SNCF : la grève des cheminots a coûté 790 millions d'euros

 |   |  475  mots
(Crédits : REGIS DUVIGNAU)
Un document interne de la SNCF a chiffré le coût total de la grève des cheminots contre la réforme ferroviaire à 790 millions d'euros, soit plus de 21 millions d'euros pour chacune des 37 journées de grève, entre le 22 mars et le 28 juin.

Les pertes de la SNCF en raison de la grève des cheminots s'élèveraient à 790 millions d'euros, selon un document interne de l'entreprise consulté par l'AFP ce 20 juillet. Soit plus que le bénéfice net enregistré par le groupe sur l'année 2017 (679 millions d'euros). Pour faire court, ce n'est ni plus ni moins qu'un manque à gagner pour la SNCF de 21 millions d'euros pour chacune des 37 journées de grève, entre le 22 mars et le 28 juin.

Ce montant, calculé en tenant compte des derniers éléments disponibles, comme la diminution des recettes de péage pour SNCF Réseau, est finalement conforme aux estimations déjà communiquées au printemps par la direction. Le patron de la SNCF, Guillaume Pepy, avait évoqué début avril un coût "de l'ordre de 20 millions d'euros par jour".

Interrogée par l'AFP, la SNCF a confirmé les chiffres du-dit document.

"Le coût total de la grève reflète à la fois les pertes de chiffre d'affaires subies par l'entreprise mais aussi le montant sans précédent de 160 millions d'euros de mesures commerciales décidées par la SNCF pour accompagner ses clients et limiter l'impact financier de la grève sur ces derniers", a commenté un responsable.

De lourdes pertes dues à une chute des réservations

Sur ce total, 600 millions de recettes ont été perdues pour les activités voyageurs, de nombreuses personnes ayant renoncé à prendre le train en raison des perturbations de trafic. En outre, 60 millions de ventes ont été perdues dans le fret, certaines entreprises préférant se tourner vers d'autres modes de transport.

Le reste provient d'une diminution de contributions de la part des autorités organisatrices de transports liées à des baisses de refacturation des péages.

Les dédommagements ont pesé lourd

Aux recettes perdues s'ajoute également un coût de 160 millions d'euros pour les mesures commerciales mises en oeuvre par la société des chemins de fer afin de réduire le préjudice subi par ses clients.

La SNCF a notamment accordé des dédommagements sur leurs abonnements aux usagers des TGV, Intercités, TER et Transilien. Les mesures commerciales incluent aussi des abonnements TGV Max gratuits pour le mois d'avril, des billets à prix réduits, le service de covoiturage IDVroom gratuit les jours de grève... Ces remises ont coûté 120 millions d'euros.

Toujours parmi les mesures commerciales, de nombreux bus de substitution ont été mis en place durant les grèves, pour un coût de 40 millions d'euros.

Une réduction des charges de l'entreprise

Le mouvement des cheminots s'est, en revanche, aussi traduit par une réduction des charges de l'entreprise pour 140 millions d'euros. Cette baisse provient des retenues sur salaires pour 100 millions d'euros et de moindre dépenses (en électricité notamment) liées au plus faible nombre de trains roulants.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/07/2018 à 10:36 :
C'est à peu près le prix de 100 rames TER flambant neuves qui manque un peu partout.
Réponse de le 22/07/2018 à 18:36 :
Alors, les syndicats d'extreme gauche communiste, la C.G.T et S.U.D, sont mal placés pour " défendre le service public " et de plus après avoir tant nui et épuisé les clients, et couté rien qu'en interne 800 millions d'euros. Le passif de ces extrémistes depuis 40ans : des dizaines de milliards d'euros.
a écrit le 21/07/2018 à 20:10 :
Facile de faire grève lorsque l'entreprise est PUBLIQUE. Le parachute est là...
De 1947 à 2016 par exemple..., il n'y a pas eu UNE SEULE ANNÉE sans grève !!!!!!
Merci aux contribuables qui paient des impôts et qui ont marre de constater que les usagers sont pris pour des imbéciles.
Réponse de le 22/07/2018 à 19:32 :
"De 1947 à 2016 par exemple..., il n'y a pas eu UNE SEULE ANNÉE sans grève !!!!!!"

Effectivement ,cela donne une idée des attaques que subissent les salariés depuis des années.
Réponse de le 23/07/2018 à 11:03 :
Avec certains de nos cheminots, nous sommes toujours dans le monde de Zola....avec les pires conditions de travail : le goulag !
Pourquoi ne changent ils pas pour aller dans le privé, puisqu'ils ne sont jamais contents...ce serait beaucoup mieux, le masochisme est mauvais pour la santé !
a écrit le 21/07/2018 à 19:31 :
Un coût de 790 millions d'euros représente en francs 6,55957 fois plus, soit plus de 5 milliards de francs !
Et pourtant, ils n'ont (et n'avaient) subi aucun licenciement... Cela fait très cher du maintien des avantages acquis et c'est d'autant plus indécent pour tous les salariés qui perdent leur emploi et tous les chefs d'entreprise qui font faillite...
Personne ne demandera des comptes ?
Réponse de le 22/07/2018 à 10:38 :
Mais cela fait plus de 500 Milliards d'anciens francs.
Je pense qu'il faut apprendre dans la vie à regarder devant et pas toujours derrière, c'est peut-être une des raisons pourquoi la France n'avance plus.
Réponse de le 22/07/2018 à 19:48 :
@@Britannicus : c'est bien cela, on fait exprès de regarder ostensiblement à côté... Merci de votre excellente démonstration
a écrit le 21/07/2018 à 15:30 :
Ce n'est pas un "coût" ou une soit disant perte, mais un manque a gagner et de l'argent recycler dans l'économie française!
a écrit le 20/07/2018 à 23:21 :
Si l'on considère les résultats obtenus par le gouvernement ça revient très cher le plaisir de "se faire" le statut des cheminots. Macron a des plaisirs frelatés et terriblement dispendieux.

Pour le reste rien n'est résolu. La reprise partielle de la dette ne dit pas comment SNCF réseau sera financée et viable. Rien dans l'oukaze gouvernemental ne prévoit comment sera assurée la survie des petites et moyennes lignes, soit le 1/4 du réseau.
Pour ce qui est de la privatisation, elle est quasiment inscrite dans le texte puisqu'il y aura possibilité d'ouvrir le capital et de diluer les parts jusqu'à ce que l'état perde le contrôle de l'entreprise.

Et il reste toujours à négocier la convention collective ferroviaire qui va s'appliquer non seulement aux futurs embauchés par la SNCF mais aussi à tous les salariés du secteur (dont des milliers qui sont déjà dans les filiales de la SNCF)... autant dire que la gréve peut reprendre et cette fois entrainer quasiment tout le personnel cheminot ou non.
Réponse de le 21/07/2018 à 9:35 :
"Et il reste toujours à négocier la convention collective ferroviaire "

Effectivement, mais la encore c'est pas gagné car toute les conventions collectives sont remises en cause par le patronat comme actuellement celle de la Métallurgie suite aux mesures de la loi travail qui modifient pas mal de paramètre généralement en défaveur des salariés.
a écrit le 20/07/2018 à 21:18 :
Merci monsieur Macron ,votre démonstration de frimeur entre sncf et air france coute au pays quasi 2 milliards ,ça aurait pu en faire d'autres assiettes de Sèvres .......
Réponse de le 20/07/2018 à 22:11 :
Ah, oui, c'est Macron qui faisait grève ? Verruckt !!
a écrit le 20/07/2018 à 18:34 :
Il ne reste plus qu'a envoyer la facture a la CGT et a SUD. En vendant quelques châteaux, ils devraient y arriver.
a écrit le 20/07/2018 à 18:22 :
21millions par jours de grève soit 790 millions pour 37 jours de gève perlé : aucun entreprise publique ou même privée n'accepterai de perdre autant d'argentp pour un statut obsolète, pour lutter contre l'ouverture à la concurrence de la SNCF. Oui cette entreprise française est beaucoup trop noyauter par les syndicat comme la CGT ou Sud Rail. Oui perdre 790 millions c'est abyssal et incomprehensible : les prix des billets de train TER ou TGV doivent rester faible, les trains à l'heure et le service de la SNCF et du transport ferroviaire doit être sécurisé. Oui la SNCF doit d'adapter au monde de demain et à la concurrence face à d'autres prestataires du transport ferroviaire. Voie le transport par train en Allemagne ou en Italie qui s'ouvre largement à la concurrence avec Flixtrain. La concurrence et le train plus low cost comme le OUIgo est une réalité et la SNCF doit s'adapter à la concurrence dans le transport ferroviaire ! Il va falloir que la SNCF fasse des bénéfices exedentaire comme Air France ou la RATP. Impossible de faire autrement !
a écrit le 20/07/2018 à 17:02 :
Combien pour SUD , pour CGT ???
a écrit le 20/07/2018 à 16:52 :
Sachant que les recettes voyageurs (billets) sont de l'ordre de 8.5 Md par an, le chiffre de 600 Millions correspond sensiblement à 70% de voyageurs n'ayant pas pris leur billet durant cette période. ceci en faisant abstraction des pointes de traffic telles que celles ayant lieu durant les conges. Est ce bien crédible?
a écrit le 20/07/2018 à 16:28 :
Le résultat d'un passage en force et de l'absence de dialogue. M.Macron semblerait l'avoir compris vue le changement d'approche sur les réformes à venir.

La CGT n'est, évidement, pas représentative des syndicats, et encore moins des salariés. Mais, ils montrent que l'on est arrivés au bout d'un système. Celui de taper sur le syndicaliste pour faire plaisir à certains.

Ce système ayant cours depuis de nombreuses années, nous nous retrouvons avec un des taux de syndicalisation les plus faible d'Europe. Ils sont automatiquement radical alors que se syndiquer devrais être comme aller cher le médecin, une question de santé public.
a écrit le 20/07/2018 à 15:55 :
Qui va payer ?
Réponse de le 20/07/2018 à 17:04 :
le contribuable qui paye l'IR soit seulement 40 % des français . Toujours le meme hélas
Réponse de le 20/07/2018 à 18:02 :
@leon

Il ne reste plus qu'à augmenter le salaire des autres ,ils rentreront dans les critères.

La tranche de votre quotient familial (revenu imposable divisé par le nombre de parts) de 0 à 9 807 € n'est pas imposée.
La tranche de 9 807 € à 27 086 € est imposée à 14%
La tranche de 27 086 € à 72 617 € est imposée à 30%
Réponse de le 20/07/2018 à 22:16 :
@lachose : c'est facile votre truc !! Il n'empêche, moins de la moitié des ménages français payent l'IRPP... Et ils ont un sentiment de profonde injustice !! Entendez-moi bien, je ne demande pas qu'ils ( les autres) payent beaucoup, juste au moins 1 € symbolique ! Par principe ,et pour que tous contribuent !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :