Énergie : le charbon se maintient, une mauvaise nouvelle pour le climat

 |   |  612  mots
La demande mondiale en charbon est repartie à la hausse en 2017 et 2018
La demande mondiale en charbon est repartie à la hausse en 2017 et 2018 (Crédits : REUTERS/Kristina Barker)
Au lendemain d’une COP24 décevante, un rapport de l’Agence internationale de l’énergie montre que, tout comme les émissions de gaz à effet de serre, la consommation de cette source d’énergie, la plus polluante d’entre toutes, est repartie à la hausse en 2017 et probablement en 2018. L’agence prévoit que sa consommation mondiale demeure stable dans les cinq prochaines années, une prévision alarmante au regard des enjeux climatiques.

Le parallèle avec les émissions de CO2 est frappant. Comme elles, après deux ans de baisse, la consommation de charbon est repartie à la hausse (+1%) en 2017, et ce devrait également être le cas en 2018.

La Chine est le plus gros consommateur (48% des volumes mondiaux) de cette source énergie. Bon marché, abondante et également répartie dans le monde, elle représente la deuxième source d'énergie derrière le pétrole, avec 27% de l'énergie primaire consommée dans le monde et 38% de l'électricité. En dépit du développement exponentiel des énergies renouvelables, de l'abondance de gaz de schiste américain et des initiatives engagées pour des raisons climatiques, cette proportion n'a pas bougé d'un iota en 30 ans. Mais la Chine s'est lancée dans un plan visant à limiter les effets du charbon sur la santé publique, et l'Agence internationale de l'énergie prévoit une baisse de 1% par an dans les cinq prochaines années.

Mais c'est en Inde (aujourd'hui 12% de la consommation mondiale) que la hausse est à la plus sensible. Une croissance économique de 8% par an d'ici à 2023 et de la demande en électricité de 5% devraient générer une consommation de charbon en augmentation de +3,9% chaque année. Autres pays où la demande augmente d'année en année : l'Indonésie, les Philippines, le Vietnam, le Bangladesh et le Pakistan.

Une demande stable pour les cinq prochaines années...au moins

Certes, dans d'autres régions du monde, la consommation s'effrite. Ainsi, aux États-Unis, le manque de compétitivité de « King coal » face aux énergies renouvelables et au gaz de schiste empêche pour l'heure Donald Trump de concrétiser ses promesses de campagnes consistant à relancer l'industrie du charbon. Contrairement à l'Europe centrale et à l'Europe de l'Ouest, la sortie du charbon s'accélère dans les pays de l'Ouest de l'Europe. À l'instar de la France, la Suède ou l'Angleterre, plusieurs pays se sont fixé des dates de fermetures de leurs dernières centrales en fonctionnement, et au-delà de 2023, l'Allemagne (dont 40% de l'électricité provient aujourd'hui du charbon), devrait après 2023 être le seul État à en consommer encore.

Dans la nuit du 18 au 19 décembre, les négociateurs des États membres et du Parlement européen sont parvenus à un accord sur la refonte du marché de l'électricité, qui fixe notamment une date de fin pour les subventions accordées aux centrales à charbon. En effet, les centrales émettant plus de 550 grammes de CO2 par kilowattheure produit et qui entreront en service après que la nouvelle réglementation soit entrée en vigueur ne pourront pas participer au mécanisme de capacité. Ce mécanisme permet de rémunérer les producteurs d'électricité susceptibles de mettre à disposition des capacités de production en cas de pics de consommation.

Mais globalement, la tendance est au moins à la stabilité de la demande mondiale, une situation qui risque de perdurer, au vu de l'âge moyen des centrales asiatiques, qui s'établit à 11 ans (contre 40 en moyenne pour les centrales occidentales).

Et c'est une bien mauvaise nouvelle pour le climat, lorsque l'on sait que 45% des émissions mondiales de CO2 proviennent précisément de la combustion du charbon. Les scientifiques qui n'ont de cesse d'exhorter le monde entier à laisser sous terre les énergies fossiles, et le charbon en particulier, semblent prêcher dans le désert. Ainsi, au lendemain de la dernière COP qui s'est achevée le 14 décembre, l'Europe a accepté que le plafond ne 550 gr/kWh ne s'applique qu'aux centrales entrant en service après publication de la nouvelle réglementation, laissant la porte ouverte à des contrats signés avant son entrée en vigueur...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/01/2019 à 18:32 :
550 gr/kWh : gr est l'abréviation du grade, g celle du gramme, je pense que vous vouliez écrire 550 g/kWh.
a écrit le 21/12/2018 à 7:57 :
Les énergies renouvelables sont les seules à faire reculer fortement le charbon et le gaz dans le monde rendant les centrales thermiques non rentables. Reste à développer plus fortement le stockage type P2G au fur et à mesure que la part des renouvelables progresse. Voir : https://dqbasmyouzti2.cloudfront.net/assets/content/cache/made/content/images/articles/BNEF_NEO_2017_XL_1616_1120_80.jpg
a écrit le 20/12/2018 à 21:41 :
Le rêve d'un parc automobile électrique a une couleur : le noir + les bronchites qui vont avec (en fait plein de maladies respiratoires). Mais on roulera presque propre (poussières de pneu, de frein, de bitume, etc etc).
a écrit le 20/12/2018 à 20:02 :
Vous êtes des modérateurs les gars pas des hommes de mains.
a écrit le 20/12/2018 à 16:46 :
Les pôvres bôbêcolos Français n'ont pas compris que les 23% d'électricité nucléaire Allemande serait majoritairement remplacés par de l'électricité produite à partir de ...lignite ! Proto-charbon marronnasse proche de la tourbe, puant et polluant, mais qui ne coute presque rien ! Très abondant dans lEst de l'Allemagne, et aussi en Tchéquie et en Pologne, c'était la ressource première de la RDA de...Mme. Merkel ! On disait à l'époque: Die DDR stinkt ! ( la RDA pue ! ) et on ne parlait pas seulement du régime communiste !
Aujourd'hui dans les Lusaces, de gigantesques haveuses engloutissent des villages entiers, églises et cimetières compris, pour racler du lignite et faire de l'électricité "propre" ! car "blanchie" par l'achat massif de droits de polluer ! Car si ces droits coutent un peu, le bon marché du lignite permet toujours de faire de juteux profits et de garder des centaines de milliers d'emploi à l'Est ! Une vingtaine de grandes centrales ont été construites ou agrandies depuis le retrait du nucléaire et maintenant on pousse le lignite même à l'Ouest, au Palatinat, près d'Aix-la-Chapelle, ou l'on va raser des forêts primaires, jusqu'ici hyper-protégées, pour exploiter ce bon lignite !
Réponse de le 21/12/2018 à 0:02 :
Vous avez 150 ans de retard : c'est du charbon blanc à transparent et propre, qui purifie l'Atmosphère. Douaniers et Gardes Barrières, laissez donc cela traverser NOS Frontières terrestres et maritimes. Mr Darmanin exonérez celà de taxes douanières, laissez traverser.
Réponse de le 21/12/2018 à 7:54 :
Vous prenez les allemands pour des idiots car leur électricité est moins chère que la nôtre (nous sommes d'ailleurs devenus "importateurs nets" de leur électricité depuis leur transition en raison de ce coût moindre) et moins chère que s'ils avaient fait du nucléaire et ils baissent pour autant leurs émissions de C02 (moins 6,92%) malgré la fermeture du nucléaire. Cà prend du temps mais ils arrivent pratiquement à tenir leurs objectifs même avec retard. Par contre nous sommes toujours importateurs de 56 milliards d'euros par an d'énergies fossiles en moyenne depuis près de 25 ans. Donc plutôt que critiquer les allemands essayez d'améliorer le bilan global français en énergies primaires qui est très mauvais, idem en émissions importées que vous oubliez.
a écrit le 20/12/2018 à 16:22 :
l'Allemagne énorme consommateur de charbon polluant ! OUF , depuis Tchernobyl tous les français savent que les nuages polluants s'arretent sur le RHIN et ne viennent pas nous envahir .
Réponse de le 20/12/2018 à 23:49 :
NOS Douaniers et NOS Gardes-Barrières y Veillent en Permanence. Rien ne Passe.
a écrit le 20/12/2018 à 11:09 :
Il faut bien faire tourner les centrales thermiques pour charger les voitures électriques propres.
Réponse de le 20/12/2018 à 11:48 :
Théoriquement ce sont plutôt des éoliennes ou des centrales nucléaires qui seront utilisées mais c’est en effet à démontrer
Réponse de le 20/12/2018 à 23:52 :
Y compris les six voitures Thermiques de Hulot ?
a écrit le 20/12/2018 à 8:52 :
Mauvaise nouvelle pour le climat, ou pour l'humanité ?
a écrit le 20/12/2018 à 7:35 :
Tout est dit dans cette article: le charbon est primordial au développement des pays en voie de développement car il est peu cher et présent en grande quantité. Quand on voit l’age des centrales en Asie on en a encore pour trente ans. Or nous devons être à la neutralité carbone en 2050, c’est donc foutu.
Par contre, en Europe, nos comportements sont stupides: d’une part on continue à subventionner le charbon comme production de base en Allemagne et en Pologne et d’autre part on supprime dès centrales d’appoInt alors qu’elles seraient utiles pour passer les pointes de consommation: on aura donc à la fois la pollution et les black-out
a écrit le 20/12/2018 à 7:16 :
Ce que les grandes puissances économique craignent, ce n'est pas une dégradations de la planète. Cela fait plus d'un siècle qu'elles le font délibérément sans scrupules. Ce qui les inquiètent, c'est que leur modèles économique ne va pas survivre aux bouleversements que le changement climatique va provoquer. Pour faire perdurer un peu plus longtemps la société de consommation, on a inventé le produit "écologique" qui sauverai ce système. Hors c'est la sur-consommation qui détruit le système, et c'est elle qu'il faut combattre. L'accès trop facile au crédit nous incite à consommer plus qu'on ne le devrait. On en a vu l'effet extreme avec la crise des subprimes.
a écrit le 19/12/2018 à 23:43 :
NOS Douaniers et Gardes-Barrières veillent : la pollution et réchauffement d'Allemagne et Pologne, ne passent pas NOS frontières.
a écrit le 19/12/2018 à 19:47 :
"Consommation mondiale de charbon" https://www.planete-energies.com/fr/medias/chiffres/consommation-mondiale-de-charbon

Bon tout le monde commence à mieux le voir le problème là ?
Réponse de le 20/12/2018 à 11:07 :
La Chine produit 30% des émission de gaz à effet de serre contre 15% pour les USA (pour une population quatre fois moindre). Ce qui veut dire qu'un américain pollue deux fois plus qu'un chinois alors qu'une partie de la production américaine est délocalisée en Chine (exemple: Apple).
Réponse de le 21/12/2018 à 8:45 :
la france possède 56 centrales nucléaires pour 65 millions de personnes or si un accident arrive dans le nucléaire c'est la france qui a le plus de chances de générer un désastre, c'est la règle des probabilités.

La Chine génère plus de 50% de la consommation du charbon au monde, même si elle avait 7 milliards 'dhabitants elle resterait la première responsable.

Vous faites de l’obscurantisme là, reprenez vous. Et merci de valider ce commentaire. Quand même... -_-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :