Retraites : le gouvernement s'attaque à la pénibilité et l'emploi des seniors

Le gouvernement présentera "d'ici 15 jours des grandes pistes" pour améliorer l'emploi des seniors et la prise en compte de la pénibilité au travail, a indiqué Muriel Pénicaud à l'issue de la réunion avec les partenaires sociaux sur la réforme des retraites.
Grégoire Normand

6 mn

(Crédits : Reuters/stephane mae)

L'allongement des durées de carrière pourrait avoir des répercussions considérables sur la santé des travailleurs âgés. Pour tenter d'éteindre les craintes dans certaines professions, le gouvernement est actuellement en opération déminage. A l'issue d'une réunion multilatérale entre les représentants des salariés, le patronat et l'exécutif, la ministre du Travail Muriel Pénicaud est venue présenter en fin de matinée, le plan de bataille du gouvernement sur la pénibilité et l'emploi des seniors. Longtemps restés à l'écart des débats sur la réforme des retraites, ces deux thèmes demeurent pourtant des sujets de préoccupation majeurs à l'heure où le chômage de longue durée et les discriminations à l'égard des personnes âgées de plus de 50 ans persistent. L'un des objectifs de cette réunion était de faire un état des lieux de la situation.

"Ce que nous avons voulu faire aujourd'hui, c'est de discuter du diagnostic. Nous avons remis aux partenaires sociaux les éléments chiffrés sur le diagnostic sur l'emploi des seniors et les fins de carrière pour que l'on parle bien du même état des lieux. Parler de solution si on n'a pas la même analyse de la réalité ne permet pas d'avancer. Nous avons réalisé cette phase et les pistes de solutions sont déjà nombreuses" a expliqué la ministre.

Bien que ces discussions soient perçues comme un signe d'ouverture chez certaines organisations syndicales, les crispations sur la réforme des retraites sont encore très présentes. Les transports en Ile-de-France restent très perturbés et le trafic SNCF est loin d'être revenu à la normale. La secrétaire confédérale de la CGT, Catherine Perret a assuré après la réunion au ministère que "les grèves ne sont pas prêtes de s'arrêter. Les salariés à partir de jeudi seront très fortement mobilisés pour réclamer le retrait de la réforme à point, qui est une réforme mortifère."

 > Lire aussi : Retraites  : la France redécouvre le sous-emploi de ses seniors

Prévention, reconversion et réparation

A l'entrée du ministère situé rue de Grenelle, Muriel Pénicaud a évoqué les trois axes de travail qui doivent être évoqués dans les prochains jours avec les syndicats, tout en restant assez flous sur les objectifs.

"Nous avons commencé à travailler sur la pénibilité et l'emploi des seniors. La pénibilité, c'est dire qu'il existe des métiers pour lesquels il y a une pénibilité importante. Il faut que l'on avance sur la prévention sur les métiers pénibles. Il y a des secteurs qui ont des démarches de prévention importantes. Beaucoup de choses peuvent être faites par les méthodes de travail, les équipements. Il faut prévenir ces métiers pénibles pour lesquels les personnes ne peuvent pas travailler toute leur vie et arrivent à la retraite dans des conditions de santé mauvaises".

La question de la reconversion pour les personnes ayant des conditions de travail difficiles a également été développée par la ministre. Certains salariés peuvent rencontrer des difficultés physiques après un certain âge. Pour éviter qu'ils soient exclus du marché du travail, le gouvernement veut faciliter les possibilités pour les travailleurs ayant des métiers pénibles de changer de profession.  "Nous allons examiner avec les partenaires sociaux la possibilité pour les personnes qui ont un métier pénible d'avoir un vrai projet de reconversion vers des métiers moins difficiles" a expliqué la ministre. Enfin, le dernier thème qui devrait être abordé est celui de la réparation, "c'est à dire les conditions dans lesquelles on peut partir plus tôt à la retraite si les personnes ont travaillé dans des conditions pénibles. Il existe déjà des dispositifs. Nous allons regarder comment nous allons pouvoir les améliorer".

Ouverture sur un critère de pénibilité

Sur l'ensemble des critères de pénibilité, Muriel Pénicaud a montré un signe d'ouverture sur le risque chimique très présent dans certaines industries.

"Sur les 10 critères de pénibilité, il y en 6 qui font l'objet d'un compte pénibilité. Si vous travaillez dans certains métiers, vous pouvez cumuler des points pour la formation, pour partir à temps partiel, ou partir plus tôt. Il y a un critère qui avait été mis en suspens, c'était le risque chimique. C'est très difficile à évaluer à court terme. C'est un risque différé comme les cancers liés aux risques chimiques. C'est sur la base d'un rapport que nous allons voir comment on peut améliorer ce critère. Les trois autres critères, comme les charges lourdes, ne sont pas mesurables secteur par secteur. Avec les partenaires sociaux,  nous nous sommes mis d'accord pour conforter la prise en charge."

Un calendrier serré pour des sujets complexes

Le calendrier annoncé par l'exécutif s'annonce très réduit alors que les sujets abordés devraient s'avérer complexes et techniques dans un contexte de tensions. La contestation de la réforme est loin d'être retombée malgré les vacances de Noël. Plusieurs organisations syndicales ont appelé à faire grève et à manifester dans les prochains jours.

"Nous allons travailler toute la semaine en bilatérale avec mes équipes et les organisations syndicales jusqu'à mardi prochain. Un point va être fait sur la pénibilité dans une semaine. Le même jour, Sophie Bellon (présidente de Sodexo) va remettre son rapport sur l'emploi des seniors [...] La semaine prochaine, nous allons travailler sur l'emploi des seniors. L'objectif est d'ici quinze jours d'avoir les grandes orientations. Il n'y aura pas tous les détails mais cela permettra au moment du conseil des ministres du 24 janvier d'avoir des grandes pistes pour les intégrer les semaines suivantes dans le projet de loi. Certains aspects sur la pénibilité, comme la prévention, pourront être intégrés au moment de la négociation sur la santé au travail".

La CFDT salue l'ouverture sur la pénibilité mais reste inflexible sur l'âge pivot

De son côté, le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, a tenu à saluer les signes d'ouverture du gouvernement sur la pénibilité et l'emploi des seniors.

"Sur la pénibilité, le minimum contributif, les retraites progressives ou alors les transitions dans les secteurs des fonctions publiques, il y a une volonté d'ouverture et de discussion. On va s'inscrire dans ces travaux avec des réunions sur un rythme intense pour porter nos revendications en termes de reconnaissance de pénibilité, de volonté d'avoir davantage de dispositifs de retraite progressive et d'augmentations plus conséquentes de minimum contributif. Nous allons aussi participer à des réunions sectorielles qui vont s'opérer dans l'éducation nationale ou les fonctions publiques territoriales ou hospitalières".

Le premier responsable de la centrale en a profité pour redire son opposition au maintien de l'âge pivot dans la réforme des retraites, principal point d'achoppement entre la CFDT et le gouvernement.

> Lire aussi : Retraites : Philippe cajole la CFDT, en attendant le prochain rendez-vous, vendredi, à Matignon

Grégoire Normand

6 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 17
à écrit le 08/01/2020 à 11:10
Signaler
si il existe des métiers pénibles ou dégradants ...il suffit de mieux les rémunérer...et le problème est résolu ...avec plus de revenus on épargne plus et on peut aller à la retraite quand on veut ... le problème il est culturel. Cette volonté de co...

le 08/01/2020 à 12:14
Signaler
C’est sous Mitterrand , que les recensements ont mentionné toutes les origines et ceci est toujours valable sur tous les logiciels des administrations en France y compris pour les statistiques INSEE ... le problème ce n’est pas ça : ce sont «  les ...

à écrit le 08/01/2020 à 7:54
Signaler
Bonjour, Le mode de calcul ancien pour les retraites : Prise en compte des meilleurs taux de salaire pour la carrière Nouveau mode de calcul : Prise en compte de tous les salaires de la carrière ( retraite à point ) C’est plus juste comme méthode...

à écrit le 08/01/2020 à 0:13
Signaler
Nous, le peuple, avons dit "retrait", donc nous continuerons les blocages et manifestations !!

le 08/01/2020 à 1:57
Signaler
Tu es qui pour prétendre parler au nom du peuple ? J'ai en marre de cette poignée de militants qui descendent dans la rue, cassent, bloquent et qui prétendent parler en mon nom. D'ailleurs, ils n'osent plus se présenter devant les électeurs car ils...

à écrit le 07/01/2020 à 21:07
Signaler
Tout ça ce sont des tissus de mensonge pour rendre la précarité un sujet d’actualité mais derrière le rideau , faire des plans de m.... pour punir les personnes qui travaillent dure toute leur vie et soit ils finissent en fauteuil soit au cimetière e...

à écrit le 07/01/2020 à 19:36
Signaler
Pendant ce temps la, le MEDEF prone l'allongement du temps de travail tout en continuant a virer les seniors de plus de 50 ans dans les grandes entreprises !!! Le gouvernement, pour les aider; à décider un degrevement des allocations chomage de 30% ...

à écrit le 07/01/2020 à 19:32
Signaler
Pour prouver qu'il y a dix quinze ou vingt ans vous étiez soumis à l'un de ces critères bonne chance !

à écrit le 07/01/2020 à 18:28
Signaler
"Sur les 10 critères de pénibilité, il y en 6 qui font l'objet d'un compte pénibilité" Tiens c'est vrai ,il en manque 4 ,comme par hasard retiré à la demande du patronat juste au moment ou débutait le reforme des retraites en 2017,c'est pas beau.(...

le 07/01/2020 à 19:44
Signaler
Ouais. Cela en dit aussi long si l'on regarde la catastrophe sur Rouen avec les agents chimiques dangereux..... A la cool personne n'est responsable de ta santé. Des infos? car du coup cette pollution est aussi surement ce qui permettra juridiquem...

à écrit le 07/01/2020 à 18:27
Signaler
Oui parce que les multimillionnaires du cac40 Richard d’orange, bronzé toute l’année chemise blanche repassée comme neuve qui se la joue mannequin des magazines tendance prédateur, bof la pénibilité, avion première classe, soirées de l’ambassadeur au...

à écrit le 07/01/2020 à 17:33
Signaler
UN conseil les gars, arrêtez d'écouter les feuilles de route de l'oligarchie financière et vous perdrez moins de temps tout en étant bien plus précis dans la mise en place de vos réformes, parce que je suis sûr que les financiers s'en tapent totaleme...

le 07/01/2020 à 19:47
Signaler
Et surtout pour le BTP, cela veut dire que peux y aurons accès ! Merci j'apprécie vos écrits!

à écrit le 07/01/2020 à 17:31
Signaler
Penicaud s'attaque à la pénibilité. Son boulot doit être difficile puisqu'elle est désormais en fauteuil roulant.Ca les use le pouvoir, surtout qu' ils font bourdes sur bourdes et cela augmente la charge de travail de les réparer. Espérons, maintena...

le 07/01/2020 à 18:33
Signaler
"'elle est désormais en fauteuil roulant" Sans parler de son élocution ,il existe des dizaines de vidéos sur le net ( faut juste taper video de penicaud) qui montre ses bafouillements ,incapable de prononcer un mot correctement, c'est pathétique.

le 07/01/2020 à 19:50
Signaler
pour moi le principe de la politique, c'est pas l'empathie, sauf pour les photos sur les places de marchés! Du coup, comment des centaines de milliers de personnes chômeurs, chômeuses sont en rupture depuis le mois de novembre? Cela donne une ...

le 07/01/2020 à 20:16
Signaler
"Du coup, comment des centaines de milliers de personnes chômeurs, chômeuses sont en rupture depuis le mois de novembre? " Et le nouveau mode de calcul de l'indemnisation entre en vigueur à compter du 1er avril 2020, basé non plus sur les seuls j...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.