Réchauffement climatique : en France, un décembre très doux clôt une année record

 |   |  350  mots
En 2018, avec 8,2 °C de moyenne (+3,1 °C d'écart de la norme), janvier a été le mois le plus anormal en France.
En 2018, avec 8,2 °C de moyenne (+3,1 °C d'écart de la norme), janvier a été le mois le plus anormal en France. (Crédits : Philippe Wojazer)
La moyenne nationale du dernier mois de l'année, de 7,4°C, a dépassé la normale de 1,5°C. La moyenne annuelle, de 13,49 °C, dépasse le record de 2014, de 13,46 °C.

Les deux périodes de froid qui ont eu lieu au milieu, puis à la fin du mois, peuvent fausser la perception. Mais la douceur a encore dominé en décembre dans l'Hexagone, selon Météo-France. Pendant les premiers dix jours du dernier mois de l'année, les températures ont notamment été particulièrement élevées, dépassant de près de 5°C les normales de saison. Après le rafraîchissement sensible qui a eu lieu du 11 au 17, marquant un retour aux normales saisonnières, le thermomètre a encore dépassé un peu les moyennes de saison, malgré le coup de froid enregistré entre le 25 et le 29 décembre.

Globalement, la moyenne nationale, de 7,4°C, a dépassé la normale de 1,5°C. "L'excédent est assez uniforme sur l'ensemble du pays", précise Météo-France. Décembre 2018 est ainsi le septième mois de décembre le plus doux depuis 1946. Le record de ce mois avait été atteint en 2015, avec une moyenne de 9,6°C (+3,1 °C d'écart de la norme).

Dix mois au-dessus des moyennes nationales

Décembre vient ainsi clôturer une année "exceptionnellement chaude". Tous les mois, sauf février et mars, ont en effet dépassé les moyennes nationales. Avec 8,2 °C de moyenne (+3,1 °C d'écart de la norme), janvier a été le mois le plus anormal. 2018 établit ainsi un nouveau record de chaleur en moyenne nationale (13,49 °C). Un peu en-dessus du record de chaleur de 2014 (13,46 °C), et bien loin du record de froid de 1956, seule année sous le seuil des 10 °C, avec une moyenne annuelle de 9,9 °C: .

Quant aux précipitations, l'année a été "très contrastée", remarque Météo-France : si globalement la France a été frappée par une surplus de pluie de 10% par rapport à la normale (847 mm contre 769), celui-ci a été "du aux six premiers mois de l'année et au dernier trimestre, alors qu'une forte sécheresse de surface régnait du 15 juin au 15 novembre". Météo-France souligne notamment "le tournant brutal entre le 10 et le 15 juin après les derniers gros orages".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :