Retraites : le ton monte en attendant les vœux de Macron

 |   |  800  mots
(Crédits : Philippe Wojazer)
Au 25e jour d'un conflit sur les retraites enlisé, le ton s'est durci entre la CGT et l'exécutif, et les regards se tournent désormais vers le discours de vœux d'Emmanuel Macron mardi 31, les grévistes comme l'opposition attendant une initiative du chef de l'Etat.

Actualisé avec les prévisions de la SNCF pour lundi

Les perturbations dans les transports continuent, en particulier en Île-de-France. Dimanche, 4 TER sur dix, 6 TGV sur 10 et 1 Transilien (train de banlieue parisienne) sur 5 circulent. A Paris, treize lignes de métro sur seize sont fermées. Lundi, à la veille du réveillon de la Saint-Sylvestre, il faudra compter sur seulement 1 TGV sur 2, 1 Transilien sur 4 et 3 circulations de TER (souvent assurées par des cars) sur 10, a prévenu la SNCF.

Alors qu'aucune négociation n'est prévue d'ici le 7 janvier, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, accuse dans le Journal du Dimanche le gouvernement d'organiser "le bordel" et de jouer "le pourrissement" d'un mouvement social déjà plus long que celui de 1995. "Ils se sont dit  +on va leur coller les ultimatums pendant les fêtes de Noël+. Emmanuel Macron se veut l'homme du nouveau monde, mais il imite Margaret Thatcher", cingle-t-il: "Il a dit qu'il avait changé, qu'il était prêt à l'écoute... Où est l'acte II du quinquennat ?".

Egalement dans le JDD, le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari accuse la CGT de pratiquer un syndicalisme "de blocage" voire "d'intimidation", dénonce "une pression qui s'exerce de façon anormale sur une partie des cheminots" pour qu'ils participent au mouvement et assure avoir invité la CGT-Cheminots et Sud-Rail à discuter de la réforme. M. Djebbari "une nouvelle fois étale sa mythomanie sur le +dialogue permanent+ qu'il entretient avec les organisations syndicales puisque la CGT des cheminots n'a pas été contactée une seule fois par ses services depuis le début de la grève", a rétorqué dans un communiqué le premier syndicat de la SNCF.

Le président de la République est resté quasiment muet sur le conflit depuis des semaines, laissant son Premier ministre Edouard Philippe en première ligne pour défendre le projet de système "universel" de retraite à points. Il s'est contenté depuis la Côte d'Ivoire d'un appel, en vain, à la trêve pour Noël et a fait savoir qu'il renonçait à sa pension de président, avant de se retirer au fort de Brégançon. Il se ménage ainsi une possible fenêtre de tir le 31 pour débloquer la situation, sauf s'il opte pour le bras de fer, au risque de radicaliser les opposants. "Il y a une détermination, une colère qui est profonde et qui sera là au mois de janvier", a prévenu Fabien Villedieu, délégué SUD-Rail, sur BFMTV.

Messages contradictoires

Le chef de l'Etat est en particulier attendu sur un possible aménagement de l'âge pivot, que l'exécutif prévoit d'instaurer dès 2022 et d'assortir d'un bonus-malus: une "ligne rouge" pour la CFDT, qui en demande le retrait. Le président peut aussi vouloir tenter de mieux expliquer un système à points qui déroute les Français.

Mettre en avant à nouveau la suppression des régimes spéciaux risque de ne pas suffire, alors qu'une majorité de Français juge positivement le mouvement social. Et que le gouvernement a préservé les militaires et accordé des dérogations aux policiers, puis aux pilotes ou aux danseurs de l'Opéra, notamment.

Le silence d'Emmanuel Macron a laissé ses troupes envoyer des messages contradictoires, Aurore Bergé, porte-parole de LREM, affirmant aux grévistes "vous n'obtiendrez rien" quand Olivia Grégoire, vice-présidente de la commission des finances de l'Assemblée, prédisait "plusieurs milliards" de "concessions" du gouvernement.

L'opposition attend elle aussi une initiative. La gauche lui demande de retirer sa réforme lors de ses vœux. La droite, par la voix du président du groupe des députés LR à l'Assemblée Damien Abad, réclame "des clarifications" et insiste sur la prise en compte de la pénibilité, possible levier des négociations. "Le 31 décembre, le président va s'engager à poursuivre son combat, rester au-dessus de la mêlée et laisser faire son gouvernement. C'est une stratégie de pourrissement" d'ici la reprise des pourparlers, pronostique Damien Albessard, conseiller en communication.

"Tout flotte chez les Marcheurs. La seule manière de sortir de la crise, c'est que le chef prenne la parole le 31", estime l'analyste Philippe Moreau-Chevrolet. "Et qu'il annonce quelque chose, comme le grand débat ou une suspension de la réforme. Il pourrait aussi la vider de son contenu, ou encore retirer ou moduler l'âge pivot, afin de pouvoir faire passer l'essentiel de sa vision". C'est la seconde fois que le chef de l'Etat prononce ses vœux en pleine crise sociale. L'an dernier, il faisait face à la colère des "gilets jaunes". Mais après avoir lâché 10 milliards d'euros d'aides et renoncé à la taxe contestée sur les carburants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/12/2019 à 8:12 :
Un candidat élu doit-il appliquer "son" programme ou LE programme qui profite à tous? MITTERRAND a nationalisé à tour de bras et certains ont prétendu qu'il n'y avait pas d'autre alternative à l'époque. La hausse du prix du pétrole en 1973 a imposé des restructurations d'où est résulté un chômage de masse dont nous commençons à peine à sortir; nous en avons rendu responsables ces méchantes entreprises et ces méchants riches; il s'en est suivi une fiscalité délirante qui n'est certainement pas LA solution. Le monde politique est le seul à n'avoir pas vu réduire ses privilèges. Nous attendons toujours celui qui détronnera Henri IV dans la mémoire des français...
a écrit le 30/12/2019 à 21:21 :
Les grévistes représentent 0,30 % de la population active c'est la démocratie. Nous avons bien une fracture sociale en France ceux qui doivent travailler et ceux qui peuvent faire grève
Réponse de le 31/12/2019 à 19:12 :
Et vous déplorez que la plupart ne puisse pas faire gréve où que quelques uns le puisse encore?
a écrit le 30/12/2019 à 21:16 :
il restera le président des riches !!!! ont attend rien de se gouvernement comme c' est prédécesseurs ..... augmentation des retraites CARSAT et complémentaire trois euros ou un euros !!! de la provocation à tout c' est dirigeants !!!!! début d' année tout les prélèvements obligatoire augmente cette une perte de pourvoir d' achat de 250 euros et plus sur l' année
a écrit le 30/12/2019 à 19:56 :
Aujourd'hui les riches pensent qu'ils se sont enrichis seuls et ils pensent légitime de capter toute la valeur ajoutée au détriment de millions de travailleurs. Et comme ces riches pensent que cet argent n'est du qu'à leur seul talent, ils pensent que l’impôt leur confisque ce qui leur appartient. De l'argent il y en a en France mais la logique du gouvernement est de baisser les impôts pour les plus aisés. Il y a donc un manque à gagner et le gouvernement ne peut que le récupérer ailleurs, c'est à dire en baissant la qualité du service public, en baissant les pensions. Dans leur logique, baisser la pression fiscale sur les riches va enclencher un cercle vertueux dont tout le monde va profiter.
C'est de l'aveuglement idéologique ou de la mauvaise foi . Pour ces gens là, tout ce qui peut réduire les inégalités s'apparente au stalinisme, le mot social est un gros mot.
Les classes moyennes n'ont qu'à avoir du talent.
Réponse de le 30/12/2019 à 20:59 :
Qui bénéficiera le plus des baisses de l'impôt sur le revenu en 2020 ? Les salaires inférieurs à 2000 euros. De la suppression de la taxe d'habitation ? Proportionnellement les plus bas salaires.
Peut-être (sans doute) sous la pression de la grogne sociale mais ce sont des faits.
Réponse de le 31/12/2019 à 10:04 :
@conseillere
Les classes moyennes ne sont pas stupides , on ne peut pas baisser la pression fiscale sur les plus riches et sur les classes moyennes simultanément sans diminuer les moyens du service public. Les riches non plus ne sont pas stupides, ils savent que c'est plus rentable pour eux de payer leur frais de santé (mais c'est valable pour l'éducation etc... ) directement plutôt que de financer le système de santé via l'impôt.
a écrit le 30/12/2019 à 18:58 :
Moi, je trouve le jusqu'au-boutisme de la CGT très utile. Grâce a elle, moins de 30% des français soutiennent la grève et le blocage des transports en commun, et ce chiffre est en chute constante. La grande majorité des français, et notamment ceux qui vivent dans les grandes agglomérations et sont donc fortement dépendants de la SNCF et de la RATP, ne supporte plus cette prise en otage et ne soutient plus - à juste titre - un mouvement clairement corporatiste qui défend avant tout la perpétuation de privilèges catégoriels vieux de 75 ans et qui ne se justifient plus (combien de cheminots en activité ont'ils pelleté du charbon ? Fait sauter une voie empruntée par un convoi allemand ? Le travail en horaire décalé d'un cheminot est-il différent de celui des compagnons qui font tourner depuis 30 ans mon usine en 3x8 24h/24, 365 jours par an, et qui partent à la retraite entre 62 et 64 ans ?) . La CGT se tire non pas une balle mais le chargeur complet dans le pied; chant du cygne d'une organisation syndicale vieillotte qui se prend pelle sur pelle aux élections professionnelles (moins de 15% des voix dans ma boîte aux dernières élections, alors qu'il y a 15 ans elle dépassait les 60% dans la métallurgie!) et qui ne représente plus que moins de 430 000 salariés en France - essentiellement dans le secteur public et semi-public -.
Good by Martinez, continues a faire haïr ta centrale, tu vas réussir à la couler. Chapeau l'artiste, et merci.
Réponse de le 31/12/2019 à 18:27 :
bien dommage de médire à ce point sur les seuls personnes qui défendent leur acquis….vos collègue , (comme moi et les miens de collègue…) que fait on pour défendre les notres?
on a pris 2 ans y'a pas si longtemps , on en reprend 2 de plus
moi , a 35 ans ,
la retraites est fort lointaine a moins de "cotiser" à la banque , donc finalement dans des fonds de pensions dont on a pas le détail et qui vont forcément se crasher en cas de crise majeure.
Au lieu de fustiger les seules personnes qui se battent contre l'inacceptable , je pense qu'il y a autre chose à faire
C'est comme dire non tout le temps , si les propositions ne vont pas dans le sens des intérêts de ceux qui bossent , pas de raison de négocier quoi que ce soit , n'en déplaise au média et autres qui craignent pour leur petit confort
Bref , le diviser pour mieux régner fonctionne toujours aussi bien dans ce pays , avec même la tv qui vous dit qui haïr , c'est triste
a écrit le 30/12/2019 à 17:11 :
La CGT est responsable du désastre actuel. Elle ne défend que ses acquis au détriment du bien commun. La CGT se contre fiche du privé.
Réponse de le 30/12/2019 à 18:50 :
Le gouvernement est responsable du désastre actuel. Il ne défend que les intérêts de la finance et du Medef au détriment du bien commun. Le gouvernement se contre fiche de l’intérêt général.
a écrit le 30/12/2019 à 16:16 :
Je ne me suis jamais fait d'illusions du programme économique de Monsieur Macron. Il est à l'image de ce que nous avons connu avec les socialistes et la droite. Des réformettes sans ambition, sans vision. Une gauche qui vote des acquis sociaux à crédit et une droite qui baisse les impôts, à crédit aussi. heureusement qu'ils ne gèrent pas mon budget cela fait bien longtemps que je ne mangerai plus à ma faim
a écrit le 30/12/2019 à 16:00 :
bonjour, il faut tenir quand on voit comment cela se passe au niveau le plus haut, indifférence de la part de ces individus incapables de situer les vrais problèmes, et surtout incompétent dans la gestion pour calmer une hargne qui dure depuis plus d'un an
a écrit le 30/12/2019 à 15:28 :
Tu parles, il s ' agit là encore d' animer le sketch des fausses oppositions avec un syndicalisme quasiment sous contrôle.

A l' usage donc de ceux qui s 'insurgent par le déni sur le financement de syndicats par le mécanisme de la CES, je dédie ces qqes mots.

Commençons par énumérer les syndicats principaux: CGT-FO-CFDT-CFCT-UNSA En fait tous ces syndicats font partie d'un consortium appelé CES: Confédération Européenne des Syndicats. Il s'agit d'un regroupement de syndicats de beaucoup de pays. Elle représente les intérêts des travailleurs auprès des institutions européennes. Cette confédération soutient l'Euro et a refusé de prendre position contre la loi travail. Mais pourquoi ne pas prendre position contre cette réforme? Eh bien, cette confédération est financée par la commission européenne qui fixe elle-même les réformes types loi travail. Pour toucher des subventions il faut que cette confédération soutienne la construction européenne.
Il semblerait d'après des spécialistes qui ont écrit un article que la CES toucherait 70% de son budget de l'Union Européenne même si ces informations résident dans une opacité totale. Donc, nous avons des syndicats qui sont subventionnés par la commission européenne pour se mobiliser et mobiliser leurs syndiqués contre des réformes ordonnés par les GOPE -grandes Orientations de Politiques Économiques fixées par la Commission Européenne-.

GOPE "La feuille de route économique et sociale d’« Emmanuel Macron » est mise à jour : les grandes orientations des politiques économiques (GOPÉ) 2018-2019"

Cela expliquerait pas mal de contradictions, le fait qu'ils échouent, qu'ils incitent leurs syndiqués ainsi que les autres salariés à manifester contre le président et son monde mais pas contre Bruxelles et la commission européenne.

La CES a apporté son soutien au OUI du Référendum sur le 3ème mémorandum d'austérité imposé par l'Union Européenne à la Grèce, au côté de la troïka. Elle a également milité pour le Oui au traité constitutionnel Européen et au traité de Lisbonne. Doit-on davantage développer ? Bruxelles, MACRON l' européiste, le financement des syndicats (sauf SUD car j' y tiens) pour partie par la CES -confédération européenne des syndicats-, chercher c' est trouver le lien qui hypothèse le conflit d 'intérêt..
CQFD-

En faut-il davantage ..? Alors l' UE, stop ou encore .. UPR, FREXIT, vite ..
Réponse de le 30/12/2019 à 18:35 :
Les slogans simplistes (vite sortons de l'Europe et tout ira mieux comme par miracle), c'est une chose, mais il va surtout falloir que l'UPR se choisisse une autre mascotte qu'un vieux haut fonctionnaire fatigué et un peu dépassé par les événements comme Asselineau...
a écrit le 30/12/2019 à 15:21 :
La montagne macronienne va accoucher d'une souris. Un régime "universel" à trou avec une multitude de régimes "d'exception"....ça fait cher payé en grève pour une réforme si limitée!
a écrit le 30/12/2019 à 14:09 :
La vérité, c'est que le mouvement se délite progressivement, à 32,5% de grévistes parmi les conducteurs, près des 2/3 ont repris le travail depuis le 5/12. Il est évident que comme en 2010 et 2018, l'exécutif a gagné la partie. La loi de service garanti de 2007 a permis une bonne information des usagers qui ont pu mettre en place les solutions alternatives nécessaires, et le pays n'a pas été bloqué comme en 1995. Il faudra que les syndicats, CGT en tête, expliquent aux salariés pourquoi ils les ont laissés s'engager dans un conflit sans issue, car de toutes façons le report de l'âge de la retraite de 2 ou 3 ans et, par équité, la fin des régimes spéciaux trop favorables, sont inéluctables. La réforme de la retraite par points, par contre, elle, n'a rien d'indispensable.
Réponse de le 30/12/2019 à 14:35 :
Une grande partie des grévistes se sont mis en arret maladie ou en vacances pour ne pas perdre d'argent,et on les comprend!Le taux véritable de grévistes est donc plus important.La preuve,peu de trains et de métros circulent.

Le gouvernement Macron est mal en point,il donne l'impression de ne plus s'occuper des affaires du pays.Ou est Bruno Lemaire?En vacances lui aussi?

Il faut un gouvernement d'union nationale qui s'appuie sur des gens d'expérience:Ségolène Royal,Laurent Fabius ou Alain Juppé.
Réponse de le 30/12/2019 à 14:52 :
Que quelqu'un s'affichant sympathisant du PS trouve normal que des grévistes volent les salariés en se faisant passer pour malade, de façon à se faire payer leurs jours de grève par les assurés sociaux, en dit long sur la perte de valeurs morales, civiques et républicaines d'une gauche tombée bien bas, qui ne représente plus le peuple mais seulement une petite monarchie...
Réponse de le 30/12/2019 à 17:44 :
La difficulté des chiffres est que les grévistes CGTistes qui se sont fait porter pâles ne vont jamais obtenir l'autorisation d'un médecin sérieux pour reprendre leurs activités.. dès lors, comment les comptabiliser? Et peut-on sérieusement considérer Ségolène Royal dans un futur gouvernement, elle qui vient de louer un iglou en Terre Adélie, avec pour objectif louable d'apprendre la langue phoque, pour justifier de son activité passée avant son interrogation devant l'Assemblée?
a écrit le 30/12/2019 à 13:28 :
90 % des français se moquent des voeux de Macron qu' ils n' ont pas voté. Le secrétaire général de la CGT souligne quant à lui que, « si enlisement il y a, c’est le gouvernement qui l’aura décidé ». Au quatrième jour d’un mouvement social qui a fait descendre plus de 800 000 personnes dans la rue jeudi et fortement perturbé le trafic SNCF et RATP, le responsable syndical estime que « la balle est dans le camp du gouvernement ». Source : France info (8 décembre) En réalité, comme pour les autres manifestations d’importance de ces dernières années, le syndicat voudra plier bagage dès que la contestation populaire se sera calmée.
On peut cependant parier que la CGT, comme les autres syndicats jaunes affiliés à la Confédération européenne des syndicats (CES), visionner "les syndicats sont financés par l' Europe et cachent son influence politique"
est particulièrement édifiant pour découvrir qui cache l' origine des problèmes économiques et sociaux du pays, celui là-même qui donne les instructions au pays.

La CGT ne va donc pas s’opposer dans la durée aux réformes voulues par la Commission européenne, qui la nourrit. Pas étonnant que la CGT perde des adhérents...
Réponse de le 30/12/2019 à 14:00 :
Les syndicats se sont mis en ordre de bataille en quelque sorte pour essayer de reprendre la main, mais il y a un hic; ils y sont quelque part obligé car le malaise et la rage sont là: ils doivent suivre sous peine d'ètre débordés, et grillés
Ca va ètre du sport dans les semaines à venir!
a écrit le 30/12/2019 à 13:28 :
Macron essaye de transférer une partie de nos acquis sociaux aux paysans et travailleurs indépendants.Normal qu'on ne se laisse pas déposséder.Notre grève est juste.
Réponse de le 30/12/2019 à 14:21 :
A 'retraité RATP'. Vous êtes des égoïstes. Vous voulez torpiller le système de retraite et ses réformes pour protéger vos trop généreux acquis. J'ai un oncle ancien machiniste-receveur à la RATP, parti en retraite à 50 ans et qui se la coule douce dans le Gers. Honteux, et ce sont nous les contribuables qui finançons votre système déficitaire. STOP
a écrit le 30/12/2019 à 13:11 :
Imaginez Martinez et ses troupes rouge, verte et jaune au pouvoir , ce serait la terreur ...
a écrit le 30/12/2019 à 12:45 :
Qu'il rase d'abord toute la partie droite de sa moustache, Caramade Martinov,

S'il respire mieux, il pourra raser toute la partie gauche.
a écrit le 30/12/2019 à 12:25 :
Martinez est le meilleur agent électoral de Macron ; plus la chienlit sociale se propage , activée par la CGT et autres syndicats marxistes , plus l'opposition politique parlementaire se montre effrayée et incapable de proposer quoique ce soit pour une alternative politique de sortie de crise . du RN à LFI en passant par le moribond PS et le résigné LR et apparentés ,ils sont aux abonnés absents , fournissant à Macron la preuve implacable qu'en face de lui et son parti LREM , c'est le néant ...
l'opportuniste saura en profiter pour finalement conforter une fois encore une "majorité par défaut ", mais complètement légitime .
a écrit le 30/12/2019 à 12:01 :
Enfin, la concurrence.
A partir d’après-demain, voici enfin la concurrence. Ils ne s’en rendent vraiment pas compte les amis du Moustachu ni ceux de l’homme à la casquette ???
Tant pis pour eux, tant mieux pour nous...
a écrit le 30/12/2019 à 12:01 :
Le discours de Macron devra tenir compte d'une situation inédite implacable en 2 chiffres :

1er chiffre :
77 % des Français soutiennent la grève générale, et approuvent les grévistes multi syndicats et ceux non syndiqués auxquels il convient d'ajouter les gilets jaunes

* observation : il n'y a pas de grève uniquement "retraite", il y a une grève généralisée

2ème chiffre :
95,8 % des adhérents LREM désertent le bateau qui coule, c'est ce qui ressort de la dernière assemblée générale des LREM, seulement 4,2 % des adhérents se sont manifestés ;

Le Modem n'existe plus politiquement, il ne reste que des mis en examen et un président de micro-groupe parlementaire désuet qui a fait faillite en Savoie dans le carrelage !!!

Dans ces conditions, Macron Président n'a plus rien à dire, il a juste à annoncer la dissolution de l'Assemblée Nationale en faisant le constat de l'échec monumental et du désaveux absolu du gouvernement Philippe -)
Réponse de le 30/12/2019 à 13:01 :
Macron doit faire ce pourquoi il a été élu, c.à.d. faire des réformes pour baisser les dépenses et dans un premier temps équilibrer le budget qui va encore être en déficit de 108 Milliards cette année ce qui est à rajouter au stock de déficit des années précédentes de plus de 2000 Milliards d'Euros . Après, qu'il ne soit pas élu de nouveau n'est pas en problème en soi. On en choisira un autre qui ne nous vendra pas non plus des rêves utopiques de la gauche et de l'extrême droite.
a écrit le 30/12/2019 à 11:36 :
La Lrem et son chef jupitérien est une expérience qui s'achèvera dans un désastre électoral équivalent à la fulgurance de leur victoire.
Tout ce petit monde, élu sur un malentendu, a cru que le rejet des autres lui donnait les pleins pouvoirs alors que réellement 1/4 seulement de la population le soutenait. L'Etat actuel, c'est technocratie, démagogie, égo, godillots, tout ce que détestent les Français. Cela signifie la fin de la Lrem et une sortie de Macron façon Giscard.
Réponse de le 30/12/2019 à 13:08 :
Vous remettez là en cause le système démocratique. Le système démocratique Français tel qu'il est accepté, a élu Macron sur un programme et son élection a été confirmé par les législatives. Il lui est donc légitime et salutaire qu'il le respecte. Dans ce système à 2 tours avec 3 grands courants, il est impossible qu'au premier tour pour un candidat d'avoir une majorité.
Réponse de le 30/12/2019 à 20:49 :
Je vous parie une bouteille de RUINART blanc de blancs que non seulement TRUMP sera réélu en 2020 mais MACRON aussi en 2022 . Vous pariez ???
a écrit le 30/12/2019 à 11:20 :
Martinez: le gars qui représente à peine 430 000 adhérents et qui se permet de donner des ordres à un président élu au suffrage universel. La petite grenouille qui a la prétention de se faire plus grosse que l'éléphant... très français.
Réponse de le 30/12/2019 à 12:29 :
Élu au suffrage universel ? Avec moins de 50% du corps électoral ? Il n’a aucune légitimité ce Président 18%...
a écrit le 30/12/2019 à 11:18 :
Le gouvernement a fait une trêve unilatérale avec quelques syndicats réformistes et la CGT s'évertuait à bloquer le pays quitte à mettre la pression sur les non grévistes.
Martinez est un triste sire: aucun charisme, aucune intelligence.
Avec l'arrivée de la concurrence, son pouvoir de nuisance va se réduire drastiquement.
Enfin!
a écrit le 30/12/2019 à 11:14 :
Moi perso je renonce à ma retraite, trop d'études et de chomage, je vais devoir bosser jusqu'à plus de 70 ans, c'est débile...

Du coup certains ajustement devrons être fait avant: préparer une vie avec le RSA comme revenu (déjà fait, très dure psychologiquement mais écologiquement radical!)

Et quand tout sera prêt, basta le monde du travail!
a écrit le 30/12/2019 à 11:13 :
Au soir du 31 décembre 2019, le discours du Président sera divisé en 2 parties :

a) une logorrhée soporifique pour les curieux qui vont l'écouter, rien ne nous oblige à devoir l'écouter, laissons les journalleux bas de gamme des radios et des télévisions l'écoute puis commenter dans le vide en lisant dans le vide les prompteurs de l'Elysée

b) des messages subliminaux primeurs pour rassurer les fonds de pension d'outre atlantiques et d'orient
Réponse de le 30/12/2019 à 13:20 :
Dans un système à répartition , il n'y a pas de place pour les fonds de pension. Arrêtez avec ce fantasme. Par ailleurs si on avait des fonds de pension, ils investiraient dans nos entreprises et nous serions le bénéficiaires des profits de nos entreprises. Actuellement ce sont le Anglosaxons qui se délectent comme des ours qui ont vu du miel. Mais comme vous ne savez sans doute pas, Il y a déjà 3 simili fonds de pension en France : AGIR-ARCCO géré par les syndicats qui ont créé un âge pivot de.....64 ans , L'ERAFP retraite additionnelle de la fonction publique qui reçoit 1 Milliard d'Euros par an et qui est géré par la CGT, FO ..., et la PREFON créé en 1964 par FO, CFDT, CFTC, CGC avec le concours des assureurs privés.
a écrit le 30/12/2019 à 11:05 :
Des concessions , encore des concessions, une réforme vidée de son sens et qui va coûter des milliards aux contribuables. Après l'épisode des gilets jaunes et de la gestion catastrophique du gouvernement, il serait temps d’arrêter le massacre , Macron doit redescendre de l'olympe et engager des réformes mieux préparées.
a écrit le 30/12/2019 à 10:48 :
comme macron nous enfume 'il ne devait pas toucher aux 62 ans et se moque du peuple inutile d'ecouter ses vœux
a écrit le 30/12/2019 à 10:29 :
Que pouvons nous attendre d'un Président isolé ?

Son grand débat de blas blas de poncifs de la plus grande vacuité, il a été inutile et ruineux en déplacements totalement improductifs ; le seul résultat c'est l'échec total du gouvernement.

Il est illusoire d'attendre quoi que ce soit d'un discours du 31 décembre après son silence insultant de Noël.
Réponse de le 30/12/2019 à 13:25 :
Donnez nous le nom d'un seul président Français qui ait adressé ses voeux pour la Noël. Les voeux du président a traditionnellement toujours eu lieu pour le réveillon du 31 décembre.
Réponse de le 30/12/2019 à 20:53 :
Voudriez vous des voeux pour l'aid ou yom kippour ? Moi non , nous sommes dans un pays laique et non une dictature religieuse ..
a écrit le 30/12/2019 à 10:04 :
cyrano, fma, britannycus, black rock vous remercie de vos commentaires et de l'assistance psychologique positive au sujet de leur projet d'une main mise sur la galette de 300 milliards d'euro, cette société, les banques et les assurances, remercient aussi le larbin en chef pour le travail en cours.
Macron et son gang, à votre différence, iront eux, toucher en pantouflant dans une boite à leur sortie dans le privé le salaire de leur privatisation des retraites : tant qu'à vous regardez bien le cours de la roulette de la bourse, votre retraite sera la mise en jeux.
Réponse de le 30/12/2019 à 11:23 :
Ridicule. Personne ne vous obligera jamais à investir vos économies dans un fond d'investissement. La retraite en France reste par répartition. Arrêtez de jouer à vous faire peur et de croire ce que vous trouvez sur les réseaux sociaux, vous allez atraper un ulcère inutilement.
a écrit le 30/12/2019 à 10:02 :
LE voeux que beaucoup souhaitent : " j'ai décidé de me retirer pour incompétence notoire" !!!
a écrit le 30/12/2019 à 9:56 :
La CGT n'est t’elle pas en train de se prendre les pieds dans son propre calendrier? La date du 05 décembre, date du début de la grève illimitée n'a pas été choisie par hasard par les organisations syndicales opposées à la reforme des retraites. En choisissant cette date, elles pensaient que le gouvernement allait céder avant Noël pour ne perturber les fêtes de fin d'année (10 à 15 jours seraient suffisants pour faire plier le gouvernement). Ce n'est pas tout à fait le scénario en cours, d'où les interventions ces derniers jours de Philippe Martinez sur les médias pour dénoncer le pourrissement du conflit par le gouvernement. Les syndicats contestataires sont pris à leur propre piège, comment maintenir la pression syndicale alors que dans le même temps, la décrue certes lente du nombre de grévistes ne cesse de s'amplifier. Le gouvernement a son propre calendrier qui n'est pas celui des syndicats contestataires. Il faudra surement attendre la semaine du 06 au 12 janvier pour avoir une idée plus précise de l'issue de ce conflit qui commence à s'éterniser un peu.
Réponse de le 30/12/2019 à 11:26 :
La CGT ne représente plus grand chose: 430 000 adhérents à peine, elle se prend pelle sur pelle aux élections professionnelles. Il fait bien qu'elle gesticule pour prouver qu'elle est encore en vie.
a écrit le 30/12/2019 à 9:52 :
Ce syndicat ne veut rien négocier, son seul objectif c'est la création d'un état de type socialiste des années cinquante. Alors même si ce syndicat a peu avoir des à son palmarès des victoires bonnes et un rôle parfois à saluer, il est dans le siècle dernier.
a écrit le 30/12/2019 à 9:51 :
8 français sur 10 soutiennent la grève générale et jugent que Macron est un mauvais président,

Au delà des sondages réalisés par les instituts de sondage, des consultations de masses, en ligne, permettent d’avoir une idée de l’état de l’opinion. L’hebdo Le Point a interrogé sur son site internet avec une question simple “soutenez vous les grévistes ?”,

et sur les plus de 80 000 réponses recueillies, 80 fois la taille des échantillons des instituts de sondage, le soutien est massif à plus de 77%..
Source le Point rapportée par Agoravox

Frappé du syndrome de Ceaucescu, Macron apeuré devrait :
- retirer au plus vite tout le projet de destruction des retraites des Français,
- et, dans la foulée, annoncer l'organisation d'un référendum sur le Frexit pour demander au peuple français - dont il n'est que le serviteur théorique - ce que celui-ci décide pour son avenir.

Faute de prendre ces deux mesures très puissantes, Macron est au mieux condamné à terminer sa présidence de façon honteuse, dans un climat proche de la guerre civile.

Mais terminera-t-il vraiment cette présidence calamiteuse ?
Réponse de le 30/12/2019 à 10:05 :
Propagande de l'UPR qui essaie d'exister avec des chiffres et idées totalement fausses.
Réponse de le 30/12/2019 à 11:31 :
"8 français sur 10 soutiennent la grève": ben tient, c'est le même institut de sondage Coréen du nord qui prétendaient que 9 français sur 10 soutenaient les GJ, alors qu'en fait c'était moins de 30% ? Ce genre de fake grossier la Spoutnik ne trompe personne. La présidence Macron s'achèvera en 2022, comme tout gouvernement légitimement élu, n'en déplaise aux aspirants factieux de tout poil.
Réponse de le 30/12/2019 à 11:49 :
8 Français sur 10 soutiennent la grève " générale ". Apprenez à compter mon brave!
Réponse de le 30/12/2019 à 12:32 :
Le petits européistes sont tétanisés en défense d' une macronie en en mal d' exister et en pleine déliquescence. Le rem sont tellement fiers de leur parti qu' ils ont pour consigne de ne pas l' afficher ni le nommer dans les petites villes aux municipales. On savait que Macron avait les GOPE honteuses et on sait à présent que Lrem à peur de se citer, ca augure de très belles choses à venir...
a écrit le 30/12/2019 à 9:41 :
Philippe Martinez est espagnol, on devrait le renvoyer en Espagne, en Andalousie par exemple (Chomage = 22%), avec Anne Hidalgo. La-bas, tout le monde est assiste, il n'y a pas de travail, pas d'investisseur, le Bonheur pour la CGT. D'ailleurs, Podemos y recherche un representant..
a écrit le 30/12/2019 à 9:30 :
Les bons voeux du Président risquent fort d'être dans le verbiage auquel il nous habitué, nous dirons même "bassiné" ;

mais ... ses bonnes résolutions utiles pourraient être tirer les conséquences de l'ECHEC TOTAL du 1er ministre et de limoger ce gouvernement dont les membres bricolos inexpérimentés se contredisent et racontent des balivernes incohérentes ;

Espérons qu'il voit le chaos dans lequel la France est entré sous sa Présidence, s'il n'est pas capable de trancher dans le vif, ca va mal tourner, la France va sombrer dans une guerre civile qui est en germe puisque les policiers tirent sur les civils pacifiques comme en Syrie et en Turquie.
a écrit le 30/12/2019 à 9:08 :
Depuis l'après seconde guerre mondiale la France est resté mi communiste, mi libérale, c'est un choix. Certains secteurs stratégiques sont toujours controlés par des influences communistes, dans les pays anglo-saxon c'était hors de question depuis 1945.
a écrit le 30/12/2019 à 9:05 :
le chef de l'etat presente ses voeux a la nations il n'a pas a intervenir dans le bras de fer tetu du bouldogue Martinez qui sait tres bien que la reforme ne le concerne pas ni meme la moitie des cheminots vu la date d'application d'autant que les regimes dit"speciaux" tomberons d'eux meme la cgt et sud sont juste la pour "foutre le "b;;;;;" et se rappeler aux gens comme quoi ils existent!!!! pour manifester fermer des usines et mettre du personnel au chomage
a écrit le 30/12/2019 à 8:48 :
Chacun verra ce conflit avec ses propres lunettes mais les miennes m'envoient l'image d'un poisson à moustaches, probablement un poisson chat, voire un silure, sorti de l'eau, qui tente désespérément de respirer encore par l'ultimes soubresauts. Son compte est bon, mais comme chacun sait, le poisson chat n'est guère appétent. Vivant à la campagne, je pourrai m'en débarrasser dans un coin du bois, où il sera sans doute dévoré par un sanglier. Notre chef de l'état, bien sûr, n'en a cure. tout cela ne devrait pas perturber notre réveillon. Et il y aurait une certaine impolitesse que de couvrir en ces jours de fêtes le sort de ce pauvre siluriforme, en dépit de son intérêt pour la biodiversité et les espèces qui viennent du fin fond des âges..
a écrit le 30/12/2019 à 8:07 :
Les conséquences de cette guerre interne entre Martinez et Brun pour a direction de la CGT a assez duré. Le faux nez de la grève par procuration ne fait plus illusion qu'auprès de quelques centaines de gilets jaunes jobards et indécrottables.Même Berger a compris, mais un peu tard, qu'il s'était laissé berner par la CGT, mais il ne sait plus comment en sortir désormais. Un peu tard, en effet... Les privilèges des cheminots doivent être financés par eux-mêmes, pas par les "autres", c'est à dire pas par nous !
a écrit le 30/12/2019 à 8:01 :
" ... attendant une initiative du chef de l'Etat. " ...!?! c'est faire fi de l'orgueil et du nombrilisme de ce personnage qui n'est pas animé par l'intérèt de la nation mais par le désir puéril de se construire une envergure de grand chef d'état qu' il n'aura jamais !
a écrit le 30/12/2019 à 3:37 :
Le roitelet se fout du peuple de France. Completement. Seul compte l'argent.
Réponse de le 30/12/2019 à 8:11 :
@matins calmes : mais oui, pour la CGT et ses succédanés, seul compte l'argent qu'ils imposent aux autres de leur donner, pour le propre confort des corporations privilégiées du secteur public monopolistique : cheminots, agents RATP et EDF... !
Réponse de le 30/12/2019 à 9:56 :
Oui mais c’est bel et bien l'appartenance de la France à cette structure tyrannique qu' est l' Ue des GOPE qui entraine les Français dans la spirale de l’appauvrissement sans fin et de l’austérité.
Réponse de le 30/12/2019 à 11:44 :
@ Britannicus. Comment vous expliquer ? Vos enfants si vous en avez dans trente ans peut-etre ?
Réponse de le 30/12/2019 à 20:59 :
à matins calmes :
mes enfants ont compris et se sont barrés ailleurs pour leur plus grand profit perso et financier ; et non ils ne sont pas en Corée .
a écrit le 30/12/2019 à 0:59 :
Le Seul à s'Amuser et à Tant Jouir, est toujours ce Martinov Communiste.

Il ne vit que ! pour çà, et payé très cher en argent et en nature.
a écrit le 29/12/2019 à 23:50 :
C'est un bras de fer entre Martinez et Macron, celui qui cède a perdu, le premier sa crédibilité dans le monde syndical et le second sa réélection en 2022.
Réponse de le 30/12/2019 à 8:03 :
....ET surtout sa crédibilité en tant que chef d'état alors que jusqu'a présent son oeuvre tangible se résume a avoir incendié le pays !
Réponse de le 30/12/2019 à 10:12 :
C'est certain quand on ne fait rien, on ne risque pas grand chose, à part peut être une bonne reconnaissance des français, comme ceux qui explosent les compteurs de popularité après s'être retirés de la vie polique ou même d'être morts. On a le même phénomène avec la personnalité soit disant préférée des français qui est un chanteur qui ne fait plus rien ou presque depuis bientôt vingt ans!
a écrit le 29/12/2019 à 22:49 :
En 3 mots : Méprise, Orgueil, et Bordel !
a écrit le 29/12/2019 à 22:20 :
Référendum sur l'encadrement du droit de grève dans la fonction public, comme dans la majorité des démocratie et des pays développés!
a écrit le 29/12/2019 à 22:02 :
On ne vous dit pas tout mais on vous survend le sketch de Martinez (dont le syndicat est financé en arrière-plan par la CES, confédération européennes des syndicats!) opposant à Macron l' européiste ...

Réforme des retraites : l’UE encourage Macron, qui sera fragilisé en cas d’échec Plusieurs observateurs européens saluent le courage du président français, qui a pris ce dossier à bras-le-corps, mais ils s’interrogent sur sa méthode peu lisible et faite d’hésitations et d’à-coups. Le journal belge le Soir affirme qu’Emmanuel Macron joue son quinquennat sur ce sujet. Et comme les agendas des réformes en France et en Europe sont étroitement liés, un échec sur les retraites fragiliserait Emmanuel Macron sur la scène européenne.
Source : France info (5 décembre) Rien d’étonnant à ce que l’UE soutienne Macron sur le dossier des retraites : la réforme obéit exactement à ce qui est demandé dans les GOPÉ! adressées par Bruxelles à la France, UE qui soulignons le, tient la main à Macron sur ce sujet comme sur les autres...
a écrit le 29/12/2019 à 21:25 :
Martinez financé par la CES -confédération européennes de syndicats-finira par se coucher face à Macro l' européiste dès que la rue va s' essouffler..
L' autre vérité est qu’il n’y a pas de problème de financement des retraites à l’heure actuelle en France, et que les Français ne demandent globalement aucune modification du système en vigueur.

Le fonds de garantie des retraites, mis en place sous Lionel Jospin, allié aux fonds constitués par les différentes catégories professionnelles assurent, en effet, largement la viabilité financière de l’assurance vieillesse telle que nous la connaissons.

En s’attaquant aux retraites, le gouvernement créé un faux problème, tout en mettant sous le boisseau les vrais problèmes, bien réels, que les Français doivent affronter :
– l’appauvrissement massif de la population,
– un chômage structurel de l’ordre de 10% de la population,
– la désindustrialisation,
– la dégradation des équipements et infrastructures publics,
– le démantèlement des services publics,
– ou encore les guerres incessantes conduites par la France qui occasionnent flux migratoires incontrôlables et drames humains.

Alors même que l’exécutif est très bas dans les sondages d’opinion, la prétendue réforme des retraites apparaît comme socialement injuste et politiquement déraisonnable.

Elle est la preuve que ce n’est pas le gouvernement qui fixe l’agenda politique du pays, mais une force qui lui est supérieure et qui, depuis Bruxelles, Francfort et Washington, impose ses volontés au peuple français.. F Asselineau ..
a écrit le 29/12/2019 à 20:47 :
Ils sont dans la rue mais tous n' ont pas encore formellement identifié la cause .

Car il faut faut défiler à Bruxelles puisque l' UE est seule responsable de la précarisation des retraites en France via l' article 121 du TFUE.
Aucun postulant à la présidentielles ni aux européenne n' a dénoncé les GOPE -baisse des retraites délocalisations privatisations- de l' union européenne!

Seul F Asselineau l'a fait AVANT les présidentielles et le flinguage des retraites est le résultat de la politique néolibérale de l' UE que Macron l' européiste -qui n' est sur ce coup comme sur tous les autres que le simple exécutant testamentaire de Bruxelles- fait passer en force. Macron comme les gouvernements précédents pensait venir à bout de la crise parce qu' il tenait les corps intermédiaires, notamment la tête des syndicats à l' exception notoire de SUD mais visiblement la perle " François Asselineau - Les syndicats jaunes " tend à devenir virale.
et le syndicaliste prenant enfin conscience d' être depuis longtemps abusé ne semble pas vouloir lâcher prise.

Car contrairement à ce qu’affirme la prétendue « opposition », FI et RN en tête, la « réforme » en novlangue bruxelloise – entendre le saccage – des retraites n’est pas une idée de Macron et de Philippe mais une exigence de la Commission européenne.

Elle est formulée depuis plusieurs années dans les rapports annuels des « Grandes orientations des politiques économiques » (GOPÉ) en application de l’article 121 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne dont le but prétendu est d’assurer la viabilité de l’euro à long terme en imposant des mesures de « convergence économique » entre les États membres.

Les GOPÉ publiées en 2018 précisaient en particulier que « l’alignement de différents régimes de retraite des secteurs public et privé réduirait de plus de 5 milliards d’euros les dépenses publiques à l’horizon 2022 » et préconisaient en conséquence d’« uniformiser progressivement les règles des différents régimes de retraite ».

L’UPR demande à ce propos au gouvernement d’aligner les retraites de nababs des hauts fonctionnaires européens et des députés français sur le régime général.

C’est donc moins contre Macron et Delevoye le démissionné– qui ne sont que des exécutants – que contre l’Union européenne que les Français doivent défiler. Car c’est bel et bien l’appartenance de la France à cette structure tyrannique qui entraîne les Français dans la spirale sans fond de l’appauvrissement sans fin et c' est bien une politique néolibérale que Macron fait passer en force qui est en réalité l' objet du rejet..
CQFD-
Réponse de le 30/12/2019 à 7:46 :
0.92% CQFD.
Vous répétez à longueur de temps les mêmes inepties .
Réponse de le 30/12/2019 à 9:46 :
@gepitau de temps de parole, c' est à peu près ça ! D' ailleurs pourquoi vous vous agacer sinon parce que ça monte fort à l' UPR alors que les partis européistes accrédités dans la presse subventionnée et les fake oppositions européistes sont ceux qui ont envoyé le pays dans le mur, permis de faire élire Macron et sont responsables de tous les dommages collatéraux d' aujourd' hui ?
On ne vous dit pas tout mais cette réforme cache la véritable intention de Macron l' européiste , dériver les fonds vers le privé et dissimuler autant que faire ce peut et aussi longtemps que possible, le véritable donneur d' ordre, l' UE dont le seul rôle se résume à paupériser le pays.

Réforme des retraites : l’UE encourage Macron, qui sera fragilisé en cas d’échec Plusieurs observateurs européens saluent le courage du président français, qui a pris ce dossier à bras-le-corps, mais ils s’interrogent sur sa méthode peu lisible et faite d’hésitations et d’à-coups. Le journal belge le Soir affirme qu’Emmanuel Macron joue son quinquennat sur ce sujet. Et comme les agendas des réformes en France et en Europe sont étroitement liés, un échec sur les retraites fragiliserait Emmanuel Macron sur la scène européenne.
Source : France info (5 décembre) Rien d’étonnant à ce que l’UE soutienne Macron sur le dossier des retraites : la réforme obéit exactement à ce qui est demandé dans les GOPÉ adressées par Bruxelles à la France, UE qui soulignons le, tient la main à Macron sur ce sujet comme sur les autres.

Il n' y aura pas de solutions sans Frexit, UPR, vite.
Réponse de le 30/12/2019 à 12:36 :
@gepitau : un score n’est pas représentatif d’une idée. C’est comme critiquer quelqu’un pour son physique et tourner ainsi en ridicule sa pensée. Ainsi, vous ne répondez pas à ce que disent les commentaires : en quoi ont-ils tort ou raison ?
Si je dois vous juger par votre commentaire, imaginez la note que vous obtiendriez...
a écrit le 29/12/2019 à 19:58 :
et aux stewards et hotesses de l'air , et aux controleurs aériens : bref à beaucoup trop
Et on ne parle pas ici des députés , ni des ministres ni des sénateurs .Cette réforme est morte , pas besoin de la retirer , le gouvernement l'a tué .
a écrit le 29/12/2019 à 19:51 :
Le combat est inégal car d’un côté vous avez des syndicats, certes déterminés mais qui n’ont pas compris qu’ils ont en face d’eux un président tout puissant et son méga parti, qu’ils n’ont pas d’opposition pour les soutenir et surtout que les français sont désormais habitués à un climat d’agitation, depuis un an que dure le mouvement des gilets jaunes. Ils risquent donc de « manger leur chemise » car, de l’autre côté, Macron, lui, peut se permettre s’il le faut d’attendre encore un mois ou 2 que les choses se calment et alors, en faisant quelques concessions symboliques et en répétant que cela lui coûte de les faire (comme s’il avait perdu), il réussira bien sûr à faire passer sa réforme. Le combat est donc inégal et la retraite par points sera sans doute, même si le bras de fer continue un peu, notre lot quotidien et ce même si certaines professions seront peut-être lésées par cette réforme.
Réponse de le 29/12/2019 à 21:04 :
Macron n'a plus le temps, les municipales sont torpillées par les maladresses du 1er Ministre, les fantaisies des verbiages incessants incohérents des ministres, les bavardages puériles des députés LaREM Modem, et ... les frasques de Delevoye DéMASQUé es qualité d'agent secret des fonds de pensions d'outre atlantique fort malveillants.
a écrit le 29/12/2019 à 19:35 :
Le problème c'est la confiance; Plus personne n'a confiance dans ce gouvernement et ce président. Seul moyen pour retrouver un peu de confiance serait de stopper la réforme et de changer de premier ministre. cela, Macron ne l'acceptera jamais, voir l'incapable de Castaner. Alors continuons le combat comme dirait l'autre... et vive le bordel.
a écrit le 29/12/2019 à 19:31 :
Ce qui est inquiétant c'est qu'il attire le mauvais sort lorsqu'il décide de parler, la dernière fois c'était une cathédrale qui en faisait les frais!
a écrit le 29/12/2019 à 19:02 :
Ne vous occupez plus du ton des grévistes : réquisition et licenciement des réfractaires. Le reste ne nous intéresse pas
a écrit le 29/12/2019 à 18:53 :
Ne nous trompons pas, les "vœux de nouvel an" doivent s'adresser aux Gilets Jaunes dont les Syndicats ne sont qu'une trêve!
a écrit le 29/12/2019 à 18:43 :
les responsables au pouvoir en marche se discréditent et déçoivent aux yeux des français ils ne font pas de la poiltique des ( VAUBAN ) et n ont pas le sens du commun
a écrit le 29/12/2019 à 18:43 :
les responsables au pouvoir en marche se discréditent et déçoivent aux yeux des français ils ne font pas de la poiltique des ( VAUBAN ) et n ont pas le sens du commun
a écrit le 29/12/2019 à 18:28 :
Le discours du Président sera centré sur 3 constats :

1- la pagaille consécutive au mode de gestion désordonné du sujet retraite par le le 1er ministre et son gouvernement ;

2 - les multiples explications contradictoires et fantaisistes des membres bavards du gouvernement, et d'une poignée de Députés amateurs infntils macroniens, ajoutés aux affaires de Delevoye ont complètement plombé le projet qui est devenu de facto mort né ... c'est un projet avorton remarquable ;

3 - Lors de la dernière assemblée générale des LREM, seulement 4,2 % des adhérents se sont manifestés, en creux 95,8 % des adhérents LREM désertent le bateau qui coule ;

Le Président va devoir en prendre acte et en tirer toutes conséquences :

a) La Présidence Macron se trouve totalement décrédibilisée, ils sont entachée pour toute la fin du mandat

b) Le 1er ministre et son gouvernement ne font plus l'affaire, ils sont incapables de se gérer entre eux, c'est la CHIENLIT

c) Les Municipales sont plombées pour les candidats qui se présenterons sans "étiquettes" au grand jour ou "dissimulés" derrière les "sans étiquette !!!"

Que cela finisse par une dissolution de l'Assemblée Nationale ne serait pas surprenant !
Réponse de le 29/12/2019 à 19:17 :
En plus je pense que l'erreur vient du Ministre de l'intérieur qui annonce avant tout le monde que la Police concernera tous ses avantages pour la retraite. A partir de ce moment là, j'ai compris que la réforme des retraite était déjà faussée.
a écrit le 29/12/2019 à 18:21 :
Si le moustachu bossait comme des dizaines de milliers de franciliens il fermerait da grande gueule .selon les sondages, il sait que 75% des adhérents cégétistes votent FN, ce qui explique son jusquaubotisme de type populiste. Pour la revanche frontiste, il faudra qu'il piaffe pendant 2 ans.
a écrit le 29/12/2019 à 18:05 :
Liberté - Egalité - Fraternité. Les devises de la France et pourtant que d'injustices!
Il faut reprendre à zéro la réforme des retraites: Il faut absolument que les forces régaliennes, c'est à dire les forces de polices (gendarmerie, police, douane, gardiens de prison ainsi que les petits danseurs de l'Opéra) voient leurs statut et avantage de retraite mis sur la table comme le reste du peuple français.
Ou alors tout arrêter et augmenter les cotisations comme la dit la CFDT. Tant pour les capitalistes si les français dépenserons moins.
a écrit le 29/12/2019 à 17:56 :
On peut espérer que, le 31 décembre à 20:00, notre Président annoncera la dissolution de l'Assemblée Nationale et des élections Législatives: la majorité silencieuse pourra enfin s'exprimer.
Les FN, LFI, NPA, LCR, UPR et consorts (sputnik ?) pourront sabrer ......
Cordialement

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :