurs de la Nation,malgré un nombre de turpitudes à ne pas oublier;
Est-ce avec ces bouillies que l’électorat devra choisir???
a écrit le 04/01/2016 à 17:08 :
J.-C Chenot évoque "l'immense popularité" de J. Chirac !... On se demande si on a bien lu ...Chirac, qui a été sans nul doute le plus mauvais président de la 5ème République (après Hollande cela va sans dire) est devenu populaire auprès de ceux qui ne l'ont pas connu comme président ou qui ont oublié combien il a été mauvais.
Juppé était détesté de la gauche lorsqu'il était aux affaires (dans les années 90) ; aujourd'hui que tout le monde a oublié cette période, il est devenu "le chouchou des sondages", en particulier chez les sympathisants de gauche qui voient en lui un adversaire moins coriace que Sarkozy !
Quand la gauche s'apercevra qu'il n'y a pas de différences entre le programme de Juppé et celui de Sarkozy ou de Fillon ou de Le Maire, le (peut-être) candidat juppé va perdre de son aura.
Réponse de le 05/01/2016 à 16:18 :
Aucun des présidents cités n' a vraiment défendu les intérêts de la France depuis C. De Gaulle, depuis rien, nada, basta, il n' y a que lâcheté et démission.
a écrit le 04/01/2016 à 16:47 :
Juppé, c'est l'homme du passé, il serait temps de le réaliser. Juppé c'est du Chirac ou du Hollande, un politicard mou du genou, sans convictions, qui a reculé sur la réforme des retraites en 95 (1995 !!!! Ce gars était aux responsabilités il y a 20 ans déjà, c'est un dinosaure qui n'a plus à rien à faire en politique). C'est à cause de gens comme Juppé si la France est dans la situation actuelle.

Je ne soutiens ni Juppé, ni Sarkozy, ni Le Maire, nous avons besoin de sang neuf et vigoureux.
Réponse de le 04/01/2016 à 17:51 :
bref ... il plus de chance d’être au second tour que Sarkozy ... histoire de se passer de Marine !
Réponse de le 04/01/2016 à 21:14 :
On voit apparaître les éléments de langage donnés aux militants sarkozistes
par les dirigeants de LR: ringardiser Juppé, le faire passer pour un vieux has been, un gaucho voire un gauchiste. Manque de chance, ça sonne faux, ça ne marche pas, Juppé caracole toujours en haut des sondages..!!
Réponse de le 05/01/2016 à 8:53 :
@pmxr, les français instrumentalisent la lutte partisane LR/PS pour pousser nos dirigeants à ne surtout rien changer (ou en tout cas, rien ne les concernant personnellement), obligeant ces derniers à promettre n'importe quoi dans l'espoir d'obtenir du pouvoir pendant 5 ans (et ne rien en faire). Ca devient grotesque, et la seule chose qui pourra faire bouger les lignes à présent est la faillite par augmentation des taux. Je l'attends avec impatience. On verra alors s'ils voudront toujours mettre Hollande, Sarkozy, Juppé ou NKM aux commandes :x
Réponse de le 05/01/2016 à 11:50 :
ASSELINEAU semble tout entier fait pour vous, sur mesure !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :