TPE-PME, qui êtes-vous ?

 |   |  1048  mots
Jusqu’ici, en dépit du rôle qu’elles jouent sur le marché de l’emploi, le monde des TPE et des PME reste assez méconnu des citoyens, des experts, des parlementaires et du gouvernement. Le nouvel indice Image PME vise à pallier cette carence.
Jusqu’ici, en dépit du rôle qu’elles jouent sur le marché de l’emploi, le monde des TPE et des PME reste assez méconnu des citoyens, des experts, des parlementaires et du gouvernement. Le nouvel indice Image PME vise à pallier cette carence. (Crédits : STR)
Conçu et réalisé par le Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables (CSOEC), "Image PME" est un nouvel outil statistique qui doit permettre de mesurer avec précision l'activité commerciale des TPE-PME, mais aussi leurs efforts en matière d'investissement et de recrutement.

Elles sont partout ! Les TPE et les PME représentent 99,8 % des 3,1 millions d'entreprises françaises, près de 50 % de l'emploi, réalisent un tiers du chiffre d'affaires du secteur marchand et près de 45 % de la valeur ajoutée tricolore !

Et pourtant... En dépit du rôle qu'elles jouent sur le marché de l'emploi, le monde des TPE et des PME est assez méconnu des citoyens, des experts, des parlementaires et du gouvernement. En effet, rares sont les enquêtes de conjoncture, les statistiques macroéconomiques qui dressent un tableau fiable et récent de la situation des TPE et des PME. Qu'elles portent sur le commerce extérieur, l'investissement, l'innovation ou encore sur l'emploi, les données régulièrement publiées n'offrent qu'une vision globale de l'économie française.

Dans ce contexte, et on ne peut en être véritablement surpris, certaines décisions prises par le gouvernement, notamment à Bercy, ne tiennent pas réellement compte des problématiques de ce type d'entreprises. Au mieux, les solutions gouvernementales ne marchent pas, car elles sont inadaptées aux attentes et aux véritables besoins de ces entreprises. Au pire, elles pèsent sur le développement des TPE et des PME. Promises à de nombreuses reprises, les études d'impact des dispositifs lancés par le gouvernement ou - plus rarement - par le Parlement à destination des entreprises, sont rarement jaugées ex-ante. Et ex-post ? Guère plus.Tient-on là une explication, au moins partielle, à l'incapacité française de transformer les TPE en PME, et les PME en ETI ? Probablement.

Indicateurs mensuels et enquête trimestrielle

Il était donc temps que le voile se lève enfin sur le monde mystérieux des TPE et des PME. En partenariat avec le Conseil supérieur de l'ordre des experts-comptables (CSOEC), La Tribune publie désormais mensuellement un ensemble d'indicateurs d'activité, de gestion et d'emploi de ces entreprises, construits à partir des déclarations de TVA mensuelles et trimestrielles des entreprises, compilées au sein de Statexpert, l'outil statistique de la profession des experts-comptables, et mis en valeur par le site Internet - et bientôt l'application mobile - Image PME. Chaque trimestre, c'est une enquête plus approfondie que nous publierons, avec des coups de projecteurs sur les secteurs qui animent l'activité économique, sur les régions les plus dynamiques ou le plus en difficulté.

Quel est l'échantillon étudié ? Selon le CSOEC, la base de données de Statexpert comprend 275 .000 entreprises ! Qui dit mieux ? Personne ! Peu d'enquêtes - la plupart sont qualitatives et se contentent de reporter l'opinion des dirigeants d'entreprise - reposent sur un échantillon dépassant le millier d'entités. Bien souvent, les enquêtes de conjoncture ne recueillent l'avis que de quelques dizaines d'entreprises...

Premier constat, TPE et PME retrouvent des couleurs

Que nous enseignent les premières statistiques trimestrielles fournies par Image PME ? L'activité des TPE et des PME retrouve des couleurs. Sur un an, l'indice trimestriel d'activité des TPE/PME, qui mesure l'évolution du chiffre d'affaires moyen par entreprise et par jour, a progressé de 1,4% au premier trimestre. En données brutes non retraitées des jours ouvrés et sur un an, leur chiffre d'affaires a progressé de 2,2 % au premier trimestre 2016.

Certaines régions s'illustrent par leur dynamisme. Citons Provence-Alpes-Côte d'Azur, qui affiche une hausse de son indice d'activité de 2,5 %,  Auvergne-Rhône-Alpes (+2,3%) et la Bretagne (+2,1%). D'autres sont actuellement en perte de vitesse : Normandie (+  0,6 %), Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (+  0,7 %) ou encore l'Île-de-France (+  0,8 %). Bonne nouvelle, le réveil de l'investissement se confirme.

L'indice trimestriel d'activité par région, au 1er trimestre 2016

graph

Selon Image PME, l'investissement des TPE-PME a fait un bond de plus de 5 % sur la période. En décidant de prolonger d'un an le dispositif de suramortissement de l'investissement, qui devait initialement prendre fin en avril, le gouvernement a probablement été bien inspiré. La consommation des ménages restant solide, soutenue par la faiblesse des cours du pétrole, le modèle de croissance tricolore gagne en équilibre. Il ne reste plus qu'à espérer que le commerce extérieur contribue enfin positivement à l'activité.

Les intentions d'embauches suivent-elles ? Là encore, les données fournies par Image PME témoignent d'une légère embellie. En effet, sur un an, les embauches ont progressé de 1,1 % au premier trimestre dans les entreprises de moins de neuf salariés.

« Les performances des TPE/PME sur les derniers mois témoignent d'une amélioration sensible de la situation de l'économie nationale, ce qui est d'ailleurs confirmé à la fois par les premières données disponibles pour certains secteurs d'activité (automobile, tourisme...) et par les remontées du terrain », explique Philippe Arraou, le président du CSOEC.

Autre bonne nouvelle, les salaires augmentent ! En effet, toujours sur un an, le salaire moyen au sein des TPE de moins de neuf salariés a augmenté de 2,1 % au premier trimestre.

Indices trimestriels des TPE/PME de l'Ordre des experts-comptables

graph

graph

graph

__________

>>> METHODOLOGIE

Créé en 2015 par l'Ordre des experts-comptables, Statexpert est l'outil statistique de la profession. Issue des très nombreuses télédéclarations réalisées par les experts-comptables au quotidien, Statexpert est une base de données unique en son genre, du fait notamment : de l'universalité des données, avec tous les régimes fiscaux et tous les types d'entreprises analysés  ; du volume et de la fraîcheur des données disponibles, avec environ 240.000 déclarations de TVA traitées chaque mois et disponibles quelques jours après les dates de déclaration  ; de la fiabilité et de l'exhaustivité des données, avec l'analyse de flux d'informations transmis aux organismes fiscaux 
et sociaux, et non de comptes déposés aux greffes.

L'indicateur "Image PME" est née de la volonté de l'Ordre  des experts-comptables d'optimiser l'utilisation  de la base Statexpert et de renforcer encore  la participation des experts-comptables au débat économique.

Concrètement, Image PME est un site Internet (et demain une application mobile) qui met à disposition des différents acteurs de la vie économique des Indicateurs mensuels d'activité, de gestion et d'emploi des PME. Autrement dit, des informations précieuses sur le chiffre d'affaires, l'investissement et l'emploi des PME françaises. Autant de données qu'il sera possible à terme de décliner par secteur d'activité et/ou par région.

Image PME

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2016 à 7:51 :
3,1 millions d'entreprises ; + 3 millions sont des PME / TPE ...Si chacune crée un emploi , on a resolu le probleme du chomage ...; Le pari n'est pas si fou , c'est ce qui s'est passé à Montpellier (n avec le succès que l'on connait ) il y a 30 ans , sous l'impulsion d'une certain ...Jean-François Carenco .
a écrit le 26/05/2016 à 18:21 :
"En dépit du rôle qu'elles jouent sur le marché de l'emploi, le monde des TPE et des PME est assez méconnu des citoyens, des experts, des parlementaires et du gouvernement".
Hélas 3 fois hélas mais le pire c est ces lois scélérates voulues par les protégés du système(législateurs, élus et syndicats). L'entreprise, son principe, son fonctionnement, devrait être enseigné au lycée dans les cours d'économie en lieu et place de 'l'économie sociale" car l'entreprise est un rouage social et économique.
On peut être patron en étant tout seul, en dessous de 10 personnes rares sont les entreprises structurées, le petit patron est partout et sans une épaule pour le seconder , pour déléguer j'aurais tendance à penser qu' il faut être sacrément organisé pour gérer, développer, contrôler, recruter etc....Dans la petite entreprise tous les personnels doivent être conscients que les budgets (sauf startup) sont très très limités ainsi tout le monde se doit de s'impliquer , mais aussi d’être le meilleur ambassadeur de son entreprise, d'en parler, de la vendre....car la vente est le seul moyen de croitre et de la perenniser.
On est très loin des entreprises publiques ou du CAC40 ou les budgets sont confortables et ou chacun à son poste, sa place , ses avantages acquis. Dans la petite entreprise, un retard, un impayé, une gréve externe çà passe ou çà casse très vite!!
a écrit le 26/05/2016 à 17:12 :
Eh bien non trambdx,
J'ai bien payé toutes les cotisations enfin quand je pouvais, je vous fait grâce de la liste...
J'inonde rien de rien en France bien au contraire, j'importe de France...mais j'ai renoncé vue les formalités douanières françaises, un comble ! Ces fonctionnaires très grassement payés, m'ont bloqué plusieurs conteneurs à cause d'erreur sur les formulaires... Et oui je suis loin d'être parfait. En attendant je ne réclame rien, même pas le minimum retraite, je leur laisse.
Entreprendre c'est prendre des risques, surtout en France, l'état harcèle les petits poissons et copule avec les gros qui de toutes façons sont toujours bien entourés et même plus...
Aucun regret, je ne vis pas dans le passé, j'entreprends comme à vingt ans, non seulement je revis mais je fais vivre une vingtaine de familles...nombreuses
a écrit le 26/05/2016 à 16:38 :
En tous cas ,l'auteur n'aime pas le mot CICE dans son texte ,d'ailleurs est-ce que les hausses de salaire ne viennent pas de la ?

Souvenir :

En fait, l’approche varie selon la taille des structures. Près de 5 milliards d’euros de Cice ont été préfinancés en 2013 et 2014, notamment par la Banque publique d’investissement, Bpifrance, qui accompagne un nombre important de PME et TPE. En 2013, le Cice concernait près de 750 000 bénéficiaires à l’IS pour un montant total de 10,8 milliards d’euros répartis entre 590 642 micro-entreprises pour un montant de 1,6 milliard et 153 707 PME pour 3,6 milliards. Plus de la moitié du financement (5,6 milliards d’euros) était destiné aux ETI et grandes entreprises. « Les dispositifs fiscaux ont tendance à leur être plus favorables », confirme Mathieu Plane, directeur adjoint du département analyse et prévision de l’OFCE, qui salue l’exception faite pour les PME, jeunes entreprises innovantes, entreprises nouvelles ou entreprises en difficulté qui peuvent obtenir la restitution immédiate du Cice.
a écrit le 26/05/2016 à 13:53 :
Intéressant cette enquête de l'ordre des experts-comptables. Néanmoins, je profite de cette tribune (!) pour appeler les experts-comptables à sortir de leur confort doré et tellement protégé pour se remettre eux aussi en question.

C'est incroyable de nos jours de constater la pauvreté de l'offre de gestion de sa comptabilité à distance pour une TPE/PME offert par les experts-comptables. On reste dans l'archaïsme le plus complet.

A l'ère du numérique et de l'ubérisation, il faudrait peut-être vous réveiller.

Sans rancune aucune.

Une créatrice d'entreprise qui se souvient du tournant de la microinformatique non anticipé par les experts-comptables au début des années 90. A l'époque, cela avait fait très mal...
a écrit le 26/05/2016 à 11:49 :
35 ans d'abnegation pour que dal. Pas de chômage, pas de retraite !
Oui j'ai bossé comme une mule dans ce pays que j'aime. Plusieurs faillites, j'ai remis le couvert pour être sucer sans aucun répit. No way.
J'ai fait le paris de faire la même chose ailleurs à 60 ans ! Sud est asiatique.
Je double mon chiffre chaque année et mes bénefices bien plus encore.
Mes salariés gagnent le double de ce qu'ils devraient, normal.
Tires toi Leon !
Réponse de le 26/05/2016 à 15:21 :
"plusieurs faillites": vous étiez si mal entouré? pas de chômage? vous ne le saviez pas lorsque vous vous êtes lancé dans la création d'entreprise? Pas de retraite? vous ne cotisiez pas? Vous inondez maintenant le marché français avec vos produits? Après de telles démonstrations, pensez vous que les petits puissent se méfier des patrons de PME? Je ne pense pas que vous êtes un modèle de réussite et de patriotisme car vous faites du tort aux autres petits patrons français qui jouent le jeu malgré les difficultés.
Réponse de le 26/05/2016 à 16:18 :
"plusieurs faillites": vous étiez si mal entouré? pas de chômage? vous ne le saviez pas lorsque vous vous êtes lancé dans la création d'entreprise? Pas de retraite? vous ne cotisiez pas? Vous inondez maintenant le marché français avec vos produits? Après de telles démonstrations, pensez vous que les petits puissent se méfier des patrons de PME? Je ne pense pas que vous êtes un modèle de réussite et de patriotisme car vous faites du tort aux autres petits patrons français qui jouent le jeu malgré les difficultés.
a écrit le 26/05/2016 à 11:36 :
encore ...... ! combien de personnel et nos impôts vont-ils subir des augmentations en subventions à répétition .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :