Primaire à droite : Juppé creuse l'écart sur Sarkozy

 |   |  261  mots
Selon un sondage Ifop/Le Figaro, Alain Juppé obtiendrait une avance de 9 points sur Nicolas Sarkozy dans les intentions de vote à la primaire de la droite et du centre.
Selon un sondage Ifop/Le Figaro, Alain Juppé obtiendrait une avance de 9 points sur Nicolas Sarkozy dans les intentions de vote à la primaire de la droite et du centre. (Crédits : © Charles Platiau / Reuters)
Selon un sondage Ifop pour Le Figaro, Alain Juppé creuse l'écart avec Nicolas Sarkozy dans les intentions de vote pour la primaire de la droite, avec 38% des voix contre 29% pour l'ex chef de l'État.

Alain Juppé est en train de creuser l'écart dans la perspective de la primaire de la droite et du centre, prévue les 20 et 27 novembre,  en vue de l'élection présidentielle.... du moins pour l'instant. Selon le sondage Ifop publié lundi 11 décembre pour Le Figaro, réalisé auprès d'un panel de près de... 6.000 personnes,le maire de Bordeaux recueille 38% des intentions de vote parmi les personnes se déclarant sûres d'aller voter.

38 % des intentions de vote pour Alain Juppé contre 29 % pour Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy, l'actuel  président du parti "Les Républicains" (LR) qui ne s'est pas encore officiellement déclaré candidat il est vrai, ne recueille "que" 29% d'intention de vote, reculant de 5 points par rapport au sondage précédent, effectué entre début octobre et mi-novembre 2015.  Alain Juppé gagne lui trois points, parmi les personnes certaines d'aller voter à cette primaire. L'ancien premier ministre semble profiter d'une séquence médiatique qui lui est favorable avec la sortie de son livre "Pour un État fort".

A l'inverse, pour l'instant, Nicolas Sarkozy fait davantage preuve de discrétion. Il continue d'ailleurs de donner des conférences aux quatre coins de la planète. Il s'envolera ainsi mercredi 13 janvier  vers Abu Dhabi.

 Hervé Mariton, candidat déclaré à la primaire mais qui ne pèse, pour l'instant, que 1% des intentions de vote dans cette étude Ifop, appelle Nicolas Sarkozy à "ne pas être candidat aux primaires". Partant du principe que "la meilleure chance pour François Hollande d'être réélu" serait "d'avoir face à lui Nicolas Sarkozy",



Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/01/2016 à 21:37 :
Monsieur,
Suite à la lecture de votre cv, je pense qu'il indispensable de penser au Général. Il a réuni la France, vous êtes le seul à pouvoir nous rassembler et gérer cette immigration évolutive et néfaste pour notre pays. Sarko nous fera perdre si il maintient sa candidature. Son orgueil démesuré replacera Hollande à l'Elysée et avec son caudillo nous allons à la catastrophe.
A ma retraite, je voulais quitter mon pays, mais le souvenir de mes parents, combattant à Cherbourg, m'a décidé de rester dans ma France, pas actuelle, dans son futur que vous représentez.
a écrit le 12/01/2016 à 16:16 :
Juppé est parti trop vite,il n'a plus la résistance nécéssaire pour tenir la campagne.il sera coiffé au poteau par Sarko qui est un bien meilleur candidat face a Hollande.le ps n'a rien a faire sur ce coup,il suffit d'attendre,ça va tomber tout cuit!
Réponse de le 12/01/2016 à 18:38 :
75 ans, a fond de déambulateur, parti trop vite ...MDR...!!
a écrit le 12/01/2016 à 13:08 :
Le vrai soucis pour Sarkosy c'est sa crédibilité et le gros doute sur son honnêteté
Réponse de le 12/01/2016 à 16:21 :
Quand on a eu "on va inverser la courbe du chômage et passer sous les 3% de déficit", parler de la crédibilité de Sarko, c'est un peu l'hôpital qui se fout de la charité. Et au moins pour Juppé, condamné, le doute n'existe certes pas.
a écrit le 12/01/2016 à 11:39 :
Monsieur Juppé est tout simplement le seul homme politique à avoir le profil d'un homme d'Etat actuellement ... avec peut être à gauche Hubert Védrine
Réponse de le 12/01/2016 à 12:08 :
@jean de paris: et si un repris de justice devient président, tout pensionnaire d'un établissement pénitentiaire devient fortement éligible à un poste de ministre, n'est-ce pas :-) Pas étonnant que la France soit en plein déclin avec des publicités pareilles :-)
Réponse de le 12/01/2016 à 17:20 :
@bruno bd Il faut travailler les sujet pour atteindre le niveau de maturité politique nécessaire, je vous fournis donc là une excellente opportunité.. Après, il est possible de revenir dans le débat en abandonnant les slogans non étayés..
https://www.youtube.com/watch?list=PLKVgrNogVYWKmDNwvuC6pq9AMyRYqZjZQ&v=Ch5Bfe5j29A
a écrit le 12/01/2016 à 10:26 :
Il faut que Monsieur Sarkozy se ressaisisse. Il a un casier judiciaire vierge, au moins, lui.
Réponse de le 12/01/2016 à 12:33 :
Casier vierge certes, il est passé entre les gouttes ou plutôt il a sabordé ses sbires à son profit... Mais je me souviens de financements occultes au profit de M. Balladur... Vive la Lybie de Kadhafi. Et je ne parle pas des comptes de la dernière campagne présidentielle, invalidés et payés par les militants UMP, sans parler des frais exorbitants des instituts de sondage... Un peu de dignité et au revoir M. Sarkozy.
a écrit le 12/01/2016 à 9:07 :
75 % des français ne veulent plus de cette droite là et sans doute pas davantage de ce Juppé "Young Leader "qu'on ne manque pas de nous présenter comme le recours providentiel de ce parti alors qu' il s'agit d' un européïste atlantiste convenu comme les autres, tout à fait comme les autres, droite/gauche confondus .. Et qui présente comme les deux autres la même notoire impossibilité de développer un programme d' indépendance nationale pour la France et comme l' analyse tous les jours l' UPR ..
CQFD.
Réponse de le 12/01/2016 à 11:49 :
"Indépendance nationale"... même la Défense en a fait son deuil puisqu'on s'apprête à importer le nouveau fusil qui remplacera le FAMAS, que nous achetons des drones US. Et le pire est que si la France se mettait en tête de se retirer sur son Aventin façon UPR, elle serait définitivement larguée façon Corée du Nord par la mondialisation.
Réponse de le 12/01/2016 à 17:15 :
La clarté d' analyse de l' UPR la porte bien au-dessus du champ politique français, un parti rare, à partager pour vulgariser, au meilleur sens du mot..
Merci.
Réponse de le 12/01/2016 à 21:26 :
@ Louis BODIN bonsoir, j'aime votre commentaire surtout parler de clarté lorsque votre poulain est passé par l'ENA la boite de l'obscur celle qui depuis 40 ans a provoqué le déclin économique de ce pays. Je note également que votre leader est passé par l'UMP puis viré le mot juste, son égo d'énarque à pris un coup. L'UPR encore un machin et comme aurait dit le Général une sorte de comité Théodule inutile. J'aime tous ces micros partis avec des noms pompeux mais que le nom pour le reste plus dans la pompe percée sous la semelle. Votre avenir l'UPR dans les oubliettes , l'avenir ne passe pas par tous ses "illustres" ringards trop vieux et trop claustrophobes pour voir et comprendre l'économie de demain.
a écrit le 12/01/2016 à 8:51 :
Si les primaires de la droite débouchent sur l'éviction de Sarkozy (ce que au passage souhaitent 74% des français) eh bien vive les primaires. reste à la gauche d'organiser les primaires pour éjecter FH. ensuite les français seront suffisamment sages pour éliminer MLP!
Réponse de le 12/01/2016 à 14:26 :
Vu les performances électorales de l'"autre gauche" (EELV, FG,...) s'il y avait des primaires à gauche, Hollande ou Valls les remporteraient certainement. La situation de Sarko aujourd'hui fait penser à celle de Chirac en 1994....
Réponse de le 13/01/2016 à 8:32 :
soyons dans la continuité et mettre dans la Constitution la déchéance politique sur la base du bilan. Ce qui nous permettrait de mettre au ban tous les ténors!!!actuels y compris ceux des micros partis qui ont tous à un moment ou un autre passé par un ministère sans oublier les conseillers du soir tout aussi nuisible que les politiques. Autre point important pour éviter la petite magouille de la grande Famille maffieuse politique leur interdire de voter leurs propres lois et laisser cela à aux citoyens.
a écrit le 12/01/2016 à 8:16 :
Ce programme présidentiel devra utiliser cette réforme de la fiscalité pour favoriser la transition énergétique et, surtout, prévoir le financement du chomage qui est en fait, du temps de travail libéré par les gains de productivité.
Réponse de le 12/01/2016 à 11:57 :
Le retour du pétrole à très (trop ?) bon marché risque d'enterrer pour un bon moment la simple perspective d'une transition énergétique. Comment ne pas comprendre que la chute du pétrole est probablement le Scud envoyé par les saoudiens pour maintenir la dépendance au pétrole des économies développées, tout en gênant l'ennemi iranien ? Même les gouvernements y trouvent leur compte en augmentant la fiscalité sur les carburants (sous prétexte de taxe carbone) sans que leur prix augmente pour les consommateurs (ce qui fait que l'assiette de ces prélèvements ne diminue pas : la preuve en étant que la baisse des carburants a significativement relancé les marchés automobiles, et en particulier les SUV qui globalement consomment plus que les autres voitures du fait de leur poids et de leur aérodynamique).
a écrit le 12/01/2016 à 7:58 :
La prochaine élection présidentielle se jouera sur une réforme de la fiscalité qui devra basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
Réponse de le 12/01/2016 à 11:17 :
Considéra-t-on celui qui fait des économies d'énergie comme un fraudeur fiscal ? Maintenant soyons un peu sérieux : tout impôt considéré comme excessif tend à voir son assiette disparaître. Pour l'industrie, il s'agira de faire un arbitrage entre, si possible, investir pour économiser l'essentiel de l'énergie qu'elle consomme ou délocaliser la production (et optimiser sa chaîne logistique pour que le transport des productions évite le plus possible les pays à fiscalité énergétique)... gros à parier que ce soit la 2è et non la 1è hypothèse qui l'emporte ! reste que la fiscalité énergétique, d'une façon ou de l'autre, a vocation à voir son assiette fondre !
a écrit le 12/01/2016 à 6:23 :
Alain Juppe est un bon manager et il présente une image traditionnelle conservative de fonctionnaire sérieux et sans excès. Il a fait un boulot fantastique a Bordeaux. Malheureusement cette image de père de famille rassurante n'est pas ce dont la France a besoin. Elle a besoin d'un leader, avec une vision a long terme et des idées innovatrices, prêt a faire des reformes en profondeur quitte a s’aliéner une partie de l’électorat, conscient que l'on ne peut pas satisfaire tout le monde. Il faut quelqu'un qui n'a pas peur de 'foncer dans le tas' et de mener un peuple vers des horizons nouveaux, quelqu'un qui va aussi défier les instances européennes et proposer des changements et des nouvelles instances visionnaires pour le futur de l'Europe. Cette personne est Nicolas Sarkozy. Il a toutes qualités requises (et il en a également les défauts, mais personne n'est parfait). Ses entorses précédentes ne sont que des anecdotes de collégiens en goguette au vu des changements qu'ils est prêt a faire dans notre société. Le problème, c'est que tout le monde se plaint, mais personne ne veut rien changer "aux acquis", ce mot malheureux qui sclérose notre société et qui devrait être banni de notre langage politique.
Réponse de le 12/01/2016 à 7:35 :
Au président de présider et au gouvernement de gouverner. Quel que soit le président élu en 2017, il n'y a qu'une drastique réduction de la dépense publique et sociale, tout en préservant strictement et en renforçant le régalien (défense, police, pénitentiaire) qui permettra de progresser.
Réponse de le 12/01/2016 à 9:41 :
Non monsieur , je n'appelle pas un mandat présidentiel désastreux une anecdote de collégien en goguette!
Nicolas Sarkozy a eu un mandat déplorable et la crise à bon dos (si vous voulez mon avis).
Moi aussi j'aimerais un leader prêt à se battre pour la France et pour une vraie fédération européenne, mais faire du neuf avec du vieux, ce n'est pas la solution!
Réponse de le 12/01/2016 à 10:48 :
@MaxMax : A côté de celui de Hollande, le mandat de Sarkozy a quand même été brillant... en 3 ans et demi,alors que le gros de la crise est passé, et que la plupart des pays comparables vont mieux, le chômage a autant augmenté avec Hollande que sur la totalité du mandat Sarkozy, qui, lui, a pris la crise de plein fouet. Malgré le matraquage fiscal les comptes publics ne se redressent qu'à la marge et l'endettement continue de croître à peu près au même rythme que lors du quinquennat précédent, la société se déchire comme jamais et l'éducatif accélère son naufrage bien que de nouveaux moyens y aient été massivement injectés (les 60000 profs embauchés sensés compenser les suppressions de postes sous le mandat Sarkozy ont un coût de 2,5 milliards en année pleine... excusez du peu et pour quel résultat...). Cerise sur le gâteau, à part des mesures sociétales destinées à complaire à une infime minorité comme le mariage gay, Ajoutons-y quelques mesures désastreuses comme l'annulation de la TVA sociale, nécessaire pour reconquérir une vraie compétitivité par une réduction massive des coûts salariaux, celle du jour de carence dans la fonction publique qui y avait drastiquement réduit l'absentéisme ou des petites lâchetés au quotidien (mais est-ce une lâcheté clientéliste ou au contraire la première étape sournoise d'un plan délibéré ) comme la concession au communautarisme que représente l'autorisation aux mères voilées d'encadrer les sorties scolaires. De l'actuel quinquennat il n'y a rien à conserver.
Réponse de le 12/01/2016 à 13:19 :
''chez moi'' je suis desole de vous contredire mais nicolas sarkozy n est plus credible pour redevenir president de la republique francaise. je ne veux pas m attarder sur ses erreurs '' comportementales'' [ certaines pourtant tres dommageables a l image de notre republique] , seulement insister qu il n a pas su aborder de front les veritables problemes de la france": secteur public trop vaste, depenses publiques bien trop accaparantes de la richesse nationale,corporatismes,immigration non controlee, zones de non droit,insuffisance de renouvellements des elus lors des elections,pertes du poids politique et economique de la france a l etranger.....
ne perdez pas de vue non plus que ns fait l objet d une mise en examen pour corruption aggravee.....
pour resumer mon opinion le concernant la majorite des francais le considere desormais avec de plus en plus de defiance.....
a écrit le 11/01/2016 à 23:34 :
Osons le vrai changement
Les losers du passé merci de laisser passer la nouvelle génération

Osons Lemaire ou un autre
Battre Hollande sera quand même l élection la plus facile depuis 50 ans
Réponse de le 12/01/2016 à 9:22 :
Moi je trouverais pas mal Juppé président pour son coté posé paternaliste après les deux ahuris que l'on a eu, avec mec au idée un peu novatrice comme Lemaire comme premier ministre se serait peut être un bon tandem.
a écrit le 11/01/2016 à 22:22 :
Bonnet blanc et blanc bonnet...
a écrit le 11/01/2016 à 19:02 :
En lisant tous ces articles sur les primaires et les candidats de droite, sans compter les embrouilles, les manipulations et carabistouilles de la gauche. J'ai comme l'impression que beaucoup sont en train de passer à coté du message fort des régionales. Maintenant, mon analyse n'est que celle du ressenti de la rue et non pas celui des salons Parisien ou des coulisses médiatiques !
Réponse de le 12/01/2016 à 16:16 :
si les français sont des vrais démocrates ils n'ont qu'à le démontrer en élisant un président du FN en 2017. Sinon que le ministère de l'intérieur prononce l'invalidation du FN

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :