Réforme des retraites : le gouvernement droit dans ses bottes sur les 64 ans

Le gouvernement présentait ce lundi en Conseil des ministres sa réforme des retraites à l'issue duquel le ministre du Travail a réaffirmé la volonté de l'exécutif de décaler l'âge de départ à la retraite à 64 ans. Si le gouvernement semble prêt à quelques concessions, elles se feront seulement « à la marge ». De leur côté, les syndicats entendent amplifier encore la mobilisation après un début réussi et dénonce le fait que le projet soit débattu dans le cadre d'un projet de loi de financement de la Sécurité sociale rectificative pour 2023.
Si le Parlement ne s'est pas prononcé d'ici le 26 mars à minuit, les dispositions de la réforme pourront être mises en œuvre par ordonnance, ce qui serait inédit.
Si le Parlement ne s'est pas prononcé d'ici le 26 mars à minuit, les dispositions de la réforme pourront être mises en œuvre par ordonnance, ce qui serait inédit. (Crédits : Reuters)

[Article publié le 23 janvier et mis à jour à 12h30]

Le gouvernement ne reculera pas. C'est ce qu'a affirmé, ce lundi, Olivier Dussopt, à l'issue du Conseil des ministres. Le ministre du Travail a, ainsi, fermé la porte à un recul du gouvernement sur le report de l'âge légal de départ à la retraite à 64 ans prévu par la réforme présentée le 10 janvier dernier par la Première ministre, Elisabeth Borne.

« Les mesures d'âge que nous prenons », le relèvement de l'âge légal à 64 ans en 2030 contre 62 ans actuellement et l'accélération de l'allongement de la durée de cotisation à 43 ans dès 2027 « sont celles qui permettent de ramener le système à l'équilibre en 2030 », a-t-il fait valoir lors du compte rendu du Conseil des ministres. « Revenir sur ce point serait renoncer au retour à l'équilibre et donc manquer de responsabilité pour les générations futures », a-t-il ajouté, tout en relevant « un désaccord avec les organisations syndicales » sur ce sujet.

Lire aussiRetraites : les 7 raisons des 64 ans

Dimanche, Emmanuel Macron a, lui, estimé avoir déjà fait preuve « d'ouverture » par rapport à son programme de campagne qui prévoyait initialement les 65 ans. S'exprimant lors d'une conférence de presse à Paris avec le chancelier allemand Olaf Scholz, le chef de l'Etat a toutefois refusé de dire clairement qu'il maintiendrait les 64 ans jusqu'au bout, pour ne pas se « substituer » au débat parlementaire. « Je souhaite que le gouvernement avec les parlementaires » puissent « aménager » le texte, a-t-il assuré. Avant de se montrer plus inflexible : « les besoins » sont « connus », et « je crois que là, maintenant, il faut pouvoir avancer ».

Lire aussi : Réforme des retraites : « Si des modifications sont faites, c'est le débat parlementaire qui les amènera » (Olivier Dussopt)

Des enrichissements du texte « uniquement à la marge »

Bien que les différents ministres se relaient se disant prêts au « dialogue » afin « d'enrichir » le texte, les évolutions se feront, en effet, uniquement à la marge. Des « enrichissements » sont possibles, mais pas s'ils font dérailler l'équilibre financier du système, promis à l'horizon 2030, martèle-t-on. Le gouvernement a toutefois ouvert pour la première fois la porte, durant le week-end, à des mesures plus fermes sur l'emploi des seniors. Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal s'est ainsi dit prêt à « regarder sans tabou des mesures coercitives pour les entreprises qui ne joueraient pas le jeu ».

Lire aussiRetraites : la France redécouvre le sous-emploi de ses seniors

En revanche, l'exécutif s'est montré moins disposé sur un autre point qui crispe jusque dans les rangs du parti Les Républicains, pourtant seul allié annoncé de l'exécutif à l'Assemblée nationale : le fait que les personnes ayant commencé à travailler à 20 ans auront à cotiser 44 ans, et non 43 comme les autres, pour obtenir une retraite à taux plein.

 Le « cœur de la bataille » est « dans la rue »

Les organisations syndicales ne cessent de manifester leur opposition au projet de réforme. Une nouvelle journée de grève et de manifestation est d'ailleurs prévue le 31 janvier après celle du 19 janvier. Selon le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, « plus de 2 millions » de personnes avaient manifesté en France, contre 1,2 million d'après le ministère de l'Intérieur. « On espère faire encore plus fort le 31 » janvier, a prévenu le leader de la CGT, soulignant que « d'ici là, tous les jours il y aura des initiatives dans les entreprises, dans les départements ».

De son côté, le député François Ruffin a assuré dimanche que La France insoumise porterait à l'Assemblée « une opposition déterminée ». Mais il a promis que la gauche n'allait « pas sombrer dans le crétinisme parlementaire » avec une obstruction aveugle, estimant que le « cœur de la bataille » serait dans la rue.

Lire aussiRetraites : les syndicats de l'énergie maintiennent la pression et feront grève la semaine prochaine

La forme retenue pour examiner le projet de loi fait débat

D'autant que le débat parlementaire devrait être mené au pas de course afin de faire adopter la réforme des retraites fin mars pour une entrée en vigueur du projet à l'été. Si le Parlement ne s'est pas prononcé dans les 50 jours, à partir du week-end prochain, soit d'ici le 26 mars à minuit, les dispositions de la réforme pourront être mises en œuvre par ordonnance, ce qui serait inédit.

Le leader de la CFDT Laurent Berger, a d'ailleurs déploré la forme retenue par l'exécutif pour examiner son projet de loi : un budget rectificatif de la Sécurité sociale, qui permet de limiter les débats dans le temps et d'utiliser à loisir l'arme du 49.3. « Vous ne pouvez pas faire passer de façon escamotée ce texte sur les retraites, dans ce climat social », a-t-il argué sur France 5. C'est le premier argument des opposants : le gouvernement a-t-il le droit pour un budget rectificatif d'utiliser la même procédure que pour le budget 2023 initial ?

Les députés LFI ont dénoncé auprès du Conseil d'Etat des « atteintes aux droits du Parlement », les écologistes pointant un « nouveau palier » franchi. Le patron des députés PCF André Chassaigne étrille « une manœuvre grossière, digne d'ennemis de la démocratie ». Un budget rectificatif sert à modifier les prévisions de recettes et dépenses de l'année en cours, pas à « imposer une réforme de fond », a déploré elle aussi Mathilde Panot, cheffe de file du groupe LFI. Les mesures de relèvement de l'âge légal de la retraite ou de durée de cotisations « relèvent » bien d'un PLFSSR car elles touchent aux comptes de la Sécu, rétorque le gouvernement.

Le Conseil constitutionnel vigilant

Selon le Canard Enchaîné, le président du Conseil constitutionnel Laurent Fabius a averti qu'il serait vigilant, notamment sur la création d'un « index » pour mesurer l'emploi des seniors : « tout ce qui est hors champ financier peut être considéré comme un cavalier budgétaire » et censuré. Les constitutionnalistes sont partagés sur ce PLFSSR, les uns évoquant un « détournement de procédure », les autres un outil légitime mais « ambigu ». Dans une tribune du Monde, le professeur de droit public Benjamin Morel a pointé un « risque démocratique » : que ce véhicule devienne « la norme des futures réformes sociales ». Autre grief de la gauche : les « entraves à la liberté des parlementaires », du fait notamment du calendrier resserré.

Avant la date butoir, l'exécutif peut en outre à tout moment devant l'Assemblée déclencher l'article 49.3 de la Constitution, qui autorise le gouvernement à adopter un texte sans vote, si les votes sur les amendements ne tournaient pas en sa faveur. Ou s'il pense ne pas réunir la majorité absolue pour le vote de l'ensemble de la réforme, à cause de défections chez les macronistes ou chez LR. Selon les informations de RTL, Elisabeth Borne devrait rencontrer demain, mardi, les députés LR pour les mobiliser.

Lire aussiRetraites : la réforme fait-elle vraiment reculer les inégalités hommes-femmes ?

50.000 personnes pourraient décaler leur départ à la retraite cette année

Le relèvement de trois mois de l'âge légal, censé passer à 62 ans et 3 mois au 1er septembre prochain selon la réforme présentée par la Première ministre le 10 janvier dernier, « pourrait conduire (...) de l'ordre de 50.000 personnes à décaler leur départ », indique le Haut Conseil des finances publiques (HCFP) dans son avis, rendu public, ce lundi, sur le projet de loi qui lui a été transmis.

Un texte dont le « caractère incomplet » ne lui permet pas d'évaluer l'incidence de moyen terme de la réforme des retraites, qui doit porter l'âge légal jusqu'à 64 ans en 2030 au rythme de trois mois par an. Mais compte tenu des informations disponibles, « cette mesure d'âge entraînerait une baisse des dépenses de 200 millions d'euros dès cette année. »

Le « maintien dans l'emploi » de ces actifs doit également générer « des recettes supplémentaires », non chiffrées mais qui « devraient être faibles ». En tout cas insuffisantes pour compenser la revalorisation des petites pensions, « dont le coût (...) a été provisionné à hauteur de 400 millions ». En y ajoutant 100 millions pour « des mesures sur la pénibilité et l'usure professionnelle » et autant pour celles « en faveur des transitions emploi-retraite », l'ardoise des « dépenses supplémentaires » s'établit à 600 millions d'euros. Soit un « coût net estimé à 400 millions », poursuit le HCFP, qui en conclut que « la réforme des retraites aura un impact très faible sur les finances publiques en 2023 »

.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 33
à écrit le 23/01/2023 à 23:48
Signaler
Le comédien Macron ne fait que de prendre les autres pays européens comme modèles. D'accord. Mais dis nous Manu, dans quels autres pays européens as-tu vu des manifestations regroupant des millions de personnes ? La cinquième République actuelle est ...

le 24/01/2023 à 10:17
Signaler
"Le comédien Macron ne fait que de prendre les autres pays européens comme modèles." Cela dépend du sujet ,sur la réintégration des soignants non vaccinés nous sommes le dernier pays d’Europe à le refuser encore .

à écrit le 23/01/2023 à 18:35
Signaler
mon assurance-vie est déjà dans les starting- blocks pour me proposer un nouveau placement financier qui tient compte de la réforme, simulateur à l'appui.

à écrit le 23/01/2023 à 17:47
Signaler
cette réforme est d'autant plus injuste que les travailleurs modestes sont encore obligés d'utiliser leur voiture et de faire les trajets pour aller bosser. C'est de la fatigue, des coûts importants et du danger avec les routes peu entretenues et ver...

à écrit le 23/01/2023 à 17:30
Signaler
Dans son argumentaire pour la réforme des retraites, le gouvernement n'a de cesse de se référer aux autres pays européens où l'âge de départ a déjà été repoussé. C'est le cas de la Suède qui, il y a vingt ans, a réformé son système de retraite et a r...

le 24/01/2023 à 9:41
Signaler
Macron n'a rien à cirer de la paupérisation de ceux qui n'ont pas assez travaillé. Du moment que les CSP+ et ses potes et les retraités aisés soient satisfaits et continuent à voter pour des candidats qui lui ressemblent.!!!

le 24/01/2023 à 9:42
Signaler
Ce n'est pas la reforme qui paupérise les retraites mais la démographie. La reforme ne fait qu'ajuster à la marge et limiter le risque de faillite du système. Sans reforme, donc en travaillant encore moins en moyenne, les suédois auraient des retrait...

à écrit le 23/01/2023 à 17:12
Signaler
son gouvernement n'a aucune majorité , comment rendre légitime une décision unilatérale sans vote ?, on appelle ça une dictature, de plus il peut utiliser a volonté le 49.3 car les autres partis ne veulent pas retourner devant les urnes donc la moti...

le 24/01/2023 à 9:49
Signaler
Un référendum pour voler encore plus les générations futures en entretenant l'illusion que c'est la loi qui décidera du montant des retraites au lieu de l'économie et de la démographie? Personne ne peut croire qu'on pourra garder des retraites suffi...

à écrit le 23/01/2023 à 16:43
Signaler
Il est vrai que McKron était bien placé pour être réélue sans véritable programme clair et toute possibilité d'interprétation ! Pas de doute ? ;-)

à écrit le 23/01/2023 à 15:26
Signaler
"Le ministre des Comptes publics Gabriel Attal s'est ainsi dit prêt à « regarder sans tabou des mesures coercitives pour les entreprises qui ne joueraient pas le jeu »." C'est donc un jeu, je disais aussi. Comment obliger les entreprises à emba...

à écrit le 23/01/2023 à 15:06
Signaler
Louons la transparence totale de notre président au travers duquel nous voyons parfaitement les banquiers tirer les ficèles, enfin payer des larbins pour qu'ils les tirent à leurs places et qu'on ne parle surtout pas d'eux, et ça les syndicats le sav...

à écrit le 23/01/2023 à 14:53
Signaler
il me semble que Macron avait dit qu'il ne toucherait pas aux retraites bon il nous a donc menti c'est vrais qu'il excelle dans ce domaine moi ce que je crainds c'est les syndicats car il n'y aura surement pas de cadeaux ce Macron va nous fou...

à écrit le 23/01/2023 à 14:49
Signaler
Continuez à faire les sourds, les manifestants seront droits dans leurs bottes sur le pavé.

à écrit le 23/01/2023 à 14:29
Signaler
revenons deja à 40 h effectueés ET COTISEES !!!!!!! Supprimons les niches sociales que seuls les grands groupes peuvent se permettre EN GROS RESPECTONS L'EGALITE Conforme à l constitution . alignons tous les regimes, APRES pas certain qu'il fail...

à écrit le 23/01/2023 à 14:04
Signaler
un gouvernement contre les gens, contre son peuple, un gouvernement qui ne gouverne qu'en faveur d'une minorité riche d'argent, un gouvernement qui devient détestable, un gouvernement fermé à toute autre option autre que le financement par le travail...

à écrit le 23/01/2023 à 13:29
Signaler
Pour favoriser les carrières longues il faut aussi augmenter le nombre d'années de cotisation à 45 ans pour une retraite à taux plein. C'est le seul moyen de redonner l'avantage à ceux qui commencent à travailler plus jeunes sur les autres. A' la fin...

à écrit le 23/01/2023 à 13:21
Signaler
Ce gouvernement se dit soucieux de l equilibre des retraites qui présenterait un deficit de 15 milliards en 2030 (et qui est excedentaire de 2md en 2022). C'est cocasse car il présente un deficit du budget de 170 milliards (avec une dette historique...

à écrit le 23/01/2023 à 12:30
Signaler
Tout est déjà fait ficelé, c'est que du vent. Macron veut sa réforme qui lui donnera un satisfaicit des la part de la finance qui lui ouvrira une reconversion dans les institutions européennes. Les traîtres à la nation vont tomber le masque. Les él...

à écrit le 23/01/2023 à 11:21
Signaler
2019 : Le COR s’interroge sur une autre piste : «si les robots deviennent substituables aux humains [dans le cadre du travail], certains redoutent la raréfaction des prélèvements sociaux assis sur le travail. D’où l’idée avancée d’une "taxation" d...

le 23/01/2023 à 13:34
Signaler
Parce que pour le moment l'experience nous dit que les robots créent plus d'emplois qu'ils n'en détruisent. Et heureusement puisque en France nous en produisons presque pas et sans capacité de créer de la richesse nous deviendrions comme l'Afrique a...

le 23/01/2023 à 14:21
Signaler
Un taxe sur les robots ne sera pas payé par les robots mais par le consommateur.

à écrit le 23/01/2023 à 10:11
Signaler
Il y aurait de l’intérêt à plafonner les retraites par répartition, hélas les grands Élus professionnels ne vont pas se saborder..

le 23/01/2023 à 12:35
Signaler
Pour faire fonctionner le système , Ôter les planchers et les plafonds. Ceux qui voudront et aurons cotisé percevront les fruits de leurs cotisations. Bien sûr cela ne ferait pas plaisir aux gauchistes qui favorisent ceux qui n'ont jamais cotisé da...

le 23/01/2023 à 12:58
Signaler
Le plafonnement des retraites versées par un régime général existe déjà : Scandinavie, Allemagne, Gb, Pays bas … curieusement on en parle pas en France .. ce sont bien les générations post 1960, ayant commencer à taffer vers 18-19 -20 ans gagnant moi...

le 23/01/2023 à 13:36
Signaler
Dans ce cas il faudrait plafonner les cotisations aussi et laisser les travailleurs plus productifs investir leur argent librement

le 23/01/2023 à 15:16
Signaler
@Adieu BCE "et laisser les travailleurs plus productifs investir leur argent librement" Ce ne sera pas les cadres donc.

à écrit le 23/01/2023 à 8:43
Signaler
Les concessions sont déjà prévus et d'autres leurres pour ralentir les amendements ! Les fourberies de Scapin pondu par le McKinsey Show ! ;-)

à écrit le 23/01/2023 à 8:13
Signaler
J'ai l'impression de lire toujours les mêmes informations depuis 30 ans en fait.

à écrit le 23/01/2023 à 8:13
Signaler
Ce gouvernement oublie une chose : le pouvoir de la rue .. bien ancré dans notre adn …et autre pouvoir : Arrêtons / baissons tous notte consommation ça fera reculer le gouvernement !!

le 23/01/2023 à 11:59
Signaler
Toute cette agitation autour d'une réformette est amusant. Voire des jeunes de 20 ans penser à leur vie dans plus de 40 ans est assez désespérant. Je ne leur donne qu'un conseil ,épargnez durant votre vie professionnelle afin d'être libre de partir...

le 23/01/2023 à 13:15
Signaler
Diminuer notre consommation peut être une action complémentaire à la manifestation mais il s'agit là du coeur de notre système économique. Donc, danger.

le 23/01/2023 à 13:24
Signaler
@reponse de Jason Peu de monde peut utiliser cette solution qui passe souvent par des formules à la marge (douteuses...).

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.