"Se baigner dans la Seine en 2024 ? C'est envisageable ! "

 |   |  592  mots
Actuellement, les eaux qui ne peuvent pas être stockées et traitées sont rejetées dans la Seine , explique Jacques Olivier, le directeur général du du Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP) .
"Actuellement, les eaux qui ne peuvent pas être stockées et traitées sont rejetées dans la Seine ", explique Jacques Olivier, le directeur général du du Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP) . (Crédits : Reuters)
Dans un entretien accordé à La Tribune, Jacques Olivier, le directeur général du Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne (SIAAP) revient sur le défi lancé par Anne Hidalgo. Il estime celui-ci atteignable, à condition d'investir massivement. Et rapidement.

La Tribune - Dans le cadre de la candidature de la capitale française pour l'organisation des Jeux Olympiques en 2024, Anne Hidalgo, la maire de Paris souhaite que les triathlètes puissent se baigner dans la Seine. Ce pari peut-il être tenu ?

Jacques Olivier - C'est envisageable. Fixer l'horizon à 2024 n'est pas absurde, à condition de lancer les investissements nécessaires. Le temps presse. Moderniser un réseau d'assainissement peut prendre du temps. Le réseau francilien ne s'est pas construit en un jour ! Il a fallu 150 ans pour que le réseau soit en adéquation avec les besoins !

La Seine est-elle si polluée ?

Non, la Seine n'est pas une poubelle à ciel ouvert. Lorsque certaines conditions sont réunies, on peut déjà se baigner dans la Seine sans prendre trop de risques sur le plan sanitaire. Les eaux de la Seine sont plus propres qu'il y a trente ans. Dans les années 80, on ne comptait plus que trois espèces de poissons dans la Seine. Aujourd'hui, on en recense 33 ! En revanche, autoriser la baignade pour tous, c'est-à-dire respecter la directive européenne sur la qualité des eaux de baignade, est un objectif plus complexe.

La Seine est-elle polluée par les rejets de l'industrie ?

Ce n'est plus le cas, et depuis longtemps. La plupart des industries rejetant en Seine ou en Marne sont équipées de leur propre station d'épuration. En revanche, il est très difficile de lutter contre les incivilités de ceux qui considèrent la Seine comme une décharge.

Que faudrait-il faire pour autoriser la baignade dans la Seine ?

Quatre chantiers doivent être ouverts. Il faut commencer par optimiser la qualité de la collecte des eaux usées.

Il y a des fuites dans le réseau ?

Réalisées pour certaines depuis le dix-neuvième siècle, plusieurs infrastructures sont obsolètes et fuient, en effet. Par ailleurs, il faut parvenir à mettre fin aux branchements sauvages qui perturbent la collecte des eaux usées.

Faut-il plus de stations d'épuration ?

Non. En Ile-de-France, les six stations d'épuration du Syndicat interdépartemental pour l'assainissement de l'agglomération parisienne ne sont pas saturées. En revanche, il faut procéder à quelques investissements pour contribuer à l'objectif baignade. Actuellement, une seule des six stations désinfecte les eaux par ultra-violet. Il faut que ce dispositif équipe toutes les stations d'épuration.

Une cohabitation entre les baigneurs et les bateaux est-elle possible ?

Il faudra instaurer de nouvelles règles. Je précise que la batellerie doit également procéder à des investissements. Actuellement, tous leurs rejets ne sont pas traités et polluent la Seine.

Des investissements lourds sont-ils nécessaires ?

Bien sûr ! Lorsque le temps est sec, les conditions requises pour autoriser la baignade sont assez facilement réunies. La situation se complique par temps de pluie car les capacités de stockage du réseau sont insuffisantes. Nous disposons de plusieurs bassins de stockage dont la capacité s'élève à 1.000.000 de mètres cubes, ce qui correspond à une pluviométrie élevée, de 16 millimètres.

Que faites-vous en cas de pluies continues, en cas de gros orages ?

Les eaux qui ne peuvent pas être stockées et traitées sont rejetées dans la Seine.

Créer de nouveaux bassins de stockage coûterait-il cher ?

Le coût d'un bassin de 50.000 mètres cubes s'élève à 50 millions d'euros. S'il faut doubler les capacités actuelles de stockage, ce qui me semble être le minimum requis, la facture s'élève donc à 1 milliard d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/08/2017 à 15:52 :
Je me baignais dans la seine dans les années 1948/1949

Cela était autorisé, surveillé, avec installation de plongeoir, entre Boulogne et Suresnes,

du côté du bois de Boulogne.

C'était avant la pollution institutionnalisée
a écrit le 02/10/2015 à 11:20 :
Ce n'est pas Chirac qui avait dit, il y a déjà de nombreuses années, qu'il se baignerait dans la Seine. Manifestement, les conditions n'ont jamais été réunies. Alors pourquoi croire qu'en 2024 cela sera possible.
a écrit le 02/10/2015 à 7:03 :
1 milliard d'euros pour pouvoir se baigner dans la Seine ? Ca semble peu, mais beaucoup à la fois ! On aimerait savoir si y a pas de solutions moins chères et alternatives ? Pourquoi dans ce pays, on a pas de solutions alternatives, que des solutions administratives à base de fonctionnaires et d'impots ? C'est un pays bureaucratique incapable de résoudre ses problèmes autrement que par des taxes ? Dites moi tout !
Réponse de le 06/10/2015 à 17:39 :
Et vous préférez que ce soit Véolia ou La Lyonnaise des Eaux qui s'occupe de cette problématique ? Paris a récupéré la compétence assainissement en 2010 pour faire des économies, beaucoup de villes en France se sont fait saignées pour le profit des actionnaires de ces entreprises, fuites, qualité de l'eau déplorable, investissement inutiles.
Montpellier s'est vu offrir un terrain de rugby par Veolia pour que Veolia puisse récupérer la délégation de l'assainissement, et bien derrière Veolia a augmenté la facture de l'eau pour se rembourser. Qui a payé le stade? les Montpellierains. Allez vous renseigner sur http://www.eau-du-robinet.fr/ avant de dire des bêtises !!!
a écrit le 01/10/2015 à 17:28 :
La facture s'élève donc à 1 milliard d'euros.....ils vont augmenter les taxes de Paris ?
a écrit le 01/10/2015 à 15:54 :
On peut s'y baigner maintenant mais c'est interdit et ça le restera aussi en 2024.Il est certain qu'en tant qu'expert bottologue Paris pourra être mis en bouteille dès 2050.De toute façon il avait déjà été annoncé en 1985 par le maire de l'époque que l'eau de Paris serait potable en 2000 et que le Saumon serait de retour en 2010.Les annonces n'engagent que les gogos qui y croient.
a écrit le 01/10/2015 à 15:07 :
bon l objectif est louable et plutôt beau, mais franchement ça ne peut pas être une priorité. Je ne sais pas combien il y a de Franciliens qui se souviennent s'être baignés dans la Seine, mais à mon avis vraiment pas beaucoup. Ca ne manque donc à quasi personne...On a bien d'autres priorités à financer dans la région, ne serait ce que pour accueillir les éventuels JO.
Le Président du syndicat semble indiquait qu'il y a une amélioration continue grâce à des investissements.Poursuivons sur cette voie à un rythme raisonnable et j'irai peut être baigné mes pieds(ou pas) pour ma retraite (ou pas) et ça m ira très bien, pas d'urgence.
Réponse de le 07/10/2015 à 14:10 :
Ne pas se baigner dans la Seine, Ok pour ce que ce ne soit pas une priorité.
Mais améliorer la qualité du rejet en Seine, éviter les dégazages des bateaux/péniches qui larguent encore leurs eaux grises en Seine et Marne, protéger la vie piscicole et donc de la faune et de la flore des berges, ça se sont des priorités et si cela se motive par un événement sportif alors je dis d'accord !
Mais faut savoir que l'on n'a pas attendu les JO pour le faire.
L'état de la Seine s'améliore grâce à l'amélioration de l'assainissement qui répond à une réglementation européenne.
Et ça ira de mieux en mieux...
a écrit le 01/10/2015 à 14:21 :
Et si ce n'est pas en 2034, ce sera alors en 3034. :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :