Taxe d'apprentissage : les CCI craignent pour leurs CFA

 |   |  458  mots
Le financement de l'apprentissage représente aujourd'hui 8 milliards d'euros, dont 3 milliards sont issus de la taxe.
Le financement de l'apprentissage représente aujourd'hui 8 milliards d'euros, dont 3 milliards sont issus de la taxe. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Le gouvernement pourrait écarter les Chambres de commerce et d'industrie de la collecte de la taxe d'apprentissage. Le réseau consulaire craint que le financement de ses établissements en soit impacté, mais encore faut-il que le principe du "fléchage" de la taxe soit revu par l'exécutif.

Les Chambre de commerce et d'industrie (CCI) seront-elles privées de la collecte de la taxe d'apprentissage ? La question est sur la table de la concertation lancée par le gouvernement dans le cadre du second volet de sa réforme sociale, visant à "sécuriser les parcours professionnels".

La tâche est aujourd'hui répartie entre les branches professionnelles et les CCI. Le gouvernement entend cependant revoir le circuit de financement de l'apprentissage et la gestion de la taxe pourrait revenir uniquement aux branches, à en croire les informations des Échos. En perdant la main sur cette manne, les CCI craignent de voir leurs 141 Centres de formation des apprentis (CFA) lésés par le futur dispositif.

Fléchage de la taxe d'apprentissage

Le financement de l'apprentissage représente aujourd'hui 8 milliards d'euros, dont 3 milliards sont issus de la taxe. Celle-ci est collectée auprès des entreprises par les Octa (Organismes de collecte de la taxe d'apprentissage), tenus par les branches ou les CCI. Le réseau consulaire rassemble un total de 1 milliard d'euros, dont un peu plus de la moitié est versée aux Régions et 60 millions d'euros au financement des CFA.

"Notre peur est de nous retrouver dans une bataille entre les Régions et les branches, et que nos CFA y perdent", a pointé Didier Kling, président de la CCI Paris-Île-de-France et deuxième vice-président de CCI France.

Pour que leurs CFA soient touchés, encore faut-il que le gouvernement décide également de revoir le fléchage. Lors du versement de la taxe d'apprentissage, les entreprises indiquent dans quel établissement elles souhaitent la reverser. L'idée est de favoriser ceux qui leur fournissent de la main-d'oeuvre de qualité. Pour l'heure, l'éventualité n'a pas été évoquée par l'exécutif.

Quid de la baisse de 150 millions d'euros des dotations ?

Par ailleurs, le réseau consulaire s'active pour éviter un coup de rabot. Dans son budget 2018, le gouvernement prévoit une baisse de la taxe pour frais de chambre qui priverait les CCI de 150 millions d'euros dès janvier.

"On tape en plein dans cette subvention qui permettait de financer nos CFA", a indiqué Pierre Goguet, président de CCI France.

"Soit les Régions compléteront ce qu'on financera plus, soit la question de la survie de certains établissement va se poser."

Le réseau consulaire plaide pour un étalement de cette baisse sur le quinquennat, le temps de s'adapter. Les sénateurs ont entendu à moitié la requête en votant pour une baisse de 50 millions d'euros par an sur trois ans. Le texte doit repasser à l'Assemblée nationale, les députés auront le dernier mot.

>> Lire aussi Baisse des dotations des CCI : étaler le coup de rabot ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2017 à 13:40 :
Les CCI sont à reformer, beaucoup de monde pour peu de résultats
a écrit le 21/12/2017 à 13:02 :
Les cci, réfractaires à toute réforme les concernant pour ne pas perturber les petits cercles d'affairistes qui y siègent depuis de longues années. Un organisme qui sent bon la naphtaline avec des chefs grassement payés. Un taux d'abstention moyen de plus de 80% à chaque élection cci depuis au moins 30 ans.
le truc cci c'est un éléphant qui se voit lui-même comme étant une danseuse étoile.

Exemple de "bonne" gestion à Tours dans le domaine de la formation :
De 2013 à 2015, l’école supérieure de commerce de la CCI a fusionné avec trois autres Sup de co. « Fusion ratée » selon la Cour des comptes, dans son rapport 2016, déplorant de "multiples causes" à cet échec. Elle a coûté 4,2 millions d’euros aux Brestois.
Perte totale de 36,6 millions d'euros
a écrit le 19/12/2017 à 17:22 :
Les CCI et chambres des métiers forment presque la moitié des 400 000 apprentis. Si Macron y va comme il y est allé avec les emplois aidés, les APL, le code du travail, en force et sans rien entendre, il va laisser sur le carreau plus de 170 000 candidats apprentis et je doute que ce soit Mme Pénicaud qui leur trouve une place chez un patron.

Réformer c'est envisageable mais, tout casser sans avoir rien à proposer en remplacement au prétexte qu'on a promis de faire quelque chose c'est nul.
Réponse de le 20/12/2017 à 15:54 :
Réformer c'est aussi se remettre en question à tous les stades: organisation, but , méthode ...ce que beaucoup d'institutions refusent , mieux font obstacle pour ne pas perdre leurs pouvoirs ...alors sauf à dire que notre pays n'est pas réformable vient un moment où il faut mettre un coup de pied dans la fourmilière quitte à déplaire .
a écrit le 19/12/2017 à 15:17 :
les CCI craignent pour leurs CFA ....

les CCI portent le lourd échec de la désindustrialisation, elles sont peuplées de stagiaires incompétents, de fonctionnaires pistonnés qui sont in finé ruineux et INUTILES ;

il convient de tirer les leçons de la chienlit des CCI et de LES dissoudre purement et simplement...
Réponse de le 20/12/2017 à 6:37 :
Entièrement d'accord avec vous... les chambres consulaires (CCI et Métiers) ne sont d'aucune utilité pour beaucoup des entreprises raquetées ...
Premiere mesure à prendre : rendre facultatif la cotisation aux chambres consulaires.
Réponse de le 20/12/2017 à 7:28 :
Vous y connaissez rien ,le mieux c est de vous taire.
Réponse de le 20/12/2017 à 16:25 :
Chef d'Entreprise,J'ai été Membre Titulaire d'une C.C.I. Submergé de centaines de pages de rapports blabla-baratin-technocrate, par courrier postal chaque semaine. Je les jetais tous. Réunionites gavantes inutiles et stériles à répétion-profusion. Le représentant du préfet était le vrai chef. J'ai démissionné de ce machin au bout de 13 mois. Par la suite un soulèvement est intervenu, vite étouffé : membres titulaires élus potiches, face à un représentant du préfet, seul souverain. CCI LOURDES COUTEUSES A SUPPRIMER ET A REMPLACER PAR DES TRUCS LEGERS ET FONCTIONNELS. seul intéret à y etre élu, carnet d'adresses V.I.P Pour pistons puissants et lucratifs, et passes droits
a écrit le 19/12/2017 à 11:50 :
IL NE FAUT PAS DETRUIRE CE QUI EXISTE DEJA EN MATIERE DE FORMATION ? MAIS MIEUX GEREZ EN FUSSIONNENT LES ORGANISMES COLLECTEUR ET ? SURTOUS EN RECENSENT ET CIBLANT LES BESSOINS DES ENTREPRISES NOTAMENT LES PLUS PETITES CAR LES METIERS MANUEL SONT TOUJOUR D ACTUALITE? et les metiers nouveaux qui vont allez de plus en plus vers des metier tecnologique tres pousse comme le l electronic le numerique la robotique et aussi l inteligence atificiellequi vas encore change nos metier d avenir ???, ///GOUVERNE C EST PREVOIR SOUVENT A LONGUE ECHEANCE///
a écrit le 19/12/2017 à 10:23 :
L' objectif à viser est la meilleure qualité des formations des apprentis et non des intérêts particuliers.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :