Réforme des retraites : Woerth (LR) fustige un texte "d'une complexité inouïe" et "non financé"

"C'est impossible de voter un texte sans savoir comment il va être financé", s'est exclamé le député de l'Oise sur la chaîne télé Public Sénat. "Ça devient d'une complexité inouïe et je ne crois pas aux réformes qu'on n'arrive pas à expliquer", a mis en garde M. Woerth, dont le parti Les Républicains propose de reculer l'âge de départ à la retraite à 64 puis 65 ans, notamment, mais encore revendique "une approche extrêmement différente" sur la question de la pénibilité.
(Crédits : BENOIT TESSIER)

Le président de la commission des Finances à l'Assemblée nationale Éric Woerth (LR) a assuré mardi que les Républicains ne voteront pas le texte sur la réforme des retraites "sans savoir comment il va être financé".

"C'est impossible de voter un texte sans savoir comment il va être financé", a expliqué le député de l'Oise sur Public Sénat.

"On ne peut pas avoir un texte qui parle de réorganisation, puis dans la pièce d'à-côté, avoir une conférence de financement", a-t-il argumenté en rappelant qu'une bonne partie du texte renvoie à des ordonnances pour les détails" alors que "le diable, il est dans les détails, comme toujours".

"Si vous ne parlez pas d'âge, et si vous ne parlez pas de financement dans une réforme des retraites (...), vous ne parlez pas de l'essentiel", a fait valoir l'ancien ministre du Budget.

Demande d'accélération des travaux sur le financement

Le chef de file des députés LR, Damien Abad, avait demandé le 15 janvier dans un courrier adressé au Premier ministre, d'accélérer les travaux de la conférence de financement sur les retraites, pour qu'elle rende ses conclusions avant l'examen de la réforme en première lecture à l'Assemblée qui débutera le 17 février.

"Ça devient d'une complexité inouïe et je ne crois pas aux réformes qu'on n'arrive pas à expliquer", a mis en garde M. Woerth.

Pénibilité : LR revendique "une approche extrêmement différente"

"Et puis il y a évidemment une approche très différente des Républicains", pour cette réforme, notamment "sur la pénibilité", a-t-il ajouté.

Sur ce dernier sujet, LR propose "une approche extrêmement différente de l'approche qui est aujourd'hui prônée dans le texte qui est une approche métier par métier et qui renvoie toujours à un moment donné à des négociations par branche".

LR veut reculer l'âge de départ à la retraite à 64 puis 65 ans, avec en contrepartie des mesures sur la pénibilité et les petites pensions.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 21/01/2020 à 14:53
Signaler
Les LR n'ont rien fait, rien dit pendant toute cette crise. C'est bien simple, depuis qu'ils ont flingué Fillon en se tirant une balle dans le pied, on ne les entend plus que pour faire assaut de démagogie et voler au ras des paquerettes : mais que ...

à écrit le 21/01/2020 à 13:18
Signaler
Depuis quand la classe populaire doit payer la retraite des cadres et des hauts salaires ? 2% de cotisations uniquement pour les hauts salaires avec cette réforme alors que la classe populaire doit cotiser 28% pour la retraite pendant 44 ans ... Cet...

le 21/01/2020 à 13:57
Signaler
Ce que vous dites là doit faire rire beaucoup de cadres. Dites nous donc comment vous arrivez à ces 2% de cotisations.

à écrit le 21/01/2020 à 10:52
Signaler
a dire vrai, et sans être du tout un fanatique du sieur woerth...... on ne peut qu être d accord sur un point...... cette réforme est une sorte de non sens....... apparemment(sauf à vouloir nous enfumer) , aucune étude d impact au préalable.....c ...

à écrit le 21/01/2020 à 10:18
Signaler
"Et puis il y a évidemment une approche très différente des Républicains", pour cette réforme, notamment "sur la pénibilité"... LR propose "une approche extrêmement différente de l'approche qui est aujourd'hui prônée dans le texte qui est une approch...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.