Réforme du football professionnel : des présidents de Ligue 1 volent au secours de Frédéric Thiriez

 |   |  861  mots
Plusieurs président de club de Ligue 1 prennent la défense de Frédéric Thiriez, le président de la Ligue professionnelle de football, mis en difficultés par leurs homologues de Ligue 2
Plusieurs président de club de Ligue 1 prennent la défense de Frédéric Thiriez, le président de la Ligue professionnelle de football, mis en difficultés par leurs homologues de Ligue 2 (Crédits : Reuters)
Alors que Frédéric Thiriez paraissait esseulé devant la presse concernant le combat de la réforme du système de promotion/relégation entre la L1 et L2, certains présidents de clubs de L1 ont décidé de l’épauler en réagissant publiquement à la décision prise jeudi par le comité exécutif de la FFF. Explications…

Frédéric Thiriez était furieux jeudi midi suite à la décision du comité exécutif de la FFF d'annuler la réforme votée par le CA de la LFP concernant le système de promotion/relégation entre la L1 et la L2 et appliquée dès 2015-16. Ce dernier a immédiatement indiqué à la presse qu'il allait saisir le Conseil d'Etat pour excès de pouvoir afin de faire condamner la décision de la FFF. Dans son allocution, ce dernier a précisé que 19 clubs de Ligue 1 soutenaient sa décision de saisir la justice.

Malgré ses dires au sujet d'un soutien large de la part des patrons de l'élite française, peu de présidents avaient pris la parole précédemment pour défendre ouvertement la position du patron de la LFP contrairement aux dirigeants de L2 qui affichaient un front uni. Frédéric Thiriez donnait le sentiment d'être un patron envoyé au feu par les différents dirigeants de club de L1.

Des président prennent la parole

Mais la donne a changé hier. Devant la décision prise par le comité exécutif de la FFF, certains présidents ont tenu à prendre la parole afin de défendre le projet de réforme du système de promotion/relégation portée par le président de la LFP.

Loïc Féry, président du FC Lorient, est un des premiers dirigeants à avoir apporté publiquement son soutien à Frédéric Thiriez suite à la décision rendue par le Comex en publiant un communiqué sur le site officiel du club. « En tant que membre du conseil d'administration de la LFP, et en tant que Président du FC Lorient, un club de football professionnel qui ne peut être taxé d'élitisme, je tiens à apporter mon soutien au Président de la LFP qui vient de saisir le Conseil d'Etat suite à la décision ubuesque et illégale de la FFF. Une décision sans précédent, en 75 ans d'histoire. La FFF veut annuler une décision que le Conseil d'Administration de la LFP a validée à deux reprises, à une très forte majorité. C'est un abus de pouvoir: les clubs professionnels qui tirent le football français vers le haut et contribuent à faire vivre le football amateur ne peuvent accepter cette mise sous tutelle. Tout le monde doit rester calme et poli, mais force est de reconnaitre que sans clubs professionnels, pas de Centres de Formation, pas de Championnat de France. Les Présidents de clubs professionnels, qui doivent assumer leurs responsabilités dans un secteur en grande difficulté ne peuvent accepter de ne pas être maîtres de leur destin » a alors déclaré le patron du FC Lorient.

D'autres sujets pourraient être abordés

Bernard Caiazzo, co-président de l'ASSE, a également réagi au sein de l'édition du jour du quotidien L'Equipe, au sujet de la prétendue défense de l'intérêt supérieur du football français invoquée par la FFF pour annuler la décision du CA de la LFP. « A ce compte-là, comme on peut estimer qu'il y a 50 sujets plus importants que le nombre de descentes et de montées, le comité exécutif de la Fédération peut invoquer à tout moment l'intérêt supérieur du football français. Par exemple, sur les droits TV, il peut aussi vouloir décider comment les sommes encaissées doivent être réparties » a alors indiqué le dirigeant stéphanois.

Jean-Louis Triaud, patron des Girondins, est allé plus loin dans ses réactions en ne cachant pas sa volonté de voir une Ligue 1 s'émanciper de la L2 dans la prise de décisions tout en évoquant à nouveau la possibilité de ramener l'élite à 18 clubs. « Le monde amateur et parfois la Ligue 2 ont envie de décider pour nous. A terme, il serait bien que le football professionnel soit indépendant et que la Ligue 1 gère elle-même ses problèmes [...] J'étais le seul à être contre le passage à 20 clubs en 2002-03. Donc le retour à 18 fait évidemment partie des choses envisageables » a alors indiqué le président bordelais.

Au cours de ses différentes allocutions, Frédéric Thiriez a bien précisé que 19 clubs soutenaient l'action en justice menée par le président de la LFP. Il y a donc un club de l'élite française qui s'oppose à cette procédure. Si le nom n'a jamais été communiqué publiquement, il se pourrait que cela soit l'EA Guingamp dont le président Bertrand Desplat est le beau-fils de Noël Le Graët. Ce dernier a d'ailleurs, par le passé ; sévèrement taclé à plusieurs reprises les velléités de réformes portées par Jean-Michel Aulas au sujet d'une autonomie supérieure accordée à la L1...

Ecofoot.fr

Site spécialisé dans l'actualité foot-business, Ecofoot.fr traite quotidiennement des sujets économiques, marketing, stratégiques et organisationnels liés à l'univers footballistique. De la renégociation de droits TV aux stratégies d'expansion commerciale à l'international, en passant par les changements actionnariaux à la tête des clubs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/07/2015 à 17:30 :
c'est parfait un bon moyen pour faire circuler les enveloppes pour arriver à s'arranger. Valls pourra prendre un rendez vous avec Platini comme ça il pourra organiser un voyage aux frais du contribuable, il pourra ainsi prendre ses enfants et au passage se faire un peu d'argent.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :