Nicolas Sarkozy : "le FN, c'est le symptôme, la fièvre, pas le virus"

Nicolas Sarkozy, président du parti "Les Républicains" était mercredi 16 décembre l'invité de la "Matinale des travaux publics", un évènement co-organisé par "La Tribune" et la Fédération nationale des travaux publics. Il refuse de considérer les électeurs du FN comme des "anti-républicains". Il défend la nécessité d'un "Schengen 2". Pour relancer l’économie, il plaide pour un choc social sur le marché du travail et fiscal avec la suppression de l'ISF et un dispositif "zéro charge" au niveau du Smic. Le tout financé par une baisse drastique des dépenses publiques.
Jean-Christophe Chanut

8 mn

Nicolas Sarkozy veut instituer un dispositif zéro charge au niveau du Smic et réduire de 57% à 50% du PIB les dépenses publiques
Nicolas Sarkozy veut instituer un dispositif "zéro charge" au niveau du Smic et réduire de 57% à 50% du PIB les dépenses publiques (Crédits : VINCENT KESSLER)

« Il faut résoudre les problèmes des Français et ne pas se contenter de faire barrage au Front National. Les électeurs du FN, ce sont des gens qui souffrent mais qui ne sont pas anti-républicains ».

Invité ce mercredi 16 décembre aux « Matinales des travaux public », un évènement co-organisé par la Fédération nationale des travaux publics et « La Tribune », Nicolas Sarkozy s'est refusé, une fois de plus, à accabler les électeurs du Front National. Pour lui, « le vote Front National, c'est un symptôme, une fièvre mais ce n'est pas le virus. Il faut se focaliser sur la cause, pas sur les conséquences ».

Les causes du vote Front National

A cet égard, le président des « Républicains » identifie plusieurs causes, immédiates ou davantage structurelles. Il y a d'abord ce qu'il qualifie de « destruction de la Syrie » qui pousse « 10 millions de personnes à marcher vers l'Europe » pour fuir un pays en guerre. Or, si les « Français sont des gens généreux, ils se disent en même temps que l'on ne peut pas accueillir tout ce monde, faute de logements et d'emplois ». Pour lui, le dossier des migrants a créé un véritable « traumatisme » qui explique en partie le vote FN. S'ajoute à cela les attentats du 13 novembre qui ont créé un second traumatisme : « Comment comprendre que des Français se sont fait tuer par une bande de cinglés dont certains sont aussi des Français ? »

L'ancien chef de l'Etat pose alors des questions : « Comment maîtriser l'immigration ? Comment certains jeunes Français ont-ils pu devenir des monstres ? Qu'a fait la France entre les attentats du 7 janvier et ceux du 13 novembre pour la sécurité ?... Rien ».

"Schengen est mort"

Si, dans ce contexte, il approuve la décision de François Hollande d'avoir décrété l'état d'urgence, il demande cependant à son successeur à l'Elysée de préciser ce qui se passera après ? En effet, pour Nicolas Sarkozy:

« Schengen est mort. Que fera-t-on alors pour défendre les frontières ? Entre une Europe passoire et une Europe qui se couvre de barbelés, il y a peut-être la place pour une vision. Il faut un Schengen 2. L'Europe aurait dû avoir une politique d'immigration commune et un même niveau d'allocations sociales pour les demandeurs d'asile afin de ne pas créer des appels d'air vers certains Etats. Pour éviter les migrations, Il faut aussi bâtir un vaste plan d'infrastructure en Afrique où la démographie explose ».

Et quand on lui pose la question du "comment faire" pour lutter contre le terrorisme. Nicolas Sarkozy répond :

« Il faut commencer par nommer l'adversaire, c'est l'Etat islamique. Il faut aussi ne pas avoir peur du mot « sécuritaire ». Sécuritaire, ça signifie que toute personne qui revient du Djihad en France doit être envoyée en prison puis en centre de déradicalisation. Quant à ceux qui ont la double nationalité, française et une autre, il ne doit pas y avoir de retour en France et ils doivent être déchus de la nationalité française. Enfin, il faut considérer que consulter régulièrement un site djihadiste, c'est déjà être djihadiste ».

Deux priorités: la baisse des impôts et la baisse des dépenses publiques

Sur les questions économiques, Nicolas Sarkozy a repris ses antiennes. Pour lui, il y a une double priorité. Il faut d'abord un « choc fiscal » à destination des entreprises et des classes moyennes. Il reproche aux divers gouvernements socialistes d'avoir augmenté les prélèvements « de 48 milliards d'euros ». Nicolas Sarkozy propose donc un contre-choc fiscal compris entre 20 et 30 milliards d'euros, incluant la suppression de l'ISF, une baisse de l'impôt sur le revenu et des baisses de charges....30 milliards, soit grosso modo, le niveau de hausse des impôts décidé dans les dernières années de son quinquennat...

En effet, en 2011, le gouvernement Fillon a mis en place deux plans de rigueur successifs. Il a augmenté ainsi les impôts de 16 milliards d'euros cette année-là, puis de 13 milliards d'euros en 2012, comme le révélait le rapport budgétaire sur l'évolution des prélèvements obligatoires. François Hollande rajoutera 7 milliards d'impôts après son élection. Le total est donc porté à 20 milliards d'euros de hausse d'impôts cette année-là. En réalité, donc, entre 2012 et 2013, les socialistes ont augmenté les prélèvement d'environ 30 milliards d'euros.

Ensuite, il souhaite un « choc des dépenses publiques » avec l'objectif, sur 5 ans, de ramener les dépenses publiques de "57% à 50% du PIB", soit une baisse de 100 milliards d'euros. Pour y parvenir, Nicolas Sarkozy veut renouer avec la politique du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite et augmenter la durée du travail de ces mêmes fonctionnaires. Il rétablirait également le délai de carence d'un jour en cas d'absence des fonctionnaires.

"Le pacte de responsabilité est un mensonge"

Intraitable avec la politique menée par son successeur, il estime que « le pacte de responsabilité est un mensonge », étant donné le niveau des prélèvement sociaux et fiscaux pesant encore sur les entreprises. Il regrette que l'on embauche de nouveaux des fonctionnaires, niant toute utilité à « la création de 60.000 postes dans l'Education nationale ». Il estime aussi « qu'on décourage le travail et qu'il y a trop de normes ».

Lui, il ferait de la « diminution du poids des charges » un axe central en instituant une politique de « zéro charge au niveau du Smic »... Ce qui n'est, en fait, déjà pas loin d'être le cas depuis le 1er janvier 2015.

Sur les 35 heures, il a expliqué pourquoi en 2007, il n'a pas voulu mettre la question clairement sur la table :

"Je ne voulais pas de débats idéologiques sur cette affaire qui était devenue un symbole. En plus certaines entreprises s'étaient adaptées, d'autres, au contraire étaient gênées. Le monde de l'entreprise n'était pas uni. J'ai donc choisi de déplafonner, décharger et défiscaliser les heures supplémentaires. Mais les socialistes sont revenus sur cette mesure pour la seule raison que c'était moi qui l'avait instituée".

Certes, mais Nicolas Sarkozy oublie de préciser que la défiscalisation et l'exonération de cotisations patronales sur les heures supplémentaires « coûtaient » quatre milliards d'euros en année pleine au budget de la France.

35 heures: aux entreprises de fixer leurs règles

A l'avenir, sur la durée du travail, l'ancien chef de l'Etat propose d'aller plus loin en « donnant toute la liberté aux entreprises » : soit elles garderaient le dispositif actuel, soit elles pourraient décider, par accord avec les partenaires sociaux ou par référendum d'entreprise, de fixer à leur niveau le seuil de déclenchement des heures supplémentaires ainsi que le taux de majoration.

Etant bien entendu, dans son esprit, que le référendum d'entreprise aurait une force obligatoire et que son résultat ne pourrait pas être remis en cause par les tribunaux.
Il insiste aussi sur le fait que la représentativité des syndicats ne doit « plus être de droit » mais « issue des urnes »... Ce qui est en fait le cas depuis la loi Larcher de 2007, aux termes de laquelle les cinq grandes centrales syndicales historiques doivent faire la preuve de leur représentativité pour présenter des listes au premier tour des élections professionnelles.

Quant au code du travail, Nicolas Sarkozy ne « croit pas à une réforme mais plutôt à une refondation ». Pour lui, le Code du travail devrait simplement mentionner « une cinquantaine » de dispositions de « d'ordre public social » et tout le reste dépendrait d'accords d'entreprise ou de branche.

"Économie numérique et ancienne économie peuvent coexister"

Interrogé sur l'économie numérique et le risque « d'uberisation » de l'économie, il se dit persuadé que la coexistence de « l'ancienne » et de la « nouvelle » économie est possible. Et si l'économie numérique « va dans le bon sens » il faut tout de même se méfier de « l'emballement » car « la rapidité à laquelle ces entreprises avaient atteint un tel niveau de capitalisation boursière m'inquiéte un peu ».

S'exprimant devant des chefs d'entreprise des travaux publics, Nicolas Sarkozy a bien sûr été interpellé sur la chute des investissements des collectivités locales en raison des baisses de dotation de l'Etat. L'ancien président de la République a reconnu que la « situation financière des collectivités locales était dramatique ».

Pour qu'elles retrouvent des marges de manœuvre pour investir, il suggère que chaque collectivité locale puisse jouer sur la masse salariale, en négociant, à leur niveau, le régime des heures supplémentaires applicable et en leur permettant d'embaucher des agents pour une durée limitée à cinq ans.

Nationaliser l'assurance-chômage

Enfin, Nicolas Sarkozy s'est inquiété de la situation de l'assurance chômage « qui aura un déficit de 35 milliards d'euros en 2016, soit une année entière de cotisation ». En réalité, d'après les derniers comptes de l'Unedic, gestionnaire de l'assurance chômage, le régime devrait avoir un endettement cumulé de 25 milliards d'euros fin 2015. Si rien n'est fait, cet endettement monterait en effet à 35 milliards d'euros mais à l'horizon 2018.
En tout état de cause, devant l'ampleur du déficit, Nicolas Sarkozy propose que l'Etat « reprenne en main la gestion de l'assurance chômage [actuellement gérée par les organisations patronales et syndicales], au moins le temps de la remettre à flot ».

Sur le plan strictement politique, Nicolas Sarkozy ne s'est pas aventuré sur le terrain de la primaire à droite, prévue en novembre, ni sur les remous provoqués dans son parti sur sa ligne ni retrait ni fusion de liste durant les élections régionales... Sujet qui a conduit au départ de l'ex numéro 2 des "Républicains", Nathalie Kosciusco-Morizet, lundi. La "ligne" sera abordée lors d'un bureau national en février 2016.

Jean-Christophe Chanut

8 mn

Replay I Nantes zéro carbone

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 80
à écrit le 19/02/2016 à 9:46
Signaler
Sans doute Mr Sarkozy commence t'il à se poser les quéstions qu'il aurait dû se poser i y a des années . En effet le FN n'est pas " antirépublicain " , A CONDITION que les voix qu'il obtient aux élections ne soient pas systématiquement " bidouillé...

à écrit le 20/12/2015 à 4:58
Signaler
Sarko a t'il un problème

à écrit le 19/12/2015 à 11:58
Signaler
bonjour les dinosaures ont sont disparus m sarkosy en fait parti il avait les cartes en mains , mais il ne savait pas quoi en faire . m hollande idem pourquoi seraient ils plus capable aux prochaine élections ils sont incapables de gérés un pays e...

à écrit le 19/12/2015 à 7:50
Signaler
mais l'excite de service vas comprendre que c'est de sa faute si les Français vote fn lui qui a ete au pouvoir et n'a rien fait sauf trois choses ne pas s'etre occupe de chomage augmentes les taxes et impots et surtout vendre les biens de la nat...

à écrit le 18/12/2015 à 22:47
Signaler
Je ne comprends pas, comment M. Sarkozy n'est pas au FN il n' a pas sa carte? mais alors il est à l'autre Front celui de gauche. Il parle d'impôts n' a t il pas augmenté ces derniers de 35 milliards sous son règne, mais n'est ce pas lui qui a créé, l...

à écrit le 18/12/2015 à 21:48
Signaler
le ni ni, c'est ni sarko, ni hollande et approuvé par 70% des citoyens, mais le monde médiatique et politicien nous ressert la même soupe... du balais les vieux briscards qui se gavent d'argent public, ne veulent rien réformer. Ils sont dans u...

le 19/12/2015 à 10:04
Signaler
@ni ni: tout à fait d'accord !!!

à écrit le 18/12/2015 à 20:40
Signaler
Faut il que La Tribune soit en mal d'inspiration pour inviter ENCORE cet ambitieux incompétant et menteur lui aussi !!

à écrit le 18/12/2015 à 20:40
Signaler
Faut il que La Tribune soit en mal d'inspiration pour inviter ENCORE cet ambitieux incompétant et menteur lui aussi !!

à écrit le 18/12/2015 à 19:57
Signaler
Evidemment, le FN n'est pas le virus. Il n'est d'ailleurs ni la fièvre, ni le symptôme. Il est le médecin, le traitement, le remède. Le virus, c'est le front républicain dévastateur et létal pour la France, qui sévit depuis maintenant près de quatre ...

le 19/02/2016 à 9:52
Signaler
Sans doute Mr Sarkozy commence t'il à se poser les quéstions qu'il aurait dû se poser i y a des années . En effet le FN n'est pas " antirépublicain " , A CONDITION que les voix qu'il obtient aux élections ne soient pas systématiquement " bidouillé...

à écrit le 18/12/2015 à 17:41
Signaler
Pour tous les commentateurs, Ayez comme livre de chevet le livre Dieu,Les Finances et Nous. Démarrant en 1981,vous retrouverez les mêmes discours,promesses,taux de chômage,et surtout les mêmes personnages qui nous agitent aujourd'hui le chiffon s...

à écrit le 18/12/2015 à 17:41
Signaler
Pour tous les commentateurs, Ayez comme livre de chevet le livre Dieu,Les Finances et Nous. Démarrant en 1981,vous retrouverez les mêmes discours,promesses,taux de chômage,et surtout les mêmes personnages qui nous agitent aujourd'hui le chiffon s...

à écrit le 18/12/2015 à 17:41
Signaler
Pour tous les commentateurs, Ayez comme livre de chevet le livre Dieu,Les Finances et Nous. Démarrant en 1981,vous retrouverez les mêmes discours,promesses,taux de chômage,et surtout les mêmes personnages qui nous agitent aujourd'hui le chiffon s...

à écrit le 18/12/2015 à 17:04
Signaler
Curieux compte rendu de l'intervention de Sarkozy , où on ne se contente pas de rapporter, mais où l'on ouvre quelques parenthèses pour critiquer. A lire les commentaires, La Tribune s'adresse à une clientèle bien particulière. La plupart des comment...

le 18/12/2015 à 19:06
Signaler
Merci de développer. Qu'a t-il fait de positif ? Merci.

à écrit le 18/12/2015 à 17:03
Signaler
Curieux compte rendu de l'intervention de Sarkozy , où on ne se contente pas de rapporter, mais où l'on ouvre quelques parenthèses pour critiquer. A lire les commentaires, La Tribune s'adresse à une clientèle bien particulière. La plupart des comment...

à écrit le 18/12/2015 à 15:00
Signaler
c'est a cause de l' incompetence de sarko et de celle de hollande si les Français vote fn regarder 4 scrutin defavorable au gouvernement e celui ci ne change rien reste sourd et aveugle

à écrit le 18/12/2015 à 14:40
Signaler
Est-ce qu'il veut dire que c'est lui le virus ?

à écrit le 18/12/2015 à 14:09
Signaler
Certes il n'est plus crédible mais néanmoins ce qu'il dit a ce sujet est vrai le FN est le symptôme(et ceci n'est pas du tout péjoratif) d'un mal être éprouvé par de plus en plus de français,mais pas le virus .Les virus sont les mensonges dits lors d...

à écrit le 18/12/2015 à 12:58
Signaler
Il faudrait débarquer Nicolas Sarkozy de la tête des Républicains comme a été débarqué sont frère Guillaume de la tête de Malakoff Médéric...

à écrit le 18/12/2015 à 11:16
Signaler
Bien sur que les électeurs FN sont Républicain cela vient des partis politique droite gauche qui se moque des Français avec leurs mensonges Sarko parle beaucoup mais que feras t'il une fois réélu et la TVA sociale de combien va t'il nous la mettre?ce...

le 18/12/2015 à 13:53
Signaler
Républicains, républicains, républicains, on entend plus que ça...! Il y a bien longtemps que la France n'est plus une république. Les monarques qui nous gouvernent se sentent obligés de s'appeler républicains pour se persuader qu'ils le sont, en ré...

à écrit le 18/12/2015 à 10:29
Signaler
Nicolas Sarkosy n'est plus crédible, et son discours destiné à racoler les classes moyennes est tout simplement pitoyable: discours sécuritaire, baisse d'impôts précédent la baisse de la dépense publique, rien sur le contrôle des dépenses sociales, s...

à écrit le 18/12/2015 à 1:06
Signaler
NS n'a pas de programme,sauf la continuation de la politique économique d'Hollande, qui en 2012 et surtout à partir de 2013 a continué la politique de NS. Une représentante de la société civile a mis en difficulté Sarko,en posant la question du cumu...

à écrit le 17/12/2015 à 19:38
Signaler
@BONSOIR : ce pauvre François n'a rien compris au vote des FRANCAIS ce n'est pas pour les idées politiques défendues par le F.N. mais pour exprimer un ras le bol de ce gouvernement incapable la seule à mettre à l'actif de ce gouvernement ...

le 18/12/2015 à 20:07
Signaler
C'est exactement pour une raison similaire que les Françaises et les Français ont viré M. Sarkozy de la présidence de la République. Ils vireront M. Hollande et sa clique d'incapables de la même manière. Plaise au ciel qu'ils ne fassent pas la conner...

à écrit le 17/12/2015 à 18:55
Signaler
c'est fou ce besoin de ménager la chèvre et le chou !!!...le Fn c'est pas bien ,mais c'est pas trop mal non plus....on ne sait jamais,ça peut rapporter quelques voix de plus............

à écrit le 17/12/2015 à 18:38
Signaler
C'est que lui et ses amis n'ont jamais mais jamais oser faire le bilan des 5 années lorsqu'il était President. Il faut rappeler aux jeunes qu'il a également été ministre auparavant. Dit ministères dit bilans également. Alors ? En realité, l'af...

le 18/12/2015 à 15:15
Signaler
bien d'accord avec vous, et pour ce qui me concerne je n'ai jamais cru à ces balivernes de représentant de commerce.

à écrit le 17/12/2015 à 18:30
Signaler
Nous ne sommes plus en 2007 M. Sarkosy mais bientôt en 2016. Quand on lit cela, on se dit que la décennie passée n'a servi à rien. Aucune leçon tirée, aucune convection, un coup je flatte mon aile centriste gauche, un coup je flatte mon aile droi...

à écrit le 17/12/2015 à 18:13
Signaler
Sans nier le rôle primordial du chômage qui déstructure la société dans le vote FN, il ne faut pas oublier d'autres facteurs: immigration incontrôlée de nombre de gens qui ne veulent pas s'intégrer, insécurité grandissante, faillite de la justice, fa...

le 19/02/2016 à 11:12
Signaler
Vous semblez établir une différence entre immigration et chômage , soit , alors jouons si vous voulez bien au petit jeu suivant . Supprimons par le jeu informatique ( les logiciels "que n'a pas le gouvernement " , mais qu'il utilise chaque jour à ...

à écrit le 17/12/2015 à 17:43
Signaler
Nicolas Sarkozy : "le FN, c'est le symptôme, la fièvre, pas le virus" en effet, le cancer généralisé c'est la secte UMP déguisée en LR avec ses métastases Nouveau Centre déguisé en UDI et Modem ... qui se font élire en avalant les couleuvres PS...

à écrit le 17/12/2015 à 17:24
Signaler
Il a raison das la mesure où le mal qui ronge la France depuis 40 ans, c'est l'UMPS :-)

le 18/12/2015 à 16:17
Signaler
@Patrickb "le mal qui ronge la France depuis 40 ans, c'est l'UMPS ". De deux "maux", je préfère l'UMPS à la peste brune qui est un maladie incurable.

le 19/12/2015 à 16:24
Signaler
@valbel89: 1) si tu relis mes commentaires, tu verras que je dis que "quand on est d'accord ni avec l'un, ni avec l'autre, on vote blanc". Donc pour moi, ce ne sera ni la peste, ni le choléra. 2) Préjuger que le FN est la peste brune, alors que ce pa...

à écrit le 17/12/2015 à 17:04
Signaler
Faut plus remplacer les fonctionnaires qui partent à la retraite!! Vous en faites quoi de ceux que l'on embauche actuellement, M.Sarkozy? Des chômeurs de plus. Tant que la France ne sera pas réindustrialisée en créant des emplois utiles et non des se...

le 17/12/2015 à 21:42
Signaler
A moins de vouloir relancer les économies chinoise et allemande, chercher à relancer l'économie française, qui ne produit plus guère de biens, par la consommation est un non-sens. Il faut au contraire améliorer très sensiblement les marges des entrep...

le 17/12/2015 à 21:43
Signaler
Il est illusoire de contenir le chômage par des embauches de fonctionnaires.

le 19/02/2016 à 11:35
Signaler
Mais justement "trambdx" qui vous parle d'embaucher d'autres fonctionnaires ???, mis à part bien sûr les fonctionnaires .............!

à écrit le 17/12/2015 à 15:30
Signaler
Sarko, c'est fini pour toi! Tu n'as absolument rien fait durant ton mandat. Le problème est que ta trahison va coûter très cher à la droite. Tu fais parti des responsables ayant mis la France dans cet état!

le 17/12/2015 à 16:36
Signaler
SVP des faits précis prouvant vos dires! pas des "On dit" .

le 18/12/2015 à 13:43
Signaler
@G3R : Si vous avez besoin de preuves c'est que vous être peut-être sourd, aveugle ou alors vous vivez sur l'ile de Pâques. A moins que vous ne soyez touché par la grâce......!

à écrit le 17/12/2015 à 14:32
Signaler
Sarkozy a beau faire, beau dire, la France ne le reprendra pas. Déjà ses propres amis refusent de le voir débouler pour éviter de leur faire perdre une élection. Sakozy est devenu le caillou dans la chaussure. Pourtant il pense réussir, misant sur le...

à écrit le 17/12/2015 à 14:21
Signaler
Il faut que vous déformiez les paroles; il a dit:" le vote FN est un symptôme, une fièvre pas un virus;" vous le transformez en "le FN est un symptôme , une fièvre, pas un virus.", ce n'est pas du tout la même chose. A quel dessein ? vous transforme...

le 17/12/2015 à 16:49
Signaler
Je vous approuve. Tout ce que certains lui reprochent, toujours les mêmes d'ailleurs, ne font que reprendre en coeur "des lieux communs" véhiculés par ses opposants PS et FN alors que leurs dires étayés par des "on dit" ne sont basés que sur des cont...

le 18/12/2015 à 19:25
Signaler
G3R: c'est vrai, vous avez raison, inutile de perdre son temps, je ne comprends d'ailleurs pas pourquoi vous intervenez, ces gens là ne peuvent vous comprendre. Je remarque que ce média qui, comme tous les médias, est à la solde des gauchistes, vous...

à écrit le 17/12/2015 à 14:05
Signaler
Il est vraiment pitoyable. Toujours le roi de la phrase creuse "Il faut faire cohabiter économie numérique et ancienne économie". Ouais ! Super. Alors prenons l'exemple d'Uber et des taxis. Tu décides quoi Coco ? Du concret c'est impossible ? Toute...

le 17/12/2015 à 14:34
Signaler
Coco à sauver la France et l'Europe de la faillite financière en 2008, c'est aussi la cause de l'augmentation de la dette. Quant aux policiers: il faut savoir qu'en toute chose, la quantité ne fait pas la qualité. Des policiers en moins grand nombre,...

le 17/12/2015 à 16:27
Signaler
Je tiens à rappeler ici qu' avec la crise qui a débuté en 2008 tous les pays d'Europe et occidentaux ont été confrontés à une aggravation de leur dette, même l'Allemagne a vue sa dette augmenter à l'identique de la France. En fait la France se situai...

le 18/12/2015 à 19:39
Signaler
Billo: A vous lire, on peut être sur que les policiers seront enchantés de votre analyse pertinente. En lisant entre les lignes, ils auront le plaisir de noter que la motivation , une bonne formation, un bon équipement , une bonne rémunération sont l...

le 19/02/2016 à 10:15
Signaler
Il n'y a aucune contradiction à vouloir augmenter la sécurité , et diminuer le nombre de gendarmes , le tout est de savoir ce que l'on fait des effectifs en place , et ce que nous les autorisons à faire ?

à écrit le 17/12/2015 à 13:06
Signaler
Dîtes moi ce beau parleur qui doit en faire des tonnes de choses si il était élu,il n'aurait pas été notre président pendant cinq ans!!!

à écrit le 17/12/2015 à 12:36
Signaler
Pour moi le virus s appelle Sarko ! Les mensonges l'inaction de 2007 à 2012 et son retour avec des discours de 2007 que personne ne croit 1 seconde !! Il nous fatigue et ferait mieux de se préparer à répondre pour bigmagouilles et conseiller à ces ...

à écrit le 17/12/2015 à 12:25
Signaler
La défiscalisation des heures supplémentaires ne coûte rien à l'Etat, puisque sans elle, les heures n'auraient pas lieu et le travail ne serait pas fait. C'est alors une perte sèche pour la croissance. A trop charger le baudet, il va moins vite et mo...

le 17/12/2015 à 14:45
Signaler
On comprend que vous n êtes pas entrepreneur, mais un petit idéologue partisan... Mes salariés font autant d heures supplémentaires avant et après la suppression de l exonération, c est à dire quand il y a besoin. C est du pur effet d aubaine pour le...

le 18/12/2015 à 11:04
Signaler
@Faux. Vos projections sur ce que je suis vous appartiennent. Peut-être êtes vous un grand commis qui pantoufle dans une entreprise publique, petit donneur de leçons. Je ne crois pas que ce type de déviation du débat fasse grandir. Que parole soit im...

à écrit le 17/12/2015 à 12:11
Signaler
On peut supposer que nombres d'électeurs malgré la progression du FN en terme de voix, ont par prudence finit par décider de voter pour le candidat de droite ou de gauche suivant le potentiel de réussite dans chaque région. Mais, ce type de comportem...

à écrit le 17/12/2015 à 11:59
Signaler
Il y a un trait de caractère chez ce personnage qui est indubitable, c'est son formidable culot. Depuis qu'il s'est fait virer, il fait preuve d'une imagination sans borne, il faut faire ceci, il faut faire cela,que ne l'a t'il pas fait du temps où i...

à écrit le 17/12/2015 à 11:13
Signaler
Oui le FN n est qu un symptôme. par contre Sarkozy n en tire pas les consequences car ce qui est rejette c est aussi lui qui n a pas ete capable de redresser la france durant sa presidence ! Et quand on voit le vide de ses propositions, on se dit qu...

à écrit le 17/12/2015 à 10:51
Signaler
C'est sûr que quand on voit la "légèreté" du programme FN ( pour qui j'ai cependant voté aux Régionales) et que l'on est consterné par l'attitude totalement irresponsable voire scandaleuse de Marine Le Pen avec les photos des martyrs de Daech publiée...

le 17/12/2015 à 11:37
Signaler
Manifestement Mme Lepen est prète à tout pour obtenir le pouvoir, quitte à s'affranchir de toutes les règles de le décence et de l'honneur. On peut dès lors se demander ce quelle serait capable de faire pour ne plus le perdre une fois gagné, alor...

à écrit le 17/12/2015 à 10:40
Signaler
Il m'étonne que le chômage ne soit pas considéré comme la première raison de la montée du Front. Depuis 25 ans, on a laissé ce chiffre monter mettant ainsi la pression sur toute revendication dans le monde du Travail. Résultat : un taux de chôm...

à écrit le 17/12/2015 à 10:37
Signaler
Et le bulletin de vote ....c'est le thermomètre...?

à écrit le 17/12/2015 à 10:15
Signaler
Quel culot, quel cynisme, ce type nous prend vraiment pour des débiles..! Quelles réformes à son actif : ZERO. De plus, il faut lui rafraichir la mémoire concernant la destruction de la Libye devenue grâce à lui la principale base arrière de l'immig...

à écrit le 17/12/2015 à 9:43
Signaler
ça fait 40 ans qu'on nous bassine les mêmes réponses. On fait quoi avant que la France ne sombre définitivement ? Y a t'il un seul politique qui a des idées ? J'en doute, ils ne sont pas payés pour ça, mais pour blablater, faire du buzz et se faire r...

à écrit le 17/12/2015 à 9:35
Signaler
Ce qu'il dit, il le dit avec assurance. Ceci dit, il nous prend vraiment pour des attardés, des ignars, des pions pour satisfaire son égo, ses intérêts et sa soif du pouvoir. Le fleurissement des taxes à la fin de son quinquennat, c'est lui qui l...

à écrit le 17/12/2015 à 9:25
Signaler
Le problème pourrait être réglé avec "l'allocation de vie" prévue par Eric Woerth.

à écrit le 17/12/2015 à 9:20
Signaler
D'accord sur de nombreux points, toutefois, zéro charge sur le SMIC va fabriquer et entretenir encore plus de petits salaires, ceci provoque hélas un effet d'aubaine, contre productif, car le pouvoir d'achat de cette catégorie stagnera et n'apporter...

le 17/12/2015 à 13:24
Signaler
Les 35 h ne sont déjà plus que virtuelles pour une grande partie des salariés, tellement le code du travail a été tripatouillé pour permettre des accommodements. On doit se rappeler que la contrepartie des 35h c'était la flexibilité, à savoir no...

à écrit le 17/12/2015 à 9:19
Signaler
Le chomage correspond en partie au temps libéré par les gains de productivité liés à l'usage de l'énergie. Le financement de ce temps libéré est à l'initiative de l'Etat et non des syndicats. Cela correspond à un effort de formation, au partage du t...

à écrit le 17/12/2015 à 9:05
Signaler
On vous avais élu pour le programme que vous nous proposé maintenant ! Qu àvez vous fait sinon de la gauche caviar ? On s est fait berner une fois ! Pas deux !!!

à écrit le 17/12/2015 à 8:51
Signaler
Y qu'a, faut qu'on ... Sûr que le FN est le symptôme. Mais qui sont les virus ? Un peu d'introspection conduirait certains à prendre la bonne décision : admettre qu'ils ne sont que des placebo sans aucune action sur les virus.

à écrit le 17/12/2015 à 8:21
Signaler
Tout est lié à l'énergie. On a le travail, le capital ET l'énergie. Les prélèvements doivent être répartis sur le travail, sur le capital et sur l'énergie.

à écrit le 17/12/2015 à 8:13
Signaler
Financer les retraites par une taxe sur l'énergie permettrait de régler les retraites, protéger le climat, réduire le chomage, retrouver un peu de croissance, réduire le déficit et améliorer la balance commerciale.

le 17/12/2015 à 9:26
Signaler
Une taxe supplémentaire, ça n'a que des avantages, c'est la solution à tout. Comment se fait-il que pas un politicien n'y ait pensé plus tôt ? Mais rassurez-vous, les héros désintéressés ne vont pas tarder à résoudre tous les problèmes, maintenant qu...

à écrit le 17/12/2015 à 8:05
Signaler
Il faut effectivement prévoir une réforme fiscale qui permettrait de régler l'aspect économique et celui du climat: une augmentation du prix de l'énergie comme Jean Tirole le propose.

à écrit le 17/12/2015 à 8:00
Signaler
Sarkozy : "le FN, c'est le symptôme, la fièvre, pas le virus" Il l'a trouvé ça tout seul ou on lui a soufflé? Mais il ne sera jamais médecin ou le bon médicament!!

à écrit le 17/12/2015 à 7:58
Signaler
1°-basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique. 2°- la contrepartie du pacte de responsabilité est l'augmentation du prix de l'énergie. 3°- le chomage correspond aux gains de productivité liés à l'usage de l'énergie. 4°- il faut app...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.