Rentrée : les chantiers périlleux de Bercy face aux crises

Budget 2023, fiscalité, retraites, réindustrialisation... À quelques jours du premier conseil des ministres, les dossiers brûlants s'accumulent à Bercy alors que l'inflation complique sérieusement l'équation budgétaire du gouvernement. Entre les promesses de baisse d'impôt et la hausse des dépenses pour faire face à la poussée de fièvre des prix, le gouvernement est sur une ligne de crête. Les tensions sur les marchés de l'énergie sont loin d'être retombées au cours de l'été. En Europe, les Etats s'apprêtent à passer un automne particulièrement morose sur le front économique six mois après le début de la guerre en Ukraine.
Grégoire Normand
La rentrée s'annonce chargée à Bercy.
La rentrée s'annonce chargée à Bercy. (Crédits : Reuters)

Les températures ne sont pas prêtes de redescendre dans les couloirs du ministère de l'Economie après un été caniculaire. Quelques semaines seulement après l'intense séquence budgétaire du mois de juillet, les comptables de Bercy sont déjà sur le front. À deux jours du premier conseil des ministres de la rentrée, Bruno Le Maire et Gabriel Attal ont regagné les entrailles du paquebot de Bercy.

La rentrée des ministres en charge de l'Economie et des Comptes publics s'annonce particulièrement chargée. Entre l'inflation, le pouvoir d'achat, la crise de l'énergie et la préparation du budget 2023, la liste des chantiers ne cesse de s'allonger. Dans un entretien accordé au quotidien Sud-Ouest ce dimanche 21 août, Bruno Le Maire est revenu sur les principaux défis de la rentrée politique prévue cette semaine pour l'ensemble de l'exécutif.

Lire aussiRentrée : le gouvernement cherche coûte que coûte à éviter la grogne sociale

Un budget 2023 face au défi d'une croissance en berne

Le premier budget du second quinquennat Macron sera particulièrement scruté à l'automne prochain. Les deux dernières années de crise sanitaire et énergétique ont chamboulé les règles budgétaires inscrites dans les traités bruxellois à l'échelle de toute de l'Europe. Au printemps 2020, le président de la République Emmanuel Macron avait annoncé de nombreuses mesures budgétaires « quoi qu'il en coûte » pour faire face à la propagation du virus sur tout le territoire. Alors que les débats sur la refonte des règles budgétaires de Maastricht s'enlisent, Bruno Le Maire a annoncé que « l'augmentation de dépense [publique] ne sera que de 0,6% en moyenne par an en volume, soit le niveau le plus faible depuis 20 ans ».

Il assure que « cette maîtrise passera par des réformes structurelles en vue d'atteindre le plein emploi par une croissance plus élevée mais aussi par des réductions de dépenses ». L'objectif d'une croissance plus élevée paraît difficilement tenable compte tenu de la dégradation conjoncturelle. La plupart des économistes ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance depuis le début de l'année. En outre, le Haut conseil des finances publiques avait taclé à la fin du mois de juillet les prévisions macroéconomiques de l'exécutif présentées dans le budget rectificatif 2022. Le scénario noir d'une coupure de gaz russe en Europe à la veille de l'hiver plongerait le Vieux continent dans un épais brouillard. Enfin, Bruno Le Maire entend bien poursuivre la politique de l'offre du gouvernement mise en œuvre lors du précédent quinquennat en favorisant la baisse de la fiscalité sur les entreprises.

Lire aussiCroissance, inflation, réformes : le Haut conseil des finances publiques tacle l'optimisme du gouvernement

Fiscalité : des recettes en moins à prévoir

Cette baisse de l'activité prévue par la plupart des économistes va mécaniquement entraîner une baisse des recettes fiscales rendant l'équation budgétaire 2023 encore plus complexe. En outre, la suppression de la redevance audiovisuelle, la fin de la taxe d'habitation pour tous les foyers fiscaux à partir de 2023, la baisse de l'impôt sur la société ou la diminution promise des impôts de production vont faire chuter les recettes de l'Etat. Le ministre de l'Economie a expliqué que la suppression de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) se ferait en une seule fois dès le projet de loi de finances 2023. Ce qui risque de faire bondir de nombreuses collectivités locales très dépendantes de cette fiscalité locale.

Concernant la fiscalité sur les superprofits des géants de l'énergie, Bruno Le Maire a écarté une fois de plus cette option dans les colonnes du quotidien régional. Il estime que pour « les grands groupes, la vraie question est celle de l'optimisation fiscale. Nous avons engagé le combat pour la taxation minimale, pour éviter cette optimisation et supprimer le dumping fiscal en Europe. Nous nous battons pour que la taxation minimale entre en vigueur en Europe en 2023 ».

Sur ce dossier chaud de la fiscalité minimum, la Hongrie a mis son veto depuis plusieurs mois alors que les réformes fiscales d'une telle ampleur en Europe nécessite l'unanimité des Etats. Le gouvernement de Victor Orban est engagé dans un bras de fer avec la Commission européenne sur les fonds du plan de relance. La Hongrie se bat avec les instances de Bruxelles pour obtenir le déblocage des 7,2 milliards d'euros de subventions européennes pour son plan de relance, bloqué pour cause de lutte insuffisante contre la corruption.

Lire aussiPour ou contre : faut-il taxer les superprofits ? (Henri Sterdyniak face à Agnès Verdier-Molinié)

Retraites : une réforme à l'épreuve de la nouvelle Assemblée nationale

L'autre chantier explosif qui attend Bercy est la réforme toujours contestée des retraites. Mis sur pause depuis la pandémie, ce dossier brûlant devrait revenir au centre des débats d'ici quelques semaines. Le ministre de l'Economie a fixé un calendrier plus précis dans l'entretien accordé à Sud Ouest. Il a annoncé que la réforme « doit entrer en vigueur au plus tard à l'été 2023». En revanche, il reste des modalités à préciser sur la mise en œuvre, notamment sur l'âge de départ fixé à 64 ans ou 65 ans.

Sur ce point, Emmanuel Macron a fait volte-face pendant la campagne présidentielle en annonçant d'abord 65 ans puis 64 ans à quelques jours du scrutin pour le second tour face à Marine Le Pen. Enfin, même si le gouvernement semble avoir écarté l'option d'une réforme systémique à points, la nouvelle configuration parlementaire issue des élections législatives de juin dernier pourrait donner du fil à retordre à l'exécutif. Compte tenu du poids politique des membres de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), les débats et le vote de cette réforme risquent d'être particulièrement tendus dans l'hémicycle à l'automne.

Lire aussiSans majorité absolue à l'Assemblée, le piège de la réforme des retraites se referme sur Emmanuel Macron

Réindustrialisation, l'autre chantier périlleux de la rentrée

Enfin, le dernier grand chantier qui attend les ministres de Bercy concerne la réindustrialisation. La pandémie et la guerre en Ukraine ont jeté une lumière crue sur l'extrême dépendance de l'Hexagone à l'égard de l'étranger en matière de produits sanitaires (masques, médicaments) ou pour certaines industries (semi-conducteurs, batteries, métaux). Après des décennies de désindustrialisation, le délitement du tissu productif est pointé par de nombreux économistes.

Face à cette situation jugée moribonde par de nombreux acteurs, le ministre délégué à l'Industrie, Roland Lescure, et le secrétaire à l'Investissement, Bruno Bonnel, vont devoir s'atteler à la mise en œuvre du plan France 2030 présenté à l'Elysée par Emmanuel Macron à l'automne 2021. Une enveloppe de 34 milliards d'euros doit être allouée à ce chantier titanesque.

Lire aussiLa réindustrialisation, un chantier colossal pour l'Europe

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 6
à écrit le 22/08/2022 à 21:06
Signaler
Il n'y a pas de chantier périlleux. La planche à billets de l'euro continue à tourner pour financer les déficits, donc l'argent ne manquera pas. D'autre part, le français moyen n'est pas encore pauvre. Il n'y a donc rien d'extraordinaire.

à écrit le 22/08/2022 à 19:40
Signaler
Réformer le calcul de la retraite des polypensionnés doit être une urgence, compte tenu des injustices qui perdurent depuis 20 ans et détruisent les victimes. De même, réformer le calcul pour les carrières hachées, marquées par la précarité. Le systè...

le 23/08/2022 à 8:34
Signaler
Plutôt d’accord d autant que le secteur public et privé appliquent chacun les malus de part et d autre ..pour cartier «  incomplète » comment favoriser alors la mobilité professionnelle ? Incohérence de l état depuis 40 ans … c est la double peine …

le 23/08/2022 à 8:34
Signaler
Plutôt d’accord d autant que le secteur public et privé appliquent chacun les malus de part et d autre ..pour carriere «  incomplète » comment favoriser alors la mobilité professionnelle ? Incohérence de l état depuis 40 ans … c est la double peine ...

à écrit le 22/08/2022 à 18:36
Signaler
Nous avons des "politiques" qui gèrent à la "petite semaine", suivant ce qui est présenté dans les médias! Les excuses sont toujours prêtes...! Comment ne pas les comprendre..., quand ils ne font que surveiller leurs comptes en banque! ;-)

le 23/08/2022 à 8:37
Signaler
Rien de nouveau ça fait 40 ans que nos politiques toute étiquette confondue gère à la petite semaine .. ils n ont pas nécessairement le pouvoir de faire plier les majors , les rentes d importateurs etc …. C est la vérité crue , le pouvoir ce sont les...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.