Retraites : le Haut conseil des finances publiques tacle les prévisions optimistes du gouvernement

L'institution estime que la prévision de croissance du PIB en 2023 (+1%) présentée dans le texte de la réforme des retraites du gouvernement Macron est « élevée et optimiste». Cette projection est cinq fois plus élevée que celle du consensus des économistes. Quant aux chiffres de Bercy sur l'inflation en 2023, ils sont un « peu faibles».
Grégoire Normand
Olivier Dussopt et Stanilas Guerini à la sortie du conseil des ministres lundi 23 janvier.
Olivier Dussopt et Stanilas Guerini à la sortie du conseil des ministres lundi 23 janvier. (Crédits : Reuters)

La bataille des retraites s'accélère. Quelques jours après les fortes mobilisations contre la réforme de l'exécutif, les ministres du Travail Olivier Dussopt et celui de la Fonction publique Stanislas Guerini ont présenté le texte ce lundi en conseil des ministres. Prenant acte de la contestation sur tout le territoire, Olivier Dussopt a déclaré devant la presse « ce projet de réforme des retraites est différent de celui que nous aurions pu présenter il y a quelques mois. »

Les deux ministres envoyés sur le front ont exprimé leur « détermination » à faire passer le texte coûte que coûte malgré tous les appels à poursuivre les actions de la part des syndicats. Ils ont notamment insisté sur le fait que le gouvernement ne bougerait pas sur le recul de l'âge de départ à 64 ans, la mesure la plus emblématique et sans doute la plus décriée de la réforme.

S'agissant de l'impact macroéconomique, le Haut conseil des finances publiques rattaché à la Cour des comptes a publié un avis sévère sur le projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale (PLFRSS) ce lundi 23 janvier. « « » Compte tenu du caractère incomplet des informations qui lui ont été transmises par le gouvernement, le Haut Conseil n'est pas en mesure d'évaluer l'incidence de moyen terme de la réforme des retraites sur les finances publiques, » explique la juridiction.

Concernant l'étude d'impact évoquée dans plusieurs médias, le ministre du Plein emploi a affirmé lors du compte rendu du conseil des ministres que c'était une version encore « provisoire » qui avait circulé. Interrogé par La Tribune, l'entourage du ministre n'a pas encore donné de moment où elle serait rendue publique.

Lire aussiRéforme des retraites : le gouvernement droit dans ses bottes sur les 64 ans

Un scénario de croissance jugé « optimiste  » et « élevé »

Les prévisions de croissance retenues par le gouvernement dans le projet de loi sont jugés « optimistes » par les magistrats. Dans le texte envoyé au Haut conseil des finances publiques, Matignon n'a pas modifié sa projection de croissance de 1% datant de la présentation du projet de loi de finances pour 2023 (PLF 2023) présenté en septembre dernier. Les experts de la rue Cambon soulignent que le consensus des économistes (Consensus forecasts) tablent sur une croissance de 0,2% cette année.

Et que la prévision du Trésor demeure « au dessus de l'ensemble des prévisions des instituts de conjoncture français et internationaux. » Le HCFP considère que la prévision de Bercy « sous-estime les facteurs de freinage de l'activité actuellement à l'œuvre, notamment le niveau élevé de l'inflation et le durcissement en cours des politiques monétaires ».

Lire aussiTaux : la BCE va continuer à durcir sa politique monétaire, assure Lagarde à Davos

Inflation : une prévision jugée « un peu faible »

Concernant l'indice des prix à la consommation, le Haut conseil des finances publiques juge la prévision du gouvernement « un peu faible ». L'inflation augmenterait en moyenne de 4,2% en 2023 selon les chiffres inscrits dans le PLFRSS. Le consensus des économistes table de son côté sur une inflation à 4,8%. Quant à la Banque de France (5,5%), Rexecode (5,2%) ou l'OFCE (4,6%), ils font le pari d'une inflation supérieure à celle du Trésor. « Le reflux anticipé par le gouvernement de l'inflation semble rapide, » note le HCFP.

L'institution estime que la transmission de la hausse des prix à la production et à l'importation vers les prix à la consommation devrait continuer de soutenir l'inflation sous jacente, c'est-à-dire sans les prix les plus volatils (produits frais, produits pétroliers).

Lire aussiInflation en France : à quoi faut-il s'attendre en 2023 ?

400 millions d'euros de dépenses supplémentaires en 2023

Lors de la présentation de la réforme des retraites le 10 janvier dernier, la Première ministre Elisabeth Borne a expliqué que la réforme des retraites pourrait générer 17,7 milliards de recettes supplémentaires d'ici 2030. « Cette réforme a un objectif de retour à l'équilibre du système des retraites d'ici 2030. Ces mesures permettent de générer 18 milliards d'euros. Elles permettront de faire des économies mais aussi de financer d'autres mesures comme le maintien des départs anticipés pour les travailleurs handicapés, les travailleurs invalides, » a insisté Olivier Dussopt à la sortie du conseil des ministres.

Lire aussiRetraites : la réforme pourrait rapporter 18 milliards d'euros d'ici à 2030, le gouvernement fait l'impasse sur les surcoûts

A moyen terme, le Haut conseil des finances publiques n'a pas fait de prévisions budgétaires considérant que les information transmises étaient incomplètes. S'agissant de 2023, l'organisme estime que le coût net de la réforme sera de 400 millions d'euros.

Dans le détail, 50.000 personnes pourraient décaler leur départ à la retraite dès cette année. Ce qui entraînerait une baisse des dépenses de 200 millions d'euros en 2023. En parallèle, la hausse du minimum contributif (400 millions d'euros), des mesures sur la pénibilité et l'usure professionnelle (100 millions d'euros), ou encore le financement de la transition entre l'emploi et la retraite (100 millions d'euros) provoqueraient un bond des dépenses de 600 millions d'euros.

Compte tenu de l'entrée en vigueur hypothétique de la réforme au premier septembre prochain et de la montée en charge de cette réforme, le Haut conseil des finances publiques indique que la réforme des retraites aurait en 2023 « un impact négligeable sur le ratio de dette. Ce n'est qu'au-delà que cet impact deviendrait significatif. »

Lire aussiSous le poids des dépenses de l'Etat, la dette publique de la France s'alourdit encore

Grégoire Normand

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 24/01/2023 à 15:47
Signaler
Quelle impréparation de ce gouvernement macroniste alors que cela fait plusieurs années qu'ils nous bassinent avec cette réforme, maintenant ,ils découvrent que ce n'est pas si simple que ce qu'ils laissent entendre dans les médias.

à écrit le 24/01/2023 à 11:42
Signaler
"le Haut conseil des finances publiques" ça gagne bien se truc, j'imagine la retraite par répartition qu’ils doivent empocher..

le 24/01/2023 à 18:35
Signaler
Un des dix membres de ce Haut conseil des finances publiques ,Éric Doligé à ..79 ans

à écrit le 24/01/2023 à 10:41
Signaler
haut conseil, haute autorité, agence de ceci, et de cela.Tous ces "machins" se gararisent de prédire l'avenir à partir des seules données qui les intéressent et des projections qui vont dans leurs sens (à gauche). J'aimerai bien qu on fasse quelque...

à écrit le 24/01/2023 à 9:52
Signaler
Carte de prêche : Après la forte mobilisation du 19 janvier contre la réforme des retraites, que va faire le Président le 20 janvier ?. D’après une poignée de journalistes politiques reçus en toute discrétion à l’Élysée, le message est clair : il...

à écrit le 24/01/2023 à 9:27
Signaler
Si les prévisions sont optimistes pour équilibrer le système il faudra une abrogation bcp plus rapide des regimes spéciaux, 45 ans de cotisations et 65 ans d'age pour tous.

à écrit le 24/01/2023 à 7:53
Signaler
Stéphane Guérini a dit (au moins 2 fois) que le gouvernement emploierait une partie des 18 milliards d'euros d'économie de la réforme (je sais plus quelle part) à financer la reconversion des travailleurs usés par le travail. Donc l'argent des retrai...

le 24/01/2023 à 19:46
Signaler
Erratum : Il y a vraisemblablement une erreur dans ce que j'ai écrit précédemment. Le gouvernement entendrait plutôt utiliser 6 milliards en faveur des petites retraites, pour améliorer les montants.

à écrit le 24/01/2023 à 7:23
Signaler
ca fait 30 ans que le COR explique que le regime est a l'equilibre, enfin si il y a 5% de croissance les 50 prochaines annees et que le chomage est sous les 3%........faudra punir les menteurs un jour.......y a pas besoin d'avoir fait polytechnique: ...

à écrit le 24/01/2023 à 5:43
Signaler
Selon Borne, la réforme des retraites dégageraient peut être jusqu à 18 milliards d eco … elle en n est même pas sûr… quand aux départ anticipé pour les salariés en situation d handicap tout les handicaps ne sont est pas à la même enseigne eh dépende...

à écrit le 24/01/2023 à 5:41
Signaler
Selon Borne, la réforme des retraites dégageraient peut être jusqu à 18 milliards d eco … elle en n est même pas sûr… quand aux départ anticipé pour les salariés en situation d handicap tout les handicaps ne sont est pas à la même enseigne eh dépende...

à écrit le 24/01/2023 à 5:37
Signaler
Selon Borne, la réforme des retraites dégageraient peut être jusqu à 18 milliards d eco … elle en n est même pas sûr… quand aux départ anticipé pour les salariés en situation d handicap tout les handicaps ne sont est pas à la même enseigne eh dépende...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.