Rétrospective 2016 (1) : François Fillon ou l'incroyable retour

 |   |  1288  mots
Revenu du diable vauvert, François Fillon sort vainqueur de la primaire de la droite avec plus de 66% des suffrages. Un phénomène rare en politique.
Revenu du diable vauvert, François Fillon sort vainqueur de la primaire de la droite avec plus de 66% des suffrages. Un phénomène rare en politique. (Crédits : REUTERS/Christian Hartmann)
C'est l'illustration moderne de la fable de La Fontaine "Le lièvre et la tortue". Parti très tôt dans la bataille pour la primaire de la droite, François Fillon a lentement et rigoureusement tracé son sillon. longtemps malmené dans les sondages, semblant écarté, il a finalement gagné dans la dernière ligne droite, envoyant à la retraite Nicolas Sarkozy et Alain Juppé.

Le 27 novembre 2016, François Fillon sort vainqueur de la première primaire de la droite et du centre avec 66,5% des voix, battant Alain Juppé (33,5%). Le « troisième homme - voire le « quatrième » parfois- prend ainsi une incroyable revanche sur ceux qui le surnommaient « mister Nobody ». Il faut dire que tous les sondages, jusqu'à la fin octobre au moins, pariaient sur un duel entre Nicolas Sarkozy, l'ancien chef de l'Etat qui rêvait de le redevenir, et Alain Juppé, l'ancien Premier ministre de Jacques Chirac qui pensait à 71 ans que son heure était enfin arrivée. Patatras ! Ces deux-là, tout à leur combat n'ont pas vu arriver le discret François Fillon.

Candidat à la primaire dès 2013

Pourtant, « l'homme de la Sarthe » a été le premier à annoncer sa candidature à la primaire de la droite, dès le 9 mai 2013. Et dès 2015, il déclarait « proposer un projet de rupture et de progrès avec l'ambition de faire de la France la première puissance européenne en dix ans ». De fait, François Fillon s'est discrètement mis au travail pour bâtir un programme, qualifié de très libéral. Dès le 25 juin 2014, ce programme était connu. Ce jour-là, l'ancien Premier ministre présentait ses mesures chocs dans le domaine économique et social : fin de la durée légale du travail ; passage aux 39 heures pour les fonctionnaires ; dégressivité des allocations chômage et nationalisation de l'assurance chômage ; suppression de l'ISF, réduction de la dépense publique de 100 milliards d'euros sur cinq ans, baisse du nombre des fonctionnaires, relèvement de deux points du taux de TVA, etc.

Sur la méthode aussi, François Fillon annonce la couleur, expliquant que s'il arrivait à l'Elysée il aurait déjà constitué à l'avance son gouvernement, "un commando de personnes qui savent exactement ce qu'elles doivent faire, et non des hommes et des femmes que l'on va chercher à la dernière minute et qui mettront six mois à découvrir la situation". Il se dit persuadé que les principales réformes doivent être engagées dans les "3 ou 4 premiers mois" du quinquennat et pour ce faire, il n'hésitera pas à recourir aux ordonnances.

Les entrepreneurs particulièrement choyés

Tout était déjà en place donc et durant deux ans, consciencieusement, François Fillon va dérouler ce programme, notamment économique cherchant à « bichonner » les entrepreneurs qu'il rencontre à diverses reprises. Ainsi, début février 2016 il présente au salon des Entrepreneurs ses mesures pour favoriser l'entrepreneuriat (plan de financement des PME, instauration d'une flat tax, etc.). En avril François Filon, cette fois, présente ses recettes pour faciliter et encourager le travail indépendant. Il se dit en effet persuadé qu'avec plus de 10% de la population active sans emploi aujourd'hui, il y a un énorme gisement d'opportunités via le travail indépendant. Son objectif étant de créer un million d'indépendants supplémentaires sur la durée d'un quinquennat. Et en septembre, une nouvelle fois, l'ancien Premier ministre précise le « cadrage financier » de son programme.

Sans parler du fait que François Fillon a multiplié les déplacements en régions, enchainant les réunions avec les socioprofessionnels. "Nous avons trouvé une grande écoute auprès de François Fillon et de son porte-parole Jérôme Chartier", aime raconter ce patron d'une fédération professionnelle adhérente de la CGPME.

Et, manifestement, ce travail de labour a payé. Même s'il a fallu du temps. Pendant des mois, François Fillon paraissait à la traîne, se faisant même parfois doubler dans les sondages par Bruno Le Maire... Si lui affirmait y croire - il a tout de même déclaré en janvier 2016 que s'il ne gagnait pas la primaire, il quitterait la vie politique - son entourage le plus proche semblait se décourager. Ainsi, au printemps dernier, interrogé par La Tribune, un ancien ministre très proche de François Fillon riait jaune devant l'absence de « percée » dans l'opinion du candidat : « surtout ne changeons pas une équipe qui perd ».

Fillon se lâche enfin ...

Le déclic est venu à la fin de l'été, quand François Fillon s'est enfin fait violence en lançant devant ses fidèles réunis dans la Sarthe : « qui imagine un seul instant le général de Gaulle mis en examen ? »... Une allusion non voilée aux déboires judiciaires de son concurrent.... Nicolas Sarkozy. Lors de cette même réunion François Fillon a aussi affirmé que «l'élection présidentielle ne peut pas se réduire aux enjeux sécuritaires pour mieux oublier les 6 millions de chômeurs et les 2 000 milliards de dettes ». Là aussi, le message est clair, alors que depuis qu'il s'est lancé dans la campagne des primaires Nicolas Sarkozy en rajoute sur les questions identitaires et sécuritaires... personne n'a oublié à cet égard sa sortie sur les « frites » à la cantine. François Fillon, à l'inverse, cultive son image de sérieux, notamment lors des trois débats télévisés qui opposent les sept postulants à la primaire de la droite.

Certes, le député de Paris ne fait pas rêver avec son côté « Droopy », mais son côté professoral et son programme construit commencent à séduire face à un Nicolas Sarkozy qui rejoue un peu trop la campagne de 2012 et un Alain Juppé, trop prudent, qui préfère esquiver toutes les potentielles difficultés pour continuer de surfer sur les sondages.

... et élargit sa base électorale

Surtout, progressivement, François Fillon élargit sa base électorale. Il séduit aussi bien au centre qu'à la droite du parti « Les Républicains », notamment au sein du mouvement « Sens Commun » qui combat la loi Taubira sur le mariage pour tous. Un grand écart que ne parvient pas à réaliser Alain Juppé, soutenu ostensiblement par François Bayrou, président du MoDem, qui fait figure d'épouvantail au sein du parti « Les Républicains » (LR) depuis qu'il a voté pour François Hollande en 2012. Ainsi, Alain Juppé apparaît trop comme « l'homme du centre et des déçus de François Hollande ».  Quant à Nicolas Sarkozy, il sait que son salut passera par une faible participation à la primaire. Plus l'électorat se limitera au noyau dur de LR, quasi totalement acquis à l'ancien président, plus il aura ses chances. Mais, hélas pour lui, la participation au scrutin dépasse tous les pronostics avec plus de 4 millions de votants. Justement, beaucoup d'électeurs se sont déplacés pour faire barrage à Nicolas Sarkozy car, ils étaient peu nombreux à vouloir revivre en 2017 un remake de 2012... Et, surprise, ce n'est donc pas Alain Juppé qui a profité de ce mouvement mais François Fillon.

In fine, les attaques de Nicolas Sarkozy à l'encontre du maire de Bordeaux, accusé de vouloir pratiquer une « alternance molle », ont donc servi... François Fillon. Car lui a franchement annoncé la couleur avec son programme. Manifestement, le long et laborieux travail de terrain de l'ancien premier ministre a porté ses fruits, ainsi que ses nombreuses rencontres avec les socioprofessionnels... excellents relais du  « programme Fillon ». En dehors de quelques départements très ciblée (la Corse, et la région bordelaise notamment) François Fillon arrive en tête partout en métropole...

C'est  l'un des faits marquants de l'année politique. Même si François Fillon va devoir maintenant gérer son statut de « champion de la droite ». Un rôle pas évident. Ses premiers déboires à propos de ses propositions sur l'assurance maladie le prouvent.

Gageons que ce retour inattendu de François Fillon ainsi que le « plantage » des sondages seront étudiés de très près dans les instituts de sciences politiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2016 à 22:47 :
72 % des français ne veulent pas de lui alors qu'il n'est pas encore élu. S'il est élu il battra le record de FH de 80 % !! La questions c'est de savoir en combien de temps il battra le record d'impopularité de FH en 2 mois en 3 mois ?
a écrit le 20/12/2016 à 21:19 :
Si j'ai bien lu les derniers sondages, 72% des français ne veulent pas de Fillon, c'est à peu près le score de rejet de Lepen (75%).
Ça nous promet des lendemains démocratiques si l'un ces deux là finit par gouverner, à moins que les français ne fassent le job et les virent manu politi.

On verra s'il sort à gauche un candidat moins détesté par les français mais je crois que Macron est déjà moins impopulaire que les deux précédents.
A suivre...
a écrit le 20/12/2016 à 17:30 :
Je suis surpris de l'existence d'un article qui n'ajoute rien à ce qu'on sait depuis un mois. A moins qu'il ait été jugé nécessaire de mettre le mot Fillon dans le titre d'un article quelconque (pour que le réflexe de Pavlov joue sur les commentateurs les plus hostiles, probablement), mais je n'en vois pas l'intérêt.
a écrit le 20/12/2016 à 16:36 :
qu'il en profite bien, en avril 2017 il rentre à la maison après le 1er tour des présidentielles
a écrit le 20/12/2016 à 15:00 :
Il recherche encore un formidable retour, alors il essaye de s'enfoncer un maximum!
a écrit le 20/12/2016 à 14:55 :
Combien de votants à la primaire de la droite ont lu le programme de M.Fillon?Un bel exemple de désinformation : quid de l'augmentation de la TVA de 3,5 points des taux normaux et réduits de TVA mais de la suppression de l'ISF et de la taxe sur les véhicules de sociétés ( ...au grand bonheur des constructeurs allemands) décrite inexactement comme pesant sur la masse salariale ; que dire de l'introduction de la réorganisation de l'entreprise comme motif de licenciement ; du blocage du SMIC ; de la mise en place de retraites par capitalisation ; de la suppression des départements ; de l'augmentation des charges des employeurs pour le financement des allocations familiales justifiée par une soi disante baisse de la démographie en France ?
a écrit le 20/12/2016 à 14:36 :
Arrêtez de nous vendre Fillon comme Grand Vainqueur de la Primaire, les gens n'ont pas voté Pour lui, mais ont voté Contre Juppé et Sarko.
Les gens ne veulent pas plus de Fillon que d'un autre politicien. Mon chien se serait présenté aux primaires face à Sarko et Juppé, il aurait eu autant de chance que Fillon de l'emporter...
Les gens n'en ont plus rien à fiche de la politique, que ce soit un truand ou un autre au pouvoir, le résultat à la fin du quinquennat sera le même...
Les sondages c'est pareil, les gens ne les écoutent même plus tellement y'en a, sur tous les sujets, tout le temps, pas un jour sans qu'un sondage à la noix nous soit présenté: résultat on s'en fout, on y prête plus attention...
a écrit le 20/12/2016 à 10:52 :
Fillon doit aborder les problèmes liés à la relation entre cout du travail et prix de l'énergie. Est il capable de comprendre qu'il faut réduire le cout du travail en augmentant le prix de l'énergie, progressivement et à niveau constant? Il devrait se rapprocher de Hulot et de Macron. Mais comme cela n'intéresse personne, cela favorise le front national.
a écrit le 20/12/2016 à 10:20 :
Le seul probleme c est que Fillion semble maintenant abandonner son programme. Pour gagner les retraités (gros consommateurs de soins) il a abndonne la partie reforme de la securite sociale. La reduction du nombre de fonctionnaires est hors de portee (ici Juppe avait raison), surtout si on se contente de ne pas remplacer les fonctionnaires partant a la retraite et on ne reflechit pas aux missions de l etat.
Il va donc juste rester faire travailler plus pour gagner moins les salaries. C est sur que ca va pas etre tres mobilisateurs pour lui. "Il faut faire payer les jeunes" risque d etre le slogan qui va le couler
a écrit le 20/12/2016 à 9:31 :
Tout cela dégage une vérité fondamentale, le sondages se trompent de plus en plus souvent éclairant une vérité bien plus discrète, les instituts de sondages étant des boites privées ont tendance pour se vendre à favoriser les scores de leurs clients.

A une époque les sondages faisaient les gagnants mais actuellement c'est fini, ceux que les sondages mettent en tête commencent à être ceux qui ont le plus de raison de se méfier des sondages trop favorables.

Mais bon comme nous pouvons le constater ce n'est pas parce que les sondages commencent à se tromper copieusement que l'on nous en propose moins, bien au contraire nous continuons à être submergés par ces débilités futiles. Les médias ne nous informent plus ils ne savent plus que combler le vide et les sondages et autres statistiques pour combler les vides sont formidables. Le chiffre en tant que vérité avérée ça ça leur plait.

EN ce qui concerne Fillon oui c'est très étonnant mais que les sondages se soient trompés alors que c'était surtout l'électorat de droite, à savoir LR et socialistes, qui sont allés voter à ces primaires, ils auraient quand même pu anticiper les désirs de cet électorat conservateur et réactionnaire à souhait également dégoulinant de morale mais pas assez intelligent pour voir ce qui crève les yeux, fillon était le serviteur de sarkozy, du PR le plus malhonnête de la 5ème et vu la concurrence, chapeau, il fallait le faire c'était pas joué d'avance.

L'électorat des LR est un électorat que je connais très bien, ne se préoccupant pas du tout de la société dans laquelle ils vivent ils pensent d'abord et avant tout à leurs intérêts, pensant que leurs intérêts sont également ceux de leurs proches grâce à une science infuse acquise dès la naissance, un super pouvoir, ils ont une grande confiance dans la valeur travail ne voyant pas qu'ils votent pour des gens qui en sont l'antithèse. Hyper naïfs donc et manipulables à souhaits ils vont malgré tout chercher à voter pour quelqu'un qui ne se moquera pas d'eux, leur plus grande peur puisque complexés à mort. Le problème étant qu'ils ne se concentrent que sur les apparences incapables de prendre le moindre recul afin de prendre en compte l'ensemble de l'individu.

Aveuglés par leur égoïsme mais électeurs fidèles qui iront toujours voter même juste avant de trépasser, d'élections en élections ils rendent notre société tous les jours un peu plus moche.
Réponse de le 20/12/2016 à 11:38 :
Donc traiter les problèmes de chômage en appliquant les recettes qui marchent est un problème d'égoïsme? Surprenant. Quant aux peurs, qui nous joue avec ce joujou électoral là? N'est ce pas la gauche qui agite l'épouvantail du FN et se prend les pieds dans le tapis?
Je pense que vous ne comprenez pas les électeurs de droite, en tous les cas pas tous. Nombrilisme?
Réponse de le 20/12/2016 à 13:57 :
"Donc traiter les problèmes de chômage en appliquant les recettes qui marchent est un problème d'égoïsme?"

Des recettes qui marchent ? Où ça je vous prie ? Avez vous des arguments ou des exemples ou bien c'est seulement votre foi en fillon qui vous guide ?

"Quant aux peurs, qui nous joue avec ce joujou électoral là? N'est ce pas la gauche qui agite l'épouvantail du FN et se prend les pieds dans le tapis?"

Vous n'avez pas compris mon commentaire, moi les partis politiques je m'en fiche ce sont tous, je dis bien tous sans arrière pensée et je pense l'avoir régulièrement prouvé, des imposteurs donc quand je parle de motivation par la peur je parle du corps électoral, de ceux qui vont voter, des vrais gens si vous voulez, pas des guignols politiciens.

Et oui c'est bien la peur qui fait le vote sécuritaire, c'est une lapalissade je ne vois pas comment expliquer une telle évidence. Et en ce qui concerne le vote fillon la plus grande peur qui le caractérise c'est plutôt celle de la fin d'une époque, parce que comme ils n'ont pas regardé le monde évoluer, quand on a les yeux fixés sur son nombril c'est pas facile de regarder à côté, on ne peut pas voir qu'il change et arrivé devant le fait accompli on refuse l'évidence.

Il est sûr et certain que je ne comprends pas tous les électeurs de droite, par contre je comprends parfaitement l'idéologie de droite se reposant sur la notion de travail et l'intérêt qu'il génère mais bon sang pourquoi vont ils voter dans ce cas pour des gens qui n'ont jamais bossé de leur vie !?

C'est incompréhensible je le reconnais parfaitement même si j'y vois d'abord et avant tout du masochisme mais je peux me tromper.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :