Quels sont les secteurs qui sortent enfin la tête de l'eau ?

 |   |  337  mots
Le secteur naval devrait voir son activité bondir de 21% cette année
Le secteur naval devrait voir son activité bondir de 21% cette année (Crédits : CMN)
Selon une étude de LCL, le secteur naval, l'aéronautique, les composants électroniques et l'automobile verront leur activité nettement progresser cette année. Seule une poignée de secteurs industriels reste en difficulté. C'est notamment le cas des travaux publics.

Quelle jolie « chaussette » ! C'est ainsi que l'on désigne le graphique de LCL qui indique l'état de santé des secteurs industriels. Il y a encore quelques mois, le nombre de secteurs en perte de vitesse dépassait largement celui des secteurs dynamiques. La situation est bien différente aujourd'hui. Tant mieux. C'est un signe de plus que la reprise s'amorce en France, progressivement, en dépit des faiblesses que représentent le sous-investissement et l'atonie du commerce extérieur. Selon l'Insee, le PIB progresserait cette année de 1,2%, soit 0,2 point de moins que celui de la zone euro. Le gouvernement vise une croissance annuelle de 1%.

Une vingtaine de secteurs dans le vert

Quels sont les secteurs qui tirent désormais la croissance ? La construction et la réparation navale sortent du lot. Dans ces secteurs, l'activité progresserait de 21% cette année, tirée par deux commandes géantes pour les chantiers STX de Saint Nazaire. La construction aéronautique l'un des rares secteurs à avoir été épargné par la crise, continue à afficher une santé insolente (+5%). Terriblement secoués lors de la période récente, l'automobile et les composants électroniques devraient également voir leur activité augmenter de 5%.

Au total, plus d'une vingtaine de secteurs font leur retour dans le vert. Dans le vert pâle, surtout. En effet, la plupart d'entre eux verront leur activité progresser de seulement 1%. C'est notamment le cas de la transformation des métaux, du papier-carton, du verre creux et des boissons.

Les travaux publics et le bâtiment toujours à la peine

Seule une poignée de secteurs continuent de conjuguer la crise au présent. C'est particulièrement vrai dans les secteurs des travaux publics (-5%) et du bâtiment (-2,6%), entrés dans la crise avec un temps de décalage - les carnets de commande étaient encore bien garnis en 2008-2009 - mais frappés depuis par l'austérité qui s'est traduite par une chute des commandes publiques. C'est également le cas des telecoms (-2%) et des industries graphiques (-2%).

chaussettes

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2015 à 0:36 :
c'est clair que j'ai arrêté de compter le nombre de chantiers naval sur les quais de Seine et au lac de Créteil... je vous parle pas non plus du nombre d'avion qui sortent chaque mois chez nous...ah non on me dit que les avions en papiers ne comptent pas.
Gaffe, on va plus tarder à arriver en hordes pour envahir la "province" et étaler nos milliers d'euro, car comme chacun sait on est tous riches comme Crésus en ile de France...
Un ptit complexe ou simple mauvaise humeur jojoe?
a écrit le 09/07/2015 à 20:38 :
Au regard des chiffres de ce tableau, nous pouvons constater une réelle reprise...pour certains de nos amis parisiens ! ....Ca y est la France est repartie....a en croire certains de nos bobos médias qui vivent au centre du monde :)
Moi je lis ce graphique d'une façon différente...Je dirais une économie qu stagne..
Enfin....je dis ca....je ne suis qu'un simple habitant de la province...
a écrit le 09/07/2015 à 15:54 :
On a une vraie reprise en cours : çà se voit partout, tous les jours.
Perdons cette mauvaise habitude d'attendre l'Insee, qui a de toutes façons un train de retard sur le cycle économique. Et depuis longtemps, c'est çà le problème.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :